La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La Crète et ses mythes Objectifs: Découvrir les mythes liés à un lieu Découvrir les mythes liés à un lieu Les confronter aux réalités historiques et géographiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La Crète et ses mythes Objectifs: Découvrir les mythes liés à un lieu Découvrir les mythes liés à un lieu Les confronter aux réalités historiques et géographiques."— Transcription de la présentation:

1 La Crète et ses mythes Objectifs: Découvrir les mythes liés à un lieu Découvrir les mythes liés à un lieu Les confronter aux réalités historiques et géographiques Les confronter aux réalités historiques et géographiques Découvrir et analyser les réexploitations de ces mythes Découvrir et analyser les réexploitations de ces mythes

2 Plan de la séquence I. présentation I. présentation II.Zeus II.Zeus III.Minos III.Minos IV.Dédale IV.Dédale V.Thésée V.Thésée VI.annexe sur le minotaure VI.annexe sur le minotaure VII.annexe sur le labyrinthe VII.annexe sur le labyrinthe

3 I.Présentation la Crète dans le monde grec

4 Gros plan sur la Crète

5 La plus grande des îles de la mer Egée est le berceau de bien des mythes.Si le plus connu est celui du minotaure,il ne doit pas occulter les autres. A tout seigneur tout honneur, commençons par Zeus lui même … II.Zeus a)le berceau b)les nourrices et les protecteurs c)les amours

6 Petit rappel généalogique

7 Le berceau de Zeus Rhéa,lassée de voir son cher époux dévorer tous les enfants quelle mettait au monde, essaya de soustraire celui quelle portait à lappétit féroce de Cronos. Après avoir accouché de son fils,elle trouva refuge… en Crète! Voici une version plus détaillée de cette arrivée en Crète

8 Rh é a é tait furieuse que Cronos d é vorât ses enfants. C'est pourquoi elle mit au monde Zeus, son troisi è me fils, en pleine nuit sur le mont Lyc é e en Arcadie, l à o ù les cr é atures n'ont pas d'ombre et apr è s l'avoir baign é dans le fleuve N é da, elle le donna à Gaia. Celle-ci le transporta à Lyctos en Cr è te (selon la version la plus connue) o ù elle le cacha dans l'Antre de Dict é sur le mont Aeg é on (ou Ida ou dict é ). Elle le confia aux soins de la nymphe Adrast é et à sa s œ ur Io, l'une et l'autre filles de M é liss é e, et à la nymphe-ch è vre Amalth é e. Il mangeait du miel fait sp é cialement par les abeilles du mont Ida et il partageait le lait d'Amalth é e avec Pan, son fr è re de lait. Entourant le berceau d'or de l'enfant, accroch é dans un arbre (afin que Cronos ne puisse le trouver ni dans le ciel, ni sur terre, ni sur mer), se tenaient les Cour è tes en armes, fils de Rh é a. Ils frappaient leurs boucliers de leurs lances et criaient pour couvrir ses vagissements du nouveau-n é, de crainte que Cronos ne les entend î t de loin. Adrast é (Qui ne recule pas) é tait la fille d'Iasos et de M é lissa, elle é tait la s œ ur d'Io et de Phoron é e. Charg é e de distraire Zeus nourrisson quand il pleurait, elle poss é dait une boule ajour é e form é e de cercles d'or contenant une pierre cisel é e : lorsqu'elle lan ç ait la boule en l'air, elle tra ç ait dans le ciel de longs sillons dor é s, semblables à ceux que laisse une é toile filante ; Zeus, fascin é, en oubliait sa peine. Rh é a avait envelopp é de langes une grosse pierre qu'elle donna à Cronos sur le mont Thaumasion en Arcadie, il l'avala croyant que c' é tait le jeune Zeus.

9 La ruse de Rhéa,bas relief

10 La nourrice:la bonne Amalthée vue par lécole flamande:Jordaens

11 Vue par Nicolas Poussin

12 OVIDE, Fastes : Lever de la Ch è vre ; (5, ) "Que le nom de Jupiter inaugure ces chants ! La premi è re nuit va nous montrer l' é toile de la nymphe qui veilla sur le berceau de Jupiter. ( … ) ; elle est plac é e au ciel pour prix de son lait. La na ï ade Amalth é e, noble fille de l'Ida cr é tois, cacha, dit-on, Jupiter au fond des forêts. Elle poss é dait une ch è vre, m è re de deux chevreaux, et remarqu é e pour sa beaut é entre tous les troupeaux de la Cr è te ; une ch è vre dont les cornes é lev é es se recourbaient sur son dos, et dont la mamelle é tait digne de nourrir le grand Jupiter. Elle en donnait le lait au dieu ; mais un jour une des cornes de la ch è vre se brisa contre un arbre, et lui fit perdre ainsi la moiti é de sa parure. Amalth é e ramassa cette corne bris é e, l'entoura d'herbes fra î ches, la remplit de fruits, et la pr é senta ainsi aux l è vres de Jupiter. Quand le dieu r é gna dans les cieux, assis sur le trône de son p è re, quand Jupiter, par sa victoire, eut tout mis à ses pieds, il pla ç a au rang des astres et la nourrice et la corne f é conde. Elle porte encore aujourd'hui le nom de la Pl é iade qui l'avait autrefois poss é d é e."

13 Et les protecteurs: Corybantes ou Courètes, sur un bouclier découvert dans la grotte de lIda

14

15 Par Noël Coypel à Versailles Une vision plus récente

16 Les amours de Zeus en Crète: Europe Si par une série de très subtils liens vous avez pu repérer quEurope est la mère de Minos,cela ne vous apprend pas ce qui lui est arrivé,ni ses rapports avec les taureaux… Alors voici quelques indices: Fille dAgénor,roi de Sidon ou de Tyr,Europe jouait avec ses amies sur la plage quand Zeus la vit et tomba amoureux delle.il se transforma en un magnifique taureau blanc et vint se coucher aux pieds de la jeune fille.Dabord effrayée,elle senhardit jusquà le caresser et monter sur son dos.Zeus sélança alors dans la mer quil traversa jusquen Crète.Là il sunit à la jeune fille,près de Gortyne,au pied dun platane qui ne perdit plus jamais ses feuilles.Elle mit au monde les trois fils de Zeus et fut mariée au roi de Crète,Astérion qui adopta ses enfants. Zeus offrit à Europe trois présents:un chien qui ne lâche jamais sa proie,un épieu qui ne manque jamais sa cible et Talos,un géant de bronze qui garde les côtes de Crète.(dont nous reparlerons après quelques images…) Lhistoire dEuropedEurope

17 Lenlèvement dEurope par ZeusEurope Tu en as peut-être un exemplaire dans ta poche, si tu as la chance de posséder une pièce de deux euros frappée en Grèce. Sinon,tu peux te référer à dautres représentations…

18 . De lantiquité au XIXè,la belle Europe a beaucoup voyagé sur le dos du blanc taureau des fresques de Pompéi aux vases à figures rouges,en passant par les pinceaux de Gustave Moreau.

19 Talos Personnage de premier plan dans la mythologie cr é toise, Talos est li é aux monts Tallaia. Gardien de l î le, il en faisait le tour trois fois par jour. Ce g é ant de bronze, qui n`avait qu`une seule veine allant de la nuque au talon, avait é t é fabriqu é par H é phaistos. Il n é tait pas arm é, mais pouvait lancer des rochers é normes contre les navires ennemis qui s approchaient des côtes, et son corps de m é tal incandescent mettait le feu à tout ce qu il touchait. Il é tait d ailleurs responsable du maintien de l`ordre dans les campagnes, o ù on le voyait passer, tenant entre ses mains les tables sur lesquelles é taient grav é es les lois. Il n`aurait jamais d û mourir. Mais un jour, les Argonautes crois è rent l` î le à bord de leur navire. Talos se pr é parait à les exterminer, quand la magicienne Med é e, apr è s l`avoir immobilis é, s approcha de lui et ôta le petit clou de bronze qui « scellait », à son talon, l unique veine de son corps. Le liquide divin qui lui tenait lieu de sang s é chappa et le h é ros s effondra, inanim é

20 Sa famille EuropeZeus MinosPasiphaetaureauSarpédonRhadamante minotaure AndrogéeArianeDionysosPhèdre

21 Une erreur de Minos Minos,pour obtenir le pouvoir sur ses fr è res,pr é tendit que tout ce qu il demanderait au ciel lui serait accord é.Il offrit un sacrifice à Pos é idon en lui demandant de faire sortir un taureau de la mer,qu il promettait de lui sacrifier en retour.Pos é idon lui envoya le taureau et ainsi Minos obtint le pouvoir sur ses fr è res.Mais il omit de tenir sa promesse et garda le taureau,trop beau selon lui pour être sacrifi é.Pos é idon se vengea en provoquant la passion de Pasiphae pour l animal puis en rendant le taureau furieux de sorte qu H é racl è s d û t le tuer à la demande de Minos.Pasiphae La justice de Minos Minos passe pour avoir civilis é les Cr é tois,avoir r é gn é sur eux avec justice et douceur et leur avoir donn é d excellentes lois.Ces lois é taient si remarquables qu elles é taient consid é r é es comme directement inspir é es par Zeus : Minos,tous les neufs ans serait all é consulter le dieu dans la caverne de l Ida o ù Zeus avait é t é é lev é,et l à il aurait re ç u ses instructions.Zeus

22 Le minotaureminotaure Fruit des amours contre nature de Pasiphae et du taureau de Pos é idon.La vengeance du dieu prit la forme d une mania (folie) envoy é e à la femme du roi.Celle-ci convainquit D é dale de lui confectionner un costume en forme de vache pour approcher l animal et permettre l accouplement.De cette union naquit un être à la tête de taureau et au corps d homme.Minos d é cida de cacher ce t é moignage un peu trop visible de la trahison de son é pouse.D é dale lui construisit donc une prison en forme de palais aux pi è ces et couloirs si nombreux que nul ne pouvait s en é chapper.Seul Th é s é e,le fils d Eg é e, aid é par le fil donn é par Ariane,r é ussit non seulement à tuer le minotaure mais à retrouver son chemin. Pasiphae D é dale Minos Th é s é e Ariane Androg é e Le brillant fils de Minos et de Pasiphae s é tait rendu à Ath è nes pour participer à un concours sportif organis é par Eg é e.Ayant remport é la victoire dans toutes les é preuves,il provoqua la jalousie des perdants et fut tu é (soit envoy é par Eg é e combattre le taureau de Marathon qui ravageait la r é gion et qui le tua) Pasiphae Eg é e Minos partit en guerre contre Ath è nes.Le combat fut ind é cis jusqu à ce que la peste ravage la ville et que les dieux consult é s indiquent aux Ath é niens de donner satisfaction à Minos.Celui-ci r é clama que tous les ans (3 ans ou 9 ans) un tribut de sept jeunes gens et sept jeunes filles lui soit livr é pour remettre en pâture au minotaure.

23 Idoménée Ou la petite annexe familiale des héros crétois Selon la légende grecque, fils de Deucalion, petit-fils de Minos et de Pasiphaé, et roi de Crête. Il figura parmi les prétendants d'Hélène et fut l'un des héros de la guerre de Troie. D'après L'Odyssée, il regagna sa patrie sain et sauf; mais, d'après une tradition plus récente, il fut pris dans une violente tempête et fit alors voeu, s'il échappait, de sacrifier à Poséidon le premier être vivant qu'il rencontrerait en arrivant chez lui.Malheureusement,son fils,prévenu de son retour,vint laccueillir et fut donc le premier quil rencontra.Fidèle à son serment il limmola.Selon dautres versions,il ne tint pas parole,selon dautres encore,les habitants sopposèrent à sa volonté.Dans tous les cas,il fut chassé de Crète et trouva refuge en Italie du sud,où il vécut justement jusquà un âge avancé

24 le meurtre D é dale,jaloux de son neveu qui a invent é la scie apr è s avoir observ é la mâchoire d un serpent,le tue en le pr é cipitant du haut de l acropole A Ath è nes D é dale est à la fois sculpteur,inventeur,architecte,b ref homme de g é nie Il est connu,renomm é,parfois soup ç onn é de vouloir é galer les dieux,tant ses sculptures semblent vivantes. sa famille D é dale sa s œ ur Perdix Icare Perdix ou Talos,ou Calos son neveu

25 En Cr è te 1 er exil : D é dale se met au service du roi Minos,dont il devient l architecte et l homme à tout inventer.roi Minos il invente donc : un costume en forme de vache pour la reine Pasiphae qui veut s unir à un taureauPasiphae une prison labyrinthique pour enfermer le minotaureminotaure un fil solide et d une longueur inaccoutum é e à la demande d Ariane Ariane Mais ces trois inventions lui attirent quelques ennuis et il doit s enfuir grâce à une quatri è me invention : des ailes faites de plume et de cire d abeille …

26 La mort d Icare Icare Las,le fils de D é dale qui a suivi son p è re en exil subit la même punition inflig é e par Minos.Il doit donc,comme lui,s enfuir du labyrinthe o ù il est enferm é,mais,sans é couter les conseils de son p è re,gris é par l air,il s envole trop haut dans le ciel,trop pr è s du soleil dont la chaleur fait fondre la cire de ses ailes et il tombe dans la mer o ù il p é rit noy é.Minos En Sicile,le deuxi è me exil. Poursuivant son vol,D é dale atterrit d abord à Cumes o ù il fait construire un temple à Apollon,puis il passe en Sicile o ù il se r é fugie à la cour du roi Cocalos, à Camicos(future Agrigente).Minos le poursuit toujours et,persuad é qu il se trouve dans ce royaume,lance un d é fi :celui qui arrivera à passer un fil dans les spirales d une coquille d escargot recevra une r é compense.Cocalos proposa la difficult é à D é dale qui la r é solut en fixant le fil à une fourmi qu il engagea dans ce nouveau labyrinthe.Cocalos apporta la r é ponse à Minos qui s û t ainsi que D é dale é tait dans les parages.Mais Cocalos,ayant promis de prot é ger le g é nial inventeur, fit é bouillanter Minos dans son bain.

27 Sa famille Aethra Egée Thésée Elevé par sa mère et son grand-père Pithée à Trézène,Thésée,à lâge de seize ans,soulève le rocher sous lequel son père a caché son épée et sa sandale et part sur la route dAthènes pour aller sy faire reconnaître par Egée.En chemin,il sillustre par de nombreux exploits en exterminant des bandits et il arrive à Athènes précédé dune louable renommée. Malgré la tentative dempoisonnement de la compagne dEgée,Médée,il dévoile son identité et est officiellement reconnu par son père.

28 Lexpédition en Crète Thésée,pour éviter une rébellion du peuple dAthènes contre Egée,ou bien choisi directement par Minos,prit part à la troisième livraison de jeunes gens au roi de Crète.Minos Il partit avec deux jeux de voiles,un noir pour marquer laspect funeste de ce voyage et un blanc,pour témoigner de son succès sil parvenait à tuer le minotaure. minotaure A son arrivée en Crète,Thésée bénéficia de laide inattendue dAriane,la fille de Minos qui tomba amoureuse de lui et lui confia le fil,créé par Dédale,pour quil puisse retrouver son chemin dans le labyrinthe.Thésée tua le minotaure et pût ainsi séchapperAriane Dédale Sur le chemin du retour,Thésée fit escale à Naxos où Ariane fut abandonnée (soit parce que Thésée préférait sa sœur Phèdre,soit parce que Dionysos qui avait vu la jeune fille et était tombé amoureux delle le lui ordonna) A larrivée en vue dAthènes,Thésée oublia de changer les voiles du navire. Egée qui guettait son retour du haut de la falaise,aperçut les voiles noires et,croyant son fils mort,se précipita dans la mer qui porte désormais son nom

29 Une vision originale de Thésée par Honoré Daumier A rebours des guerriers qui marchent dordinaire En tête de leur peloton, Thésée en royal rejeton Marchait après le sien pour se tirer daffaire

30 La religion crétoise Aborder la mythologie invite à se poser des questions sur ses origines. Lors des fouilles accomplies en Crète et plus spécialement par Arthur Evans qui découvrit Cnossos,on a trouvé beaucoup de représentations de taureau sur des fresques,de labyrinthes,sur des monnaies. A côté de ces deux éléments que développera la suite de ce montage,on trouve également beaucoup de représentations de la hache à double tranchant,appelée « LABRYS »en lydien et dont certains ont voulu faire lorigine étymologique du mot labyrinthe. Une difficulté se pose,car en grec la hache se dit « pélékus » et na donc pas grand chose à voir avec le labyrinthe. Dautres ont associé la forme de la hache à celle des cornes du taureau… Cette hache aurait pu être une représentation non figurative dune divinité. Un autre personnage important qui figure en Crète est La divinité féminine à la poitrine dénudée et qui porte des serpents aux mains Deux symboles de fertilité et de fécondité

31 VI.annexe sur le minotaure Vous trouverez dans les documents qui suivent *Des illustrations du personnage du minotaure à travers les âges *La nouvelle de Borgès

32 VI.Le Minotaure…. Le plus souvent représenté au moment de sa mort

33 Une des rares représentations du Minotaure,enfant,dans les bras de sa mère Pasiphae

34 Représentation crétoise des taureaux un sport national consistait à sauter au dessus du taureau en prenant appui de ses mains entre les deux cornes de lanimal la fresque ci dessous représente les trois étapes du saut

35 Tu viens de voir deux versions du taureau,sur fresque et en sculpture, qui a une place prédominante en Crète. Tu peux récapituler tout ce que tu sais désormais sur les taureaux crétois.

36 La légende de Thésée et le Minotaure - Maître des Cassoni Campana - début du 16ème siècle.en quatre panneaux et sur plus de six mêtres de longueur, le Maître des Cassoni Campana raconte en images la légende de Thésée et le Minotaure. Ce chef d'oeuvre, réalisé au début du 16ème siècle fourmille de détails et se lit presque comme une bande dessinée moderne. Lintérêt de cette représentation est la figure du Minotaure qui apparaît ici avec un corps de taureau et une tête dhomme.On notera aussi ladaptation des costumes à lépoque de réalisation de lœuvre et non pas à une représentation de lantiquité

37 le minotaure George Frederic Watts 1885 Noublie pas quun minotaure peut en cacher un autre… … celui réellement illustré par Watts et celui de Borgès,dans la nouvelle Astérion… Sans oublié celui en quête de son identité dans la nouvelle de Dürenmatt « Minotaure » Extraite du recueil la mort de la Pythie

38 La Demeure d'Astérion Cette nouvelle de Jorge Luis Borgès est tirée de L'Aleph Et la reine donna le jour à un fils qui s'appela Astérion. APOLLODORE, Bibl., III, L. Je sais qu'on m'accuse d'orgueil, peut-être de misanthropie, peut-être de démence. Ces accusations (que je punirai le moment venu) sont ridicules. Il est exact que je ne sors pas de ma maison ; mais il est moins exact que les portes de celle-ci, dont le nombre est infini (1), sont ouvertes jour et nuit aux hommes et aussi aux bêtes. Entre qui veut. Il ne trouvera pas de vains ornements féminins, ni l'étrange faste des palais, mais la tranquillité et la solitude. Il trouvera aussi une demeure comme il n'en existe aucune autre sur la surface de la terre. (Ceux qui prétendent qu'il y en a une semblable en Égypte sont des menteurs.) Jusqu'à mes calomniateurs reconnaissent qu'il n'y a pas un seul meuble dans la maison. Selon une autre fable grotesque, je serais, moi, Astérion, un prisonnier. Dois-je répéter qu'aucune porte n'est fermée ? Dois-je ajouter qu'il n'y a pas une seule serrure ? Du reste, il m'est arrivé, au crépuscule, de sortir dans la rue. Si je suis rentré avant la nuit, c'est à cause de la peur qu'ont provoquée en moi les visages des gens de la foule, visages sans relief ni couleur, comme la paume de la main. Le soleil était déjà couché. Mais le gémissement abandonné d'un enfant et les supplications stupides de la multitude m'avertirent que j'étais reconnu. Les gens priaient, fuyaient, s'agenouillaient. Certains montaient sur le perron du temple des Haches. D'autres ramassaient les pierres. L'un des passants, je crois, se cacha dans la mer. Ce n'est pas pour rien que ma mère est une reine. Je ne peux pas être confondu avec le vulgaire, comme ma modestie le désire.(1) Je suis unique; c'est un fait. Ce qu'un homme peut communiquer à d'autres hommes ne m'intéresse pas. Comme le philosophe, je pense que l'art d'écrire ne peut rien transmettre. Tout détail importun et banal n'a pas place dans mon esprit, lequel est à la mesure du grand. Jamais je n'ai retenu la différence entre une lettre et une autre. Je ne sais quelle généreuse impatience m'a interdit d'apprendre à lire. Quelquefois, je le regrette, car les nuits et les jours sont longs.

39 Il est clair que je ne manque pas de distractions. Semblable au mouton qui fonce, je me précipite dans les galeries de pierre jusqu'à tomber sur le sol, pris de vertige. Je me cache dans l'ombre d'une citerne ou au détour d'un couloir et j'imagine qu'on me poursuit. Il ya des terrasses d'où je me laisse tomber jusqu'à en rester ensanglanté. À toute heure, je joue à être endormi, fermant les yeux et respirant puissamment. (Parfois, j'ai dormi réellement, parfois la couleur du jour était changée quand j'ai ouvert les yeux.) Mais, de tant de jeux, je préfère le jeu de l'autre Astérion. Je me figure qu'il vient me rendre visite et que je lui montre la demeure. Avec de grandes marques de politesse, je lui dis: « Maintenant, nous débouchons dans une autre cour », ou : « Je te disais bien que cette conduite d'eau te plairait », ou : « Maintenant, tu vas voir une citerne que le sable a rempli », ou : « Tu vas voir comme bifurque la cave. » Quelquefois, je me trompe et nous rions tous deux de bon coeur. Je ne me suis pas contenté d'inventer ce jeu. Je méditais sur ma demeure. Toutes les parties de celle-ci sont répétées plusieurs fois. Chaque endroit est un autre endroit. Il n'y a pas un puits, une cour, un abreuvoir, une mangeoire ; les mangeoires, les abreuvoirs, les cours, les puits sont quatorze [sont en nombre infini]. la demeure a l'échelle du monde ou plutôt, elle est le monde. Cependant, à force de lasser les cours avec un puits et les galeries poussiéreuses de pierre grise, je me suis risqué dans la rue, j'ai vu le temple des Haches et la mer. Ceci,je ne l'ai pas compris, jusqu'à ce qu'une vision nocturne me révèle que les mers et les temples sont aussi quatorze [sont en nombre infini].Tout est plusieurs fois, quatorze fois. Mais il y a deux choses au monde qui paraissent n'exister qu'une seule fois : là-haut le soleil enchaîné ; ici-bas Astérion. Peut-être ai-je créé les étoiles, le soleil et l'immense demeure, mais je ne m'en souviens plus. Tous les neuf ans, neuf êtres humains pénètrent dans la maison pour que je les délivre de toute souffrance. J'entends leurs pas et leurs voix au fond des galeries de pierre, et je cours joyeusement à leur rencontre. Ils tombent l'un après l'autre, sans même que mes mains soient tachées de sang. Ils restent où ils sont tombés. Et leurs cadavres m'aident à distinguer des autres telle ou telle galerie. J'ignore qui ils sont. Mais je sais que l'un d'eux, au moment de mourir, annonça qu'un jour viendrait mon rédempteur. Depuis lors, la solitude ne me fait plus souffrir, parce que je sais que mon rédempteur existe et qu'à la fin il se lèvera sur la poussière. Si je pouvais entendre toutes les rumeurs du monde, je percevrais le bruit de ses pas. Pourvu qu'il me conduise dans un lieu où il y aura moins de galeries et moins de portes. Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il un taureau à tête d'homme ? Ou Sera-t-il comme moi ? Le soleil du matin resplendissait sur l'épée de bronze, où il n'y avait déjà plus trace de sang. « Le croiras-tu, Ariane ? dit Thésée, le Minotaure s'est à peine défendu. » (1)(1) Le texte original dit quatorze, mais maintes raisons invitent à supposer que, dans la bouche d'Astérion, ce nombre représente l'infini.

40 Le texte que vous allez pouvoir lire dans les sept pages suivantes (pardon pour les yeux) est une nouvelle de Dürenmatt, « Le Minotaure »,extraite dun recueil intitulé la mort de la pythie. Ce texte,dense mais dune écriture simple illustre à la perfection lidée quon ne peut en littérature dissocier le fond de la forme. Ici,le Minotaure est enfermé dans un labyrinthe de verre,de miroirs, où son image se reflète à linfini. Cela permet de reprendre lidée de la quête de sa propre identité dans le labyrinthe.Cette nouvelle pose les thèmes de la connaissance de soi,de laltérité,de la reconnaissance des autres et par les autres,de la volonté didentification aux autres,de domination des autres. Le minotaure se découvre en découvrant ses reflets quil ignore être son image démultipliée.De même quil ne comprendra pas lintrusion de la jeune fille et à la fin,celle de Thésée,déguisé en minotaure pour mieux le tromper. Lécriture de la nouvelle transmet cette idée du reflet,du moi et de lautre par un jeu de répétition(comme celui des miroirs) entre le singulier et le pluriel,le « il » et les « ils » Le vocabulaire est simple,mais le jeu des répétitions peut vous en rendre la lecture un peu difficile. Il faut cependant passer au delà de cet obstacle,le texte en vaut vraiment la peine. Le minotaure dans le miroir

41

42

43

44

45

46

47

48 Il faudrait faire également un tour du côté de Picasso qui dans toute une période de son œuvre sinspira du minotaure

49 Et pourquoi pas tout simplement à Besançon où une fontaine porte ce nom

50 VII.Annexe sur le labyrinthe Vous trouverez dans les documents suivants des pistes de réflexion sur le labyrinthe,son interprétation,ses représentations les plus variées et inattendues,dans la nature,dans les arts et quelques références littéraires

51 Quelques pistes Le labyrinthe en Crète : historiquement,le labyrinthe en Crète pose beaucoup de questions On a pensé à Cnossos,en effet le labyrinthe apparaît sur de nombreuses monnaies de Cnossos,et on a ensuite Identifié ce labyrinthe à un palais au plan complexe.Cest cette idée qua développée Evans quand il a entrepris ses fouilles à Cnossos. Or aucun des auteurs grecs,Homère,Hésiode,lorsquils mentionnent la Crète et Cnossos névoquent de labyrinthe. On a donc envisagé une autre hypothèse,celle des grottes,qui elles apparaissent dans de nombreux récits.On parlait entre autres dune caverne près de Gortyne.Et on sait que de nombreuses cavernes ont servi de lieu de culte ou dinhumation. Mais archéologiquement,aucune trace de labyrinthe nest liée à Gortyne. On évoque également une danse aux figures compliquées quauraient initiée Thésée et ses compagnons pour célébrer leur victoire sur le minotaure.Cette danse appelée autrefois danse des grues,en référence au retour du printemps (annoncé par celui de ces oiseaux),toujours symbole de renouveau,est aujourdhui connue sous le nom de « danse candiote » pratiquée en Grèce et dans le midi de la France.On dit que Dédale avait construit pour Ariane une place de danse si fameuse quHéphaïstos la cisela sur le bouclier dAchille Il est donc très difficile de trouver une réponse exacte à la question « quest-ce que le labyrinthe ?» On peut en revanche,sans grand risque derreur affirmer quil est lié à une pratique religieuse ou mystique,quil symbolise la démarche quaccomplit un initié pour découvrir,à travers des épreuves une vérité dont la connaissance fait de lui un homme nouveau.On constate la constante dune confrontation avec une mort symbolique ou réelle et un retour à une nouvelle vie à la sortie du labyrinthe. Cela explique la présence dans des civilisations très diverses de ce thème,sous des formes très proches évoquées dans les pages qui suivent. Plus troublante est lécriture,dans la nature et dans le corps humain,de cette « figure du labyrinthe » qui a pu inspirer à lhomme ces croyances. Le cheminement dans le labyrinthe reste lexpression dun parcours réel ou symbolique,semé dembûches mais menant une une connaissance plus profonde de soi

52 Une des représentations les plus anciennes de labyrinthe qui date de lépoque mycénienne à Pylos. Il sagit dune tablette dargile

53 le labyrinthe tel quil apparaît sur une pièce de monnaie crétoise de Cnossos

54 Le labyrinthe crétois se dessine en suivant les étapes qui sont représentées ici,soit sept tours autour du Centre.Il peut être circulaire ou carré

55 Mais les représentations du labyrinthe ont été très nombreuses Avec différents points de vue selon les époques Ici en coupe,avec les deux personnages représentés

56 Ailleurs comme une bande dessinée figurant toutes les étapes de lhistoire.A vous de les retrouver….

57 Une reconstitution de ce que devait être le palais de Cnossos.On comprend alors mieux la notion de labyrinthe qui apparaît dans le mythe

58 Mais le labyrinthe crétois nest pas unique,en voici un égyptien

59 Dautres,dont Borgès,considèrent Stonehenge comme un labyrinthe à plusieurs ouvertures.

60 Linscription dun mandala(figure éphémère réalisée à laide de sables colorés dans le bouddhisme et le tantrisme) sur le sol correspond à une initiation qui protège linitié et laide à se concentrer,à trouver son propre centre

61 Le motif se retrouve très souvent au cœur des cathédrales où il symbolise le chemin que doit parcourir le croyant pour atteindre la Jérusalem céleste,cest à dire un lieu de rédemption.Quand historiquement le pèlerinage à Jérusalem na pas été possible,le croyant pouvait laccomplir symboliquement sur les tracés des cathédrales,y compris à genoux,en témoignage de pénitence. le labyrinthe de la cathédrale de Chartres Et celle dAmiens

62 Il est logique de retrouver souvent la marque du labyrinthe dans les mythologies,car la forme est inscrite dans notre patrimoine corporel cerveauEmpreinte digitale

63

64 Les labyrinthes naturels : le coquillage

65 Lescargot

66 De la même façon le travail de laraignée qui tisse sa toile et qui sachève par la construction dun tracé labyrinthique circulaire vers le centre de la toile

67 Le système solaire

68 Louragan Isabelle

69 Et lhomme imite la nature: lescalier de labbaye bénédictine de Melk(Autriche),bâtie en surplomb du Danube, il y a plus de mille ans

70 On pourrait également évoquer les nombreux labyrinthes végétaux:

71 Le labyrinthe le plus célèbre auprès des enfants

72 Une autre version quon pourrait multiplier à linfini des labyrinthes modernes mais cest aussi un thème récurrent de la production artistique….

73 Les labyrinthes DEscher

74 Le labyrinthe sphérique inspiré des planches de Franquin dans lalbum Idées Noires

75

76 En littérature,la place du labyrinthe est considérable,soit dans lidée,soit dans la construction de lœuvre,surtout si elle raconte une quête : Homère,Dante,Balzac,Flaubert,Verne,Michaux,Borgès et tant dautres Je névoquerai ici que deux exemples Le nom de la rose dUmberto Eco Le roman adapté au cinéma par J.J Annaud, présente une enquête dans un monastère au Moyen âge et se rapporte à notre thème par la construction labyrinthique de la bibliothèque du monastère

77 Les labyrinthes dHarry Je vous renvoie aussi aux deux types de labyrinthes quon trouve dans la série Harry Potter de JK Rowling : Celui des escaliers de lécole Poudlard Et celui,végétal, mis en scène dans le tome « la coupe de feu »

78 Un petit dernier pour le plaisir


Télécharger ppt "La Crète et ses mythes Objectifs: Découvrir les mythes liés à un lieu Découvrir les mythes liés à un lieu Les confronter aux réalités historiques et géographiques."

Présentations similaires


Annonces Google