La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Valeria Cannistraro LABORATORIO DI TECNOLOGIE EDUCATIVE formazione agli strumenti multimediali S.I.S. Lingua Francese- I anno a.a. 2006/2007 Prof. Valter.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Valeria Cannistraro LABORATORIO DI TECNOLOGIE EDUCATIVE formazione agli strumenti multimediali S.I.S. Lingua Francese- I anno a.a. 2006/2007 Prof. Valter."— Transcription de la présentation:

1

2 Valeria Cannistraro LABORATORIO DI TECNOLOGIE EDUCATIVE formazione agli strumenti multimediali S.I.S. Lingua Francese- I anno a.a. 2006/2007 Prof. Valter Careglio

3 NOTE Questo lavoro, basato sulla divulgazione delle Fables di Jean de la Fontaine, è destinato principalmente ad allievi del biennio della scuola media superiore. Più precisamente si tratta di un approccio allo studio della letteratura francese, partendo da un argomento semplice, ma allo stesso tempo importante per avviare gli allievi allo studio ed allanalisi di testi letterari. Per questo motivo può essere utilizzato anche nellultimo anno della scuola media inferiore. Sono state selezionate dieci delle più note favole dellautore, seguendo criteri di comprensibilità e semplicità del testo, di notorietà delle favole stesse e di possibilità di discussione riguardo alla morale che esse intendono divulgare. I tempi di sviluppo dellunità didattica possono variare molto, in base allanalisi più o meno dettagliata che si intende operare per ciascuna favola: è possibile scegliere di presentare una sola favola allinterno di unora di lezione, protraendo così lintero modulo durante tutto lanno scolastico, oppure, si può scegliere di soffermarsi per meno tempo su ogni singola favola, riducendo così la presentazione dellargomento ad un numero ristretto di lezioni. A partire dal menu è possibile accedere alle sezioni riferite alla vita dellautore ed ad una breve introduzione allopera. Si accede inoltre alle dieci favole, ognuna di esse corredata da disegni per attirare linteresse, da parole cliccabili che rinviano direttamente al glossario e dalla traduzione in italiano, alla quale si accede cliccando sulla bandiera italiana (si visualizza così una diapositiva nascosta). Per tornare alla versione originale della favola, è sufficiente cliccare di nuovo sulla bandiera che porta i colori della Francia. Laccesso al glossario può avvenire sia dalla pagina del menu, sia avanzando sino alla fine della presentazione, sia, come già detto, cliccando sulle parole sottolineate presenti nei testi; cliccando nuovamente sulla parola cercata, si torna direttamente alla pagina di partenza. Dal menu è possibile accedere anche alla sezione destinata agli esercizi, in cui gli allievi potranno mettersi alla prova con un breve test sulla vita dellautore in cui, cliccando direttamente sulle risposte, un applauso li avviserà che la risposta è esatta, mentre il suono di un vetro che si rompe li avviserà di un eventuale errore. Sempre in questa sezione verrà chiesto agli allievi di tradurre le favole e di riassumerne la morale; cliccando sulle consegne di questi due esercizi si aprirà direttamente la pagina della prima favola. La barra degli strumenti, che è presente al fondo di ogni pagina, permette di visualizzare la pagina del menu nonché di procedere con la pagina successiva o di tornare allultima pagina visualizzata. Unicamente la pagina di intestazione va avanti automaticamente dopo 8 secondi. Al termine della presentazione, è possibile visualizzare una breve bibliografia e sitografia delle fonti utilizzate per la creazione della presentazione e da utilizzare per un eventuale approfondimento dellargomento.La presentazione non è destinata alla divulgazione, in quanto sono stati utilizzati materiali audio, video ed immagini coperte da diritti dautore.

4 LES FABLES DE JEAN DE LA FONTAINE Le Geai paré des plumes du Paon Le Petit Poisson et le Pêcheur La Grenouille et le Rat Le Renard et le Bouc Le Renard et les Raisins Le Corbeau voulant imiter lAigle La Colombe et la Fourmi Le Corbeau et le Renard La cigale et la fourmi La Poule aux oeufs dor Lauteur Loeuvre Glossaire Exercices note links

5 Lauteur Jean de la Fontaine est né à Chateau-Thierry le 8 juillet Jean étudia au collège de Château-Thierry jusqu'en troisième. En 1641, il entre à l'Oratoire, rue St Honoré, à Paris, mais la vie monacale ne l'intéresse pas plus que le travail scolaire. Dans cette école, il apprécie surtout le calme et la tranquillité qui lui permettent de s'adonner à la lecture, son passe-temps favori. Malheureusement pour ses maîtres, ses lectures n'étaient pas celles prônées par l'Oratoire. Il quitte cet établissement 18 mois plus tard. Il se remet alors à ses études de droit et décroche, en 1649, un diplôme d'avocat au parlement de Paris. Entre temps, en 1647, son père le marie à Marie Héricart, alors âgée de 14 ans (1647). Mais ce mariage de complaisance n'est pas un mariage heureux. Malgré la naissance d'un enfant, Charles, en 1653, La Fontaine ne fut jamais ni un bon mari, ni un bon père. En 1652, La Fontaine reprend la charge paternelle de Maître des Eaux et Forêts. Il tente du mieux qu'il peut d'exercer cette lourde tâche. En 1672, il vend l'intégralité de cette charge. Lorsque le travail lui en laisse le temps, il monte à Paris rencontrer ses amis. Là, il se mêle aux sociétés précieuses et surtout libertines de l'époque. Il y rencontre Maucroix son ami d'enfance, Furetière, les frères Tallemant, Antoine de la Sablière. Sa vocation poétique s'éveille de plus en plus. Il passe de longues heures à lire Malherbe mais admire aussi les écrits de Benserade et Voiture, Rabelais et Boccace. Il traduit l'Eunuque de Térence (1654), compose une comédie, Clymène, vers 1659, et un poème: Adonis qu'il offrit à Nicolas Fouquet, alors surintendant des finances. [continue…]s'adonner prônées décrochetâche

6 Peu après, il se lie intimement avec Molière, Boileau et Racine et écrit Les amours de Psyché et Cupidon, charmant roman en prose entremêlé de vers (1669). Après Fouquet, il fut le protégé de la Duchesse de Bouillon et de la Duchesse d'Orléans. En 1673, c'est Madame de la Sablière qui le recueille et après la mort de celle-ci en 1693, Madame Hervart. En 1684, il est élu, non sans mal, à l'Académie, au fauteuil de Colbert. Il est un excellent académicien, régulièrement présent aux séances. Dans la Querelle des Anciens et des Modernes, il se range résolument dans le clan des anciens qu'il défend avec acharnement. A l'Académie, il retrouve Boileau, Perrault, Furetière. La vieillesse et la maladie amenèrent sa conversion (1692). Il est obligé de renier ses écrits licencieux. Il meurt en Outre les contes, et surtout les fables qui constituent toute sa gloire, La Fontaine s'est essayé dans tous les genres. Il a laissé une énorme correspondance, notamment des lettres à Madame de La Fontaine (1663) écrites lors de son exil volontaire dans le Limousin, mais aussi une importante série de lettres à son oncle Jannard et à son ami Maucroix.se range acharnement Il entre à cette époque au service de Fouquet. Il lui dédie le Songe de Vaux, ainsi qu'une trentaine de poèmes prévus par contrat. Au moment de la chute de Fouquet, La Fontaine reste son plus fidèle défenseur. Il écrit à cette occasion lOde au roi et surtout l'admirable Élégie aux nymphes de Vaux. Cette fidélité à Fouquet lui valut rapidement la haine de Colbert, puis celle de Louis XIV lui-même.

7 Loeuvre Les 240 fables écrites par Jean de La Fontaine ont été publiées en 3 recueils, comprenant chacun un nombre variable de "Livres", regroupant eux-mêmes un nombre variable de "Fables". Le premier recueil de fables parut en 1668 chez Barbin et il se composait de 124 fables, réparties en 6 livres, avec une introduction (la dédicace en vers), et une conclusion (l'épilogue), qui ne correspondent pas forcément à l'ordre dans lequel les fables avaient été écrites. Il fut dédié au fils aîné du roi Louis XIV, le Dauphin, âgé alors 6 ans. Ce premier recueil se présente sous forme de 2 volumes : le premier comportant les livres I à III, le second les livres IV à VI. Le deuxième recueil de fables, paru en 1678 pour les livres VII et VIII, et en 1679 pour les livres IX, X, XI, représente un ensemble de 87 fables dédiées à Madame de Montespan, maîtresse du roi, avec des messages concernant les grands problèmes de l'époque. Le troisième recueil, le livre XII, un peu à part, date de La plupart des 29 fables qui le composent avaient été publiées à partir de Les contes (La matrone d'Ephèse et Belphégor) et les récits mythologiques (Philémon et Baucis, Les filles de Minée, Daphnis et Alcimadure) sont venus enrichir le volume mais ont été publiés en 1682 et Ce recueil, dédié au duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, condense les idées essentielles exprimées dans les livres précédents. Il se présente sous forme d un volume de Fables choisies. [continue…]aînépetit-fils

8 L'édition complète des fables comporte donc 5 volumes, réédités en 1709 par Charpentier, qui attribue aux livres une numérotation croissante allant de livre I au livre XII. Les Fables de Jean de La Fontaine constituent la principale œuvre poétique du classicisme, et l'un des plus grands chefs d'œuvre de la littérature française. Le tour de force de lauteur est de donner par son travail une haute valeur à un genre qui jusque là n'avait aucune dignité littéraire et était réservé aux exercices scolaires de rhétorique et de latin. Travail de récriture des fables dEsope, de Phèdre, mais aussi de textes dHorace, de Tite-Live,de lettres apocryphes d'Hippocrate et de bien d'autres encore, elles constituent une somme de la culture classique latine et grecque. Certains considèrent la Fontaine comme un copieur qui n'a rien inventé, mais il est certain que sans sa contribution, les noms d'Esope et de Phèdre, entre autres, n'auraient pas le retentissement qu'ils ont maintenant. La Fontaine s'est peut-être inspiré de ces fables anciennes, mais il les a considérablement améliorées et écrites dans une langue belle et simple. La fable n'est plus la sèche démonstration d'une morale. C'est un court récit à l'intrigue rapide et vive. La souplesse et le naturel du style sont en réalité le fruit d'un grand travail où le poète a manifesté sa parfaite maitrise de la langue et du vers. Œuvre tout à la fois de poésie et de pensée, car les Fables offrent une méditation en acte sur la nature et les effets de la parole, spécialement politique, et de leur propre énonciation.apocryphesretentissement souplesse

9 Livre I – fable 1 La Cigale et la Fourmi La Cigale, ayant chanté Tout lété, Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue : Gas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau. Elle alla crier famine Chez la Fourmi sa voisine, La priant de lui prêter Quelque grain pour subsister Jusquà la saison nouvelle. "- Je vous paierai, lui dit-elle, Avant lOût, foi danimal, Intérêt et principal." La Fourmi nest pas prêteuse : Cest là son moindre défaut. - Que faisiez-vous au temps chaud ? Dit-elle à cette emprunteuse. - Nuit et jour à tout venant Je chantais, ne vous déplaise. - Vous chantiez ? jen suis fort aise. Eh bien ! dansez maintenant.principalson moindre défautemprunteuse

10 Livre I – fable 1 La Cicala e la Formica La Cigale, ayant chanté Tout lété, Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue : Gas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau. Elle alla crier famine Chez la Fourmi sa voisine, La priant de lui prêter Quelque grain pour subsister Jusquà la saison nouvelle. "- Je vous paierai, lui dit-elle, Avant lOût, foi danimal, Intérêt et principal." La Fourmi nest pas prêteuse : Cest là son moindre défaut. - Que faisiez-vous au temps chaud ? Dit-elle à cette emprunteuse. - Nuit et jour à tout venant Je chantais, ne vous déplaise. - Vous chantiez ? jen suis fort aise. Eh bien ! dansez maintenant.principalson moindre défautemprunteuse La Cicala che imprudente tutto estate al sol cantò, provveduta di niente nell'inverno si trovò, senza più un granello e senza una mosca in la credenza. Affamata e piagnolosa va a cercar della Formica e le chiede qualche cosa, qualche cosa in cortesia, per poter fino alla prossima primavera tirar via: promettendo per l'agosto, in coscienza d'animale, interessi e capitale. La Formica che ha il difetto di prestar malvolentieri, le dimanda chiaro e netto: - Che hai tu fatto fino a ieri? - Cara amica, a dire il giusto non ho fatto che cantare tutto il tempo. - Brava ho gusto; balla adesso, se ti pare.

11 Livre I – fable 2 Le Corbeau et le Renard Maître Corbeau, sur un arbre perché, Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par lodeur alléché, Lui tint à peu près ce langage : Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau. Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau ! Sans mentir, si votre ramage alléché Se rapporte à Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ; Et pour montrer sa belle voix, Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie. Le Renard sen saisit, et dit : Mon bon Monsieur, Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui lécoute : Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. Le Corbeau, honteux et confus, Jura, mais un peu tard, quon ne ly prendrait plus.Phénix

12 Livre I – fable 2 Il Corvo e la Volpe Maître Corbeau, sur un arbre perché, Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par lodeur alléché, Lui tint à peu près ce langage : Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau. Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau ! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ; Et pour montrer sa belle voix, Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie. Le Renard sen saisit, et dit : Mon bon Monsieur, Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui lécoute : Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. Le Corbeau, honteux et confus, Jura, mais un peu tard, quon ne ly prendrait plus.alléchéSe rapporte à Phénix Sen stava messer Corvo sopra un albero con un bel pezzo di formaggio in becco, quando la Volpe tratta al dolce lecco di quel boccon a dirgli cominciò: - Salve, messer del Corvo, io non conosco uccel di voi più vago in tutto il bosco. Se è ver quel che si dice che il vostro canto è bel come son belle queste penne, voi siete una Fenice -. A questo dir non sta più nella pelle il Corvo vanitoso: e volendo alla Volpe dare un saggio del suo canto famoso, spalanca il becco e uscir lascia il formaggio. La Volpe il piglia e dice: - Ecco, mio caro, chi dell'adulator paga le spese. Fanne tuo pro' che forse la mia lezione vale il tuo formaggio -. Il Corvo sciocco intese e (un po' tardi) giurò d'esser più saggio.

13 Livre II – fable 12 La Colombe et la Fourmi Lautre exemple est tiré danimaux plus petits. Le long dun clair ruisseau buvait une Colombe, Quand sur leau se penchant une Fourmi y tombe. Et dans cet océan lon eût vu la Fourmi Sefforcer, mais en vain, de regagner la rive. La Colombe aussitôt usa de charité : Un brin dherbe dans leau par elle étant jeté, Ce fut un promontoire où la Fourmi arrive. Elle se sauve ; et là-dessus Passe un certain Croquant qui marchait les pieds nus. Ce Croquant, par hasard, avait une arbalète. Dès quil voit lOiseau de Vénus Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête. Tandis quà le tuer mon Villageois sapprête, La Fourmi le pique au talon. Le Vilain retourne la tête : La Colombe lentend, part, et tire de long. Le soupé du Croquant avec elle senvole : Point de Pigeon pour une obole.CroquantlOiseau de Vénustire de longobole

14 Livre II – fable 12 La Colomba e la Formica Lautre exemple est tiré danimaux plus petits. Le long dun clair ruisseau buvait une Colombe, Quand sur leau se penchant une Fourmi y tombe. Et dans cet océan lon eût vu la Fourmi Sefforcer, mais en vain, de regagner la rive. La Colombe aussitôt usa de charité : Un brin dherbe dans leau par elle étant jeté, Ce fut un promontoire où la Fourmi arrive. Elle se sauve ; et là-dessus Passe un certain Croquant qui marchait les pieds nus. Ce Croquant, par hasard, avait une arbalète. Dès quil voit lOiseau de Vénus Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête. Tandis quà le tuer mon Villageois sapprête, La Fourmi le pique au talon. Le Vilain retourne la tête : La Colombe lentend, part, et tire de long. Le soupé du Croquant avec elle senvole : Point de Pigeon pour une obole.CroquantlOiseau de Vénustire de longobole L'altro caso è di bestie più minuscole. La Colomba bevea nell'acque limpide d'un ruscello, quand'ecco vi precipita una Formica. Invan cerca la misera di trarsi fuori da quel vasto oceano, quando, tocca da gran misericordia, la Colomba un fil d'erba le gettò, che fu per la Formica un promontorio. E così la meschina si salvò. In quel mentre di là passa uno zotico villano a piedi nudi, che di Venere vedendo il sacro uccel, tosto d'ucciderlo con una sua balestra meditò. E già la mira, e nel suo cor già sembragli d'averla bella e cotta nella pentola. Ma in quel momento sul tallon la piccola avveduta Formica il morsicò. Mentre indietro a guardar egli volgeasi, la Colomba ebbe tempo di fuggirsene. E la cena così fuor della pentola col piccione nell'aria svaporò.

15 Livre II – fable 16 Le Corbeau voulant imiter lAigle LOiseau de Jupiter LOiseau de Jupiter enlevant un mouton, Un Corbeau témoin de laffaire, Et plus faible de reins, mais non pas moins glouton, En voulut sur lheure autant faire. Il tourne à lentour du troupeau, Marque entre cent Moutons le plus gras, le plus beau, Un vrai Mouton de sacrifice : On lavait réservé pour la bouche des Dieux. Gaillard Corbeau disait, en le couvant des yeux : Je ne sais qui fut ta nourrice ; Mais ton corps me paraît en merveilleux état : Tu me serviras de pâture. Sur lanimal bêlant à ces mots il sabat. La Moutonnière créature Pesait plus quun fromage, outre que sa toison Etait dune épaisseur extrême, Et mêlée à peu près de la même façon Que la barbe de Polyphème. Elle empêtra si bien les serres du Corbeau Que le pauvre animal ne put faire retraite. Le Berger vient, le prend, lencage bien et beau, Le donne à ses enfants pour servir damusette. Il faut se mesurer, la conséquence est nette : Mal prend aux Volereaux de faire les Voleurs. Lexemple est un dangereux leurre : Tous les mangeurs de gens ne sont pas grands Seigneurs ; Où la Guêpe a passé, le Moucheron demeure. Pesait plus quun fromagePolyphèmebien et beauVolereaux

16 Livre II – fable 16 Il Corvo che vuole imitare l'Aquila LOiseau de Jupiter LOiseau de Jupiter enlevant un mouton, Un Corbeau témoin de laffaire, Et plus faible de reins, mais non pas moins glouton, En voulut sur lheure autant faire. Il tourne à lentour du troupeau, Marque entre cent Moutons le plus gras, le plus beau, Un vrai Mouton de sacrifice : On lavait réservé pour la bouche des Dieux. Gaillard Corbeau disait, en le couvant des yeux : Je ne sais qui fut ta nourrice ; Mais ton corps me paraît en merveilleux état : Tu me serviras de pâture. Sur lanimal bêlant à ces mots il sabat. La Moutonnière créature Pesait plus quun fromage, outre que sa toison Etait dune épaisseur extrême, Et mêlée à peu près de la même façon Que la barbe de Polyphème. Elle empêtra si bien les serres du Corbeau Que le pauvre animal ne put faire retraite. Le Berger vient, le prend, lencage bien et beau, Le donne à ses enfants pour servir damusette. Il faut se mesurer, la conséquence est nette : Mal prend aux Volereaux de faire les Voleurs. Lexemple est un dangereux leurre : Tous les mangeurs de gens ne sont pas grands Seigneurs ; Où la Guêpe a passé, le Moucheron demeure.Pesait plus quun fromagePolyphèmebien et beauVolereaux Vedendo un Corvo l'Aquila, che audace rapiva un agnelletto, più debol, ma non men di lei vorace, vuol tentare il medesimo colpetto. Senza pensarci molto, salta addosso a un magnifico montone, un bocconcin da far gola agli Dèi e ch'era riservato al sacrificio, a lui gridando: - Il fatto mio tu sei. Non so chi t'abbia fatto così bello, ma non potrei trovar miglior boccone -. E, come dissi, piomba sull'agnello. Ma udite caso strano! Quella gentile ovina creatura pesava come un cacio parmigiano, e aveva un pelo d'una tal natura, così folto, diremo, che la barba parea di Polifemo. Quel pelo aggrovigliò del mio corbaccio così bene gli sgraffi, che non poté più trarsene d'impaccio. Venne il pastor, lo prese, e il tristo augello fu dato ai pastorelli per zimbello. Aggiunge qui la solita morale che l'esempio è un solletico fatale: l'un nasce ladro e l'altro ladroncello, né a tutti i prepotenti è ugual destino. Dove passa la vespa, nel tranello rimane il moscherino.

17 Livre III – fable 11 Le Renard et les Raisins Certain Renard Gascon, dautres disent Normand, Mourant presque de faim, vit au haut dune treille Des Raisins mûrs apparemment, Et couverts dune peau vermeille. Le galand en eût fait volontiers un repas ; Mais comme il ny pouvait atteindre : Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats. Fit-il pas mieux que de se plaindre ?treillegaland goujats

18 Livre III – fable 11 La Volpe e lUva Una Volpe, chi dice di Guascogna, e chi di Normandia, morta affamata, andando per la via, in un bel tralcio d'uva s'incontrò, così matura e bella in apparenza, che damigella subito pensò di farsene suo pro. Ma dopo qualche salto, visto che troppo era la vite in alto, pensò di farne senza. E disse: - È un'uva acerba, un pasto buono per ghiri e per scoiattoli - Ciò che non posso aver, ecco ti dono. Certain Renard Gascon, dautres disent Normand, Mourant presque de faim, vit au haut dune treille Des Raisins mûrs apparemment, Et couverts dune peau vermeille. Le galand en eût fait volontiers un repas ; Mais comme il ny pouvait atteindre : Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats. Fit-il pas mieux que de se plaindre ?treillegaland goujats

19 Livre III – fable 5 Le Renard et le Bouc Capitaine Renard allait de compagnie Avec son ami Bouc des plus haut encornés. Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez ; Lautre était passé maître en fait de tromperie. La soif les obligea de descendre en un puits. Là chacun deux se désaltère. Après quabondamment tous deux en eurent pris, Le Renard dit au Bouc : Que ferons-nous, compère ? Ce nest pas tout de boire, il faut sortir dici. Lève tes pieds en haut, et tes cornes aussi : Mets-les contre le mur. Le long de ton échine Je grimperai premièrement ; Puis sur tes cornes mélevant, A laide de cette machine, De ce lieu-ci je sortirai, Après quoi je ten tirerai.encornésabondamment A laide de cette machine Par ma barbePar ma barbe, dit lautre, il est bon ; et je loue Les gens bien sensés comme toi. Je naurais jamais, quant à moi, Trouvé ce secret, je lavoue. Le Renard sort du puits, laisse son compagnon, Et vous lui fait un beau sermon Pour lexhorter à patience. Si le ciel teût, dit-il, donné par excellence Autant de jugement que de barbe au menton, Tu naurais pas, à la légère, Descendu dans ce puits. Or, adieu, jen suis hors. Tâche de ten tirer, et fais tous tes efforts : Car pour moi, jai certaine affaire Qui ne me permet pas darrêter en chemin. En toute chose il faut considérer la fin.il est bonpar excellencehors

20 Livre III – fable 5 La Volpe e il Becco Capitaine Renard allait de compagnie Avec son ami Bouc des plus haut encornés. Celui-ci ne voyait pas plus loin que son nez ; Lautre était passé maître en fait de tromperie. La soif les obligea de descendre en un puits. Là chacun deux se désaltère. Après quabondamment tous deux en eurent pris, Le Renard dit au Bouc : Que ferons-nous, compère ? Ce nest pas tout de boire, il faut sortir dici. Lève tes pieds en haut, et tes cornes aussi : Mets-les contre le mur. Le long de ton échine Je grimperai premièrement ; Puis sur tes cornes mélevant, A laide de cette machine, De ce lieu-ci je sortirai, Après quoi je ten tirerai.encornésabondammentA laide de cette machine Par ma barbePar ma barbe, dit lautre, il est bon ; et je loue Les gens bien sensés comme toi. Je naurais jamais, quant à moi, Trouvé ce secret, je lavoue. Le Renard sort du puits, laisse son compagnon, Et vous lui fait un beau sermon Pour lexhorter à patience. Si le ciel teût, dit-il, donné par excellence Autant de jugement que de barbe au menton, Tu naurais pas, à la légère, Descendu dans ce puits. Or, adieu, jen suis hors. Tâche de ten tirer, et fais tous tes efforts : Car pour moi, jai certaine affaire Qui ne me permet pas darrêter en chemin. En toute chose il faut considérer la fin.il est bonpar excellencehors La Volpe, che in materia furberia è vecchia patentata, andava un certo dì per una via in compagnia d'un Becco, un animale che avea più corna in testa che non sale. Morti di sete, scendono per bere in un pozzo, e ciascuno si ristora, ma poi disse la Volpe: - Ora, messere, ch'abbiam bevuto, il punto più difficile é quello di andar fuora. Mi par che tu dovresti alzare i piedi ed appoggiar le corna accanto al muro, sì ch'io possa aggrapparmi alla tua schiena e uscir prima al sicuro. Quindi anche te saprò cavar di pena. - Per la mia barba! - disse il buon caprone, - questo si chiama avere del talento. Una macchina simile né in cento, né in trecent'anni non avrei trovata sì bene congegnata -. Uscì la Volpe ed al grullo bestione,rimasto in fondo, volle per zimbello recitar la moral con un sermone: - Abbi pazienza; non saresti in molle,se avessi meno barba e più cervello. Addio, bello, per me mi accuso fuori. In quanto a te provvedici, se puoi, io vo per un affare di premura -. In tutti i casi tuoi sempre alla fine di guardar procura.

21 Livre IV – fable 9 Le Geai paré des plumes du Paon Un Paon muait ; un Geai prit son plumage ; Puis après se laccommoda ; Puis parmi dautres Paons tout fier se panada, Croyant être un beau personnage. Quelquun le reconnut : il se vit bafoué, Berné, sifflé, moqué, joué, Et par Messieurs les Paons plumé détrange sorte ; Même vers ses pareils sétant réfugié, Il fut par eux mis à la porte. Il est assez de geais à deux pieds comme lui, Qui se parent souvent des dépouilles dautrui, Et que lon nomme plagiaires. Je men tais ; et ne veux leur causer nul ennui : Ce ne sont pas là mes affaires.se laccommodase panada Berné

22 Livre IV – fable 9 La Gazza vestita colle penne del Pavone Un Paon muait ; un Geai prit son plumage ; Puis après se laccommoda ; Puis parmi dautres Paons tout fier se panada, Croyant être un beau personnage. Quelquun le reconnut : il se vit bafoué, Berné, sifflé, moqué, joué, Et par Messieurs les Paons plumé détrange sorte ; Même vers ses pareils sétant réfugié, Il fut par eux mis à la porte. Il est assez de geais à deux pieds comme lui, Qui se parent souvent des dépouilles dautrui, Et que lon nomme plagiaires. Je men tais ; et ne veux leur causer nul ennui : Ce ne sont pas là mes affaires.se laccommodase panada Berné Si narra che una Gazza, trovate un giorno d'un Pavon le penne, con arte intorno a sé le accomodò. A far mostra di sé quindi la pazza, con aria di persona alta e solenne, per il cortile e tra i Pavoni andò. Ma conosciuta a un tratto, ecco la fischiano, l'insultano, l'incalzan, la berteggiano, la beccan, la spennacchian... Mezza morta fra le sue pari allor scappa la misera, che in faccia ora le chiudono la porta. Oh quante son le Gazze come questa al mondo che le altrui penne si vestono, che de' plagiari formano la casta! Potrei scaldarmi contro lor la testa, ma ciò che ho detto basta.

23 Livre IV – fable 11 La Grenouille et le Rat Tel, comme dit Merlin, cuide engeigner autrui, Qui souvent sengeigne soi-même. Jai regret que ce mot soit trop vieux aujourdhui : Il ma toujours semblé dune énergie extrême. Mais afin den venir au dessein que jai pris, Un rat plein dembonpoint, gras, et des mieux nourris, Et qui ne connaissait lAvent ni le Carême, Sur le bord dun marais égayait ses esprits. Une Grenouille approche, et lui dit en sa langue : Venez me voir chez moi, je vous ferai festin. Messire Rat promit soudain : Il nétait pas besoin de plus longue harangue. Elle allégua pourtant les délices du bain, La curiosité, le plaisir du voyage, Cent raretés à voir le long du marécage : Un jour il conterait à ses petits-enfants Les beautés de ces lieux, les moeurs des habitants, Et le gouvernement de la chose publique Aquatique. Un point sans plus tenait le galand empêché : Il nageait quelque peu ; mais il fallait de laide. La Grenouille à cela trouve un très bon remède : Le Rat fut à son pied par la patte attaché ; Un brinc de jonc en fit laffaire.Merlin cuide engeigner afin den venir Avent ni le Carêmesoudain Cétait, à son avis, un excellent morceau. Déjà dans son esprit la galande le croque. Il atteste les Dieux ; la perfide sen moque. Il résiste ; elle tire. En ce combat nouveau, Un Milan qui dans lair planait, faisait la ronde, Voit den haut le pauvret se débattant sur londe. Il fond dessus, lenlève, et, par même moyen La Grenouille et le lien. Tout en fut ; tant et si bien, Que de cette double proie Loiseau se donne au coeur joie, Ayant de cette façon A souper chair et poisson. La ruse la mieux ourdie Peut nuire à son inventeur ; Et souvent la perfidie Retourne sur son auteur.ourdie Dans le marais entrés, notre bonne commère Sefforce de tirer son hôte au fond de leau, Contre le droit des gens, contre la foi jurée ; Prétend quelle en fera gorge-chaude et curée gorge-chaude et curée

24 Tel, comme dit Merlin, cuide engeigner autrui, qui souvent sengeigne soi-même. Jai regret que ce mot soit trop vieux aujourdhui:Merlin cuide engeigner Il ma toujours semblé dune énergie extrême. Mais afin den venir au dessein que jai pris, Un rat plein dembonpoint, gras, et des mieux nourris, Et qui ne connaissait lAvent ni le Carême, Sur le bord dun marais égayait ses esprits. Une Grenouille approche, et lui dit en sa langue : Venez me voir chez moi, je vous ferai festin. Messire Rat promit soudain : Il nétait pas besoin de plus longue harangue.Avent ni le Carêmesoudain Elle allégua pourtant les délices du bain, La curiosité, le plaisir du voyage, cent raretés à voir le long du marécage : un jour il conterait à ses petits- enfants Les beautés de ces lieux, les moeurs des habitants, Et le gouvernement de la chose publique Aquatique. Un point sans plus tenait le galand empêché : Il nageait quelque peu ; mais il fallait de laide. La Grenouille à cela trouve un très bon remède : Le Rat fut à son pied par la patte attaché ; Un brinc de jonc en fit laffaire. Dans le marais entrés, notre bonne commère Sefforce de tirer son hôte au fond de leau, Contre le droit des gens, contre la foi jurée ; Prétend quelle en fera gorge-chaude et curée Cétait, à son avis, un excellent morceau. Déjà dans son esprit la galande le croque. Il atteste les Dieux ; la perfide sen moque. Il résiste ; elle tire. En ce combat nouveau, Un Milan qui dans lair planait, faisait la ronde, Voit den haut le pauvret se débattant sur londe. Il fond dessus, lenlève, et, par même moyen La Grenouille et le lien.Tout en fut ; tant et si bien, Que de cette double proie Loiseau se donne au coeur joie, Ayant de cette façon A souper chair et poisson. La ruse la mieux ourdie Peut nuire à son inventeur ; Et souvent la perfidie retourne sur son auteur.gorge-chaude et curéeourdie Spesso chi crede d'uccellar altrui, leggo in un libro vecchio, uccella i sui. Vecchie parole, ma sentenza schietta, degna che in voga ancora la si metta, com'io procurerò con questa favola. Un Topo grasso e bel, che in argomento d'appetito e bocconi prelibati non conoscea quaresima ed avvento, asolava gli spiriti beati d'una palude sul fiorito margine. Una Rana si accosta e colla rauca sua lingua dice: - O salve, messer Ratto, qua qua venite a trovar me nell'umido mio regno e resterete stupefatto -. Il Topo curioso accettò subito. Ella prima gli mostra gentilmente le delizie del suo limpido bagno, e tutte quante del paterno stagno le cento rarità, le vie, la gente, non che le leggi del governo acquatico Quante cose ei potrà narrare il giorno che tra i nipoti suoi farà ritorno! Il Topo, che nell'acqua è poco pratico, prega affinché l'amica sia garbata d'agevolargli un po' latraversata. Trovato un piccol giunco, ecco che a mezzo la Rana glielo stringe dei ginocchi, poi, quando entrambi furon andati un pezzo, quella che tira pensa di sommergerlo per farne ghiotto pasto a' suoi ranocchi. Egli invoca il diritto delle genti,chiama gli dèi, ma l'altra fa la sorda:la pietanza troppo grassa e ingorda, perché la trista guardi a' suoi lamenti, e a tira tira un bel pezzetto giocano. Mentre dura nell'acqua la battaglia, un Nibbio, che nell'aria fa la ronda, vede quei cosi diguazzar nell'onda e come un Nibbio subito si scaglia, pigliando entrambi a mezzo del legacciolo. Nell'aria ritornò l'uccel grifagno lieto in suo cor del duplice guadagno, e carne e pesce cucinò per cena. L'insidia è spesso a chi la fa terribile, e sull'ingannator torna la pena. Livre IV – fable 11 La Rana e il Topo Livre IV – fable 11 La Rana e il Topo

25 Livre V – fable 13 La Poule aux oeufs dor Lavarice perd tout en voulant tout gagner. Je ne veux, pour le témoigner, Que celui dont la Poule, à ce que dit la Fable, Pondait tous les jours un oeuf dor. Il crut que dans son corps elle avait un trésor. Il la tua, louvrit, et la trouva semblable A celles dont les oeufs ne lui rapportaient rien, Sétant lui-même ôté le plus beau de son bien. Belle leçon pour les gens chiches : Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus Qui du soir au matin sont pauvres devenus Pour vouloir trop tôt être riches ?le chiches

26 Livre V – fable 13 La Gallina dalle uova doro Lavarice perd tout en voulant tout gagner. Je ne veux, pour le témoigner, Que celui dont la Poule, à ce que dit la Fable, Pondait tous les jours un oeuf dor. Il crut que dans son corps elle avait un trésor. Il la tua, louvrit, et la trouva semblable A celles dont les oeufs ne lui rapportaient rien, Sétant lui-même ôté le plus beau de son bien. Belle leçon pour les gens chiches : Pendant ces derniers temps, combien en a-t-on vus Qui du soir au matin sont pauvres devenus Pour vouloir trop tôt être riches ?le chiches La favola che segue è una lezione che il forte ha sempre la miglior ragione. Aveva un certo tale una Gallina, che faceva ogni giorno un ovo d'oro. Credendo che la bestia peregrina chiudesse in grembo qualche gran tesoro, l'uccise, e aperto il fianco, la sua Gallina simile trovò a tutte l'altre che fan l'ovo bianco, così il suo danno ei stesso procacciò. Convien questa lezione a molta gente senza discrezione. Non son gli esempi rari di quei che, per la gola dei denari, della fortuna al gioco perdono il molto e il poco.

27 Livre V – fable 3 Le Petit Poisson et le Pêcheur Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie. Mais le lâcher en attendant, Je tiens pour moi que cest folie ; Car de le rattraper il nest pas trop certain. Un Carpeau qui nétait encore que fretin Fut pris par un Pêcheur au bord dune rivière. Tout fait nombre, dit lhomme en voyant son butin ; Voilà commencement de chère et de festin : Mettons-le en notre gibecière. Le pauvre Carpillon lui dit en sa manière : Que ferez-vous de moi ? je ne saurais fournir Au plus quune demi-bouchée ; Laissez-moi Carpe devenir : Je serai par vous repêchée. Quelque gros Partisan machètera bien cher, Au lieu quil vous en faut chercher Peut-être encor cent de ma taille Pour faire un plat. Quel plat ? croyez-moi ; rien qui vaille. - Rien qui vaille ? Eh bien soit, repartit le Pêcheur ; Poisson, mon bel ami, qui faites le Prêcheur, Vous irez dans la poêle ; et vous avez beau dire, Dès ce soir on vous fera frire. Un tien vaut, ce dit-on, mieux que deux tu lauras : Lun est sûr, lautre ne lest pas. Je tiens pour moi il nest pas trop certainfretinPartisan

28 Livre V – fable 3 il Pesciolino e il Pescatore Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie. Mais le lâcher en attendant, Je tiens pour moi que cest folie ; Car de le rattraper il nest pas trop certain. Un Carpeau qui nétait encore que fretin Fut pris par un Pêcheur au bord dune rivière. Tout fait nombre, dit lhomme en voyant son butin ; Voilà commencement de chère et de festin : Mettons-le en notre gibecière. Le pauvre Carpillon lui dit en sa manière : Que ferez-vous de moi ? je ne saurais fournir Au plus quune demi-bouchée ; Laissez-moi Carpe devenir : Je serai par vous repêchée. Quelque gros Partisan machètera bien cher, Au lieu quil vous en faut chercher Peut-être encor cent de ma taille Pour faire un plat. Quel plat ? croyez-moi ; rien qui vaille. - Rien qui vaille ? Eh bien soit, repartit le Pêcheur ; Poisson, mon bel ami, qui faites le Prêcheur, Vous irez dans la poêle ; et vous avez beau dire, Dès ce soir on vous fera frire. Un tien vaut, ce dit-on, mieux que deux tu lauras : Lun est sûr, lautre ne lest pas.Je tiens pour moi il nest pas trop certainfretinPartisan Un pesciolin diventa un pesciatello, e poi, la Dio mercé, se mangia e cresce, è ver, diventa un pesce; ma non dimostra aver troppo cervello chi lascia il pesce piccolo per pigliarlo di poi più grosso e bello. Un Carpioncel meschino nella rete incappò del Pescatore. - Ogni poco fa numero, - in suo core disse quell'uomo, e il butta nella cesta per cominciar la festa. - Sono così piccino e inconcludente, - il pesciolin gridò, - che in me non hai da consolare un dente. Lasciami andar, quando sarò carpione, nella tua rete, il giuro, tornerò. Allora sì che avrò la proporzione da far un buon contratto: mentre occorron dugento pari miei a riempire un piatto, e tal piatto, che anch'io non mangerei -. A lui rispose il furbo Pescatore: - Insipido sì o no, nella padella, pesce predicatore, andrai stasera, e quasi mi lusingo che sarà la tua predica più bella -. Un ho vale di più di cento avrò, l'uno almeno è sicuro e l'altro no.

29 Glossaire Abondamment Abondamment : eurent bu de l'eau en abbondance. AcharnementAcharnement : ardeur furieuse. Afin den venir Afin den venir : pour en venir à mon fait. AînéAîné : qui est né le premier par rapport aux frères et soeurs. À laide de cette machine À laide de cette machine : à l'aide de ce procédé. Alléché Alléché : cest la fable elle-même qui lui a apporté une nouvelle vigueur. Apocryphe Apocryphe : dont lautenticité est au moins douteuse. Avent et Carême Avent et Carême : sont des moments de jeûne et de pénitence chez les chrétiens. Donc, ce rat ne jeûnait pas. Berné Berné : désigne initialement le jeu ou la brimade qui consiste à faire sauter quelquun dans une couverture tenue aux quatre coins. Bien et beau Bien et beau : bel et bien. Chiches Chiches : avares, avides de biens. Croquant Croquant : un paysan, un homme du petit peuple qui na quun croc pour travailler la terre. Cuide engeignerCuide engeigner: croit tromper. DécrocherDécrocher : obtenir. EmprunteuseEmprunteuse: le féminin demprunteur nest utilisé que de manière burlesque. Encorné Encorné : terme burlesque pour nommer le bouc, animal à cornes. Fretin Fretin : tout petit poisson.[continue…]

30 Galand Galand : malin. Gorge-chaude et curée Gorge-chaude et curée : sont des termes de vénerie. Le premier désigne les entrailles toute chaudes que le chasseur donne en récompense à son faucon ; le second indique le morceau de lanimal abattu que le chasseur donne à ses chiens après la chasse. « Faire des gorges chaudes » se moquer. Goujats Goujats : valet employé dans larmée. On le jugeait de goût grossier, vulgaire. Je tiens pour moi Je tiens pour moi : je considère. HaineHaine : sentiment violent qui pousse à vouloir du mal à quelqun. Hors Hors : dehors, sorti du puits. Il est bon Il est bon : c'est bon ou ce plan est bon. Il nest pas trop certain Il nest pas trop certain : on nest pas trop certain. Le Le : en. MerlinMerlin : Merlin lEnchanteur, ce magicien celtique légendaire, un des héros du cycle dArthur dans les Romans de la Table ronde. Obole Obole : est, au départ, une monnaie athénienne de peu de valeur. Cest cette monnaie que lon plaçait à lintérieur de la bouche des mort afin quils puissent payer à Caron le passage du fleuve des Enfers. Oiseau de Jupiter Oiseau de Jupiter : laigle. Oiseau de Vénus Oiseau de Vénus : la colombe était loiseau consacré à la déesse de lAmour. OurdieOurdie : machinée. Par excellence Par excellence : comme insigne distinction. [continue…]

31 Par ma barbe Par ma barbe : formule de serment à double sens. PartisanPartisan : financier chargé de recueillir les impôts et, par extension, symbole de tout riche parvenu. Pesait plus quun fromage Pesait plus quun fromage : allusion très claire à la fable 2 du livre I « Le Corbeau et le Renard ». Petit-filsPetit-fils : neveu. Phénix Phénix : oiseau fabuleux de la mythologie égyptienne, toujours seul de son espèce, doté dun plumage doré qui, après un siècle de vie, mourait consumé par le feu, et renaissait aussitôt de ses cendres. Il était donc considéré comme un symbole de léternité. Ici, par extension, le sens est personne unique, exceptionnelle. Polyphème Polyphème : est ce cyclope à la barbe emmêlée qui, dans l « Odyssée » retient Ulysse prisonnier. Celui-ci, pour pouvoir senfuir, lenivrera et lui crèvera un œil. Ulysse et ses compagnons séchapperont en se tenant aux ventres de moutons. Principal Principal : le capital. PrônéesPrônées : recommandées sans réserve et avec insistance. RetentissementRetentissement : le fait de susciter lintérêt ou les réactions du public. S'adonnerS'adonner : sappliquer avec constance. Se laccommoda Se laccommoda : le fit sien. Se panada Se panada : se pavana, marcha comme un paon. Se rangeSe range : se place, se dispose. Se rapporte à Se rapporte à : correspond à ; est aussi beau que. [continue…]

32 Son moindre défaut Son moindre défaut : il ne faut pas comprendre ce vers en son sens premier mais, au contraire, la fourmi peut être habillée de bien des défauts mais pas de celui qui consiste à prêter inconsidérément. SoudainSoudain : immédiatement. SouplesseSouplesse : élasticité, flexibilité. Tâche Tâche : travail déterminé quon doit exécuter. Tire de long Tire de long : senfuit. TreilleTreille: lensemble des ceps qui grimpent le long dun treillis ou dun mur. VolereauxVolereaux : néologisme créé par La Fontaine et qui signifie petits voleurs.

33 Exercices Traduci le favole in lingua italiana, aiutandoti con il glossario ed infine controlla la traduzione di ogni favola cliccando sulla bandiera italiana. Traduci le favole in lingua italiana, aiutandoti con il glossario ed infine controlla la traduzione di ogni favola cliccando sulla bandiera italiana. Breve questionario sulla vita di Jean de La Fontaine. Scrivi una frase che riassuma la morale di ogni singola favola. Guarda il video e continua la storia, giocando i ruoli con un compagno.

34 Petit questionnaire rapide sur la vie de La Fontaine 1. En quelle année est-il né? Quel est le nom de son ami d'enfance? MaucroixAllantPrévert 3. Pour qui a-t-il écrit «le Songe de Vaux» ? Sa femmeFouquetMalherbe 4. En quelle année a-t-il été admis à l'Académie Française? Combien existe-t-il de livres de fables? En quelle année est-il mort?

35 Guarda il video e continua la storia, giocando i ruoli con un compagno.

36 LINKS Per approfondire lanalisi delle Fables è possibile accedere ai seguenti siti Internet, cliccando direttamente su di essi : : versione completa dellopera in lingua francese.http://www.histoire-en-ligne.com/index.php : versione completa dellopera in lingua italiana.http://www.albertomelis.it/nuovitestilafontaine1.htm : raccolta selezionata delle favole in cui si può trovare la versione originale in lingua francese ed alcune fiches de lecture ( schede di lettura ) con esercizi di comprensione del testo ed analisi del lessico.http://www.teteamodeler.com/fable/lafontaine/lafontaine.asp : sito completamente dedicato allautore, in cui si possono trovare tutte le sue opere complete, la sua vita e linquadramento storico della sua epoca, le illustrazioni famose delle Fables, nonché varie notizie correlate allautore ed alle sue opere.http://www.lafontaine.net/nouveau-site La versione originale dellopera è pubblicata in diversi volumi, tra cui : La Fontaine, Jean - Fables - Lito La Fontaine, Jean - Fables, contes et nouvelles - Gallimard Cerca il libro in biblioteca su

37 FIN


Télécharger ppt "Valeria Cannistraro LABORATORIO DI TECNOLOGIE EDUCATIVE formazione agli strumenti multimediali S.I.S. Lingua Francese- I anno a.a. 2006/2007 Prof. Valter."

Présentations similaires


Annonces Google