La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

METTEZ LE SON METTEZ LE SON CLIQUEZ ICI POUR AVANCER Dessins de Dominique Bach. Texte adapté de Javier Botrán López. Réalisation Frère Agustín Enciso.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "METTEZ LE SON METTEZ LE SON CLIQUEZ ICI POUR AVANCER Dessins de Dominique Bach. Texte adapté de Javier Botrán López. Réalisation Frère Agustín Enciso."— Transcription de la présentation:

1

2 METTEZ LE SON METTEZ LE SON CLIQUEZ ICI POUR AVANCER Dessins de Dominique Bach. Texte adapté de Javier Botrán López. Réalisation Frère Agustín Enciso.

3 CLICK para avanzar

4 Quand les Frères arrivèrent à Paris, le curé de Saint-Sulpice leur confia une école de charité, car il désirait que les enfants pauvres apprennent à lire et à écrire, quils connaissent les devoirs des chrétiens et se forment à un travail. Mais le directeur de latelier était plus interessé par le profit quil pouvait tirer du travail des apprentis que de leur formation. Lécole ne marchait pas bien. De La Salle commença de suite la réforme de lécole; il regroupa les enfants par âge et niveau, et il exigea la ponctualité, le silence et lattention.

5 Vu le succès de cette première école parisienne, il sen ouvrit une autre Rue du Bac. Mais le travail dans les écoles était dur, si bien que quelques Frères commencèrent à lâcher prise et à abandonner la communauté. De La Salle se rendit compte que la formation des Frères était insuffisante: lécole demande plus dengagement et de préparation! Il loua donc à Vaugirard, une grande maison pour former les Frères et les jeunes qui désiraient entrer dans la communauté. Ceux-ci commencèrent à lappeler Fondateur.

6 Après une retraite consacrée à la prière, le Fondateur et les Frères les plus engagés, Nicolas Vuyart et Gabriel Drolin, exprimèrent ainsi leur engagement passionné pour les écoles: Très Sainte Trinité, à partir d aujourd hui et pour toujours, nous vivrons unis pour maintenir les Ecoles Chrétiennes, même si nous ne restons que les trois et soyons obligés de demander l aumône et de vivre seulement que de pain.

7 Jean-Baptiste sentait que Dieu guidait son oeuvre, mais dans le même temps les difficultés augmentaient : si les écoles chrétiennes navaient pas été loeuvre de Dieu, elles auraient disparu. La communauté des Frères croissait malgré tout et de La Salle ouvrit un noviciat pour former les futurs Frères et une petite école normale pour leur apprendre la pratique.

8 Le curé de Saint-Sulpice proposa à Jean-Baptiste dutiliser les locaux de lécole le dimanche après-midi, pour former les jeunes travailleurs de sa paroisse. Lidée enthousiasma de La Salle qui prépara deux Frères. Lidée enthousiasma de La Salle qui prépara deux Frères. Les jeunes vinrent avec plaisir: ils sinstruisaient, suivaient le catéchisme et se détendaient en jouant à divers jeux. Les jeunes vinrent avec plaisir: ils sinstruisaient, suivaient le catéchisme et se détendaient en jouant à divers jeux.

9 Comme il ny avait pas assez de Frères pour satisfaire toutes ces demandes, Jean-Baptiste ouvrit le premier séminaire des maîtres décole pour la campagne. Comme il ny avait pas assez de Frères pour satisfaire toutes ces demandes, Jean-Baptiste ouvrit le premier séminaire des maîtres décole pour la campagne. Jean-Baptiste était convaincu que les paysans devaient apprendre à lire et à écrire pour défendre leurs droits. Jean-Baptiste était convaincu que les paysans devaient apprendre à lire et à écrire pour défendre leurs droits.

10 Les Ecoles Chrétiennes faisaient un grand travail et il sen suivit des demandes de Frères pour dautres endroits de France. De La Salle voulait aussi faire connaître son oeuvre à Rome, centre de la chrétienté, et il envoya les Frères Gabriel et Gérard pour quils essaient de réaliser son souhait en ouvrant une école là-bas.

11 Pour cela, Jean-Baptiste sortit de Paris et, à pied ou à cheval, il visita toutes les écoles, encourageant les Frères et les enfants. Parfois il faisait la classe pour que les Frères voient comment ils devaient faire: Parfois il faisait la classe pour que les Frères voient comment ils devaient faire: Frère, parlez moins et soyez respectueux des enfants et vous verrez quils écouteront mieux. Laissez les élèves plus avancés aider leurs camarades. Soyez attentif, surveillez et occupez-vous des élèves, ainsi ils se comporteront mieux et vous naurez pas à les punir.

12 Tout semblait marcher à merveille, mais le succès des écoles commença à réveiller les envies et à causer des difficultés. Tout semblait marcher à merveille, mais le succès des écoles commença à réveiller les envies et à causer des difficultés. Le nouveau curé de Saint- Sulpice, monsieur de La Chétardie, accusa Jean- Baptiste dêtre incapable de diriger les Frères et dêtre trop exigeant. Le nouveau curé de Saint- Sulpice, monsieur de La Chétardie, accusa Jean- Baptiste dêtre incapable de diriger les Frères et dêtre trop exigeant. Malgré la jalousie du curé, les Frères défendirent leur Fondateur et de La Salle continua à diriger les écoles. Malgré la jalousie du curé, les Frères défendirent leur Fondateur et de La Salle continua à diriger les écoles.

13 Les difficultés ne sarrêtèrent pas là. Les maîtres écrivains, qui apprenaient à écrire en faisant payer, accusèrent les Frères de leur ôter leur clientèle et leur gagne-pain. Il nacceptaient pas que les écoles de La Salle soient gratuites, y compris pour ceux qui pouvaient payer. Ils se vengèrent en assaillant les écoles; ils détruisirent les bancs, cassèrent les craies, renversèrent lencre… …ils détruisirent les livres et les outils scolaires et maltraitèrent à coups de règles les enfants et les Frères.

14 Le climat dans les écoles à Paris devint si négatif, quon ne pouvait plus y enseigner. Il valait mieux les abandonner. De La Salle, le coeur lourd, quitta ParIs et alla vers le sud, où il fonda lécole dAvignon. Plus tard il ouvrit quatre nouvelles écoles à Rouen, où était née la première école dAdrien Nyel.

15 Après ces temps difficiles que traversèrent les Ecoles Chrétiennes, Jean-Baptiste vit à nouveau la lumière. Après ces temps difficiles que traversèrent les Ecoles Chrétiennes, Jean-Baptiste vit à nouveau la lumière. Cétait en De La Salle loua une propriété, Saint-Yon, près de Rouen, avec des jardins, des prairies et une grande habitation. Il ouvrit à nouveau le noviciat pour former les jeunes Frères. Et il en fit sa résidence habituelle, où il réunit les Frères pour prier et partager leurs expériences pédagogiques. Il ouvrit à nouveau le noviciat pour former les jeunes Frères. Et il en fit sa résidence habituelle, où il réunit les Frères pour prier et partager leurs expériences pédagogiques.

16 Il est payant, mais largent quen tirent les Frères est employé à soutenir quatre écoles quils ont pour les pauvres. Les cours sont pratiques, ils enseignent les mathématiques, la géométrie, le dessin et larchitecture… et ils le font en français. Jai entendu dire quils ont aussi un centre où ils recueillent les enfants difficiles, même les délinquants, pour les éduquer et les relancer dans la vie. Avez-vous entendu dire combien linternat La Salle marche bien?

17 A Saint Yon Jean-Baptiste se consacra à organiser la communauté. Mais cela ne lempêchait pas de soccuper des pauvres qui lapprochaient. A Saint Yon Jean-Baptiste se consacra à organiser la communauté. Mais cela ne lempêchait pas de soccuper des pauvres qui lapprochaient. Un jour ce fut un prêtre qui avait honte de sa mauvaise conduite, quil avait beaucoup de mal à abandonner. Un jour ce fut un prêtre qui avait honte de sa mauvaise conduite, quil avait beaucoup de mal à abandonner. De La Salle invita le prêtre à prier avec lui, et après un long temps de prière et dentretien, le pécheur demanda pardon à Dieu et il retrouva la joie et lallégresse. De La Salle invita le prêtre à prier avec lui, et après un long temps de prière et dentretien, le pécheur demanda pardon à Dieu et il retrouva la joie et lallégresse.

18 Le jeune Jean-Charles Clément visita De La Salle et lui proposa de laider à ouvrir un nouveau Séminaire de Maîtres pour la campagne, avec largent dun héritage quil allait recevoir. Le jeune Jean-Charles Clément visita De La Salle et lui proposa de laider à ouvrir un nouveau Séminaire de Maîtres pour la campagne, avec largent dun héritage quil allait recevoir. Comme cette fondation était vraiment nécessaire, Jean- Baptiste avança le peu dargent dont il disposait. Comme cette fondation était vraiment nécessaire, Jean- Baptiste avança le peu dargent dont il disposait. Quand Clément reçut les biens considérables de lhéritage, son père, un avare qui voulait tout garder, accusa de La Salle devant les tribunaux davoir escroqué son fils. Quand Clément reçut les biens considérables de lhéritage, son père, un avare qui voulait tout garder, accusa de La Salle devant les tribunaux davoir escroqué son fils.

19 De La Salle souffrit énormément de ce procès. Il avait dépensé le peu dargent quil avait pour soutenir la communauté! Quel désastre! De La Salle souffrit énormément de ce procès. Il avait dépensé le peu dargent quil avait pour soutenir la communauté! Quel désastre! Mais de La Salle ne se découragea pas. A nouveau il se dirigea vers le sud de la France, où il y avait un bon nombre de Frères. Mais de La Salle ne se découragea pas. A nouveau il se dirigea vers le sud de la France, où il y avait un bon nombre de Frères. Il alla à Avignon, visita les Frères de Grenoble, puis ceux de Marseille, où il y avait une école dans le quartier du port. Il alla à Avignon, visita les Frères de Grenoble, puis ceux de Marseille, où il y avait une école dans le quartier du port.

20 Les choses commencèrent à se compliquer aussi à Marseille. Les promoteurs des Ecoles préférèrent en remettre la direction aux prêtres ; le Noviciat de Marseille navait pas de Frères et lun deux osa même lui dire : Les choses commencèrent à se compliquer aussi à Marseille. Les promoteurs des Ecoles préférèrent en remettre la direction aux prêtres ; le Noviciat de Marseille navait pas de Frères et lun deux osa même lui dire : Vous êtes venu à Marseille pour nous détruire. De La Salle ne fut pas bien reçu dans les autres communautés. Tant et si bien quil se mit à penser: De La Salle ne fut pas bien reçu dans les autres communautés. Tant et si bien quil se mit à penser: Cherchant la volonté de Dieu, de La Salle se dirigea vers le Grande Chartreuse où il passa trois jours en profonde prière. Cherchant la volonté de Dieu, de La Salle se dirigea vers le Grande Chartreuse où il passa trois jours en profonde prière. Serais-je une gêne pour loeuvre de Dieu? Je suis un désastre. Seigneur, fais en moi ta volonté. Si cest ce que tu désires, jabandonnerai loeuvre des Ecoles et je ne moccuperai que de mes obligations sacerdotales. Serais-je une gêne pour l oeuvre de Dieu? Je suis un désastre. Seigneur, fais en moi ta volonté. Si c est ce que tu désires, j abandonnerai l oeuvre des Ecoles et je ne m occuperai que de mes obligations sacerdotales.

21


Télécharger ppt "METTEZ LE SON METTEZ LE SON CLIQUEZ ICI POUR AVANCER Dessins de Dominique Bach. Texte adapté de Javier Botrán López. Réalisation Frère Agustín Enciso."

Présentations similaires


Annonces Google