La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cours de Matériaux Plastiques D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cours de Matériaux Plastiques D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010."— Transcription de la présentation:

1 Cours de Matériaux Plastiques D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

2 III. Désignation des polymères Symboles des polymères: La norme ISO 1043 définit les symboles utilisés pour définir les polymères. Elle est constituée de trois parties : Les polymères de base et leurs caractéristiques spéciales, Les polymères de base et leurs caractéristiques spéciales, Les charges et matériaux de renforcement, Les charges et matériaux de renforcement, Les plastifiants. Les plastifiants. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

3 III Désignation des polymères 3.1 Les polymères de base et leurs caractéristiques spéciales Principes généraux : Les symboles désignant les polymères sont constitués d'un ensemble de signes. Les signes rencontrés sont : Les lettres majuscules, qui représentent les termes élémentaires : Ex: AC Acétate, E Ether, éthyle, éthylène Les chiffres et les tirets pour les polyamides seulement Le signe "+" pour les mélanges de polymères Les barres obliques pour les copolymères. Elles peuvent être omises dans la pratique. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010 D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

4 Le symbole d'un polymère commence en général par la lettre "P", abréviation de "Poly". Cependant, certains groupes de polymères ne répondent pas à cette règle. Ces groupes sont : Les polymères cellulosiques (ex: CA acétate de cellulose) Les thermodurcissables à base de formaldéhyde (ex: MF mélamine-formol) Les résines époxydes EP Les polyesters insaturés UP (de l'anglais "unsaturated polyester") Les silicones SI III Désignation des polymères 3.1 Les polymères de base et leurs caractéristiques spéciales D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

5 On a également besoin d'informations sur la taille de la chaîne ou de la cellule élémentaire du réseau c'est-à-dire sur la structure à l'échelle macromoléculaire. Lorsque le nom du monomère est composé de plusieurs mots, ceux-ci devraient se situer entre parenthèses après le préfixe "poly". poly éthylène téréphtalate, PET Dans la pratique, cette notation est peut utilisée mais il faut connaître son existence. Ex: poly (éthylène téréphtalate) = poly éthylène téréphtalate, PET III Désignation des polymères 3.1 Les polymères de base et leurs caractéristiques spéciales Symboles des copolymères : Le préfixe "Poly" et donc l'abréviation P correspondante, ne sont utilisés que lorsqu'ils évitent une confusion. Le nom complet d'un copolymère est formé par les noms de ses monomères cités dans l'ordre décroissant de leur rapports molaires dans le copolymère, de la gauche vers la droite. Ces monomères devraient être séparés par des barres obliques, mais cette règle est souvent omise dans la réalité. VC/E/MA, qui est un terpolymère Ex: Chlorure de vinyle/éthylène/acrylate de méthyle VC/E/MA, qui est un terpolymère D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

6 III Désignation des polymères 3.1 Les polymères de base et leurs caractéristiques spéciales Symboles des mélanges de polymères : Pour désigner les mélanges de polymères, on utilise les symboles des polymères de base séparés par un signe "+" entre parenthèse. (PMMA + ABS). Ex: mélange de poly (méthacrylate de méthyle) et d'acrylonitrile/butadiène/styrène (PMMA + ABS). Symboles supplémentaires : Pour désigner un polymère de base modifié, on utilise les règles habituelles et on ajoute le ou les symbole(s) du composant modificatif séparé d'un tiret. PVC-P. Ex: PVC plastifié PVC-P. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

7 3.1 Les polymères de base et leurs caractéristiques spéciales D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

8 III Désignation des polymères 3.2 Les charges et matériaux de renforcement Dans la désignation normalisée d'une matière plastique, le type de renfort utilisé doit apparaître comme indiqué dans le tableau ci-dessous suivi de la teneur en masse : Matière + Forme + X% D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

9 III Désignation des polymères 3.2 Les charges et matériaux de renforcement GF MI Par exemple, le renfort fibre de verre sera désigné par GF, et une poudre minérale par MI. Les mélanges de matériaux ou de formes peuvent être indiqués, entre parenthèses, par la combinaison des symboles pertinents utilisant le signe « + ». (GF + MD). Par exemple un mélange de fibre de verre et de poudre minérale peut être désigné par : (GF + MD). D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

10 III Désignation des polymères 3.3 Les plastifiants Voici, dans ce tableau, la désignation des plastifiants les plus couramment rencontrés : D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

11 IV. Les propriétés des polymères Propriétés des thermoplastiques D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010 Les matières thermoplastiques sont des composés macromoléculaires linéaires. Ils sont crées par lassociation de motifs élémentaires appelés motifs monomères qui peuvent être très nombreux (ex : dans un PE haute densité, il y a plus de motifs intervenant dans la même chaîne). La longueur de chaîne nest pas unique mais obéit à une loi de distribution statistique autour dune valeur moyenne. Si le monomère est réparti de façon régulière le long de la chaîne et dans lespace (stéréorégularité), la chaîne peut sinsérer, si elle est suffisamment flexible et mobile et si les conditions de refroidissement le permettent, dans une zone ordonnée et le polymère sera partiellement cristallin. Si ce nest pas le cas, il sera amorphe. Comme les paramètres de solidification du polymère jouent un rôle déterminant en ce qui concerne le taux et la morphologie cristalline, un polymère cristallisable pourra être amorphe, pour peu quil soit trempé. 4.1 Propriétés structurelles

12 IV. Les propriétés des polymères Propriétés des thermoplastiques D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010 La structure sera étudiée en partant du motif monomère, jusquà lorganisation macroscopique des chaînes. -thermoplastiques amorphes : ils se caractérisent par une transition vitreuse qui, dans le domaine de température correspondant (Tg), fait passer le polymère de létat vitreux à caoutchoutique -thermoplastiques semi-cristallin : ils se caractérisent par une fusion cristalline (se produisant à Tf). Sa rigidité diminue sans que lon puisse observer détat caoutchoutique et il passe ensuite à létat liquide, quelquefois en quelques degrés. 4.1 Propriétés structurelles

13 IV. Les propriétés des polymères Propriétés des thermodurcissables D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010 Les matières thermodurcissables subissent une transformation chimique (réticulation) qui accompagne leur mise en forme et leur confère une structure tridimensionnelle. Les composés tridimensionnels sont infusibles. La structure tridimensionnelle est souvent construite à partir de chaînes courtes qui sont réunies par des liaisons transversales. Les propriétés mécaniques et physiques de ces plastiques sont fortement dépendantes de lindice de réseau (nombre de ponts pour cent atomes dans la chaîne), qui varie avec la fonctionnalité des nœuds (fc) et les proportions des matériaux de base, mais aussi avec les paramètres de préparation (température, pression, temps de cuisson). A létat amorphe, ils sont caractérisés par une transition vitreuse associé à la liberté éventuelle de tronçons de chaînes importants (dans le cas dun faible indice de réseau) qui donne au matériaux une flexibilité. Pour des structures très liées, la transition vitreuse disparaît. 4.1 Propriétés structurelles

14 IV. Les propriétés des polymères Propriétés de mise en œuvre D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010 Les propriétés de mise en œuvre sont directement liées aux structures des polymères On doit considérer trois domaines importants : le domaine solide : aucune mise en œuvre possible (sauf lusinage) E > 1 Gpa le domaine caoutchoutique : thermoformage possible 1 Mpa < E < 10 Mpa le domaine liquide : extrusion, injection possible le polymère se comporte comme un fluide non newtonien On peut définir les frontières suivantes : Transition vitreuse (notée V dans les diagrammes) Transition liquide (notée L dans les diagrammes) Dégradation thermique (notée D dans les diagrammes) 4.2 Propriétés de mise en œuvre et dutilisation

15 4.2.1 Propriétés de mise en Œuvre D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010 a) Polymères linéaires : thermoplastiques thermoplastiques amorphes On considère les diagrammes temps-température suivants : T(M) : température de mise en œuvre et t(M) : temps de mise en œuvre Dans le cas a, le polymère peut être mis en œuvre à létat liquide sans risque de dégradation Dans le cas b, la mise en œuvre est impossible, on rencontre ce cas : lorsque la masse moléculaire est trop élevée lorsque la transition liquide-liquide se fait à des températures élevées.

16 4.2.1 Propriétés de mise en Œuvre D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010 a) Polymères linéaires : thermoplastiques thermoplastiques semi-cristallins Ils suivent le même raisonnement sauf quon va trouver Tf au lieu la température de transition vitreuse. b) Polymères tridimensionnels : thermodurcissables Dans le cas c, le matériau est à létat caoutchoutique sans dégradation thermique, la mise en œuvre est possible Dans le cas d, la mise en œuvre est impossible sans dégradation thermique. Cette situation est souvent rencontrée dans la cas des thermodurcissables à propriétés thermomécaniques élevées

17 4.2.2 Condition dutilisation D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010 a) Polymères linéaires : thermoplastiques thermoplastiques amorphes On considère les mêmes diagrammes mais en faisant intervenir les conditions dutilisation (température dutilisation : T(u)) -Cas a : Thermoplastiques vitreux -Cas b : élastomères thermoplastiques

18 4.2.2 Condition dutilisation D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010 a) Polymères tridimensionnels : thermodurcissables - Cas c : Thermodurcissables (thermorigides) - Cas d : élastomères vulcanisés

19 V. Adjuvants & Renforts 5.1 Adjuvants Généralités : Les adjuvants sont des produits en général organiques, que lon mélange aux polymères pour modifier leurs propriétés physiques (par exemple plastifiants) ou chimiques (par exemple stabilisants) Quelque soit le type dadjuvant, on est amené à prendre en considération les critères suivants : - performances propres - - performances propres - - compatibilité avec la mise en œuvre (thermostabilité) - - compatible avec lusage (ex : non-toxicité) - - tenue à long terme D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

20 5.1 Adjuvants Les plastifiants : Un plastifiant est un solvant lourd qui, incorporé aux polymères, détruit partiellement les interactions entre chaînes responsables de la cohésion mécanique et transforme un matériau initialement rigide en matériau souple, flexible. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

21 5.1 Adjuvants Les plastifiants : La rigidité diminue avec la concentration en plastifiant Ce dernier critère est caractéristique de leffet plastifiant. La rigidité diminue avec la concentration en plastifiant de même que la température de transition vitreuse et la limite conventionnelle de flexibilité. Ce dernier critère est caractéristique de leffet plastifiant. Exemple : le PVC - PVC rigide non plastifié : température de fragilité : 0°C - PVC plastifié : température de fragilité : - 5 à – 60°C selon la nature et la concentration du plastifiant D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

22 5.1 Adjuvants Les stabilisants : Les stabilisants sont destinés à retarder, ralentir ou inhiber les processus responsables de laltération de la structure pendant la mise en œuvre des matériaux. On utilise fréquemment des systèmes de stabilisation (mélange de stabilisants). Les principaux types de stabilisants sont les suivants : 1)Anti-oxygène : dans la plupart des polymères hydrocarbonés, en particulier PE, PP, caoutchoucs inférieure à 1% Les anti-oxygènes sont utilisés dans la plupart des polymères hydrocarbonés, en particulier PE, PP, caoutchoucs. Ils sont utilisés en concentration généralement inférieure à 1% (sauf noir de carbone) et dans ces conditions, ne modifient pas sensiblement la couleur et les propriétés physiques des polymères. retarder loxydation thermique au cours de la transformation et de lutilisation Leur but est de retarder loxydation thermique au cours de la transformation et de lutilisation D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

23 5.1 Adjuvants Les stabilisants : 2) Stabilisants thermiques du PVC : retarde le dégagement de HCL et la formation des structures conjuguées très colorées 1 à 3% environ Spécifiques des polymères chlorés, ces stabilisants retarde le dégagement de HCL et la formation des structures conjuguées très colorées. On les emploie en concentration en poids de 1 à 3% environ. 3) Stabilisants à la lumière : protéger la matrice du rayonnement UV Les principaux stabilisants à la lumière appartiennent à quatre familles et ont pour but de protéger la matrice du rayonnement UV : les pigments les absorbeurs UV (empêche la pénétration UV dans le matériau) les extincteurs, même rôle que les absorbeurs. Semploie pour des applications où les absorbeurs ne peuvent être mis en œuvre (épaisseur< 1µm) - les stabilisants polyfonctionnels qui réunissent dans la même molécule plusieurs fonctions stabilisantes D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

24 5.1 Adjuvants Autres adjuvants : 1) Colorants pigments : On distingue les colorants solubles dans la matrice polymère et les pigments insolubles mis en œuvre sous forme de dispersion. Ces derniers sont opaques, alors que les premiers peuvent être utilisés pour la réalisation de formules colorées transparentes. Ils ont comme caractéristiques une bonne tenue à long terme, ce qui nest pas toujours le cas des colorants organiques 2) Anti-chocs : sa résistance au choc quelques % en particulier dans le PVC Les anti-chocs sont des polymères et surtout des copolymère du type ABS ou MBS (méthacrylate-butadiène, styrène) qui améliorent sa résistance au choc. On les utilise en concentration de quelques % en particulier dans le PVC D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

25 5.1 Adjuvants Autres adjuvants : 3) Antistatiques : éviter la fixation de poussières ou la production détincelles Les antistatiques permettent de limiter laccumulation de charges électriques à la surface des polymères et déviter ainsi un certain nombre de phénomènes tels que la fixation de poussières ou la production détincelles. On obtient ces propriétés de deux façons : un film dadditif à la surface par projection daérosol ou exsudation de ladditif initialement mélangé au polymère - soit en réalisant un film dadditif à la surface par projection daérosol ou exsudation de ladditif initialement mélangé au polymère un additif augmentant la conductivité de matériau et facilitant lécoulement des charges - soit en incorporant un additif augmentant la conductivité de matériau et facilitant lécoulement des charges < à 1% Les concentrations sont généralement < à 1% D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

26 5.1 Adjuvants Autres adjuvants : 4) Ignifugeants : Les ignifugeants peuvent avoir diverses fonctions au niveau de lamorçage ou de la propagation de la combustion quils rendent en tous cas plus difficile. donne lieu à des processus qui absorbent de la chaleur : « effet refroidisseur » ; défavorise léchange gazeux entre le polymère et latmosphère. Exemple deffets : donne lieu à des processus qui absorbent de la chaleur : « effet refroidisseur » ; défavorise léchange gazeux entre le polymère et latmosphère. 10%. On cherche à réaliser, avec un seul ignifugeants plusieurs effets. Leur concentration peut atteindre et dépasser 10%. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

27 5) Lubrifiants : réduire les frottements du polymère sur lui-même, diminuer le frottement polymère- métal On distingue les lubrifiants internes, destinés à réduire les frottements du polymère sur lui-même, et les lubrifiants externes destinés à diminuer le frottement polymère- métal. Dans ce dernier cas, ladjuvant doit être insoluble dans le polymère et exsuder rapidement pour former une couche en surface. faible (environ 0,1% en masse) La concentration est généralement faible (environ 0,1% en masse) 5.1 Adjuvants Autres adjuvants : 6) Anti-retrait : compenser le retrait des compositions à base de polyester insaturé (BMC, SMC) On les utilise essentiellement pour compenser le retrait des compositions à base de polyester insaturé (BMC, SMC). Le principal anti-retrait est le PVAC (polyacétate de vinyle). 40%. On lutilise en concentration de 40%. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

28 5.2 Renforts On désigne par renfort tout produit ni soluble ni miscible qui, mélangé à un polymère, permet d'améliorer une ou plusieurs propriétés ou caractéristiques (propriétés électriques, mécaniques, chimiques, coûts de production) du mélange final. Ces renforts sont classés suivant leur nature chimique (organique, minérale) et leur géométrie au travers de leur rapport de forme (quotient de la plus grande et de la plus petite dimensions d'une particule). Pour classer la situation on classe les renforts en quatre groupes. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

29 5.2 Renforts D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

30 5.2 Renforts Cette classification est guidée par les techniques de mise en œuvre du composite final. Les composites correspondant aux trois premiers groupes se mettent en œuvre par les techniques classiques utilisées pour les polymères (extrusion, injection, etc.) alors que les composites du quatrième groupe nécessitent des techniques spécifiques (compression, bobinage, projection, etc.). Ainsi, un polymère renforcé de fibres de longueur inférieure à 2 mm peut encore s'injecter. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

31 Les fibres de polyamide aromatiques sont commercialisées par Dupont de Nemours sous la marque Kevlar. une excellente résistance en traction. Les fibres peuvent être utilisées à 180° C et possèdent une excellente résistance en traction. un gain de poids leur allongement sous contrainte élevée et leur tenue en compression limitée. Leur densité de 1,49 permet aussi un gain de poids par rapport aux autres renforts fibreux. Leur inconvénient reste leur allongement sous contrainte élevée et leur tenue en compression limitée. On rencontre le Kevlar comme renfort des polyesters, époxy, polyamides, phénoliques. Les bonnes propriétés en fatigue Les bonnes propriétés en fatigue en font un renfort pour pièces sollicitées dynamiquement 5.2 Renforts LE POLYAMIDE AROMATIQUE : D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

32 5.2 Renforts LE POLYAMIDE AROMATIQUE : Ainsi, le Kevlar servira de renfort dans les caoutchoucs (pneus, courroies) dans les plastiques (garnitures de freins, embrayage, coques de bateaux) mais servira aussi seul comme tissus et cordages. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

33 5.2 Renforts LE VERRE : Le verre sous forme filée présente une excellente résistance mécanique ainsi quune remarquable inertie chimique, tenue thermique et isolation électrique. Les fils de verre sont désignés comme suit : - 1 lettre désignant le type de verre : E : à usage général, bonnes propriétés électriques (représente 90% des applications) D : hautes propriétés diélectriques C : bonne résistance chimique S ou R : bonne résistance mécanique - 1 lettre indiquant les fils utilisés C : continu pour silicones D : discontinu pour la verranne - 1 nombre de 1 à 2 chiffres donnant le diamètre de référence en micromètres - 1 nombre donnant la masse linéique exprimée en tex (10 -6 kg/m) silicone de verre E, 10µm de diamètre moyen, 40 tex Exemple EC : silicone de verre E, 10µm de diamètre moyen, 40 tex D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

34 5.2 Renforts LE VERRE : Le verre se présente sous la forme de : - billes améliorant la coulabilité des résines et la résistance en compression - fibres broyées (nodules ou poudres fines ) pour le renforcement des polymères injectables, de résine de coulée (longueur < 300 µm) - fibres coupées (3 à 30mm de long) pour le renforcement des thermoplastiques (3mm) - stratifils : ensemble de fils de base ou de filaments parallèle, assemblée sous torsion intentionnelle (roving) utilisés pour la fabrication de tissus - mat : produit constitué de filaments, de fibres discontinues ou de fils de base maintenus sous forme de nappe. Lépaisseur reste toujours faible (quelques dixièmes de millimètres) - tissus : étoffe formé par lentrecroisement de deux ensembles de fils par tissage sur métier à tisser La combinaison de différents produits est fréquemment utilisé (ex : tissus + mat) D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

35 5.2 Renforts LE VERRE : Applications : - bateau, planche à voile, cannes à pêche, pales dhélicoptère etc. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

36 pas de point de fusion TF, transparence dans le visible. Le PS « cristal » ou le PVC «cristal» sont transparents et limpides parce qu'ils ne sont pas du tout cristallins existence d'une mobilité résiduelle dans un intervalle plus ou moins large de température au dessous de Tg. pas de point de fusion TF, transparence dans le visible. Le PS « cristal » ou le PVC «cristal» sont transparents et limpides parce qu'ils ne sont pas du tout cristallins existence d'une mobilité résiduelle dans un intervalle plus ou moins large de température au dessous de Tg. 5.2 Renforts LE CARBONE : Il est utilisé dans les polymères sous trois formes très différentes : les fibres de carbone - les fibres de carbone le noir de carbone « carbon black » le noir de carbone « carbon black » la graphite la graphite D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

37 5.2 Renforts LE CARBONE : les fibres de carbone : Les remarquables propriétés de ces fibres font quelles font trouvent leur application dans des pièces hautement sollicitées. La densité est de 1,75 à 1,95. Le module délasticité et la résistance en traction sont proches de ceux de lacier pour une densité 4 fois inférieureLe fluage est réduit et les propriétés en fatigue excellentes. Le module délasticité et la résistance en traction sont proches de ceux de lacier pour une densité 4 fois inférieure ; cest dire lintérêt de ce renfort. Le fluage est réduit et les propriétés en fatigue excellentes. Les fibres sont conductrices, la conductibilité thermique est bonne. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

38 5.2 Renforts LE CARBONE : Les fibres de carbone sutilisent : - fibres broyées (longueur de 30µm à 3mm) - fibres courtes (longueur 5 mm) - fibres longues (de 5 à 20 mm) - tissus pour le moulage - tissage tridimensionnel Le prix de cette fibre bien quen baisse, limite ses applications à des techniques de pointe (sévères conditions defforts, de température, dambiance). On trouve pour cette raison ces fibres associées à des matrices polymères dexcellente tenue. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

39 5.2 Renforts LE CARBONE : Le noir de carbone : apporter une résistance au vieillissement ultraviolet, les « carbon black » sont aujourdhui des stabilisants dusage courantde colorants et de charges conductrices dans la fabrication des plastiques conducteurs Historiquement utilisés dans les caoutchoucs naturels pour apporter une résistance au vieillissement ultraviolet, les « carbon black » sont aujourdhui des stabilisants dusage courant. Ils servent aussi de colorants et de charges conductrices dans la fabrication des plastiques conducteurs. Le graphite : un bon frottement et une usure limitée (palier, coussinet), Pour des applications réclamant un bon frottement et une usure limitée (palier, coussinet), on utilise le graphite comme renfort polymères possédant déjà de bonnes propriétés. On réalise ainsi des pièces autolubrifiantes. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

40 5.2 Renforts LE CARBONATE DE CALCIUM : réduire les coûts en réduisant le contenu en polymère par pièces de réduire les retraits et le vieillissement UV Le carbonate de calcium (craie) est le plus utilisé dans lindustrie plastique. Il permet de réduire les coûts en réduisant le contenu en polymère par pièces. De forme granulaire, il permet aussi de réduire les retraits et le vieillissement UV. Par contre, la sensibilité à la rayure des pièces est accentuée LE TALC : réduire les anisotropies dans le retrait, daugmenter la résistance thermique, la rigidité et dobtenir une coloration en blanc De forme lamellaire, le talc représente un renfort très populaire dans les plastiques. Il permet de réduire les anisotropies dans le retrait, daugmenter la résistance thermique, la rigidité et dobtenir une coloration en blanc. Sa faible dureté nentraîne pas dusure sur loutillage. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

41 5.2 Renforts LE MICA : Les propriétés du mica en font aujourdhui un agent de renfort très économique. structure lamellaire : renforcement bidirectionnel - structure lamellaire : renforcement bidirectionnel - inertie chimique - excellente isolation thermique - grande rigidité mécanique - propriétés anti-UV LA WOLLASTONITE: daccroître la résistance thermique et mécanique comme une fibre mais sans altérer lhomogénéité générale des propriétés des pièces (retraits, résistance). De forme aciculaire, la wollastonite est un minéral dont lutilisation se développe dans les polymères techniques. Elle permet daccroître la résistance thermique et mécanique comme une fibre mais sans altérer lhomogénéité générale des propriétés des pièces (retraits, résistance). D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010

42 5.2 Renforts LE P.T.F.E. : sa tenue en température et ses qualités de frottement Connu sous le nom commercial de Téflon, ce produit est utilisé pour sa tenue en température et ses qualités de frottement. Il est utilisé sous forme de poudre. D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010


Télécharger ppt "Cours de Matériaux Plastiques D.GRIDAINE IUT de TROYES L.P. MCA 2009/2010."

Présentations similaires


Annonces Google