La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lélaboration de la Loi dOrientation Agricole du Mali (LOA) Bruxelles mai 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lélaboration de la Loi dOrientation Agricole du Mali (LOA) Bruxelles mai 2006."— Transcription de la présentation:

1 Lélaboration de la Loi dOrientation Agricole du Mali (LOA) Bruxelles mai 2006

2 Présentation du processus délaboration de la LOA Attendue par tous les paysans maliens, la Loi dOrientation Agricole traduit la vision du Président de la République et a été élaborée en concertation avec tous les acteurs du secteur Agricole. Elle doit déterminer la politique de développement Agricole du Mali pour les 20 années à venir.

3 Présentation du processus délaboration de la LOA (suite) La LOA doit traduire, de façon contraignante pour tous, la volonté commune des partenaires du secteur Agricole (Etat, Collectivités Territoriales, Producteurs, Société civile, Partenaires au développement) de faire de lAgriculture le moteur de léconomie nationale en passant d'une Agriculture de subsistance à une Agriculture intensive, diversifiée et sécurisée, capable de satisfaire les besoins croissants du pays, et tournée vers la conquête des marchés sous- régionaux et internationaux.

4 Présentation du processus délaboration de la LOA (suite) La présidence de la République a confié l'organisation des concertations paysannes à la Coordination Nationale des Organisations Paysannes (CNOP), une confédération socioprofessionnelle réunissant les différentes fédérations paysannes.

5 Présentation du processus délaboration de la LOA (suite) Dans le même temps, dautres concertations se sont déroulées : au niveau des autres acteurs (Chambres consulaires, ONG, personnes ressources…) au niveau des services techniques avec la mobilisation active des principaux Ministères concernés (Agriculture, Elevage et Pêche, Environnement et Assainissement, Mines, Energie et Eau, Domaines de lEtat et Affaires Foncières, Administration Territoriale)

6 Les concertations paysannes Objectifs Débattre de lensemble des questions liées à la Loi dOrientation Agricole Sassurer de la prise en compte des spécificités régionales Élaborer et communiquer les résultats au Comité Technique National

7 Les concertations paysannes (suite) Local (groupement de Cercles) Régional et du District de Bamako National Dans le principe du respect de léquité et du genre, et de la diversité dopinion et de représentation. Elles sont organisées à trois niveaux

8 Les concertations locales Les concertations locales ont eu lieu dans les différentes régions du Mali par regroupement de cercles (24 ateliers locaux). Elles ont réuni les leaders paysans d'un cercle ainsi que des acteurs impliqués dans la vie locale, tel que les élus, les artisans, les radios locales. Les concertations paysannes locales ont permis d'identifier les préoccupations des populations paysannes, de proposer des pistes de solutions, et de donner les points de vue des paysans sur des questions d'envergure régionale et nationale.

9 Les ateliers thématiques Les ateliers thématiques ont une importance stratégique qui méritent dêtre abordées au niveau national, avec les leaders paysans nationaux disposant des compétences nécessaires, et à la lumière détudes et danalyses dexperts, en concertation avec d'autres acteurs (chercheurs, responsables administratifs, élus, médias).

10 Les ateliers thématiques Les thèmes transversaux stratégiques concernent: Le foncier rural, traité conjointement avec laménagement du territoire et la gestion des ressources naturelles. Le financement de lagriculture Le conseil, la formation, la recherche et la vulgarisation agricole. Le développement des milieux ruraux, en particulier les activités péri-agricoles et les services Le statut des exploitations agricoles Le statut des personnes Le développement des filières agricoles

11 Les concertations régionales (suite) Les concertations régionales ont permis de faire la synthèse des concertations locales. Les débats ont porté sur la recherche de solutions et l'animation a permis la hiérarchisation des solutions proposées. Les concertations régionales qui se sont tenues chacune sur trois jours, ont réuni environ 700 délégués, dont 60 délégués et 15 invités pour chacune des 8 régions du pays et le district de Bamako

12 Communication Tous les résultats des concertations locales, régionales et des ateliers thématiques figurent sur le site

13 Latelier national de Ségou Élaborée lors de latelier national de Ségou, les 11, 12 et 13 Septembre 2005, la synthèse paysanne nationale a permis de valider le travail de rédaction des propositions paysannes suite aux concertations locales, régionales et thématiques. Elle a réuni les leaders régionaux, le comité paysan de réflexion et les dirigeants de la CNOP. Elle a débouché sur un mémorandum paysan représentant la vision des paysans sur la LOA et comportant des propositions précises dArticles de loi, de Décrets d'application et de déclarations de politique agricole.

14 Le mémorandum paysan Les paysans proposent que la politique de développement agricole du Mali repose sur la vision consensuelle quont les organisations paysannes, de lAgriculture malienne, c'est-à-dire: Une Agriculture durable, productive, innovante et compétitive basée principalement sur les exploitations familiales agricoles multifonctionnelles, multidimensionnelles, conduites par des exploitants dont les professions sont reconnues et sécurisées qui nourrit ses populations urbaines et rurales, qui assure des revenus décents et suffisants aux exploitants et, qui participe à l'amélioration du cadre de vie des populations rurales sur la base de l'équité entre les villes et les campagnes

15 Le mémorandum paysan (suite) La réalisation de la vision nécessite ladoption dune nouvelle politique agricole courageuse qui tranche de manière significative davec toutes celles que le Mali a mis en œuvre depuis son indépendance. Il sagit notamment dopter résolument pour une politique agricole reconnaissant : au peuple malien, son droit à la souveraineté et à la sécurité alimentaires comme la déjà reconnu la politique agricole de la CEDEAO à laquelle le Gouvernement Malien a souscrit ; c'est-à-dire le droit de produire ce que nous mangeons et de prendre toute mesure appropriée de protection de nos produits et de nos marchés agricoles et agroalimentaires à lintérieur de nos frontières nationales.

16 Le mémorandum paysan (suite) aux productrices et producteurs agricoles évoluant dans les exploitations familiales, la reconnaissance légitime et légale de leur profession et de leurs instruments de travail ainsi que leur droit den vivre décemment, aussi longtemps quils pourront lexercer et même lorsquils seront dans lincapacité de lexercer pour causes de maladies ou dâge avancé; aux exploitantes et exploitants du secteur agricole, le droit daccéder, de posséder et/ou de jouir durablement de la terre et des ressources naturelles dans le strict respect des principes déquité entre les utilisateurs, de solidarité nationale et régionale, de quiétude et de paix sociales et civiles.

17 Le mémorandum paysan (suite) aux paysannes et paysans que nous sommes, avec nos familles, le droit de vivre dans un cadre de vie sécurisé où lon a plaisir à vivre avec toutes les commodités de la vie moderne rendues accessibles grâce à un juste réinvestissement dans nos terroirs de la plus value de nos efforts : la richesse nationale. aux paysannes et paysans que nous sommes, avec nos familles et au sein de nos communautés rurales, des rôles et des responsabilités dans la conservation de notre patrimoine agricole et de nos cultures rurales et la préservation au profit de nos descendants de notre environnement, de nos ressources génétiques et de nos ressources naturelles. aux productrices et producteurs agricoles, lacceptation de la nécessité et de lobligation de prendre des mesures réglementaires pour préserver lintégrité environnementale et domaniale de lexploitation familiale.

18 Le mémorandum paysan (suite) aux pouvoirs publics, la consécration de lobligation de consulter, associer et responsabiliser les organisations paysannes et les organisations professionnelles Agricoles dans la définition, lapplication et lévaluation des orientations, stratégies et mesures relatives de toute politique concernant lagriculture et le milieu rural. aux organisations professionnelles agricoles, le droit primordial de défense de la profession et des intérêts des exploitantes et exploitants partout où cela est nécessaire, ainsi que, le droit de mener des activités économiques ou dutilité publique, dans le strict respect de la législation et de la séparation des rôles et responsabilités.

19 Le mémorandum paysan (suite) aux organisations professionnelles agricoles, aux Chambres d'agriculture et autres institutions, le partenariat public-privé à travers les chambres dagriculture ou dautres Institutions Publiques gérées ou cogérées par les Organisations Paysannes a pour mission, le suivi, le contrôle, lévaluation, la mobilisation de ressources internes et externes et la fourniture de services publics tels que le Conseil Agricole, la recherche daccompagnement, les opérations pilotes de transfert de technologie, linformation sur les marchés régionaux et internationaux, etc. aux pouvoirs publics et aux collectivités décentralisées, le devoir de consacrer une portion conséquente de leur budget aux investissements et aux aménagements dans le secteur agricole y compris la recherche agronomique et linformation aux paysans.

20 Le mémorandum paysan (suite) aux pouvoirs publics, le devoir de créer les conditions nécessaires pour faciliter laccès à toutes et à tous et, de manière équitable, aux facteurs de production et aux technologies répondant à nos attentes et à nos besoins de modernisation, daffranchissement des aléas climatiques et de maintien dune agriculture durable aux multiples fonctions. aux pouvoirs publics, lobligation de se doter des moyens nécessaires et dadopter des mesures permettant linstauration de mécanismes opérationnels et des institutions professionnelles de financement pour soutenir les investissements structurants et modernisants des exploitations familiales agricoles. aux pouvoirs publics, lobligation de créer une institution, le Conseil Supérieur de lAgriculture ayant pour missions lorientation, le suivi et lévaluation des politiques agricoles

21 Le mémorandum paysan (suite) Ces propositions réaffirment la volonté des paysannes et des paysans de faire adopter par le gouvernement du Mali une loi qui annonce les dispositions suivantes : le choix dune politique agricole centrée sur lexploitation familiale agricole et visant la souveraineté alimentaire, lépanouissement des paysannes et des paysans, la croissance économique, la gestion durable des ressources naturelles, la conservation et la valorisation du patrimoine agricole et des cultures rurales. ladoption de textes législatifs et/ou réglementaires qui définissent le statut de lexploitation familiale agricole, réglementent la profession dexploitante ou dexploitant selon les différents sous-secteurs agricoles et prévoient des mesures compensatoires dans des situations de risques et /ou de calamités exceptionnels.

22 Le mémorandum paysan (suite) ladoption de textes de lois et des règlements annonçant un nouveau régime foncier où les droits, les avantages, les rôles et les responsabilités des différents utilisateurs sont reconnus et des mécanismes participatifs de règlement des conflits sont consacrés. la confirmation que le gouvernement du Mali est disposé à consacrer au moins 15% du budget national aux investissements dans le secteur agricole conformément aux engagements pris dans le cadre de lUEMOA.

23 Processus technique du Ministère de lAgriculture De façon concomitante, et après en avoir avisé la CNOP, le Ministère de lAgriculture a engagé la coordination dun processus délaboration de la vison de la LOA portée par ladministration, à travers : la production de textes sur les différents thèmes de la LOA par les différentes administrations concernées lorganisation dun séminaire de 8 jours à Sélingué qui a réuni une vingtaine de cadres et a débouché sur le draft dun avant projet de LOA représentant la vision des techniciens

24 Latelier National de synthèse Organisé les 15, 16 et 17 Septembre 2005, au Palais des Congrès, latelier national de synthèse a débouché sur un Avant-projet de LOA réellement partagé entre tous les acteurs publics et privés, et consensuel. Les débats très riches et animés ont permis de rapprocher les points de vues sur la quasi totalité des sujets abordés. Aucune réserve na été formulée sur la version adoptée par latelier, ni par les cadres présents représentant lÉtat, ni par les paysans.

25 Le processus interministériel Le Ministère de lAgriculture a transmis lAvant-projet de LOA au Premier Ministre pour engager les travaux interministériels habituels pour ce genre de texte. Plusieurs réunions de Cabinet, au niveau des Ministres ou des Secrétaires Généraux des Ministères se sont tenues, et ont donné lieu à des versions successives de lAvant-projet de LOA, pour déboucher sur une version finale le 6 Janvier 2006, transmise au Secrétariat Général du Gouvernement pour dépôt à lAssemblée Nationale.

26 Le processus interministériel (suite) Il est regrettable quà ce stade du processus la CNOP nait pas été étroitement associée afin de faire valoir ses points de vue. La CNOP, de ce fait, a constaté un certain nombre dévolutions entre lAvant-projet de LOA issu de latelier national de synthèse et la version finale du projet de LOA en cours de transmission à lAssemblée Nationale.

27 Les propositions de la CNOP La CNOP a décidé de saisir des députés afin dattirer leur attention sur quelques préoccupations majeures sachant que le texte final du projet de LOA modifie profondément plusieurs thématiques sur lesquelles la CNOP propose dintroduire des amendements parlementaires

28 Les interrogations sur lavenir Par ailleurs, la CNOP sinterroge sur les suites de ladoption de la LOA par lAssemblée à différents niveaux : le fait que cette Loi majeure ne dorme pas dans les tiroirs, ce qui passe par un suivi étroit de sa mise en œuvre, en particulier par la mise en place rapide du Conseil Supérieur de lAgriculture par la mise en place du budget prévu pour la mise en œuvre de la LOA (1,5 milliard de CFA sur deux années dès 2006), cest à dire production des textes réglementaires, des documents de politiques et stratégies, etc.…

29 Les interrogations sur lavenir le texte final du Projet de LOA ne comprend plus de nombreuses références à la nécessité de prendre des textes réglementaires pour lapplication des dispositions de la LOA; ceci ne supprime pas la nécessité de ces textes, qui demeure, mais rendra le suivi sur leur production plus difficile

30 Conclusion La CNOP se réjouit davoir été étroitement associée à lélaboration de ce texte majeur et historique, quelle considère cependant améliorable. La CNOP est à la disposition des députés pour répondre à toutes leurs interrogations afin de permettre de produire le meilleur texte de Loi possible pour le développement de lAgriculture malienne. Je vous remercie


Télécharger ppt "Lélaboration de la Loi dOrientation Agricole du Mali (LOA) Bruxelles mai 2006."

Présentations similaires


Annonces Google