La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

S CIENCE P OLITIQUE A PPROFONDIE Séance 1 Matteo Cavallaro.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "S CIENCE P OLITIQUE A PPROFONDIE Séance 1 Matteo Cavallaro."— Transcription de la présentation:

1 S CIENCE P OLITIQUE A PPROFONDIE Séance 1 Matteo Cavallaro

2 INTRODUCTION

3 Q UI SUIS - JE ? Italien, 27 ans. Diplômé en Sciences Politiques avec deux spécialisations: Analyse Politique Etudes sur le développement Doctorant en économie. Intitulé de ma thèse: Economie Politique de la Montée des Droites Radicales en Europe. Me contacter:

4 P LAN DE LA S ÉANCE 1 ère partie : « Le cours : structure et objectifs » Pause (10 min) 2 ème partie: « Sociologie, engagement et mouvements sociaux » Environ 11.50: pause de 10 minutes 3 ème partie: « La sociologie de lengagement: théories » Objectifs de cette séance: Présenter le cours et moi; Vous présenter; Vous donner une première introduction aux concepts clés du cours.

5 L E C OURS

6 S UJET DU C OURS Science Politique approfondie Avez-vous déjà suivi des cours de Sciences Politique? Sociologie de lengagement et des mouvements sociaux. Plus liée à votre chemin professionnel. Ça vous permettra, peut-être, de réfléchir sur vous, vos choix et vos objectifs. Engagement Associatif Politique Nouvelles formes dengagement

7 O BJECTIFS Trois objectifs principaux: Interroger les différentes logiques de l'engagement Questionner le rapport à l'engagement de différents acteurs de l'intervention sociale. Améliorer la compréhension des modes d'intervention de la société civile.

8 S TRUCTURE DU C OURS Séance 1 – 2 : Introduction théorique sur la sociologie de lengagement et des mouvements sociaux. Séance 3 – 4 : LEngagement associatif (présentation et études de cas). Séance 5 : Entre associatif et politique : quel rapport ?

9 S TRUCTURE DU C OURS Séance 6 : Le militantisme en politique ( théorie et engagement à gauche). Séance 7: Le militantisme en politique (engagement à droite). Séance 8 : Nouvelles formes dengagement : des altermondialistes à internet. Séance 9 : Engagement, violence et répression : les émeutes de Séance 10 : Engagement et violence : le cas du terrorisme italien pendant les années de plomb.

10 L ES MODALITÉS D ÉVALUATION Contrôle continue (33%) Votre participation en classe; Vous serez interrogés sur les articles à lire à chaque séance. Exposé (33%) Commentaire dun article (33%)

11 E XPOSÉ Présentation dun article Groupe de deux personnes: Oui vous pouvez choisir la personne avec laquelle travailler; La note sera unique pour le groupe; Sil y a des problèmes pendant le travail de groupe: contactez-moi sur mon mél 15/20 minutes (sauf 3 articles). Utilisez soit Powerpoint soit Pretzi. Comment le présenter? Restituer le contexte (historie/situation politique) Présenter les auteurs; Présenter leur méthodologie (quali? quanti?) Souligner la problèmatique Résumer et analyser larticle conclure sur l'apport du/des textes pour vous

12 C OMMENTAIRE Travail individuel 1500 mots Je vous demande de commenter un article. Liste darticles: données en séance 3. Vos commentaire: à rendre séance 10 au plus tard. Deux parties Résumé: Méthodologie Auteurs Problèmatique Résultats Commentaire Ce que vous en pensez; Rapport avec le reste de la littérature; Limites de lapproche et des résultats montrés.

13 E T VOUS ? Présentez vous Votre formation Vos atteintes Vos intérêts

14 L E CHOIX DES EXPOSÉS

15 S ÉANCE 3 : LE NGAGEMENT A SSOCIATIF lundi 27 Janvier 2014 de 10h00 à 13h00 Article 1 Eric Dacheux, « Les associations dans lespace public européen », in Jean-Louis Laville et Marthe Nyssens, Les services sociaux, entre associations, Etat et marché, Paris : Ed.La Découverte, 2001, pp Article 2 Francis Lebon, « Les animateurs entre précarité, militantisme et gestion politique des quartiers », Pensée plurielle, vol. 32, 2013/1, p

16 S ÉANCE 4: LE NGAGEMENT A SSOCIATIF – C AS D ÉTUDES lundi 03 Février 2014 de 10h00 à 13h00 Article 3 Camille Hamidi, « Les raisons de lengagement associatif : le cas de trois associations issue de limmigration maghrébine », Revue française des affaires sociales, vol. 4, 2002/4, pp

17 S ÉANCE 5: E NTRE ASSOCIATIF ET POLITIQUE : QUEL RAPPORT ? lundi 10 Février 2014 de 14h00 à 17h00 Article 4 Sylvie Tissot, « Reconversions dans la politique de la ville : l'engagement pour les « quartiers », Politix, Vol. 18, n°70, 2005, p Article 5 Sophie Beroud, « Organiser les inorganisés : des expérimentations entre renouveau des pratiques et échec de la syndicalisation », Politix, 2009/4 no 85, pp

18 S ÉANCE 6: L E MILITANTISME EN POLITIQUE lundi 17 Février 2014 de 10h00 à 13h00 Article 6 Olivier Masclet, «Le PC et les militants de cité. », Contretemps, vol. 13, mai 2005, pp min.

19 S ÉANCE 7: L E MILITANTISME EN POLITIQUE ( SUITE ) lundi 03 Mars 2014 de 10h00 à 13h00 Article 7 Martina Avanza, « Les femmes padanes militantes dans la ligue du nord, un parti qui la dure », dans Olivier Fillieule et Patricia Roux, Le sexe du militantisme, Presses de Sciences Po, 2009, pp Article 8 Véra Nikolski, « Lorsque la répression est un plaisir : le militantisme au Parti National Bolchévique russe », Cultures & Conflits, vol. 89, printemps 2013, pp. 13 – 28.

20 S ÉANCE 8: N OUVELLES FORMES D ENGAGEMENT : DES ALTERMONDIALISTES À INTERNET. lundi 10 Mars 2014 de 10h00 à 13h00 Article 9 Amin Bozorguian, Saïd Ghaseminejad, Damon Golriz, « La raison du réseau :Internet dans la révolution verte », Outre-Terre, 2011/2 n°28, pp min.

21 S ÉANCE 9: E NGAGEMENT, VIOLENCE ET RÉPRESSION : LES ÉMEUTES DE lundi 17 Mars 2014 de 14h00 à 17h00 Article 9 Fabien Jobard, « Géopolitiques d'une cité militante ? », Contretemps, vol. 13, mai 2005, p min. Article 10 Gérard Mauger, « Une révolte protopolitique » in L'émeute de novembre 2005, une révolte protopolitique, Editions du croquant, 2006, p

22 P ETIT RÉSUMÉ Lisez les articles obligatoire à chaque séance et au début quand vous intervenez rappelez-moi vos prénoms sil vous plait. Travaillez bien en groupe. Vous pouvez télécharger le syllabus et mes slides sur le site: On reviendra sur le commentaire, ne vous inquiétez pas. Pour toutes questions écrivez-moi.

23 P AUSE

24 S OCIOLOGIE DE L ENGAGEMENT Quest-ce que la sociologie à votre avis? Quest-ce que lengagement à votre avis?

25 S OCIOLOGIE DE L ENGAGEMENT Quest-ce que la sociologie à votre avis? La sociologie peut être définie comme la branche des sciences humaines qui cherche à comprendre et à expliquer l'impact de la dimension sociale sur les représentations (façons de penser) et comportements (façons d'agir) humains. sciences humainesdimension sociale Quest-ce que lengagement à votre avis? L' engagement (politique) est une attitude qui consiste à intervenir dans la vie de la société. Il s'agit d'un mode de vie, d'une manière de voir l'existence qui transcende toutes les disciplines. Cependant, l'engagement prend un sens différent selon le domaine concerné. Donc il sagit de comprendre et expliquer la dimension sociale des comportements de ceux qui interviennent dans la vie de la société.

26 S OCIOLOGIE DE L ENGAGEMENT « Un concept descriptif pour souligner une forme d'action caractéristique de groupes ou de personnes spécifiques. Il s'agit d'une variable indépendante pour rendre compte de certains types de comportements. Cette notion permet d'analyser une large variété de phénomènes : le pouvoir, la religion, le recrutement, la bureaucratie, la politique, etc. » (Becker 1970) Trajectoires dactivité cohérentes (Foote 1957) Donc, pourquoi pas, professionnelles aussi.

27 S OCIOLOGIE DE L ENGAGEMENT Caractéristiques de lengagement: Période temporelle. Pourquoi a-t-elle débuté? Pourquoi na-t-elle pas continué? Les alternatives Ma trajectoire est consiste aussi de celle que jai refusées. Possibles explications : path-dependancy et contrôle sociale => Elles attribuent la cohérence des comportements à la stabilité de la structure des besoins personnels. Elles postulent que les individus ont des besoins stables et agissent de manière cohérente afin de maximiser leur satisfaction personnelle.

28 S OCIOLOGIE DE L ENGAGEMENT En gros, vous allez voir deux types dexplications: raisons individuelles (Ecole Américaine) vs. Raisons structurelles (Ecole européenne). Exemple décole Américaine: Paris adjacent (schelling 1956): Inclure une tierce personne dans nos actions, une personne initialement extérieure à laction même. La personne engagée doit être consciente qu'elle a fait un pari adjacent et doit admettre dans ce cas que sa décision aura des répercussions sur d'autres choses.

29 S OCIOLOGIE DE L ENGAGEMENT Goffman: En ayant prétendu une fois être un certain type de personne, ils trouvent nécessaire d'agir, autant que possible, de manière appropriée. => « sauver la face » Même dans ce cas là il faut reconnaitre que ce nest pas autant simple que ça.

30 S OCIOLOGIE DE L ENGAGEMENT Engagement sans conscience / conscience qui survient progressivement? Le premier est normalement nié (mais ces conséquences étudiées). Plusieurs paris adjacents, différentes choses précieuses pour la personne peuvent être mises en jeu.

31 S OCIOLOGIE DE L ENGAGEMENT Donc ce nest quun paris? Mais quoi alentours? Ecole Européenne Système de valeurs. Personnelles et sociales! Largent rentre parmi les valeurs dans notre société, dautres sociétés ne partagent pas cette valeurs. Si per lécole américaine lengagement dérive dun choix individuel où ce qui compte est la relation instrumentale moyens-fin, dans le cas des européens cest une question didentification. Laction de sengager nest plus un cout ni un pari, elle représente un moment clés de notre auto-identification.

32 S OCIOLOGIE DE L ENGAGEMENT Plusieurs tentatives de synthèse entre les deux écoles. Klandermaans et Tarrow: Formation du consensus social Etape 1: Formation du potentiel de mobilisation dans la société (ces idées sont répandues et partagées?). Etape 2: Formation du réseau/de lorganisation nécessaire à ce quil mouvement puisse démarrer. Consensus individuel Etape 3: Le mouvement rencontre la motivation individuelle.

33 L ES M OUVEMENTS S OCIAUX

34 U NE S OCIÉTÉ DES MOUVEMENTS SOCIAUX ? « Entrons-nous, comme certains chercheurs lont soutenu, dans une « société des mouvements sociaux » ? Comme toute tentative de réduire une époque à un phénomène, le propos peut être réducteur. Il demeure quon ne saurait comprendre le XXe siècle sans ses mouvements sociaux. Juin 1936, Mai 68, Décembre 95 sont des dates autres quanecdotiques dans lhistoire française. » (Érik Neveu, Sociologie des Mouvements sociaux, La Découverte « Repères », 2011, p. 3)

35 D EUX ÉVOLUTIONS DIFFÉRENTES Coté associatif: On retrouve un intérêt plus ancien. Coté politique: évolution du sujet Avant on ne cherchait, derrière les mouvements sociaux, que des manipulateurs (Moscou). Intérêt pour lengagement dans lécologisme et laltermondialisme.

36 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Définition Examples?

37 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Dimension collective Cela nous aide à comprendre certains actes quon naccepteraient pas si fait individuellement. Pensez aux gros révolutions, à leur violence. Les actes individuels, pas connectés à la collectivité, ne nous intéressent pas. Il y un sens collectif qui nous voulions comprendre. Tous mouvements possèdent des revendications. Question sociologique: Pourquoi certaines revendications obtiennent du succès? Tous mouvements ont une source, une cause. Question sociologique: pourquoi cette cause et pas dautres?

38 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Projet volontaire On exclut tous ces agrégation forcées. Et si lintention nest pas claire? Est-ce que un comportement social diffusé est considérable un mouvement social? Ça dépend! « Il ne suffit pas quun comportement se diffuse pour y lire une volonté de peser collectivement sur les formes de la vie sociale. » (E. Neveu, p. 6) Mais les mouvements sociaux peuvent saccompagner à des styles de vie.. (Black Panthers, Teddy Boys, Mouvement Skin-head..)

39 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Action collective => trop large. Il faut avoir une organisation collective aussi. Il ne suffit pas quune action soit partagée par des milliers de personnes pour quelle soit considérée comme un mouvement social. Convictions et raisons.

40 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Mais les mouvements sociaux ne sont pas que des mouvements très coordonnés et organisés. Parfois même un projet commun peut être « commun » seulement à certaines partie du mouvement. Example: mobilisation contre la guerre en Iraq en 2003, anti-impérialistes – pacifistes – catholiques.

41 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Le problème de la professionnalisation. En Politique les militants deviennent de plus en plus dépendant des « professionnels » de la communication. Dans les entreprises les cadres deviennent des militants. Et ne parlons pas du visage de Che Guevara sur les T-Shirts …

42 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Les mouvements sociaux comme organisation des exclus du jeu politique institutionnel? Mouvements vs. Elites? Quand on sapprochent socialement aux élites, les moyens changent. Mais est-ce que un syndicat est vraiment différent dune lobby? Analyses sociales des composants des mouvements sociaux: souvent ils ne sont pas exactement des « dominés ». « Oui, les mouvements sociaux constituent tendanciellement une arme des groupes qui, dans un espace social et un temps donnés, sont du mauvais côté des rapports de forces. I »(Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte « Repères », 2011, p. 5)

43 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Mouvement « contre »? => il faut un adversaire. Difficulté pour tout mouvement: choisir le « contre ». Ils ont des alliés qui pourraient ne pas partager ce « contre ». Et quoi des mouvements humanitaire ? Quoi des coopératives ?

44 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Définition jusquici: Agir ensemble intentionnel : projet explicite des protagonistes de se mobiliser de concert. Logique de revendication, de défense dun intérêt matériel ou dune cause.

45 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Quel genre de revendication ? Profond Un nouvel ordre de vie. Petit La défense de lemploi dune usine. Universelle Le droit de vote pour les femmes. Locale: NIMBY ( not in my back yard pas dans ma cour!).

46 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Politique? Est-ce que tout est politique? Tous nos choix ont des effets sur la société. Est-ce que tous nos choix sont politiques? Comment létudier alors si elle est partout? Neveu => « un mouvement qui fait appel aux autorités politiques (gouvernement, collectivités territoriales, administrations...) pour apporter, par une intervention publique, la réponse à une revendication, qui impute aux autorités politiques la responsabilité des problèmes qui sont à l'origine de la mobilisation. »

47 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Historiquement on a assisté à un procéssus de nationalisation graduelle de la vie politique. Construction de lespace national => arène. Résultat de létat-providence?

48 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Etat => lieu du pouvoir. Objectif des mouvements. Même les mobilisation localisée ont comme objectif létat. Politics (elections) et Policies (politiques publiques). Mais les états changent leur rôle => importance dorganismes internationaux.

49 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Politisation => pas que résultat de la construction de létat social. Victoires sectorielles pourraient être facilment effacées ou limitées => Mouvement contre la ségr. Raciale aux Etats-Unis (victoires locales ne suffisaient pas). Etat => aussi instrument dopacité.

50 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Une arène non institutionelle? Arène: système organisé dinstitutions, de procédures et acteurs dans lequel des faire sociales peuvent se faire entendre => visibilité. Processus de conversion des ressources.

51 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Les mvts sociaux utilisent les arènes institutionnalisées mais ils en produisent une autre. Interconnexion des arènes. Capacité dinvestir les ressources dans les bonnes arènes.

52 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Répertoire de laction collective (Tilly 1986). Répertoires des actions disponible et standardisés. Après, ça reste quand même ouvert à limprovisation. On peut même changer les actions standardisées. Tout mouvement a ses lieux et ses actions (les amphis des mvts étudiant..)

53 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ? Une fois quon a: Les causes Le répertoire des moyens Les objectifs Kriese (1993): une cartographie de lespace des mouvements sociaux

54 Q U EST - CE QU UN MOUVEMENT SOCIAL ?

55 Trajectoire du mouvement: Convivialité Institutionnalisation (partie gauche inférieure) Commercialisation (pole supérieur gauche) Radicalisation Où situeriez-vous les mouvements dont on a parlé jusquà là?

56 L ES OBSTACLES À L ANALYSE Penser les mouvements sociaux relationnellement. Problème dhyperspécialisation des sciences sociales. Ethnocentrisme. Prise de parti : on a tous nos idées, on fait comment pour juger ceux que lon déteste?

57 Q UELLE RELATION ? Hirschman (1970) Modèle pensé pour les consommeurs. Les acteurs ont trois possibilités: Exit (défection); Silencieuse. On se limite à changer de « supermarché » Voice (prise de parole); Protestation. Loyalty (loyauté). Modèle très simple et même très efficace. Dans le marché au cas où il y aurait des problème on pourrait acheter un nouveau produit. Migrations peuvent être « politiques » Mussolini émigra en Suisse car il était considéré un révolutionnaire dangereux. Le monopole public oblige les usagers à se mobiliser pour laméliorer.

58 R ISQUES DE POLARISATION « Trop de loyauté empêche lorganisation ou la firme de se corriger, trop de défection la ruine ou la vide irrémédia­blement de sa force. Trop de prise de parole déstabilise ou paralyse. »(Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte « Repères », 2011, p. 27) Parfois voulus: exit imposée suite à la Commune de Paris => atonie du mouvement ouvrier français.

59 R ISQUES ( POUR NOUS QUI LES ÉTUDIONS ) Objets « chauds » => risques, trop de passions. Le Bon (Psychologie des foules) => description caricaturale des foules. Ensemble où les individus perdent leur autonomie. Il en souligne la suggestibilité. Métaphores féminines. « La connaissance de la psychologie des foules constitue la ressource de lhomme dÉtat qui veut, non pas les gouverner… mais tout au moins ne pas être complè­tement gouverné par elles. »

60 R ISQUES ( POUR NOUS QUI LES ÉTUDIONS ) Les forcer dans une vision prédéterminée. « Il nexiste pas à proprement parler de théorie des mouvements sociaux chez Marx. Ceux-ci sont intégrés dans une problématique générale des luttes des classes. »(Érik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte « Repères », 2011, p. 27) Mais lapproche reste valide sous plusieurs aspects: Classe en soi / classe pour soie => nécessité de conscience et identité. La notion dhégémonie développée par Gramsci.


Télécharger ppt "S CIENCE P OLITIQUE A PPROFONDIE Séance 1 Matteo Cavallaro."

Présentations similaires


Annonces Google