La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Thématique 4 : Les cadres du pouvoir au XIII e siècle. La réaffirmation des autorités publiques, lexemple des monarchies La genèse des Etats ?genèse des.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Thématique 4 : Les cadres du pouvoir au XIII e siècle. La réaffirmation des autorités publiques, lexemple des monarchies La genèse des Etats ?genèse des."— Transcription de la présentation:

1 Thématique 4 : Les cadres du pouvoir au XIII e siècle. La réaffirmation des autorités publiques, lexemple des monarchies La genèse des Etats ?genèse des Etats Les relations entre féodalisme et centralisation monarchique Les formes de pouvoir au XIII e siècle Le royaume de France comme « étude de cas »

2 A léchelle locale, les cadres sinscrivent dans la seigneurie, où ils sont en interrelation ; cœur de la croissance agricole Le seigneur exerce une domination sur la terre et les hommes Les communautés sont encadrées au sein de leur village, de leur paroisse, de leurs activités économiques. Féodalisation de la société et dune appropriation des pouvoirs régaliens Centralisation embryonnaire plus ou moins contestée, qui sappuie sur le féodalisme « Civilisation féodale » et chrétienne : uniformisation des cadres et des sociétés Expansion et dynamisme économique de lOccident chrétien Réaffirmation dune autorité publique (royaumes, communes, papauté…) Seigneurie Village Principautés féodales « États » Occident chrétien

3 Le Royaume de France, la principale monarchie dOccident pendant le « siècle de Saint- Louis ». La France saffirme comme principale puissance grâce aux conquêtes des Capétiens (lextension de leur domaine royal), au développement de la centralisation administrative et à la récupération de prérogatives royales et des droits inhérents à leur autorité publique. Une étude de cas

4 1. Une extension rapide du domaine royal qui offre de nouvelles perspectives politiques, fiscales et territoriales aux Capétiens

5 Lors de lavènement de Philippe Auguste en 1180, les Capétiens ne détiennent un pouvoir réel que sur leur domaine royal, très exigu. Bien que roi de France, leurs pouvoirs restent plutôt symboliques vis-à-vis des comtes et ducs, fortement autonomes.domaine royal, très exigu Domaine royal, territoire réellement contrôlé par le Capétien (Ile-de-France, Orléanais, Berry) Il peut sappuyer sur quelques villes importantes et un réseau dabbayes (Saint-Denis) Le reste du royaume est concédé en fiefs autonomes aux grands nobles De puissants comtes encadrent le domaine royal et « obligent » le roi à les ménager (= freins à son extension) Les Plantagenêts, rois dAngleterre, qui contrôlent tout lOuest de la France (depuis 1152) mais qui doivent hommage au roi de France. Profondes rivalités entre les deux dynasties, au profit des Plantagenêts, plus puissants, qui mettent sous pression le Capétien Les marges méridionales sont hors de contrôle du Capétien Paris Orléans Comte de Flandres Comte de Toulouse Possessions plantagenaises Comte de Blois- Champagne Comte de Bourgogne Bourges

6 Le XIII e siècle se caractérise pour le royaume de France par une succession de « mutations » majeures, dont lune des principales est la « conquête du royaume », entreprise par Philippe Auguste et consolidée par ses successeurs. Réduire la menace anglaise sur son royaume et saffirmer comme une puissance Bataille de Bouvines le 27 juillet 1214 Bataille de La Roche-aux- moines le 2 juillet 1214 Accroissement des ressources fiscales Dot dIsabelle de Hainaut, conservée par la couronne en 1189 Essentiellement par une succession de conflits entre Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion puis Jean Sans Terre Commise des fiefs de Jean Sans Terre en 1202 Sous Philippe AugustePhilippe Auguste Artois Normandie (1204), Anjou, Touraine, Poitou (temporairement) au détriment notamment des possessions anglaises en France … et qui ouvre des perspectives nouvelles pour la monarchie française mais aussi de nouvelles contestations. … par différents moyens, …Un agrandissement considérable du domaine royal qui tend à sétendre aux limites du royaume, … Stratégies matrimoniales, logique féodale Utilisation des règles féodales pour punir un vassal félon

7 Le XIII e siècle se caractérise pour le royaume de France par une succession de « mutations » majeures, dont lune des principales est la « conquête du royaume », entreprise par Philippe Auguste et consolidée par ses successeurs. Fin de linfluence aragonaise sur le Languedoc bataille de Muret en 1213 remportée par les croisés renonciation des prétentions aragonaises sur le Languedoc et la Provence (traité de Corbeil en 1258) fixation des frontières le long des Pyrénées (fortifications) Ouverture du royaume sur la Méditerranée Construction dAigues-Mortes Faciliter le départ des croisades et multiplier les échanges commerciaux Conquête de la Sicile et du sud de lItalie par Charles de Valois Recherche dapaisement avec les Anglais suite aux victoires françaises Bataille de Saintes et de Taillebourg Traité de Paris en 1258 (restitution aux Anglais du Limousin, de lAgennais, du sud de la Saintonge…) Conséquences de la croisade des Albigeois ( ) croisade des Albigeois Mise en apanage du comté de Toulouse en 1241 à son frère Alphonse de Poitiers, intégré au domaine royal par héritage. Guerres contre Henri III Plantagenêt Sous Saint-Louis Languedoc après le Traité de Paris (1229) Comté de Toulouse (intégré en 1271) Poitou (définitivement) … et qui ouvre des perspectives nouvelles pour la monarchie française mais aussi de nouvelles contestations. … par différents moyens, …Un agrandissement considérable du domaine royal qui tend à sétendre aux limites du royaume, … Contrôle du territoire par une relation vassalique, constituée avec les frères du roi Soumettre un vassal qui refuse daccomplir son hommage au roi

8 Le XIII e siècle se caractérise pour le royaume de France par une succession de « mutations » majeures, dont lune des principales est la « conquête du royaume », entreprise par Philippe Auguste et consolidée par ses successeurs. Sécuriser la capitale Contrôler les foires de Champagne Donner une cohérence territoriale au domaine royal Ouvrir le royaume à un des pôles économiques majeurs Mâtines brugeoises en 1302, défaite de Courtrai Expéditions très coûteuses Mariage avec Jeanne de Navarre (qui apporte en dot la Champagne et le royaume de Navarre) Achats de droits et de terres Expéditions militaires contre des communes flamandes, appuyées par le roi dAngleterre Edouard I er Sous Philippe le Bel La Champagne Le Quercy (1286) Volonté de contrôler les Flandres ( ) … et qui ouvre des perspectives nouvelles pour la monarchie française mais aussi de nouvelles contestations. … par différents moyens, …Un agrandissement considérable du domaine royal qui tend à sétendre aux limites du royaume, … Stratégies matrimoniales, logique féodale Lextension du domaine royal sappuie surtout sur les ressorts du féodalisme, les rois exploitent les règles et les usages féodaux pour imposer leur suzeraineté/souveraineté. Convocation de lost

9 2. Une intégration de ces nouveaux territoires dans le domaine royal qui se traduit aussi par une affirmation de lautorité royale et un renforcement progressif de lÉtat Par quels moyens les Capétiens ont-ils pu réaffirmer leur autorité royale et développer une administration centralisée, quoique encore embryonnaire ?

10 Renforcer la figure du roi Les victoires militaires Lhérédité (Philippe Auguste est le dernier roi désigné du vivant du précédent) La sacralisation du pouvoir : cérémonie du sacre et du couronnementsacralisation du pouvoir : cérémonie du sacre et du couronnement Les qualités royales Des symboles du pouvoir (lys, azur, oriflamme rouge) Des lieux de pouvoirlieux de pouvoir Sassurer une réelle maîtrise du territoire et lapplication des décisions royales par la mise en œuvre dune administration centralisée encore embryonnairemise en œuvre dune administration centralisée encore embryonnaire La Curia Regis qui perd de son influence Lapparition dorganes spécialisés Le rôle des relais locaux du pouvoir royal Les supports de laffirmation de lautorité monarchique en France et en Europe

11 Se réapproprier des prérogatives royales La justice Larmée La monnaie La loi, le droit et lécrit : le roi saffirme comme souverainsouverain Mobiliser davantage de ressources Accroître les ressources du domaine royal (« vivre du sien ») Mieux assurer les entrées fiscales et multiplier les impôts (taille, gabelle … jusquaux expédients : expulsion et confiscations des biens des Lombards en 1291 puis des juifs en 1306, volonté de confisquer les richesses du Temple) Utiliser les règles du féodalisme Les liens vassaliques Les supports de laffirmation de lautorité monarchique en France et en Europe

12 3. Trois rois emblématiques du renforcement de la monarchie et de la construction de lEtat (centralisation administrative)

13 Lutte contre le pape Boniface VIII (lattentat dAnagni en 1303) Laffaire des adultères des brus du roi (1314) Élimination des Templiers (1314) Soucieux de sa souveraineté et de lordre monarchique (« le roi est empereur en son royaume ») Forte croissance de ladministration royale (monétaire et fiscale) pour financer des guerres quasi- permanentes Entouré dune équipe dexperts financiers, juristes (Nogaret, Marigny) qui lui sont pleinement fidèles contestation nobiliaire qui se sent exclue de la prise de décision Philippe le Bel ( ) Un souverain qui cherche à imposer lordre monarchique en développant des structures administratives (fiscales) dEtat Élimination de la menace cathare et méridionale (1244). Deux croisades, qui sont des échecs ( / 1270) Canonisation en 1297 La Vie de Saint-Louis de Joinville Mise en adéquation de ses croyances et de sa spiritualité avec ses principes de gouvernement Consolider le royaume et continuer à étendre le domaine royal au détriment des Plantagenêts et des comtes. Réaffirmation des pouvoirs régaliens (réappropriation progressive des droits de haute justice qui émanent du roi ; réforme monétaire en 1263) Saint Louis ( ) Modèle du roi idéal, preux, pieux, soucieux de paix et de justice Testament de Philippe Auguste (1190) Bataille de Bouvines (1214) Affirmation de la dynastie capétienne Extension (« conquête ») considérable de son royaume et intégration des nouveaux territoires dans le Domaine royal Effort pour développer une administration centrale et locale encore embryonnaire (baillis) Philippe Auguste ( ) Un roi victorieux qui pose les bases administratives du royaumes Quelques événements clés Les grandes caractéristiques de leurs règnes Une construction par sédimentation Une monarchie encore très féodale mais qui cherche à mieux contrôler son territoire directement Un règne qui contribue à fixer lidéologie royale capétienne : une royauté sacrée, garante de la paix et de la justice, qui conduit le roi à développer son administration centrale et locale pour assurer le Bien Commun Passage de la monarchie féodale à une monarchie centralisée, « administrative » (à lEtat ?) par le développement dun personnel administratif autant attaché à la personne du roi quà lEtat

14 Comment les monarchies saffirment-elles dans lOccident chrétien au XIII e siècle ? Les formes dautorités publiques et souveraines au XIII e siècle. Pour Brunetto Latini, dans son Livre du Trésor, il existe trois types de pouvoir : les pouvoirs héréditaires (les rois), les pouvoirs à vie (pape et empereur) et les pouvoirs électifs (cités).

15 Les principales monarchies féodales qui construisent les bases dune centralisation du pouvoir : le cas de lAngleterre –Prérogative royale fortement affirmée par Henri II Plantagenêt Rois sacrés Institutions spécialisées à Westminster (le Parlement, lEchiquier, le Justicier) Sheriffs sont les représentants locaux du pouvoir royal Importantes ressources fiscales (la « Forêt ») –Mais un empire Plantagenêt est peu cohérent territorialement Sépuiser militairement et fiscalement à maintenir lunité de cet « empire plantagenêt ». Prêter hommage au roi de France pour ses possessions continentales (=conflits permanents)

16 Les principales monarchies féodales qui construisent les bases dune centralisation du pouvoir : le cas de lAngleterre –Réaffirmation de lautorité royale, mais contestée (révoltes des barons) Rivalités internes Des rois plus faibles Une centralisation contestée par les grands nobles (Grande Charte en 1215 et la Provision dOxford). –Politique dextension dans les îles britanniques menée par Édouard I er

17 Les pouvoirs à prétention universelle : La Papauté est devenue une des puissantes monarchies de la Chrétienté au XIII e siècle, en particulier sous Innocent IIILa Papauté est devenue une des puissantes monarchies de la Chrétienté au XIII e siècle, en particulier sous Innocent III –Réussite de la centralisation pontificale –Affirmation de la souveraineté totale et absolue de la papauté (Théocratie) –Renforcement du pouvoir temporel de la papauté pour sassurer une sphère dinfluence en Italie –Mais son pouvoir et son autorité sont contestés : Lutte du Sacerdoce et de lEmpire qui sachève sur une victoire mitigée de la Papauté Conflit entre Philippe le Bel et Boniface VIII suite à la Bulle Unam Sanctam en 1302 (« Attentat dAnagni » en 1303, déposition du pape).

18 Les pouvoirs à prétention universelle : LEmpire, à son apogée sous Frédéric II, nest plus une puissance politique majeure après 1250.LEmpire, à son apogée sous Frédéric II, nest plus une puissance politique majeure après –Mosaïque dÉtats, dont seul lempereur est le garant de la cohésion Couronnement à Rome par le Pape (Römerzug) En principe élection de lempereur mais les Hohenstauffen ont tenté en vain de constituer une dynastie impériale stable Ne peut compter que sur ses ressources propres. –Domination de Frédéric II (Empire et Italie du Sud, Sicile) qui aboutit à une forte centralisation en Italie du Sud mais aussi à une féodalisation accélérée dans lEmpire. Le Statutum in favorem principum (1231) Impossible centralisation dans les terres dEmpire

19 Les pouvoirs à prétention universelle : LEmpire, à son apogée sous Frédéric II, nest plus une puissance politique majeure après 1250.LEmpire, à son apogée sous Frédéric II, nest plus une puissance politique majeure après –Incapacité à affirmer les prérogatives impériales, minées par les forces centrifuges (princes, comtes, évêques dans lEmpire et les communes dItalie du Nord, papes). Multiplicité des candidats La défaite militaire est un puissant ressort de discrédit et daffaiblissement du pouvoir impérial (Bouvines) « Rêve italien » devenu un « boulet italien » –LEmpire nest plus une puissance politique majeure après 1250 et le Grand Interrègne

20 Une monarchie déjà centralisée au XIIIe siècle, la Sicile et lItalie du Sud. -Les héritages de la monarchie normande sicilienne : –Centralisation et latinisation renforcées par Frédéric II Renforcer la centralisation du pouvoir par une série de lois (les Assises de Capoue, les Assises de Messine et les Constitutions de Melfi en 1231) Empêcher lémancipation des communes du Sud de lItalie –Diffusion des pratiques administratives françaises, après la conquête par les Angevins de lItalie du Sud et la Sicile. Charles dAnjou investi par le pape Clément IV de la mission de reconquérir le sud de lItalie et la Sicile en 1266 Élimination des derniers Staufen (Manfred à Bénévent 1266, puis Conradin àTagliacozzo 1268) Révolte sicilienne contre la domination française en 1282 (« Vêpres siciliennes ») au profit de Pierre III dAragon Documents

21 Des monarchies guerrières en construction : les royaumes ibériques (Castille, Aragon) –Constitution de ces monarchies dans le cadre de la Reconquista Lutte contre les musulmans (Las Navas de Tolosa en 1212) Ils sappuient sur lost féodal et sur les milices urbaines –Des monarchies qui exploitent au mieux les logiques féodales, tout en posant les bases dun renforcement du pouvoir royal : Une « royauté sans sacre » Favoriser lémergence de communes tout en désignant les conseils urbains. Mise en place de représentants locaux du pouvoir monarchique les corregidores. Œuvre législative majeure dAlphonse X de Castille (Siete Partidas) –Des tentatives dexpansion aragonaise méditerranéenne mitigées

22 Un point sur les communes –Les communes italiennes du Nord et du Centre sont pleinement autonomes et indépendantes –A partir de la seconde moitié du XIII e siècle, certaines communes italiennes constituent des Seigneuries en sétendant sur leur contado, en constituant un empire colonial –Les communes flamandes, allemandes qui doivent négocier leurs libertés avec lautorité comtale. –Les communes française, anglaises, castillanes, dItalie du Sud sont soumises à la monarchie

23 Les modifications des rapports de force au sein de lOccident chrétien durant le XIII e siècle

24 Les limites et les contestations des processus de centralisation monarchique.

25 Sous la dépendance de lÉglise (des clercs comme conseillers ; idéologie royale marquée par le poids de la religion ; le roi est sacré par un membre de lEglise) Volonté des rois de nommer eux-mêmes aux charges ecclésiastiques majeures Menace dexcommunication par les papes Sacralité royale Contestation par les barons anglais : Magna Carta de 1215 et les Provisions dOxford en 1258.Magna Carta de 1215 Provisions dOxford en 1258 Féodalisation accélérée dans lEmpire Philippe le Bel « consulte » les États généraux pour accroître la pression fiscale Autorité souveraine du roi Souvent embryonnaire, « fonctionnaires » insuffisants, difficulté à réellement mettre en application les ordonnances royales Difficulté à bien contrôler les représentants locaux du pouvoirs (enquêtes temporaires sous Saint-Louis) Création dune administration centrale et locale Difficulté dans lEmpire de créer une dynastie stable Rivalités internes entre les héritiers au trône (Angleterre, Espagne) Affaiblissement du pouvoir en cas de Régence (minorité dHenri III ; Blanche de Castille pendant la minorité de Louis IX qui parvient à préserver les prérogatives royales malgré la contestation des grands nobles) Hérédité

26 Proposition de plan sur un sujet sur les cadres des pouvoirs politiques au XIII e siècle Plan thématique problématisé autour des notions de féodalisation et de centralisation Le système féodal structure et organise les cadres « locaux » du pouvoir dans tout lOccident chrétien (fragmentation des pouvoirs et féodalisation) Réaffirmation de lautorité publique et centralisation administrative. Leurs contestations et leurs limites Plan typologique problématisé autour des formes de pouvoirs auxquels sont soumis les hommes du Moyen Age. Les cadres locaux : seigneuries et communes mais uniformisé à léchelle de la chrétienté Laffirmation des monarchies comme cadre « englobant » Les rivalités multiples entre les pouvoirs (empire, papauté …)

27 La Grande Charte (1215) Premier texte institutionnel anglais qui ne crée pas un nouveau régime mais renforce la féodalité et limite les prérogatives royales Larticle 2 garantit le droit à lhéritage du successeur dun vassal Larticle 12 stipule que le roi ne peut lever de nouveaux impôts quavec le consentement du Grand Conseil, constitué des grands vassaux et ecclésiastiques Larticle 39 interdit les arrestations arbitraires Larticle 61 semble déclarer légitime linsurrection contre le roi … Vingt-cinq personnes dont 24 barons et le Maire de Londres doivent surveiller le respect des clauses par le roi.

28 Les Provisions dOxford Instituées en 1258 par un groupe de barons dirigés par Simon V de Montfort, 6e comte de Leicester. La Couronne anglaise était forcée de reconnaître les droits et les pouvoirs du Parlement (limite à la centralisation monarchique des pouvoirs) Une confirmation écrite de l'accord fut envoyée aux sheriffs de tous les comtés d'Angleterre. L'utilisation de l'anglais était un symbole de l'anglicisation du gouvernement Elles furent abolies par Henry III en 1262, ce qui marqua le début de la Seconde Guerre des Barons ( ), gagnée par le roi.

29 Assise territoriale assez limitée, entre Loire et Oise (8.000 km²). Le domaine royal ne se limite pas aux terres directement administrées par le roi ou ses représentants, il comporte aussi une multitude de droits (redevances, taxes, amendes de justice…)

30

31

32 Croisades menées par les barons et les nobles de lIle-de France ( ) dont le chef est Simon de Montfort Révolte des nobles méridionaux du Languedoc ( ) qui reprennent une partie des territoires sous lautorité dAmaury de Montfort Interventions royales entre 1223 et 1226, lancées par Louis VIII Élimination définitive de la menace quincarne le comte de Toulouse, Raimond VII en 1241 Les épisodes militaires de la Croisades des Albigeois

33

34 Sacralisation du pouvoir : cérémonie du sacre et du couronnement Un pouvoir surnaturel Tout prince héritant du royaume de France, aussitôt oint et couronné, reçoit de Dieu cette grâce spéciale, cette vertu particulière de guérir les malades par le contact de sa main : aussi le voit-on les malades des écrouelles venir jusquau roi de nombreux lieux. Sermons de Guillaume de Sauqueville, Sacre de Louis IX : Enluminure du XIII° siècle (vers 1280) 1. Onction du roi avec lhuile sainte par larchevêque de Reims 3. Couronnement du roi, qui reçoit les regaliales regalia « Le roi sapproche sans y parvenir dun caractère proprement sacré » (J. Le Goff) Exaltation de lorigine divine de lautorité royale 2. Le roi prête serment devant Dieu de défendre le peuple chrétien, lEglise, la Paix Un rituel soigneusement codifié par la liturgie (ordo) Idéologie royale, en partie définie par lÉglise 4. Guérison des écrouelles par un pouvoir thaumaturgique La canonisation de Louis IX sert la propagande royale, en exaltant la sacralité de la dynastie capétienne

35 Philippe le Bel ( ). Masse d'or (1ère émission-10 janvier 1296), 7,04g. Avers: + PHILIPPVS DEI GRA FRANCHORVM REX. Le roi, couronné, assis de face sur un trône orné de têtes de lion, tenant le sceptre et un lis, dans un polylobe. Le Roi reçoit les Regalia

36 Mise en œuvre dune administration centralisée encore embryonnaire Le pouvoir royal se concentre dans la personne même du roi Participation de lentourage familial et des grands vassaux à la Curia Regis, en particulier le connétable, le chambrier, le chancelier (plus de sénéchal depuis Philippe Auguste) Lente spécialisation de la Curia Regis en organes spécialisés, composés dexperts (clercs et juristes) au détriment des grands vassauxdexperts Représentants locaux du pouvoir royal, dabord de manière temporaire (testament de Philippe Auguste), puis définitivement (ordonnances de justice de 1254) Souvent mutés pour mieux les contrôler Vers 1200Vers 1260 Surveiller par des enquêteurs occasionnels (Saint-Louis) Au XII e siècle : des prévôts qui administrent le Domaine royal

37 Le développement de ladministration royale Nous décidons que nos baillis fixeront dans leurs baillages chaque mois un jour qui sera appelé jour des assises. Là, tous ceux qui auront une plaine à formuler recevront du bailli droit de justice sans délai et nous-mêmes notre droit et notre justice. Nous voulons et prescrivons que notre mère très chère, la reine Adèle, daccord avec notre oncle très cher et fidèle, Guillaume, fixe tous les quatre mois un jour daudience où les baillis viendront exposer les affaires de notre domaine. Si lun de nos baillis a commis une faute, nous punirons la faute dun tel châtiment que les autres nen pourront pas être épouvantés sans raison. Ordonnance dite « Testament de Philippe Auguste », juin Nous, Louis, par la grâce de Dieu, roi de France, établissons que tous nos baillis prêtent serment que, tant quils seront dans leur baillage, ils feront droit à chacun, sans exception de personnages, aux pauvres aussi bien quaux riches, et à létranger aussi bien quà leurs proches. Sil arrive que les baillis agissent mal, nous voulons quils soient punis. Les baillis jureront quils ne prendront ni ne recevront ni or ni argent, ni avantages ni autre chose. Ils ne donneront aucun don aux enquêteurs que nous envoyons dans leurs baillages pour enquêter sur leurs agissements. Nous voulons que nos baillis évitent le jeu de dés et ne fréquentent pas les tavernes. Ordonnances de Louis IX de 1254, daprès Joinville, Vie de Saint Louis.

38 Palais royaux (Louvre, Vincennes), qui concentrent les organes du pouvoir Sainte-Chapelle, nécropoles royales (Saint-Denis) Cathédrale du sacre (Reims)

39 La souveraineté du roi. Ce que décide de faire le roi doit être tenu pour la Loi. Assurément le roi est souverain par-dessus tout, en vertu de quoi il peut prendre toutes les mesures quil veut pour le bien commun, et ce quil établit doit être observé. Assurément, le roi possède en général la garde de toutes les églises du royaume, alors que chaque baron la possède spécialement pour sa baronnie. Mais si le baron renonce à la garde spéciale dune église, elle vient alors dans la garde spéciale du roi. Philippe de Beaumanoir, Coutumes du Beauvaisis. La légitimité des jugements du roi, directs ou en appel, se fonde désormais sur un corpus écrit dont il est le garant et qui inclut le droit commun pour tout le royaume (sappuyant sur la redécouverte du droit romain) et le droit coutumier (mis par écrit, acte de reconnaissance par le roi des coutumes et des libertés locales) De la conception du pouvoir dun seigneur féodal aux limites du sacré vers la souveraineté, fondée sur la loi. Le roi prétend incarner la loi (lex animata), détenir le droit de légiférer (« le roi est empereur en son royaume »).

40 Roger II couronné par le Christ, mosaïque de la l'église La Martorana, Palerme. Fresque de la Tour Ferrande (Pernes les Fontaines), représentant le pape invitant Charles dAnjou à conquérir la Sicile pour en devenir le roi (fin du XIII e siècle)

41 Edouard Ier rend lhommage-lige à Philippe le Bel Le pouvoir des Capétiens conserve une tonalité éminemment féodale au XIII e siècle : Le roi est un noble, partage les valeurs et les modes de vie aristocratique (primus inter pares) mais il est placé au somment de la hiérarchie vassalique Il utilise les règles de la vassalité à son avantage (cf. 1) Les usages de la féodalité

42 Philippe IV entouré de ses héritiers et de ses légistes

43 Saint-Louis : un modèle du roi chrétien

44 Monde russe Empire byzantin Monde scandinave Empire Plantagenêt Marges autonomistes ou indépendantes Royaume de France Domaine royal capétien Saint Empire et lhéritage normand Royaumes ibériques États pontificaux Royaume musulman de Grenade Communes italiennes LOccident chrétien au début du XIII e siècle

45 Communes italiennes Royaume de Naples Prusse des Teutoniques LOccident chrétien à la fin du XIII e siècle


Télécharger ppt "Thématique 4 : Les cadres du pouvoir au XIII e siècle. La réaffirmation des autorités publiques, lexemple des monarchies La genèse des Etats ?genèse des."

Présentations similaires


Annonces Google