La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

M.E.D.A.L. Module dEnseignement à Distance pour lArchitecture Logicielle Alain VAILLY Diapositive n° 1 Université de NANTES Les paradigmes Le modèle entités-associations-propriétés.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "M.E.D.A.L. Module dEnseignement à Distance pour lArchitecture Logicielle Alain VAILLY Diapositive n° 1 Université de NANTES Les paradigmes Le modèle entités-associations-propriétés."— Transcription de la présentation:

1 M.E.D.A.L. Module dEnseignement à Distance pour lArchitecture Logicielle Alain VAILLY Diapositive n° 1 Université de NANTES Les paradigmes Le modèle entités-associations-propriétés (3)

2 Alain VAILLY Diapositive n° 2 Université de NANTES Lusage de ce document, sous quelque forme que ce soit (électronique, papier…), à titre personnel ou devant des étudiants, est autorisé et libre de droits, à la condition expresse quil soit conservé dans létat (et notamment quil comporte la page de garde et cet avertissement). Tout autre usage, notamment commercial, toute diffusion via un serveur informatique, une liste de diffusion… est soumis à laccord PRÉALABLE de son auteur. Ce document constitue un TOUT. Toute coupe, toute modification non autorisée par son auteur sera assimilée à une atteinte aux droits de lauteur et poursuivie comme telle devant les tribunaux. AVERTISSEMENT

3 MEDAL Alain VAILLY Diapositive n° 3 Cours magistral Contexte Auto-évaluation Exercices Corrigés des exercices Références Evaluation Université de NANTES M.E.D.A.L. Etudes de cas

4 comportements Alain VAILLY Diapositive n° 4 Université de NANTES M.E.D.A.L. Cours magistral - le modèle E-A-P - les modèles de traitement de Merise informations fonctions - le modèle relationnel - les réseaux de PETRI PLAN 1) Introduction 2) Notions de base 3) Utilisation et modélisation 4) Normalisation des modèles 6) Conclusion 5) Extensions

5 Alain VAILLY Diapositive n° 5 Université de NANTES M.E.D.A.L. Cours magistral 1) Introduction 2) Notions de base 4) Normalisation des modèles 3) Utilisation et modélisation 6) Conclusion PLAN 2.1) Informations et domaines 2.2) Entités et occurrences 2.3) Associations 2.4) Collections et rôles 2.5) Propriétés explicites et implicites 2.6) Cardinalités 4.1) Normalisation des noms 4.2) Normalisation des propriétés 4.3) Normalisation des entités 4.4) Normalisation des cardinalités 4.5) Normalisation des associations 3.1) Recueil et structuration 3.2) Interprétation 3.3) Modélisation 3.4) Description des modèles 5) Extensions 5.1) Expression des contraintes 5.2) Héritage et agrégation 5.3) Personnalisation des associations 5.4) Association d associations

6 Alain VAILLY Diapositive n° 6 0) Rappels Université de NANTES M.E.D.A.L. Déjà vu : - association, - identifiant, - cardinalité, entité, - propriété, Encore à découvrir : - extensions, - héritage, - agrégation, - personnalisation, - normalisation, - contraintes, -...

7 Alain VAILLY Diapositive n° 7 0) Rappels Université de NANTES M.E.D.A.L. Pour limiter la dispersion de lattention des étudiants, les exemples utilisés dans cette présentation se rapportent tous au même contexte, celui dun marchand de timbres de collection, ayant pour objectifs : - la gestion de son stock, - la gestion de sa clientèle, - la création des catalogues de vente, Contexte - le suivi des ventes, - la production de statistiques.

8 Alain VAILLY Diapositive n° 8 0) Rappels Université de NANTES M.E.D.A.L. AVERTISSEMENT : Les informations contenues dans la « base de données » que nous évoquons ont été choisies sur des critères pédagogiques. La philatélie est passée au second plan. Nous savons, par exemple, parfaitement que les catalogues de vente par correspondance sont beaucoup plus complexes que ceux que nous avons décrit. Notre objectif nest pas de faire de nos étudiants informaticiens de futurs Théodore Champion, mais de les sensibiliser aux problèmes que lon doit surmonter lorsque lon conçoit une base de données. La philatélie nest, ici, quun moyen, aucunement un but. Contexte (2) Théodore Champion, marchand parisien mondialement connu, a fourni au début du siècle les plus grands collectionneurs. Sa maison existe encore aujourdhui, plus de cinquante ans après sa mort.

9 Normaliser, cest mettre aux normes. Les normes dont il est question visent à atteindre une certaine qualité des schémas produits. Alain VAILLY Diapositive n° 9 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles Il y a des normes pour quasiment chaque élément : - normalisation des noms, - normalisation des propriétés, - normalisation des cardinalités, - normalisation des associations.

10 Par contre, une tolérance existe dans le cas où deux éléments de type différent ont le même nom. Alain VAILLY Diapositive n° 10 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.1) Normalisation des noms La règle à respecter, à ce niveau, est simple : Pas deux fois le même nom pour le même type déléments. ASSO2 date CLIENT numéro-client nom-client adresse-règlement date COMMANDE numéro-commande date ANNEE année une seule fois

11 Les entités CLIENT et PERSONNE sont, en fait, les mêmes. On les regroupe en une seule, appelée PERSONNE. Alain VAILLY Diapositive n° 11 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.1) Normalisation des noms Le non-respect de cette règle est un indicateur dinachèvement de la modélisation. Il peut (cela nest pas obligatoirement le cas) y avoir un regroupement à faire : CLIENT numéro nom adresse-règlement date PROSPECT numéro nom adresse date PERSONNE numéro-personne type (C, P) nom-personne adresse-personne date-personne

12 Cette association nouvellement créée permet à COMMANDE davoir accès à la propriété enlevée. Alain VAILLY Diapositive n° 12 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.1) Normalisation des noms Il peut aussi y avoir un travail de mise en évidence dun lien, dune association, à entreprendre : CLIENT numéro-client nom-client date adresse COMMANDE numéro-commande date adresse CLIENT numéro-client nom-client date adresse COMMANDE numéro-commande date EST-PASSEE-PAR 1, 1

13 Alain VAILLY Diapositive n° 13 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.1) Normalisation des noms Si la suppression de (n - 1) exemplaires des propriétés ayant le même nom dérange, il est toujours possible de satisfaire la règle en rendant les noms uniques : ASSO2 date CLIENT numéro-client nom-client adresse-règlement date COMMANDE numéro-commande date

14 Le contrôle étant essentiellement syntaxique, la norme est respectée ! Alain VAILLY Diapositive n° 14 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.1) Normalisation des noms Si la suppression de (n - 1) exemplaires des propriétés ayant le même nom dérange, il est toujours possible de satisfaire la règle en rendant les noms uniques : ASSO2 date-a CLIENT numéro-client nom-client adresse-règlement date-cl COMMANDE numéro-commande date-co une seule fois

15 Lorsque que loutil propose un nom externe et un nom interne, lunicité porte sur ce dernier. Il est donc possible de trouver des schémas en apparence faux. Alain VAILLY Diapositive n° 15 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.1) Normalisation des noms Cette norme est mise en œuvre par tous les outils daide existant. La raison en est quils utilisent tous un dictionnaire de données (souvent appelé référentiel) et que lunicité est vérifiée au niveau de celui-ci. + schéma dictionnaire

16 Pour le dictionnaire, il ny a aucune ambiguïté. Ce schéma est normalisé. Il ny a pas deux propriétés ayant le même nom. Alain VAILLY Diapositive n° 16 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.1) Normalisation des noms ASSO2 date CLIENT numéro-client nom-client adresse-règlement date COMMANDE numéro-commande date nom interne DATECL DATECO DATEA nom externe date élément contenant CLIENT COMMANDE ASSO2

17 Pour le dictionnaire, il y a ambiguïté. Ce schéma nest pas normalisé. Il y a (au moins) deux propriétés ayant le même nom. Alain VAILLY Diapositive n° 17 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.1) Normalisation des noms ASSO2 date CLIENT numéro-client nom-client adresse-règlement date COMMANDE numéro-commande date nom externe date élément contenant CLIENT COMMANDE ASSO2

18 Alain VAILLY Diapositive n° 18 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.1) Normalisation des noms Certains logiciels imposent, en plus, quelques règles visant à améliorer la lisibilité du schéma : - chaque entité a pour nom un nom commun singulier. (ex : CLIENT, COMMANDE, TIMBRE…) - chaque association a pour nom un groupe verbal. (ex : EST-PASSEE-PAR, GARANTIT…) - chaque propriété a un nom composé de deux mots, le second étant obligatoirement celui de lentité ou de lassociation « dans » lequel il est. - pas de nom quon ne peut trouver dans un dictionnaire (ex : XY, ASSO1, ASSO2…)

19 Alain VAILLY Diapositive n° 19 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés Plusieurs contrôles peuvent être opérés sur les propriétés. Il y a dabord la vérification de lunicité des noms (cf. paragraphe précédent). Il y a ensuite un travail de détection/correction de propriétés : - ayant des noms non significatifs, - redondantes, - calculées, - mal localisées.

20 Alain VAILLY Diapositive n° 20 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés La redondance des propriétés doit être éliminée des schémas. Sa persistance fait courir à la base de données un risque majeur, celui de lincohérence. Sil y a, en effet, à deux endroits différents la même information, lors de la mise-à-jour il ne faudra pas oublier une occurrence. E1 prop1 E2 prop1 propr1 XYZ Occurrences de E1 propr1 XYZ Occurrences de E2 Val (prop1) := ZGH

21 Alain VAILLY Diapositive n° 21 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés La redondance des propriétés doit être éliminée des schémas. Sa persistance fait courir à la base de données un risque majeur, celui de lincohérence. Sil y a, en effet, à deux endroits différents la même information, lors de la mise-à-jour il ne faudra pas oublier une occurrence. E1 prop1 E2 prop1 propr1 ZGH Occurrences de E1 propr1 XYZ Occurrences de E2 Val (prop1) := ZGH

22 Alain VAILLY Diapositive n° 22 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés La redondance des propriétés doit être éliminée des schémas. Sa persistance fait courir à la base de données un risque majeur, celui de lincohérence. Sil y a, en effet, à deux endroits différents la même information, lors de la mise-à-jour il ne faudra pas oublier une occurrence. E1 prop1 E2 prop1 propr1 ZGH Occurrences de E1 propr1 ZGH Occurrences de E2 Val (prop1) := ZGH

23 Alain VAILLY Diapositive n° 23 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés Plus généralement, on doit « traquer » les propriétés polysèmes, homonymes ou autres synonymes. nom unique ayant plusieurs sens (ex : quantité) plusieurs nom ayant le même sens (ex : libellé, description...) plusieurs noms (éventuellement) se prononçant et s écrivant de la même façon, et ayant chacun un sens différent

24 Alain VAILLY Diapositive n° 24 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés Lordinateur est dabord un super-calculateur. Il a, par contre, un point faible. Il se « déplace » lentement. Il calcule donc beaucoup plus rapidement quil ne tourne les pages de sa mémoire. On aura donc tendance à ne pas mémoriser les informations calculées, mais les informations brutes. info1info2info3 info4 := f (info1, info2, info3) Si les propriétés info1, info2, info3 sont disséminées, le calcul sera rapide, mais les temps daccès seront plus longs. Faut-il alors mémoriser info4 ? NON

25 Alain VAILLY Diapositive n° 25 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés La vraie raison qui justifie la non-mémorisation dune information calculée réside dans le risque dincohérence encouru lors dune modification dune valeur brute. info1info2info3 info4 := f (info1, info2, info3) Supposons que lon ait, malgré tout, enregistré info4 et que la valeur de info3 change. info4

26 Alain VAILLY Diapositive n° 26 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés La vraie raison qui justifie la non-mémorisation dune information calculée réside dans le risque dincohérence encourue lors dune modification dune valeur brute. info1info2info3bis info4 := f (info1, info2, info3) Supposons que lon ait, malgré tout, enregistré info4 et que la valeur de info3 change. info4 Si la modification nest pas répercutée sur info4, il y a incohérence. Le re- calcul systématique supprime ce risque.

27 Alain VAILLY Diapositive n° 27 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés La vraie raison qui justifie la non-mémorisation dune information calculée réside dans le risque dincohérence encourue lors dune modification dune valeur brute. info1info2info3bis info4 := f (info1, info2, info3) Supposons que lon ait, malgré tout, enregistré info4 et que la valeur de info3 change. info4bis Si la modification nest pas répercutée sur info4, il y a incohérence. Le re- calcul systématique supprime ce risque.

28 Alain VAILLY Diapositive n° 28 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés Le dernier contrôle porte sur la localisation des propriétés et plus précisément sur le cas dune association porteuse dinformation(s) de type fonction totale : Une telle association ne peut garder les informations quelle porte. Celles-ci sont aspirées par lentité. RUBRIQUE1 nom-rubrique1 EST-INCLUSE-DANS date 1, 1 =

29 Alain VAILLY Diapositive n° 29 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés Le dernier contrôle porte sur la localisation des propriétés et plus précisément sur le cas dune association porteuse dinformation(s) de type fonction totale : Une telle association ne peut garder les informations quelle porte. Celles-ci sont aspirées par lentité. EST-INCLUSE-DANS 1, 1 RUBRIQUE1 nom-rubrique1 date

30 Alain VAILLY Diapositive n° 30 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés La raison principale de cette norme tient à la notion de contenant, de conteneur, et au fait quà terme il ne doit plus en rester quun seul. Les propriétés aspirées peuvent être soit dans lentité, soit dans lassociation. Dans la mesure où lon veut réduire le nombre de conteneurs, alors on procède au déplacement. RUBRIQUE1 nom-rubrique1 EST-INCLUSE-DANS date 1, 1 EST-INCLUSE-DANS 1, 1 RUBRIQUE1 nom-rubrique1 date 2 conteneurs 1 conteneur

31 Alain VAILLY Diapositive n° 31 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.2) Normalisation des propriétés nom-rubrique1dateALPHAdate1GAMMAdate2BETAdate3nom-rubrique1ALPHABETAGAMMA RUBRIQUE1 nom-rubrique1 EST-INCLUSE-DANS date 1, 1 BETAdate1DELTA EST-INCLUSE-DANS 1, 1 RUBRIQUE1 nom-rubrique1 date RUBRIQUE1EST-INCLUSE-DANS nom-rubrique1 ALPHA GAMMA BETA date date1 date2 date3 RUBRIQUE1

32 Alain VAILLY Diapositive n° 32 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.3) Normalisation des entités Il y a peu de choses à vérifier relativement aux entités. Une règle doit absolument être respectée, celle ci-dessous, concernant les identifiants. Toutes les entités doivent avoir un identifiant. CLIENT numéro-client nom-client adresse-règlement date CLIENT numéro -client nom-client adresse-règlement date X Cela est, en général, contrôlé par les outils daide.

33 Alain VAILLY Diapositive n° 33 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.3) Normalisation des entités Il est nécessaire de passer en revue les schémas et danalyser soigneusement les entités réduites aux seules propriétés identifiantes. ANNEE année 1) peut-on lavoir ailleurs ? 2) sert-elle de point daccès ? Celles-ci pouvant souvent être récupérées (parmi les propriétés identifiantes des associations dans lequelles ces entités sont impliquées), il faut se poser la question de la survie de ces entités.

34 Alain VAILLY Diapositive n° 34 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.4) Normalisation des cardinalités Les cardinalités mini et maxi appartiennent à lensemble {0, 1, n}. Toutes les valeurs en dehors de celui-ci sont à proscrire. La formulation ci- contre est meilleure. Mettre un maximum de 3 limitera à 3 le nombre de liaisons et ce sur la totalité de la vie de loccurrence de E1. ASSO 0, 3 E1 ASSO 0, n E1 (n 3)

35 Alain VAILLY Diapositive n° 35 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.4) Normalisation des cardinalités Pas plus de 3 ==> structure de taille fixée à 3 éléments … si, un jour, cela passe à 5 … il faut tout refaire. ASSO 0, 3 E1

36 Alain VAILLY Diapositive n° 36 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations Trois « choses » sont à vérifier, concernant les associations : fantômes décomposables redondantes ASSO 1, 1 E1 1, 1 E2 ASSO -, n E1 1, 1 E2 E3 -, n 1, 1 ASSO1 -, - E1 1, 1 E2 E3 -, - ASSO2ASSO3 1, 1

37 Alain VAILLY Diapositive n° 37 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations fantôme Une association fantôme est une association dans laquelle tous les couples de cardinalités (mini, maxi) sont à (1, 1). Chaque occurrence de chaque entité appartenant à la collection de lassociation est impliquée une et une seule fois. 1, 1 ASSO E1 1, 1 E2 E3 1, 1 E4 card (E1) = card (E2) = card (E3) = card (E4)

38 Alain VAILLY Diapositive n° 38 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations Une telle structure se simplifie. 1, 1 ASSO E1 1, 1 E2 E3 1, 1 E4 Il y a 4 clés potentielles. Il faut en choisir une. E ident-E1 ident-E2 ident-E3 ident-E4 prop-E1 prop-E2 prop-E3 prop-E4

39 1, 1 ASSO1 -, - E1 1, 1 E2 E3 -, - ASSO2ASSO3 1, 1 -, - Alain VAILLY Diapositive n° 39 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations redondance de chemins Il y a redondance de chemins si pour chaque occurrence de lentité de départ, que lon parte sur la gauche ou sur la droite, on arrive à la même occurrence de lentité darrivée. départ arrivée Si on est dans cette situation, on va supprimer le plus court chemin (le plus « pauvre »). X

40 Alain VAILLY Diapositive n° 40 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations départ arrivée a E1, X (a) = Y (a) Soient : - Ei lensemble des occurrences de lentité Ei, - X le chemin de gauche, - Y le chemin de droite. 1, 1 ASSO1 -, - E1 1, 1 E2 E3 -, - ASSO2ASSO3 1, 1 -, - NB : pour passer cette partie Approfondissement, cliquer sur la loupe.

41 Alain VAILLY Diapositive n° 41 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations départ arrivée X : ASSO3 o ASSO1 Soit Ai lensemble des occurrences de lassociation ASSOi. A1 : {x E1, y E2, tq ASSO1 (x) = y} a E1, ASSO3 (ASSO1 (a)) = ASSO2 (a) Y : ASSO2 1, 1 ASSO1 -, - E1 1, 1 E2 E3 -, - ASSO2ASSO3 1, 1 -, - NB : pour passer cette partie Approfondissement, cliquer sur la loupe.

42 Alain VAILLY Diapositive n° 42 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations Si tous les clients règlent eux- même leurs factures, il y a redondance. On doit donc enlever PAYE (le plus court chemin). 1, 1 CORRESPOND-A -, - REGLEMENT 1, 1 FACTURE CLIENT -, - PAYE EST-RECUE-PAR 1, 1 -, - Cette combinaison de cardinalités est une condition nécessaire pour quil y ait redondance.

43 Alain VAILLY Diapositive n° 43 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations Il y a deux cas de décomposition dassociations n-aires, avec n > 2. La première concerne une association analogue à celle ci-contre, dans laquelle il y a au moins un couple de cardinalités (1,1) ou (0, 1). ASSO -, n E1 1, 1 E2 E3 -, n

44 Alain VAILLY Diapositive n° 44 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations La règle est simple : décomposable ASSO -, n E1 -, 1 E2 E3 -, n NON décomposable ASSO -, n E1 -, n E2 E3 -, n

45 Alain VAILLY Diapositive n° 45 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations … son application aussi simple : AVANT ASSO -, n E1 -, 1 E2 E3 -, n APRES ASSOa -, n E1 -, 1 E2 E3 -, n ASSOb -, 1

46 Alain VAILLY Diapositive n° 46 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations APRES ASSOa -, n E1-4 1, 1 E2 E3 -, n ASSOb 1, 1 ASSO -, n E1 1, 1 E2 E3 -, n E4 1, 1 Ca marche aussi avec plus de 3 pattes... AVANT

47 Alain VAILLY Diapositive n° 47 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations AVANT ASSO -, n E1 1, 1 E2 E3 -, n E4 1, 1 Il est toujours possible de transformer une association en entité. -, n E1 1, 1 E2 E3 -, n E4 1, 1 ASSO 1, 1

48 Alain VAILLY Diapositive n° 48 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations Il est toujours possible de transformer une association en entité. -, n E1 1, 1 E2 E3 -, n E4 1, 1 ASSO 1, 1 Toute cette partie est simplifiable (on peut tout réunir en une seule entité).

49 Alain VAILLY Diapositive n° 49 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations Il est toujours possible de transformer une association en entité. -, n E1 1, 1 E2 E3 -, n E4 1, 1 ASSO 1, 1 ASSOa -, n E1-4 1, 1 E2 E3 -, n ASSOb 1, 1

50 ASSOa -, n E1-4 1, 1 E2 E3 -, n ASSOb 1, 1 Alain VAILLY Diapositive n° 50 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations CQFD ! ASSOa -, n E1-4 1, 1 E2 E3 -, n ASSOb 1, 1 APRES

51 Alain VAILLY Diapositive n° 51 Université de NANTES M.E.D.A.L. 4) Normalisation des modèles 4.5) Normalisation des associations n n-1 Lautre cas de décomposition est celui dune association n-aire porteuse dune contrainte dintégrité fonctionnelle (CIF) impliquant n-1 entités. Cette notion de CIF nayant pas encore été abordée (elle le sera dans le prochain paragraphe), cette décomposition ne sera pas décrite ici.

52 Alain VAILLY Diapositive n° 52 Université de NANTES M.E.D.A.L. A suivre : - contraintes ensemblistes, - contraintes procédurales, - association dassociations, - personnalisation dassociations, - héritage, - agrégation, -... Entracte (ter)

53 Alain VAILLY Diapositive n° 53 Bibliographie (sommaire) Université de NANTES M.E.D.A.L. Pour compléter la formation... la référence :-) P. ANDRE, A. VAILLY, « Conception des systèmes dinformation ; Panorama des méthodes et des techniques », Editions Ellipses, janvier 2001, ISBN X D. NANCI, B. ESPINASSE, « Ingéniérie des systèmes dinformation : Merise ; deuxième génération », 4e édition, Editions Vuilbert, 2001, ISBN


Télécharger ppt "M.E.D.A.L. Module dEnseignement à Distance pour lArchitecture Logicielle Alain VAILLY Diapositive n° 1 Université de NANTES Les paradigmes Le modèle entités-associations-propriétés."

Présentations similaires


Annonces Google