La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Liens entre captures, comportement et hydrologie Rôles de leffet conjugué des débits et des coefficients de marée ainsi que de laction de la pénétration.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Liens entre captures, comportement et hydrologie Rôles de leffet conjugué des débits et des coefficients de marée ainsi que de laction de la pénétration."— Transcription de la présentation:

1

2 Liens entre captures, comportement et hydrologie Rôles de leffet conjugué des débits et des coefficients de marée ainsi que de laction de la pénétration de la lumière dans leau et de la température sur la migration des civelles présenté par P. Prouzet IFREMER-LHA

3 Données expérimentales Site détude 1- Pont de l autoroute 2 - Pont d Urt

4 Matériels de prélèvement et de positionnement

5 Vue du Val dAdour embarcation principale Passerelle du Val dAdour GPS Écran sondeur Écran traceur de route

6 Vue du tamis poussé en surface Vue du tamis poussé par lembarcation secondaire et tracté par le navire principal

7 Station avec 3 transects Route navire Vue dun écran du traceur de route au niveau de lIle de Lahonce.

8 Vue dune image sondeur positionnée en vertical Image fond échos poissons

9 Visualisation du développement de la pigmentation Stade 5B présenté Dénombrement des civelles dans le trait de tamis

10 Mesures physico-chimiques Eau de mer Eau douce

11 Identification des discontinuités bathymétriques

12 Simulation des vitesses de courant en conditions de débit et de coefficient de marée moyens en fonction du temps (28 janvier 97 – débit : 361 m 3 /s – coefficient de marée : 72)

13 Principales constatations obtenues Évolution longitudinale des densités Localisation des civelles dans la veine deau Blocages hydrologiques du flux Influence de la température de leau Correspondances entre pics de captures en zones maritime et fluviale.

14 Engraissement du flux de civelles de laval vers lamont par recrutement des groupes dindividus dispersés dans l estuaire au moment de la renverse des marées Évolution longitudinale des densités

15 Quand la quantité de lumière est forte dans la colonne d eau la civelle a tendance à migrer préférentiellement au fond. Localisation des civelles dans la veine deau

16 Classement des sorties en fonction de la nébulosité et de la phase lunaire. Localisation des civelles dans la veine deau

17 Action lunaire Mais pas de la marée Localisation des civelles dans la veine deau

18 C = 63 C = 95 C = 40 C = 83 C = 40 Blocages hydrologiques du flux

19 C = 100C = 90 C = 50 C = 35 Blocages hydrologiques du flux

20 Simulation par le modèle hydrologique dune condition de blocage des civelles Blocages hydrologiques du flux

21 Influence de la température de leau Généralement la température de l eau reste supérieure aux températures de blocage

22 Conditionshydrodynamiques Blocagehydrodynamique = Arrêt de la migration Équilibre des masses deau = Passage du flux Basestuaire de 10 à 22 km Propagation de lamarée dynamique = Passage du flux FLUX ConditionsenvironnementalesComportementmigratoire AvalAmont D après M.-N. de Casamajor, 1998 Turbidité forte = pas d influence de la luminosité nocturne Vitesse du courant supérieure à 0,2m/s Turbidité élevée = faible influence de la luminosité nocturne. Densités variables suivant les conditions des jours précédents Turbidité faible = forte influence de la luminosité nocturne sur la répartition verticale Vitesse de déplacement rapide vers l amont Vision schématique de limpact de lenvironnement sur le comportement migratoire

23 Correspondances entre pics de captures en zones maritime et fluviale.

24

25

26 Les pics de captures en zone maritime sont toujours suivis de pics de captures en zone fluviale. Généralement moins de 2 à 3 jours suffisent pour détecter le pic migratoire en amont. Linverse nest pas vrai. Ce qui semble montrer quil peut y avoir concentration du flux selon dautres facteurs en zone fluviale. La concentration du flux en estuaire est sous la dépendance de situation de blocages hydrologiques. Cela nest pas totalement le cas en zone fluviale. Ce flux constitué de groupes dindividus se disperse dans lestuaire en fonction de la vitesse de migration de ces groupes. Ceux-ci senfouissent à la renverse de marée, puis sont recrutés successivement à la prochaine marée montante. Cest cela qui explique laccroissement des densités dans lestuaire. Correspondances entre pics de captures en zones maritime et fluviale.


Télécharger ppt "Liens entre captures, comportement et hydrologie Rôles de leffet conjugué des débits et des coefficients de marée ainsi que de laction de la pénétration."

Présentations similaires


Annonces Google