La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TOURS APPARENCES ET RÉALITÉS Jean-Claude CROIZÉ // BRUXELLES, 16 nov. 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TOURS APPARENCES ET RÉALITÉS Jean-Claude CROIZÉ // BRUXELLES, 16 nov. 2010."— Transcription de la présentation:

1 TOURS APPARENCES ET RÉALITÉS Jean-Claude CROIZÉ // BRUXELLES, 16 nov. 2010

2 Introduction Une innovation « moderne »… mais suffisamment ancienne pour quon puisse aujourdhui en apprécier lintérêt en se fondant sur lexpérience. Trois niveaux à discuter, correspondant à autant détapes de la vie dun projet : 1) urbanisme, 2) construction, 3) fonctionnement.

3 Urbanisme Trois avantages généralement attendus des tours de grande hauteur ou tall buildings : une densification substantielle, la libération de lespace au sol, le dégagement de vues étendues.

4 Urbanisme : vues Tour Mantoue (Paris 13ème) Vue côté nord (du 23 ème étage) et côté ouest (du 13 ème étage)

5 Urbanisme : libération du sol Complexe tour-dalle, plus voiries élargies et équipements publics : lespace « libéré » est immédiatement occupé par le béton ou le bitume

6 Urbanisme : densité Régulation par le prospect, ou non ? 1) Absence dune règle de prospect : possibilité dune densification à la hauteur des édifices. 2) Avec une règle de prospect, indispensable sous nos latitudes pour des habitations vivables : des bénéfices de densité relativement limités.

7 Urbanisme : densité optimale sous prospect de la tour à la barre, et de la barre à lîlot Par rabattement, on voit quun semis de tours est équivalent à un jeu de barres parallèles, lui-même équivalent à une structuration en îlots. Pour fixer lallure générale des fonctions de densité, il suffit alors détudier un petit rectangle (pointillé rouge). Lavantage de la tour tient à son épaisseur entre façades.

8 Urbanisme : densité optimale sous prospect Application aux habitations Schéma algébrique Résultats numériques (H = L, h e = 3) d n

9 Urbanisme : densité optimale sous prospect Idéal pour constructions hautes : prospects sur fleuve et infrastructures Secteur sud-est de Seine Rive-Gauche Photographies du site et de la maquette actuelle du projet

10 Urbanisme : bref bilan Des avantages, certes… mais dont on sexagère facilement la portée, et dont il est moins facile de tirer réellement un bénéfice significatif pour une ville vivable

11 Construction Objet de la construction : produire des volumes utiles…pour un coût optimisé Or, à cet égard, lédifice de grande hauteur souffre de tendances contre-productives : -Surcoût « technique » : renforcements de structure, machineries, équipements de sécurité, etc. -Pertes de « rendement de plan », résultant de laccroissement du poids des espaces servants.

12 Construction Habitations hautes et rendement de plan La dimension du noyau servant tend mécaniquement à augmenter avec la hauteur, alors que la profondeur utile reste identique Schéma algébrique d (en m.) % vol. utile 6 91 % 9 85 % % % Résultats Dd 7 m

13 Construction : bref bilan Grande hauteur = surcoût de construction des volumes utiles Sans doute, une conception soignée permet datténuer leffet de cette contrainte. Mais il y a peu à attendre en matière dhabitation. En bureaux, tendance à de vastes locaux paysagers sous éclairage électrique permanent, au prix dune artificialisation complète du milieu de vie… et de nouveaux surcoûts

14 Fonctionnement La complexité du projet de grande hauteur constitue un de ses caractères majeurs au niveau de lurbanisme et de la construction. Ce caractère est à nouveau, et durablement, source de complications et de surcoûts au niveau de lexploitation Quatre aspects majeurs : 1) Attributions de propriété (limites public/privé), 2) Energie et machinerie, 3) Surveillance et sécurité, 4) Complexité de la gestion.

15 Fonctionnement 1) Attributions de propriété Notamment : problème des dalles de pied de tour. Qui doit en assurer lentretien et la mise en valeur ? Séparer la propriété de la dalle et celle des volumes sous dalle ? Services publics et habitants : quelle répartition des charges ? 2) Énergie et machinerie Coûts dune machinerie puissante, diversifiée, souvent délicate : - énergie électrique, - et, surtout, entretien / renouvellement.

16 Fonctionnement 3) Surveillance et sécurité Emploi de personnels qualifiés 24 h./ 24 et 7 j./ 7. Cela résulte dune réglementation incendie exigeante. Cest aussi le poste de surcoût le plus visible dans les immeubles de grande hauteur destinés à lhabitation. 4) Complexité de la gestion Empilement des fonctions et des syndicats de copropriété. Multiplication des offices de syndic. En habitation, le président de syndicat : un bénévole à temps plein, technicien averti et contrôleur financier efficace ?

17 Conclusion Des tours, pourquoi non ? Il en existe dailleurs de belles, qui peuvent avoir une valeur emblématique pour une ville ou un quartier.

18 Conclusion Mais trois réserves devraient retenir lattention : -Concevoir un projet doté dun statut de propriété clair, simple et durable. -Pour la construction, accorder la priorité à des techniques robustes, éprouvées, et éviter de complexifier à plaisir ce qui ne lest déjà que trop. -Appliquer de préférence la grande hauteur à des lieux de travail ou, sil sagit dhabitation, la réserver plutôt à des immeubles qui demeureront locatifs.


Télécharger ppt "TOURS APPARENCES ET RÉALITÉS Jean-Claude CROIZÉ // BRUXELLES, 16 nov. 2010."

Présentations similaires


Annonces Google