La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf Oran Faculté des sciences Club scientifique les amis de la nature dOran Présenté par : Mme.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf Oran Faculté des sciences Club scientifique les amis de la nature dOran Présenté par : Mme."— Transcription de la présentation:

1 Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf Oran Faculté des sciences Club scientifique les amis de la nature dOran Présenté par : Mme Sadia MANSOUR Maitre assistante, département de génétique moléculaire appliquée

2 Le virus Un virus est un parasite intracellulaire obligatoire ne pouvant se multiplier qu'à l'intérieur d'une cellule hôte et utilisant sa machinerie cellulaire. Il contient : une information génétique (sous forme d'ADN ou d'ARN), une structure de protection souvent protéique, compacte, pour protéger son Acide Nucléique (La Capside) et une enveloppe de protection. Il existe de nombreux types de virus, Ceux portant lADN Ceux portant lARN

3 Le virus

4 Le virus du SIDA Le virus du sida fait partie de la famille des virus à ARN. Cest un lentivirus cad son effet lent Son nom correspond à son effet pathologique : VIH = Virus de l'Immunodéficience Humaine. Il affecte le système immunitaire humain Il cause la maladie du SIDA (système immunitaire défaillant )

5 Structure du VIH-1 Il est d'un aspect globalement sphérique, pour un diamètre variant de 90 à 120 nm. Le virus du SIDA se compose d'un matériel génétique (ARN) accompagné de quelques protéines, le tout contenu capside, elle-même entourée d'une matrice protéique, entourée par une enveloppe recouverte de deux types de glycoprotéines : la gp41 qui traverse la membrane, et gp120 qui recouvre la partie de la gp41 qui sort de la membrane.

6 Structure du VIH-1

7 Les cellules cibles Les cellules cibles du VIH sont celles présentant des récepteurs CD4 à leur surface. En effet, il existe une très forte liaison entre la gp120 et le recepteur des marqueurs CD4 présent à la surface des cellules CD4+ du système immunitaire.CD4cellules CD4+ C'est pour cette raison que le VIH n'infecte que des cellules ayant ce récepteur à leur surface, Ainsi, les ces cellules cibles sont les lymphocytes T CD4+, les macrophages, les cellules dendritiques et les cellules microgliales du cerveau.lymphocytes T CD4+macrophagescellules dendritiques cellules microgliales

8 Les cellules cibles

9 Comment vas agir le virus du SIDA(Mode daction) Il va agir en se répliquant, cette réplication se déroule en plusieurs étapes: Attachement de la cellule Intégration du génome Synthèse des protéines virales Libération des virions

10 1.Fixation ou attachement à une cellule (1) Cette étape repose sur une reconnaissance entre les protéines de la surface virale gp120 et les récepteurs CD4 de la cellule cible. Après l'union avec un récepteur CD4, gp120 change de conformation et est attiré vers un co-récepteur devant également être présent à côté de la molécule CD4. les principaux sont CXCR4 pour les lymphocytes T CD4+ et CCR5 pour les macrophages [29]. conformation [29]

11 2. Fusion, la pénétration et la décapsidation (2,3) après l'union de gp120 avec le co-récepteur, le gp41, il va se fixer sur la membrane cytoplasmique par repli sur elle- même, gp41 attire l'enveloppe virale vers la membrane cytoplasmique, puis la fusion des membranes cellulaire et virale a lieu grâce à un peptide de fusion présent dans gp41.membrane cytoplasmiquepeptide La capside du VIH pénètre alors dans le cytoplasme de la cellule et les deux brins d'ARN et les enzymes sont libérés.cytoplasme Ainsi, la protéine gp120 est responsable de l'attachement et gp41 de la fusion, puis de la pénétration au sein de la cellule.

12 3. Transcription inverse de lARN viral Cette étape est spécifique aux rétrovirus. (virus à ARN pas à ADN), une opération de rétrotranscription, "convertissant" l'ARN viral en ADN viral est nécessaire, car seul de l'ADN peut être intégré dans le génome de la cellule cible. Cette rétrotranscription est réalisée par l'enzyme transcriptase inverse, une ADN polymérase ARN-dépendante. La transcriptase inverse parcourt l'ARN viral et le transcrit en une première molécule d'ADN simple-chaîne, ou ADN brin(-). Pendant cette synthèse, l'ARN matrice est dégradé par une activité ribonucléase H portée par la transcriptase inverse. La dégradation de l'ARN est totale, sauf pour deux courtes séquences riches en purines appelées séquences PPT (polypurine tracts).transcriptase inverse ADN polymérase ribonucléase Hpurines Ces deux courtes séquences vont servir d'amorces à la transcriptase inverse pour la synthèse du second brin d'ADN, le brin(+), en utilisant l'ADN brin(-) comme matrice. L'ADN final est une molécule à double-brin. R Une particularité de la transcriptase inverse nest fidèle dans sa transcription et souvent elle fait des erreurs. C'est la raison pour laquelle le VIH a une très grande variabilité génétique.variabilité génétique

13 4.Intégration de lADN Une fois que L'ADN viral est formé il pénètre dans le noyau cellulaire, il dois traverser la membrane nucléaire, Pour ce faire, il forme un complexe de préintégration composé dune enzyme= lintégrase et d'autres composants protéiques viraux et cellulaires. Ce complexe possède la capacité d'interagir avec des éléments de la membrane nucléaire, pour traverser cette membrane et accéder à la chromatine cellulaire.noyau cellulaire L'ADN s'intègre ensuite au hasard dans le génome de la cellule cible, sous l'effet de l'enzyme intégrase.intégrase

14 5. Synthèse des protéines virales Elle passe par plusieurs étapes: La transcription, la traduction, ……… 1) Les deux brins d'ADN de la cellule « s'écartent » localement sous l'effet de l'ARN polymérase. 2) la séquence est complémentée par des bases azotées libres du noyau, elle se polymérise en une chaîne monobrin, l'ARNm (messager).ARNm L'ARNm ainsi obtenu est est constitué d'une succession d'introns (parties non codantes) et d'exons (parties codantes). pour pouvoir être lu par les ribosomes, il doit subir une maturation, (excision des introns).intronsexonsribosomes

15 Une fois sorti du noyau par l'un des pores nucléaires, l'ARNm est lu par les ribosomes du RER (réticulum endoplasmique rugueux)= phase de traduction.réticulum endoplasmique rugueux La traduction est initié par un codon initiateur AUG (Adénine-Uracile-Guanine)et terminé par un codon stop (UAA ; UGA ; UAG) en marquera la fin. le ribosome attribue un acide aminé À chaque codon (groupe de trois nucléotides) de l'ARNm,. Les différents acides aminés se polymérisent au fur et à mesure de la lecture, ils formeront des polypeptidesacide aminé

16 6. Maturation et assemblage les polypeptides formés ne sont pas encore opérationnels. Ils doivent subir une maturation dans l'appareil de Golgi. Lorsqu'elles sortent du Golgi, les différentes protéines sont liées entre elles. Les protéines sont transportées vers la membrane où elles rejoignent les glycoprotéines virales membranaires. (gp120 et gp41)). Des ARN viraux rejoignent les protéines virales. Les protéines de structure s'assemblent pour former la capside et la matrice, englobant cet ensemble. La capside sort de la cellule infectée en arrachant une partie de la membrane cellulaire. Une protéase virale doit couper les liens qui unissent les différentes protéines de structure (matrice, capside et nucléocapside), pour que les virions soient infectieux. Suite aux coupures, les virions sont prêts à infecter de nouvelles cellules.

17

18 Cycle de réplication du virus de l'immunodéficience humaine.

19 Quels sont les symptômes du sida ? Première phase. Les symptômes de linfection par le VIH se manifestent dans les semaines qui suivent lexposition et ressemblent à ceux de la grippe. Au moment de leur apparition, la personne infectée est particulièrement contagieuse. Ces symptômes persistent durant une semaine à un mois, puis disparaissent. Fièvre Maux de tête Maux de gorge Rougeurs sur la peau Fatigue Douleurs musculaires et articulaires Deuxième phase. Elle est souvent asymptomatique (absence de symptômes). Troisième phase. Lorganisme commence à donner des signes quil sépuise. Certains symptômes deviennent plus fréquents, persistants et parfois chroniques, par exemple : Fièvre Sueurs nocturnes Perte de poids importante Gonflement des ganglions Diarrhées persistantes Infections de la peau Toux sèche persistante Essoufflement

20 conclusion Transmis par plusieurs fluides corporels : sang, sécrétions vaginales, sperme ou lait maternel le sida est aujourd'hui considéré comme une pandémie ayant causé la mort d'environ 25 millions de personnes entre 1981(date de la première identification de cas de sida) et janvier Il est estimé qu'environ 1 % des personnes âgées de 15 à 49 ans vivent avec le VIH, principalement en Afrique sub-saharienne. Bien qu'il existe des traitements antirétroviraux luttant contre le VIH et retardant par conséquence l'apparition du sida, réduisant ainsi la mortalité et la morbidité, il n'existe à l'heure actuelle aucun vaccin ou traitement définitif. La prévention, qui passe notamment par les rapports sexuels protégés et la connaissance de son statut sérologique de manière à éviter les infections d'autrui, est le moyen de lutte le plus efficace.

21 merci


Télécharger ppt "Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf Oran Faculté des sciences Club scientifique les amis de la nature dOran Présenté par : Mme."

Présentations similaires


Annonces Google