La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Maîtrise et doctorat en démographie Fécondité et famille Séance du 24 septembre 2009 Benoît Laplante, professeur Centre - Urbanisation Culture Société

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Maîtrise et doctorat en démographie Fécondité et famille Séance du 24 septembre 2009 Benoît Laplante, professeur Centre - Urbanisation Culture Société"— Transcription de la présentation:

1 Maîtrise et doctorat en démographie Fécondité et famille Séance du 24 septembre 2009 Benoît Laplante, professeur Centre - Urbanisation Culture Société Institut national de la recherche scientifique

2 La famille Visions classique et contemporaine de la famille en démographie

3 Vision classique –Définitions et contexte Les mesures et leur fondement juridique et administratif –La famille dans le Code civil du bas-Canada Vision contemporaine –La notion de biographie Trajectoire et biographie Life cycle et life course

4 Vision classique de la démographie sur la famille Au sens étroit, la vision classique de la démographie sur la famille se ramène en bonne partie aux thèmes suivants –Nuptialité et divortialité –Fécondité et famille À ces deux thèmes, sajoutent la démographie des ménages et des familles (que nous abordons à la prochaine séance) qui est généralement plutôt descriptive.

5 Vision classique de la démographie sur la famille « Létude de la nuptialité comprend essentiellement celles des phénomènes quantitatifs résultant directement de lexistence, au sein des populations, de mariages ou unions légitimes, cest-à-dire dunions entre individus de sexes différents instaurées dans des formes prévues par la loi ou la coutume, et conférant aux individus en cause des droits et obligations particulières. » –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

6 Vision classique de la démographie sur la famille « En matière de mariage, certaines législations nattribuent deffets juridiques quau mariage civil, réglementé par lÉtat; dautres reconnaissent le mariage religieux, réglementé par lÉglise – sous réserve, éventuellement, de laccomplissement de quelque formalité administrative (déclaration, enregistrement); dautres donnent valeur légale au mariage coutumier, célébré selon les traditions locales ou tribales. » –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

7 Vision classique de la démographie sur la famille « Lorsque aucune formalité ou cérémonie ne préside à linstauration dune union, on parle de mariage consensuel, dunion consensuelle, dunion libre ou dunion illégitime. Les deux premières expressions sont préférées dans les sociétés où ce type dunion existe seul ou est très répandu; la dernière implique par contre que ce type dunion coexiste avec un ou plusieurs autres types non dépourvus comme lui de tout formalisme. À ces unions couramment stables sopposent les unions temporaires avec ou sans cohabitation. » –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

8 Vision classique de la démographie sur la famille « En général, le mariage est interdit avant un certain âge minimum au mariage, ou âge de nubilité, qui peut être particulier à chaque sexe. Dautres interdictions sont fréquemment édictées par la loi ou par la coutume, notamment pour éviter les mariages consanguins, cest-à- dire les mariages entre proches parents présentant entre eux un certain degré de consanguinité. » –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

9 Vision classique de la démographie sur la famille « Là où elle existe, la formalité de publication des bans, qui doit être accomplie un certain temps avant la célébration dun mariage projeté, a pour but dorganiser la publicité vis-à-vis des tiers, afin de permettre à ceux-ci dy faire éventuellement opposition. Parfois, une autorisation de mariage doit être obtenue, avant que le mariage puisse être célébré. Un certificat de mariage est fréquemment délivré aux nouveaux mariés à lissue de la cérémonie. On dit quil y a eu consommation du mariage, ou que le mariage a été consommé, lorsque lunion charnelle des époux a été réalisée. » –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

10 Vision classique de la démographie sur la famille « Au sens strict, on dit quil y a endogamie lorsque les mariages ne sont autorisés quentre individus appartenant à un même groupe (clan, tribu). Par extension, on parle dendogamie lorsquon observe une tendance marquée des individus appartenant à un certain groupe, ou une certaine catégorie, à ne choisir leur conjoint que parmi les membres de ce groupe. On dit alors que ce celui-ci constitue un isolat, et les barrières plus ou moins nettes qui le délimitent peuvent être de nature géographique, sociale, religieuse, etc. Parallèlement, on dit quil y a exogamie lorsque le choix du conjoint seffectue volontiers en dehors de la catégorie ou du groupe auquel lindividu appartient, lexogamie au sens strict impliquant une interdiction de mariage entre individus appartenant au même groupe (clan, tribu). –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

11 Vision classique de la démographie sur la famille On appelle mariages mixtes des mariages contractés entre individus différant par un caractère tel que la religion, la nationalité, la race, etc. On parle dhomogamie lorsque le mariage unit des personnes présentant certaines caractéristiques communes – sociales, physiques, psychiques, p. ex. – et dhétérogamie dans le cas contraire. –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

12 Vision classique de la démographie sur la famille « Au terme dune vie conjugale plus ou moins longue, survient la fin dunion qui entraîne la dissolution du mariage, cest-à-dire la dissolution de tous les liens juridiques résultant de la qualité dépoux. Elle lève notamment lobstacle qui pourrait éventuellement opposer lexistence du mariage en cause à la conclusion dune nouvelle union légitime. La dissolution du mariage peut résulter du décès de lun des conjoints. » « Là ou il existe, le divorce constitue un moyen légal ou coutumier de dissolution du mariage. Le divorce résulte fréquemment dun jugement de divorce. Dans certaines sociétés, il peut être la conséquence de la répudiation de lun des conjoints par lautre » –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

13 Vision classique de la démographie sur la famille « Les législations qui consacrent le principe de lindissolubilité du mariage nadmettent pas le divorce; seul le décès de lun des conjoints peut y entraîner la dissolution du mariage. Quelle que soit la législation, la mésentente provoque la séparation des époux; elle peut prendre la forme dune séparation de fait, assez fréquente dans certaines sociétés, qui peut seffectuer par consentement mutuel des conjoints ou résulter de labandon de lun deux par lautre; ou la forme de la séparation légale ou séparation de corps et de biens, qui permet de relâcher les liens juridiques entre époux, dispensant ceux-ci du devoir de cohabitation, cest-à- dire de lobligation de vivre sous le même toit. » –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

14 Vision classique de la démographie sur la famille « En démographie, on peut trouver bon de préciser : séparés légalement, pour distinguer ce cas de celui où il ny a quune simple séparation de fait. » –Louis Henry, Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina éditions, 1981.

15

16

17

18

19

20

21

22

23 Les états et les situations du couple au Canada Létat matrimonial légal Létat matrimonial La situation vis-à-vis de lunion libre La situation conjugale

24 Commission économique des Nations unies pour lEurope, Recommandations de la Conférence des statisticiens européens pour les recensements de la population et des logements de 2010 préparé en collaboration avec lOffice statistique des Communautés européennes (EUROSTAT), Nations Unies, New York et Genève, 2006

25

26 Les états et les situations du couple au Canada Létat matrimonial légal Létat matrimonial La situation vis-à-vis de lunion libre La situation conjugale

27 Létat matrimonial légal 1 Marié(e) (et non séparé(e)) Cette catégorie comprend les personnes dont le (la) conjoint(e) de sexe opposé ou de même sexe est vivant, à moins que le couple ne soit séparé ou nobtenu un divorce. Sont aussi incluses les personnes en union civile. 2 Veuf(ve) (y compris vivant en union libre) Cette catégorie comprend les personnes dont le (la) conjoint(e) est décédé(e) et qui ne se sont pas remariées. Les personnes qui vivent avec un partenaire en union libre sont incluses dans cette catégorie. 3 Séparé(e) (y compris vivant en union libre) Cette catégorie comprend les personnes qui sont mariées mais qui ne vivent plus avec leur conjoint(e) (pour une raison autre que la maladie, le travail ou les études) et qui nont pas obtenu un divorce. Les personnes qui vivent avec un partenaire en union libre sont incluses dans cette catégorie. [On ne distingue pas les séparation de fait des séparations légales.] 4 Divorcé(e) (y compris vivant en union libre) Cette catégorie comprend les personnes qui ont obtenu un divorce légal et qui ne se sont pas remariées. Les personnes qui vivent avec un partenaire en union libre sont incluses dans cette catégorie. 5 Célibataire (y compris vivant en union libre) Cette catégorie comprend les personnes qui nont jamais été mariées (y compris toutes les personnes de moins de 15 ans). Elle comprend en outre les personnes dont le mariage a été annulé et qui étaient célibataires avant le mariage annulé et qui ne se sont pas remariées. Les personnes qui vivent avec un partenaire en union libre sont incluses dans cette catégorie.

28

29 Létat matrimonial 1 Marié(e) (et non séparé(e)) Cette catégorie comprend les personnes dont le (la) conjoint(e) de sexe opposé ou de même sexe est vivant, à moins que le couple ne soit séparé ou nait obtenu un divorce. Sont aussi incluses les personnes en union civile. 2 Vivant en union libre Cette catégorie comprend les personnes qui vivent en couple avec une personne de sexe opposé ou de même sexe mais qui ne sont pas légalement mariées à cette personne. Elle comprend les situations où les membres dun tel couple vivent temporairement séparés en raison de maladie, de travail ou détudes. 3 Veuf(ve) (ne vivant pas en union libre) Cette catégorie comprend les personnes dont le (la) conjoint(e) est décédé(e) et qui ne se sont pas remariées. Les personnes qui vivent avec un partenaire en union libre ne sont pas incluses dans cette catégorie. 4 Séparé(e) (ne vivant pas en union libre) Cette catégorie comprend les personnes qui sont mariées mais qui ne vivent plus avec leur conjoint(e) (pour une raison autre que la maladie, le travail ou les études) et qui nont pas obtenu un divorce. Les personnes qui vivent avec un partenaire en union libre ne sont pas incluses dans cette catégorie. 5 Divorcé(e) (ne vivant pas en union libre) Cette catégorie comprend les personnes qui ont obtenu un divorce légal et qui ne se sont pas remariées. Les personnes qui vivent avec un partenaire en union libre ne sont pas incluses dans cette catégorie. 6 Célibataire (ne vivant pas en union libre) Cette catégorie comprend les personnes qui nont jamais été mariées (y compris toutes les personnes de moins de 15 ans). Elle comprend en outre les personnes dont le mariage a été annulé et qui étaient célibataires avant le mariage annulé et qui ne se sont pas remariées. Les personnes qui vivent avec un partenaire en union libre ne sont pas incluses dans cette catégorie.

30

31 « État » et « situation » selon Le Petit Robert

32 Les états et les situations du couple au Canada Létat matrimonial légal –Bien nommé Létat matrimonial –En bonne logique, devrait être « la situation matrimoniale » La situation vis-à-vis de lunion libre –En bonne logique, devrait être « la nature du lien conjugal », de fait ou de droit La situation conjugale –Bien nommé

33 Les conditions du mariage Évolution des conditions du mariage en France –Ce tableau est tiré dune source dont la fiabilité est difficile à contrôler. –Il est donné à titre indicatif et sous toutes réserves.

34 Majorité matrimonialeMajorité civileDroit au mariage Degré de parenté requis Empire romain25 ans 12 ans14 ans VIII° siècle7° degré Concile de Latran IV, 12154° degré Henri II, édit royal de février ans30 ans25 ans* 13 ans15 ans 1° république, loi du 29 septembre ans 13 ans15 ans Consulat, Code civil Napoléon de ans18 ans Consulat, code civil Napoléon du 30 ventôse an XII, 21 mars ans25 ans15 ans18 ans Droit canonique de Benoît XV, ans**14 ans** III° république, loi du 21 juin ans Code canonique de Benoît XV, 19173° degré V° république, loi du 5 juillet ans

35 Les conditions du mariage Au Canada, –Le divorce et les conditions du mariage, qui appartiennent à la juridiction traditionnelle de lÉglise, relèvent du parlement fédéral. –Alors que la célébration du mariage et tout ce qui est hérité du droit civil plutôt que du droit canon relève des provinces

36 Les conditions du mariage Lois du Canada sur les conditions du mariage –Loi concernant le droit interdisant le mariage entre personnes apparentées (L.R.C. M-2.1) –On ne peut épouser un ascendant ou un descendant son frère ou sa sœur, même adoptif. –Loi sur le droit fédéral et le droit civil de la province de Québec (L.R.C. F-7.5) « Nul ne peut contracter mariage avant davoir atteint lâge de seize ans. »

37 Vision classique de la démographie sur la famille Classement de la population –« Pour le classement de la population suivant la situation matrimoniale, ou létat matrimonial, on ne comprend parfois dans la catégorie des célibataires que les personnes qui nont jamais été mariées, à lexclusion de celles dont lunique mariage a été annulé. Parmi les célibataires, on distingue les célibataires du sexe masculin et les célibataires du sexe féminin. –La catégorie des mariées, ou personnes mariées, est dordinaire constituée par les personnes en puissance de conjoint, ce qui implique lexclusion de celles dont le mariage a été dissous, par veuvage ou par divorce, mais linclusion de celles qui sont séparées de fait ou séparées légalement. –Les personnes mariées se répartissent en hommes mariés et en femmes mariées. On peut grouper au besoin sous la dénomination de non-célibataires, lensemble des personnes mariées, veuves, divorcées ou séparées légalement. »

38 Vision classique de la démographie sur la famille Principales mesures –Taux brut de nuptialité Rapport des mariages dune année à la population moyenne de cette année. –Taux global de nuptialité Rapport des mariages dune année à la population moyenne âgée dau moins 15 ans de cette année. –Taux brut de divortialité Rapport des divorces dune année à la population moyenne de cette année. –Taux global de divortialité Rapport des divorces dune année à la population moyenne âgée dau moins 15 ans de cette année.

39 Vision classique de la démographie sur la famille Principales mesures –Taux des premiers mariages ou de primonuptialité ou de mariages des célibataires Rapport des mariages dune année à la population célibataire moyenne de cette année ou Rapport des mariages dune année à la population totale moyenne de cette année.

40 Vision classique de la démographie sur la famille Principales mesures –Tables de taux de (primo)nuptialité par âge pour les célibataires de chaque sexe Indice synthétique –Table de taux de divortialité par durée de mariage Indice synthétique de divortialité (jusquà 30 ans de mariage)

41 Vision contemporaine de démographie sur la famille La vision classique repose sur un modèle social développé à partir du 16 ème siècle et qui disparaît aujourdhui –Lencadrement étatique (juridique et administratif) des unions diminue –Le mariage nest plus le cadre obligatoire des naissances –La nuptialité nest plus un très bon prédicteur de la fécondité

42 Vision contemporaine de démographie sur la famille Le modèle social développé à partir du 16 ème siècle –Encadrement administratif de la naissance, du mariage et de la mort –qui sajoute à lencadrement juridique, civil et religieux (canonique) qui existait longtemps –Les moments importants de cet encadrement Lordonnance de Thomas Cromwell, chancelier dHenri VIII (1538) sur lenregistrement religieux des naissances, mariages et décès Lordonnance de François 1 er (Viller-Cotterêts, 1539) sur ladminsitraiton de la justice qui institue lenregistrement religieux des naissances. Le canon du Concile de Trente sur lenregistrement des baptêmes et des mariages (1563) L édit de Blois dHenri III sur le mariage (1579)

43 Vision contemporaine de démographie sur la famille Une vision proprement démographique basée sur la démométrie paraît difficile à maintenir lorsque la formation et la dissolution des unions ne sont plus des actes administratifs. –On ne sait pas comment calculer les numérateurs des taux On nobserve pas administrativement les mises en union progressives et les simples cohabitation ? –On en sait pas non plus très bien comment définir les dénominateurs Qui est vraiment « célibataire » dans un monde où lunion de fait est répandue ?

44 Vision contemporaine de démographie sur la famille La description demeure possible au moyen des données de recensement –et sert à la démographie des ménages. Mais la principale voie analytique praticable semble être létude des unions et des familles dans une perspective biographique et dynamique. Les données denquête se substituent alors aux données de létat- civil et du recensement On estime les coefficients de modèles statistiques explicatifs plutôt que des quantités démométriques On utilise une approche « micro » plutôt que « macro »

45 Vision contemporaine de démographie sur la famille Plus généralement, on admet que les événements démographiques et leurs précurseurs ne se succèdent pas dans un ordre imposé –On admet quun couple se forme avant que les partenaires aient terminé leurs études. –On admet quun enfant naisse avant la formation dun couple. –On admet que les unions se terminent. –On admet que les unions se suivent. Ces idées sont au cœur de lapproche dite du life course qui se substitue à celle dite du life cycle En français, on parle de l « approche biographique » … –et surtout pas des « parcours de vie ».

46 Vision contemporaine de démographie sur la famille La combinaison de ces idées et des méthodes qui permettent détudier les événements démographiques à partir de biographies forme un approche qui se nomme, selon la langue et le contexte: –Analyse des biographies –Analyse des transitions –Event history analysis

47 Europes second demographic transition Van de Kaa, D.J. Population Bulletin, Volume 42, Issue 1, 1987, 57p.

48 Professeur docteur D.J. (Dick) van de Kaa Né en Ph.D. de lAustralian National University, Canberra. Professeur et aujourdhui professeur émérite de la Universiteit van Amsterdam Ancien directeur et maintenant « Honorary Fellow » du Nederlands Interdisciplinair Demografisch Instituut Membre « honoraire » de la Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen

49 La deuxième transition démographique de lEurope « Anchored narratives » est un essai de taxonomie des explications que les démographes ont proposé de la baisse de la fécondité. –Il traite de la « première » transition démographique envisagée surtout à partir de la baisse de la fécondité, pesée dabord et avant tout comme un ajustement mécanique à la baisse de la mortalité qui devrait mener à une population stable. « Europes second demographic transition » est un essai de synthèse des faits que les démographes ont constatés en Europe de la fin de la seconde guerre mondiale jusquau milieu des années –Van de Kaa y utilise les explications comme matériau de sa synthèse. Il sen sert; il ne cherche pas à les classer. –La baisse de la fécondité sous le niveau de remplacement des générations est envisagée de manière large comme un fait moral qui détruit la possibilité de léquilibre démographique. –Ce fait moral dépasse la seule fécondité et englobe lensemble des conduites qui entourent la constitution de la famille.

50 La deuxième transition démographique de lEurope

51 The Belgian poster […] signifies a stage in Europes demographic development in which the countries that still have above replacement fertility can be counted on the fingers of one hand and with a few where births no longer exceed deaths. As a result, […] Europes population will increase a scant 6% between 1985 and 2025, while the worlds population nearly doubles, from 4.5 to 8.2 billion, and nearly one in every five Europeans in 2025 will be pensioners aged 65 and over, with a shrinking working-age population to support them. The start of the second demographic transition can be arbitrarily set at The principal demographic feature of the second demographic transition is the decline in fertility from somewhat above the replacement level of 2.1 births per woman […] to a level well below replacement.

52 Plan du texte Second demographic transition: The background Progressiveness in the Netherlands and Western Europe A sequence of events in family formation Marriage, divorce, cohabitation Fertility Birth control Household patterns Mortality differentials International migration: Europe on the receiving end Multicultural Europe: The minorities Population prospects Population debate Pronatalist policies and their effects Making the gift of a baby to the pension funds?

53 Europes second demographic transition Les antécédents de la deuxième transition démographique –Altruisme et individualisme (A. Dumont, Ph. Ariès) –Les causes lointaines de la première transition démographique se résument bien. Lindustrialisation, lurbanisation et le recul de la religion comme causes de la première transition démographique (J. C. Caldwell). Disparition de la famille malthuséenne. La qualité de enfants remplace leur quantité (G. Becker, 1960). –Les causes lointaines de la deuxième transition démographique ne se résument pas bien. « Elles ont vraisemblablement à voir avec le fonctionnement des individus dans les sociétés postindustrielles». En clair, lauteur traite –de lhomo œconomicus citoyen modèle de ces sociétés dune part et –de lindividualisme et du recul de la religion comme source de la morale dautre part (R. Inglehart et le postmatérialisme).

54 Europes second demographic transition Le progressisme aux Pays-Bas et en Europe –Le progressisme soppose au conservatisme –Le progressiste préfère légalité (et la solidarité) à la liberté dans les questions socio-économiques, mais la liberté à légalité dans les conduites. –Le progressisme soutient la social-démocratie, mais également les nouvelles conduites reproductives et familiales. –La diffusion du progressisme comme « système de valeurs » (?) est établie en le reliant au postmatérialisme.

55 Europes second demographic transition

56

57 Lenchaînement des changements de la constitution de la famille –La constitution de la famille sest transformée en Europe –La transformation semble se faire dans tous les pays en suivant un enchaînement de changements qui commence après la deuxième guerre mondiale Baisse de lâge au premier rapport sexuel et hausse des rapports sexuels avant le mariage, mais maintien de la norme qui les désapprouve. Les amants se marient, surtout pour légitimer la grossesse. Baisse de lâge au mariage dans les années 1950, dabord sans report de la première naissance. La contraception se répand et entraîne la diminution du nombre des naissances de rang élevé. La natalité se maintient parce que la naissance du premier enfant des mariages compense la diminution du nombre des naissances de rang élevé. Dans les années 1960, le lien entre le mariage et la reproduction se distend. La première naissance est retardée. Les anovulants et les dispositifs intra-utérins se apparaissent au même moment. Lavortement devient permis au début des années On admet que les rapports sexuels, même dans le mariage, nont pas la reproduction pour but principal. La séparation et le divorce, rendu plus accessibles par de nouvelles lois, sont plus fréquents et se produisent plut tôt. La pression au mariage sur les couples qui vivent en union consensuelle diminue. Le remariage se fait plus rare.

58 Europes second demographic transition Lenchaînement des changements de la constitution de la famille –De lâge dor du mariage à laube de la cohabitation –De lenfant-roi à lenfant-pair le couple que forme les parents est plus important que lenfant quil engendre –De la contraception qui prévient à la contraception qui épanouit –De la famille unique à la famille diverse

59 La deuxième transition démographique de lEurope Les pays dEurope peuvent être regroupés en quatre catégories –Les pays de faible fécondité, à louest et au nord de lEurope : La Suède et le Danemark, mais aussi la Finlande, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, lAutriche, la Belgique, la France, la RFA, la Suisse et également lItalie. –Les pays de fécondité un peu plus élevée, au sud de lEurope : La Grèce, Malte, le Portugal, lEspagne et la Yougoslavie. –Les pays de lest de lEurope, où lenchaînement ne se produit pas de la même manière, vraisemblablement à cause du communisme : La Bulgarie, la Tchécoslovaquie, la RDA, la Hongrie, la Pologne et la Roumanie. –Les pays dEurope qui nont pas encore achevé la première transition démographique : LIslande, lIrlande, lAlbanie, la Turquie et certaines parties de lURSS.

60 La deuxième transition démographique de lEurope Le mariage, le divorce et la cohabitation –Le mariage Le taux de nuptialité des célibataires diminue. Lâge moyen au premier mariage augmente, parfois après avoir diminué. Il est au plus bas au milieu des années Le remariage après le divorce ou le veuvage diminue également. –Le divorce Il augmente, en gros depuis Il demeure rare dans les pays de forte tradition catholique, c.-à-d. dans les pays du sud de lEurope, en Pologne. Les lois admettent le divorce par consentement mutuel, alors quautrefois il nétait accordé que pour cause. –La cohabitation Rare et réprouvée, la cohabitation se répand, parfois comme prélude au mariage, puis elle est acceptée et devient un mode de vie à part entière. En Suède, elle est rare en 1960, mais acceptée vers 1972 ou 1973.

61 Taux de nuptialité des célibataires en Europe,

62 La deuxième transition démographique de lEurope La fécondité –La fécondité est sous le niveau de remplacement de générations dans la plupart des pays dEurope. LISF nest clairement au-dessus de 2,1 quen Irlande. –La fécondité évolue de manière irrégulière dans les pays de lest de lEurope, en pratique les pays communistes. –La part des naissances illégitimes augmente, notamment dans les pays du nord de lEurope. Cette part demeure faible dans les pays où les catholiques sont relativement nombreux et où la pratique religieuse est élevée. Elle semble augmenter en raison de la taille de la population à risque, c.-à-d. là où les femmes célibataires, veuves ou divorcées sont relativement nombreuses. La grossesse illégitime nentraîne plus nécessairement le mariage.

63

64 La deuxième transition démographique de lEurope La contraception –Lusage de la contraception change: on lutilisait pour éviter les naissances supplémentaires qui auraient réduit le bien-être de la famille; on lutilise pour assurer son épanouissement. –On accepte que les individus et les couples choisissent de ne pas avoir denfant. –Les moyens de contraception modernes ont rendu la contraception plus facile et plus sûre, et ont vraisemblablement contribué à changer les mœurs. –La stérilisation est de plus en plus utilisée. –Lavortement était un crime. La loi change dans la plupart des pays. Dabord interdit, on le permet dabord dans certains cas. (p. ex. pour sauver la vie de la mère), puis pour des motifs plus larges (p. ex. pour motif économique) et finalement à la demande.

65 La deuxième transition démographique de lEurope La structure du ménage –La famille nucléaire nest plus la norme universelle. –Les conditions de logement des jeunes se diversifient Plutôt que de quitter le domicile parental pour se marier après la fin des études et après avoir trouvé un emploi, les jeunes peuvent rester plus longtemps chez leurs parents ou, au contraire, vivre en union consensuelle. La réalité varie beaucoup selon les pays. –La part des ménages formés dune seule personne augmente. –La taille moyenne des ménages diminue. –La part des familles monoparentales augmente dans la plupart des pays.

66

67 La deuxième transition démographique de lEurope La mortalité différentielle –Lespérance de vie à la naissance est plus basse dans les pays de lest que dans le reste de lEurope, et la mortalité infantile y est plus élevée. La transition épidémiologique sy serait achevée plus tard. La baisse de la mortalité y aurait été moins prononcée que dans le reste de lEurope et la mortalité des hommes aurait tendance à augmenter. –Lespérance de vie des femmes est plus élevée que celles des hommes.

68

69 La deuxième transition démographique de lEurope La migration internationale –De terre démigration, lEurope devient un terre dimmigration. –Son niveau de vie et ses systèmes de protection sociale attirent les immigrants de pays moins développés. –Ceci ne se voit cependant pas dans les pays de lest de lEurope. –Le phénomène se constate dans les années 1960 et sinstalle, parfois avec des reculs dus à des récessions. –Dans plusieurs pays, il samorce par la création de programmes de travailleurs immigrants temporaires, dabord la Suisse, la Belgique et la France, puis lAutriche, la RFA et les Pays-Bas. –Les anciennes métropoles reçoivent pas ailleurs des immigrants de leurs anciennes colonies: la France reçoit des Algériens, les Pays-Bas des immigrants du Surinam et de lIndonésie, le Royaume-Uni des pays du Commonwealth etc. –Le phénomène sétend ensuite à des pays traditionnellement pauvres : la Grèce, lEspagne, le Portugal.

70 La deuxième transition démographique de lEurope LEurope multiculturelle –Limmigration entraîne la diversification de la composition « ethnique » ou « culturelle » de la population. –Limmigration est principalement masculine; le rapport de masculinité est élevé dans les groupes dimmigrants. –La fécondité des immigrants est difficile à étudier et soumise à des aléas nombreux: politique de réunification des familles, flux eux- mêmes, etc.

71 La deuxième transition démographique de lEurope Essai de prospective –« Ensemble de recherches concernant l'évolution future de l'humanité et permettant de dégager des éléments de prévision. Futurologie. » –La population des pays dEurope devrait diminuer –Deux scénarios Tous les pays dEurope vivent la deuxième transition démographique. Limmigration devient un élément important de laccroissement de la population.

72 La deuxième transition démographique de lEurope Le débat sur la population –Oppose ceux qui sinquiètent du remplacement des générations à ceux qui ne sen inquiètent pas. Les premiers craignent les conséquences économiques et culturelles du déclin démographique; les autres craignent surtout de faire les frais de la lutte conte le déclin démographique. –Oppose les partisans des mesures natalistes à ceux qui ne les veulent pas ou ne croient pas à leur efficacité.

73 La deuxième transition démographique de lEurope Les politiques natalistes et leurs effets –En Europe de lest Réduire laccès à la contraception et à lavortement Rendre lenfant attrayant –En Europe de louest Rendre lenfant attrayant Leffet des politiques est difficile à établir –On ne sait pas vraiment si elles sont efficaces –Le cas de la Pologne attire lattention La fécondité a augmenté pendant une grave crise économique Les explications sont variées: repli sur la famille, politiques sociales incertaines (?), influence de lÉglise, pénurie, nationalisme.

74 La deuxième transition démographique de lEurope Comment faire face au déclin démographique ? –Lintérêt personnel et le bien commun ne coïncident pas. –La prépondérance de lintérêt personnel empêche le remplacement des générations et entraîne le vieillissement démographique –On imagine mal convaincre les gens de faire des enfants pour alimenter les caisses de retraite –Les pays européens refusent de sen remettre à limmigration –Un démographe a suggéré de lier le droit au revenu de retraite à la fécondité. On doute du succès politique de cette idée…


Télécharger ppt "Maîtrise et doctorat en démographie Fécondité et famille Séance du 24 septembre 2009 Benoît Laplante, professeur Centre - Urbanisation Culture Société"

Présentations similaires


Annonces Google