La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

DU ROI AU PRÉSIDENT FIGURES DU POUVOIR DU XVIII E S. AU DÉBUT DU XX E S. PERMANENCES ET RUPTURES Isabelle Chalier Lycée Koeberlé, Sélestat.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "DU ROI AU PRÉSIDENT FIGURES DU POUVOIR DU XVIII E S. AU DÉBUT DU XX E S. PERMANENCES ET RUPTURES Isabelle Chalier Lycée Koeberlé, Sélestat."— Transcription de la présentation:

1 DU ROI AU PRÉSIDENT FIGURES DU POUVOIR DU XVIII E S. AU DÉBUT DU XX E S. PERMANENCES ET RUPTURES Isabelle Chalier Lycée Koeberlé, Sélestat

2 Louis XIV en costume de sacre Hyacinthe Rigaud 1701 Huile sur toile Musée du Louvre Paris DU ROI AU PRÉSIDENT A- UN PROTOTYPE

3 Louis XV en costume de sacre Hyacinthe Rigaud 1730 Huile sur toile Musée du Château de Versailles Versailles

4 Le roi est représenté en pied vêtu du manteau royal fleur-de-lysé doublé dhermine. De la main gauche il tient le sceptre de Charles V surmonté de la statuette de Charlemagne, et appuie la main droite sur la couronne. Il est décoré de lordre du Saint-Esprit, et porte sous son manteau la culotte bouffante propre à son ordre. Les autres regalia sont lépée que lon aperçoit derrière sa jambe droite et la main de justice à côté de la couronne. Tous les insignes royaux sont peints avec beaucoup précision et dexactitude. On sait que lartiste avait eu dans son atelier ces joyaux prêtés par labbaye de Saint-Denis qui en avait la garde. Ce portrait reprend le type que Rigaud avait inauguré avec les portraits de Louis XIV et de Charles V dEspagne, où lon retrouve la colonne et le dais de velours rouge qui soulignent la dignité du personnage. De nombreuses copies de ce tableau furent faites afin de diffuser limage du souverain (Chantilly, musée Condé ; Amiens, musée de Picardie ; Florence, Palais Pitti).

5 Louis XVI roi de France Joseph-Siffred Duplessis 1777 Huile sur toile Musée du Château de Versailles Versailles

6 Ce portrait de situe dans la droite ligne de Hyacinthe Rigaud. Le peintre figure les regalia, seule manque la main de justice. Le roi ne regarde pas le spectateur, il a une expression lointaine même si le visage est souriant. Sa personne et sa légitimité sont les garants de son pouvoir. La monarchie absolue nest pas encore remise en question, et lhéritier de Louis XIV, roi de droit divin, ne ressent pas la nécessité daffermir son pouvoir.

7 Napoléon I er en costume de sacre François Gérard 1805 Huile sur toile Musée du Château de Versailles Versailles DU ROI AU PRÉSIDENT B- CONTINUITÉS, DISCONTINUITÉS

8 Peintre dhistoire, portraitiste et lithographe, François Gérard est entré, en 1786, dans latelier de David. Sa renommée sétablit néanmoins avec les premières commandes passées par Napoléon Bonaparte et il devint bientôt le portraitiste attitré de la famille impériale. Les portraits de Napoléon en costume du sacre sont inspirés de ceux des Bourbons. Les symboles rappellent à la fois lEmpire romain (laigle, la couronne de laurier, la pourpre), la monarchie de l'Ancien Régime (le manteau bordé d'hermine) et l'Empire Carolingien (le trône, la main de justice, la couronne impériale, le sceptre, lorbe). Napoléon manifeste ainsi son désir de légitimation du pouvoir et veut apparaître à la fois comme le représentant d'une nouvelle dynastie qui succède aux Bourbons.

9 Louis XVIII roi de France et de Navarre Jean-Baptiste-Louis Gros 1817 Huile sur toile Musée du Château de Versailles Versailles

10 Cest une représentation traditionnelle en costume de sacre alors que Louis XVIII na pas voulu dun sacre pour raison de santé. Sur ce portrait, le roi porte le grand habit du sacre, composé dun grand manteau de velours bleu brodé de fleurs de lys d'or, doublé d'hermine. Sur le grand col d'hermine est posé le grand collier de l'ordre du Saint-Esprit, recréé par le roi à son retour. On remarque à son genou gauche le ruban de lordre de la Jarretière.... A lépoque où son neveu, le jeune Louis XVII, était encore vivant, le prince, alors considéré comme régent, rendit hommage au roi dAngleterre pour laccueil salutaire qu'il lui avait réservé, ainsi qu'à sa famille, lors de leur exil. Ils échangèrent alors leurs ordres : le cordon du Saint-Esprit sur le buste de lAnglais et le ruban de la Jarretière au genou du Français. Le trône sorne des armes de France et de Navarre couronnées et entourées de rayons solaires. Les regalia sont au premier plan, les armes de France et de Navarre sont parfaitement visibles au-dessus du sceptre.

11 Louis XVIII en habit de sacre Paulin Guérin 1824 Huile sur toile Musée du Château de Versailles Versailles

12 Sur ce portrait en pied, Louis XVIII porte le grand collier du Saint-Esprit comme Louis XVI, Charles X et il arbore également lordre de Saint-Michel et la Jarretière anglaise. Les regalia sont placés au premier plan mais, chose nouvelle, sur la charte constitutionnelle. Louis XVIII, pourtant fort de sa légitimité, accepte le principe dune monarchie constitutionnelle.

13 Louis XVIII François Gérard 1823 Huile sur toile Musée du Château de Versailles Versailles

14 Sur cet autre tableau, celui de Gérard, Louis XVIII est assis à son secrétaire dans son cabinet de travail de manière éclairée presque bourgeoise. Ce tableau est en rupture avec la tradition iconographique du portrait royal. Certes, le roi porte le ruban de lOrdre du Saint-Esprit, le « cordon bleu », et de larges épaulettes dorées, mais son habit est sobre – sans aucune trace de l« habit habillé » de lAncien Régime. Le secrétaire suggère la simplicité. Mais plus quun simple décor, il évoque dune part lexil du roi en Angleterre, où il fut fabriqué, et symbolise dautre part le travail du monarque pour le « bonheur » et lavenir de son peuple. Louis XVIII fut le premier à revendiquer le geste du souverain en tant que « premier serviteur de lÉtat », sans pour autant renoncer à celui du détenteur de la puissance. Auprès du public, il trouva une grande popularité. Limmobilité massive fut interprétée comme une promesse de sécurité et de paix, comme une gravité respectable. Ces représentations de Louis XVIII révèlent aussi bien la crise de l« imagerie royale » vingt-cinq ans après la Révolution que les tentatives de la monarchie visant à poursuivre certaines traditions et en même temps à réaliser des changements.

15 Charles X roi de France François Gérard 1825 Huile sur toile Musée du Château de Versailles Versailles

16 La carrière de Gérard ne souffrit pas de la chute de lEmpire et dès 1817, il fut nommé premier peintre du roi Louis XVIII. Lavènement de Louis-Philippe en 1830 ne mit pas un terme à ses activités. Il a peint ce portrait pour Charles X ainsi quune représentation du sacre en la cathédrale de Reims en Ce portrait fut lobjet de multiples répliques par latelier du peintre, destinées aux départements, aux édifices publics, aux ambassades, aux présents diplomatiques... Charles X opère un retour en arrière et tente de renouer avec la monarchie dAncien Régime. Il fut le dernier souverain français à être sacré à Reims. Nostalgique de la monarchie absolue de droit divin, le Roi voulait gommer tout héritage de lépisode révolutionnaire et reprendre pleinement le cérémonial dAncien Régime alors que Louis XVIII avait renoncé à la cérémonie du sacre. Sur ce portrait, la couronne est placée au premier plan. Elle est le soutien du monarque qui sappuie dessus. Le trône fait également office de pilier. Les regalia forment le support du nouveau règne soutenu par le clergé et la fraction ultra de la noblesse. Devenus accessoires à la fin de lAncien Régime, ils sont remis en valeur. Leur symbolique, sacralité et pouvoir royal, est utilisée pour soutenir les nouveaux règnes fragilisés par la diffusion des idées démocratiques et républicaines.

17 Louis-Philippe, roi des Français, la main posée sur la charte de 1830 Gustave-Adolphe Chassevent 1844 Huile sur toile Musée du Louvre, Paris DU ROI AU PRÉSIDENT C- LES RUPTURES

18 Louis-Philippe est représenté de trois-quarts en uniforme de lieutenant général avec des décorations de la Légion dhonneur, ordre créé par Napoléon. Il tient un bicorne avec la cocarde et pose la main droite sur la Charte de Derrière lui figurent assez discrètement les regalia : la couronne fermée, le sceptre et la main de justice. Le roi leur tourne le dos. Il y a là peu de majesté, pas de magnificence. Il nest pas roi de droit divin et par hérédité. Il sagit dun roi-citoyen garant de la constitution, un roi de droit constitutionnel. Ce type de portrait se retrouvera ensuite dans les portraits photographiques de la IIIe République

19 Napoléon III empereur des Français Hippolyte Flandrin 1861 Huile sur toile Musée du Château de Versailles Versailles

20 Lempereur est présenté en uniforme dofficier général, dans son Grand cabinet des Tuileries, à côté dun buste de son oncle Napoléon et devant un fauteuil de représentation. Les contemporains furent frappés en effet par la ressemblance du portrait, que lempereur trouva sans doute trop réaliste, car il lui préféra le portrait plus fastueux, mais plus impersonnel, de Winterhalter. Le tableau fut présenté en 1863 au Salon, où il suscita de nombreux commentaires, notamment de Théophile Gautier : « M. Flandrin a rendu avec une idéale perfection, le «Souverain moderne», un des problèmes les ardus quil soit donné à la peinture daujourdhui. ».

21 Napoléon III empereur des Français Alexandre Cabanel 1865 Huile sur toile Musée du Château de Compiègne Compiègne

22 La composition montre l'Empereur posant aux Tuileries, en habit noir de soirée, le torse barré du grand cordon de la Légion d'honneur, une main appuyée sur la hanche droite, l'autre posée sur une table portant les insignes de la souveraineté, le manteau d'hermine, la main de justice et la couronne. Le tableau a été très apprécié par le couple impérial et leur entourage. Il vint d'ailleurs remplacer lœuvre de Flandrin dans le cabinet de travail de l'Impératrice aux Tuileries. Tout à la fois plus intime et plus mondaine, cette représentation de Napoléon III est en rupture avec ses autres portraits officiels en uniforme militaire, ceux de Winterhalter et de Flandrin.

23 Adolphe Thiers, président de la République française Photographie 1876 DU ROI AU PRÉSIDENT D- UNE NOUVELLE ICONOGRAPHIE REPUBLICAINE

24 Le premier président de la République à adopter le portrait photographique est Adolphe Thiers en 1871, confirmant de la sorte la revendication de modernité de la III e République. Néanmoins, le portrait reste un attribut officiel, une représentation de la fonction plutôt que de l'individu: c'est pourquoi l'exercice de figuration s'inscrit dans un cadre strict, aux variations limitées. Il impose le port de l'habit de cérémonie, un fond neutre, une pose classique. La posture debout, de léger trois-quarts, la main droite appuyée sur une pile de livres, s'installe dès l'origine comme la figure de style adéquate. Le format est en hauteur. Lexpression reste sévère. Il ny a que peu de différences par rapport à un portrait peint.

25 Adolphe Thiers, président de la République française Léon Bonnat 1876 Huile sur toile Musée du Château de Versailles Versailles

26 Léon Bonnat est un portraitiste qui œuvra sous le Second Empire et continua sous la III e République. Lartiste fait le choix dun arrière-plan sombre dans lequel se fond la silhouette de Thiers. Il insiste sur le visage et les mains et il se dégage de la représentation un grand sérieux, une autorité certaine qui rappelle à la fois la bourgeoisie et le caractère alors conservateur de la République. Ce qui est original dans ce portrait cest quil est en rupture avec les précédents : il ny a aucune référence à la fonction, au statut ou à la carrière politique de Thiers. En même temps, ce portrait a été réalisé en 1876 alors que Thiers avait quitté le pouvoir en 1873.

27 Jules Grévy, président de la République française Léon Bonnat 1880 Huile sur toile Musée dOrsay Paris

28 Jules Grévy a été président de la République de 1879 à Léon Bonnat le représente ici de manière académique et frontale avec un réalisme et un soin du détail qui rappelle la photographie. Ce portrait sera dailleurs largement diffusé dans les mairies et les écoles … mais sous la forme dune photographie du tableau. La position quadopte Jules Grévy (la main posée sur une pile de livres) rappelle celle que choisiront des présidents de la IV e et de la V e République comme Albert Lebrun ou encore De Gaulle.


Télécharger ppt "DU ROI AU PRÉSIDENT FIGURES DU POUVOIR DU XVIII E S. AU DÉBUT DU XX E S. PERMANENCES ET RUPTURES Isabelle Chalier Lycée Koeberlé, Sélestat."

Présentations similaires


Annonces Google