La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Genève, Journée de la mémoire, 2007 Hommage aux figures résistantes de Marianne Cohn et Aimée Stitelmann La Suisse est associée à tous les pays du Conseil.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Genève, Journée de la mémoire, 2007 Hommage aux figures résistantes de Marianne Cohn et Aimée Stitelmann La Suisse est associée à tous les pays du Conseil."— Transcription de la présentation:

1 Genève, Journée de la mémoire, 2007 Hommage aux figures résistantes de Marianne Cohn et Aimée Stitelmann La Suisse est associée à tous les pays du Conseil de lEurope autour du principe de la célébration annuelle dune Journée de la mémoire. À linstar de nombreux pays, elle a choisi pour ce faire la date du 27 janvier, jour de la découverte par les troupes soviétiques, en 1945, du camp de concentration et dextermination dAuschwitz-Birkenau. Cette année, à Genève, le vendredi 26 janvier, le Département de lInstruction publique sest associé au Théâtre Saint-Gervais pour une journée consacrée à deux figures résistantes, deux très jeunes femmes qui ont risqué leur vie pour sauver de jeunes enfants juifs des horreurs du national-socialisme. Marianne Cohn a été arrêtée par les autorités occupantes en juin Elle a été torturée et assassinée par la Gestapo. Aimée Stitelmann a été arrêtée et condamnée par les autorités suisses. Elle na été réhabilitée que quelques mois avant son décès, fin À Annemasse, une école maternelle porte le nom de Marianne Cohn. À Genève, une école secondaire de lenseignement post-obligatoire porte le nom dAimée Stitelmann. Ce dossier, établi sous cette forme par Charles Heimberg, est constitué dextraits dune documentation qui a été préparée par Françoise Luisier et Marianne Molina. Elles lont publiée au Cycle dorientation de Genève dans le Bulletin de lhistoire enseignée, n°16, hiver 2007.

2

3 Marianne Cohn

4

5

6

7 Aimée Stitelmann

8 La mémoire est la sentinelle du passé et le garde-fou du présent. Aimée Stitelmann[1] Aimée Stauffer-Stitelmann ( ) Aimée Stitelman naît à Paris le 1er janvier Dorigine juive, elle est élevée dans une famille antifasciste qui réside successivement à Paris, à Lyon et en Suisse. Elle possède la double nationalité suisse et française. Son éducation lui fait prendre conscience dès son jeune âge des injustices et des combats à mener. Elle participe à 11 ans à sa première manifestation, place de la Bastille à Paris, pour fêter la victoire du Front populaire en En 1942, après les rafles antijuives et loccupation par larmée allemande de la zone libre, elle décide, sans appartenir alors à aucun réseau, de devenir « passeur ». Grâce à sa double nationalité, et à son passeport dans lequel la mention « juif » napparaît pas, elle parvient à faire sortir de France des enfants, pour la plupart des orphelins. Entre 1942 et 1945, elle fait passer en Suisse quinze enfants. Elle aide aussi des personnes réfugiées en Suisse à retourner en France, soit par la frontière genevoise, soit par le Pas- de-Morgin. Elle est arrêtée en avril 1945 et jugée le 11 juillet de la même année. Elle est fichée et écoutée par la police jusquen [1] Marco Gregori, « Le dernier hommage de la gauche militante », Le Courrier, 6 janvier 2005 ; (consulté le )[1]


Télécharger ppt "Genève, Journée de la mémoire, 2007 Hommage aux figures résistantes de Marianne Cohn et Aimée Stitelmann La Suisse est associée à tous les pays du Conseil."

Présentations similaires


Annonces Google