La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PASSAGE À ÉCHELLE DE LA PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION DU VIH DE LA MÈRE À LENFANT : EXPÉRIENCE DE LA DÉCENTRALISATION DANS LA RÉGION DU LITTORAL CAMEROUN.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PASSAGE À ÉCHELLE DE LA PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION DU VIH DE LA MÈRE À LENFANT : EXPÉRIENCE DE LA DÉCENTRALISATION DANS LA RÉGION DU LITTORAL CAMEROUN."— Transcription de la présentation:

1 PASSAGE À ÉCHELLE DE LA PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION DU VIH DE LA MÈRE À LENFANT : EXPÉRIENCE DE LA DÉCENTRALISATION DANS LA RÉGION DU LITTORAL CAMEROUN Dr Ida Penda POINT FOCAL PTME REGION DU LITTORAL

2 CONTEXTE La prévalence de linfection à VIH varie de 7,8 à 10,3% chez les femmes en âge de procréer( EDSIII,2004) Au Cameroun. Littoral: 18 Districts de Santé (DS) avec 174 formations sanitaires offrant la CPN: 6 districts urbains et 12 ruraux Projet pilote de mobilisation communautaire sur les 6 districts urbains grossesses étaient attendues en 2008

3 OBJECTIF Décrire lévolution de la mise en œuvre de la décentralisation du programme PTME au niveau des districts de santé de la région du littoral sur une durée de 3 ans.

4 METHODES La décentralisation de la PTME a été soutenue par« lapproche district », la gratuité du service en PTME et la mise en place des 10 points focaux régionaux 44% du personnel avait bénéficié du renforcement des capacités en PTME. Un circuit de référence avait été établi en respect de la pyramide sanitaire pour assurer la continuité des soins, Les données des FS étaient transmises à la délégation régionale via les DS.

5 RESULTATS : COUVERTURE(1) Amélioration de la couverture géographique allant de 8.6% à 75.2 % de 2006 à 2008 se traduisant par un accroissement de sites fonctionnels en PTME de 15 en 2006 à 131 en Le taux de couverture des DS variait de 18% à 100%.( 22% en moyenne dans les ruraux) Augmentation significative du taux de fréquentation des 1 ère CPN passant de 38.3% en 2007 à 41% en 2008 (p<0.001).(21% dans les ruraux)

6 DEPISTAGE EN PTME Le taux dacceptabilité du test en 1 ère CPN variait de 83 % à 97 % entre 2006 et Le nombre de femmes enceintes testées étaient de: ; ; et respectivement en 2006, 2007 et 2008 avec des prévalences du VIH de 10,6%, 8,9% et 7,2% respectivement en 2006, 2007 et Ce taux était très élevé pour les femmes testées en situation durgence (en salle de travail =12,5%) /CPN (8,1% en 2007 et 6,3% en 2008). Les femmes testées en salle de travail représentaient 12% en 2007 et 8,9% en 2008.

7 PROPHYLAXIE ARV EN PTME La proportion des femmes séropositives ayant bénéficié des ARV prophylactiques sest améliorée significativement durant ces trois années, elle est passée de 30% en 2006 à 53,6 en 2008 (p<0.0001). La proportion des enfants ayant bénéficié des ARV prophylactiques sest accrue passant de: 6% en 2006 à 51,7% en 2008 (p<0.0001).

8 INTERVENTION PTME CHEZ LENFANT NE DE MERE SEROPOSITIVE Sur 3415 accouchements de femmes séropositives attendues en 2008, seules 52,8 % ont été répertoriés dans les salles daccouchements. Le pourcentage denfants exposés au VIH ayant bénéficié des ARV prophylactiques lorsque le statut de la mère était répertorié en salle de travail était de 98% en ,2% des enfants répertoriés en salle daccouchement avaient été vus dans les deux mois suivant la naissance. 782 enfants avaient été testés précocement(9/18DS) et 761 enfants par les tests sérologiques

9 DISCUSSION(1) La couverture géographique en 2008 (75.2%) contraste avec le taux de fréquentation des CPN de 41% en 2008 de la cible estimée alors que le service est disponible dans de nombreuses formations sanitaires: Ceci nous interpelle sur: -Les modalités réelles du suivi de la grossesse dans notre environnement, -La stratégie à mettre en place pour augmenter la fréquentation des services par les femmes enceintes( mobilisation communautaire?) - La composition de la structure de la population où la cible est estimée depuis 20 ans sur les mêmes modes de calcul. Le taux dacceptation du test était élevé lorsquil était proposé. Ceci démontre que des clients bien conseillés ne sopposent pas à la connaissance de leur statut sérologique. Il est nécessaire de continuer à sensibiliser les prestataires de services sur la nécessité de saisir toutes les occasions propices de proposer le test VIH.

10 DISCUSSION(2) La forte prévalence de linfection observée chez les femmes dépistées en situation durgence ; lidentification non systématique des femmes séropositives dès leur arrivée en salle daccouchement ; la faible qualité de la collecte des données sur la femme séropositive en salle de travail, nous interpellent sur le rôle du prestataire et le contenu du paquet dinterventions à mener en salle de travail afin de donner les meilleures chances aux enfants exposés à avoir accès à la prévention, au traitement, au suivi et au continuum de soins. Cette approche holistique facilitera lintégration de la PTME dans le cadre global de la prise en charge du couple mère-enfant. Laugmentation progressive de la proportion de femmes et denfants bénéficiant des régimes prophylactiques de la PTME démontrait une appropriation progressive du programme par les formations sanitaires et les SSD.

11 DISCUSSION(3) Limpact de la PTME était mitigé malgré leffectivité du diagnostic précoce en phase pilote dans la région du littoral. Certains districts de santé avaient dépisté peu denfants. Le diagnostic précoce, limité à 9 districts bien queffectif nétait pas systématisé. Le délai de rendu de résultat pour le diagnostic par papier buvard était de 33 jours en moyenne. Le nombre denfants perdus de vues était élevé pour les districts nayant que les tests sérologiques. Le lien entre la PTME et la prise en charge pédiatrique demeure faible,

12 CONCLUSION La décentralisation par lapproche district a contribué à améliorer la couverture en PTME. Lappropriation du PPTME par les DS sest améliorée progressivement mais lévaluation de son impact reste insuffisante. Loffre de service aux enfants exposés au VIH est étroitement liée au repérage de leur mère en salle de travail. Leur repérage devrait être systématique pour améliorer limpact de la PTME.

13 REMERCIEMENTS Dr Bita Fouda (DRSP), Dr A-C Zoung- Kanyi Bissek (DLM), Dr L. Akondeng (UNICEF), Tchuani Carno(GTRL) CSSD DU LITTORAL FONDS MONDIAL UNICEF FONDATION GLAXOSMITHKLINE ESTHER CDC MUTENGUENE

14 Merci à Tout ce qui contribue à renforcer les armatures de ce parapluie quest la PTME pour la protection des enfants du Cameroun du VIH VIH


Télécharger ppt "PASSAGE À ÉCHELLE DE LA PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION DU VIH DE LA MÈRE À LENFANT : EXPÉRIENCE DE LA DÉCENTRALISATION DANS LA RÉGION DU LITTORAL CAMEROUN."

Présentations similaires


Annonces Google