La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 LES ARCHIVES OUVERTES DANS LES UNIVERSITES QUELS OBJECTIFS ET QUELS INTERETS ? Présenté par : HABIB CHEBBI, Conservateur - UNIVERSITE DE SFAX - Faculté

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 LES ARCHIVES OUVERTES DANS LES UNIVERSITES QUELS OBJECTIFS ET QUELS INTERETS ? Présenté par : HABIB CHEBBI, Conservateur - UNIVERSITE DE SFAX - Faculté"— Transcription de la présentation:

1 1 LES ARCHIVES OUVERTES DANS LES UNIVERSITES QUELS OBJECTIFS ET QUELS INTERETS ? Présenté par : HABIB CHEBBI, Conservateur - UNIVERSITE DE SFAX - Faculté de Médecine.

2 2 TEMPUS Signification de lAcronyme : Trans-European Mobility Programme for University Studies

3 3 Projet ISTeMag Optimisation de lAccès à lInformation Scientifique et Technique (IST) dans les Universités du Maghreb. (Ref : Tempus-1-BE-Tempus JPGR)

4 4 L E S P A R T E N A I R E S

5 5 PLAN 1/4 1. ISTeMAG : Principaux objectifs. 2. Définir et mettre en place une politique institutionnelle dA. O. 3. Archives Ouvertes : 3.1 Définition. 3.2 Typologie dA. O. : Lauto-archivage ; Les Archives thématiques ; Les Archives disciplinaires ; Les Archives institutionnelles. 3.3 Pourquoi les Archives institutionnelles ?

6 6 PLAN 2/4 4. Genèse de lidée des A. O. ou Accès Ouvert. 5. A. O. : Aperçu historique. 5.1 La déclaration de Budapest BOAI. 5.2 La déclaration de Bethesda pour lédition en libre accès. 5.3 La déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance en Sc. exactes, Sc. hum. et sociales. 5.4 Les Atouts de lAccès Ouvert : 6. Pourquoi « A. O.» dans les Universités ? 7. Documents concernés par lA. O. dans les Universités.

7 7 PLAN 3/4 8. A. O. : Les principaux acteurs et leurs fonctions. 8.1 LAdministrateur de lArchive ou Documentaliste. 8.2 LAuteur ou Déposant. 8.3 Le Chercheur ou Usager. 8.4 LEditeur. 9. Etapes du dépôt. 10. Protocole OAI-PMH : un outil de travail indispensable.

8 8 PLAN 4/4 11. Fonctionnement dun atelier dA. O. institué au sein dune université. 11.1Des préalables à linstitution dun atelier A. O Rôle du documentaliste dans le nouvel environnement A. O Atelier A. O. : un travail déquipe Proposition facilitant la mise en place dun système A. O. au sein de nos universités Pour une pérennité du projet A. O. 12. Les barrières restantes 13. Conclusion.

9 9 1. ISTeMAG : Principaux Objectifs : + Etablir un bilan détaillé des conditions dAccès à lIST pour les enseignants- chercheurs et les étudiants. + Créer des Portails documentaires des Bibliothèques Universitaires. + Créer des Consortiums documentaires afin dappuyer la négociation collective de lAccès aux principales sources dinformation. + DEFINIR ET METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DARCHIVES OUVERTES

10 10 2. DEFINIR ET METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DARCHIVES OUVERTES 4 ème principal objectif du projet ISTeMAG sur lequel va porter cette communication.

11 11 3. ARCHIVES OUVERTES ? 3.1 Définition : 2/1 Lambiguité du terme « Archive » est telle quil renvoie à la notion dArchives telle que définies par le petit Larousse illustré: « n. f. pl. Ensemble des documents relatifs à lhistoire dune ville, dune famille, etc…propres à une entreprise, à une administration, etc… Lieu où sont conservés de tels documents. Ensemble de fichiers qui ont été sauvegardés sur un support de stockage, sous forme compressé, ou non. Ensemble de données mises à la disposition du public pour être téléchargées via internet». Mais le terme, dans le contexte de la communication électronique scientifique, veut dire un réservoir dinformations ou entrepôt. Cest le synonyme dOAI (Open Archive Initiative) ; Archive en Libre Accès ; Archives Electroniques Ouvertes. Le terme renvoie aussi à Entrepôt OAI et Serveur OAI. Il faut donc resituer le terme dans le temps.

12 12 3. ARCHIVES OUVERTES ? 3.1 Définition : 2/2 En anglais, cest Open Archive. Cest donc un réservoir où sont déposées des données issues de recherche scientifique et de lenseignement et dont laccès se veut ouvert c.-à-d. sans barrières. Cette ouverture est rendue possible par lutilisation de protocoles communs qui facilitent laccessibilité aux contenus provenant de plusieurs entrepôts maintenus par différents fournisseurs de données. Le terme A. O. est fortement lié au respect du protocole OAI –PMH (Open Archive Initiatives Protocol for Métadata Harvesting) de la conférence de Santa-Fe, octobre Ce protocole fournit aux moissonneurs les métadonnées descriptives qui signalent et localisent le document.

13 TYPOLOGIE DARCHIVES OUVERTES : 1/ LAuto-Archivage : Processus consistant pour les auteurs à soumettre eux-mêmes leurs travaux aux sites web ou aux Archives Ouvertes de leurs choix. Il est effectué afin doptimiser la Visibilité, lAccessibilité, la Rapidité de Diffusion et lImpact des productions déposées Les Archives Thématiques : Il sagit de dépôts qui se focalisent sur un sujet ou un type de document singulier. Ces Archives Thématiques, organisées autour dune discipline, souvent au niveau international, contiennent principalement des pré-publications (preprints) qui peuvent être éventuellement commentées et évaluées.

14 TYPOLOGIE DARCHIVES OUVERTES : 2/ Les Archives Disciplinaires : Elles concernent les réalisations de communautés scientifiques généralement regroupées en domaines de recherche assez larges Les Archives Institutionnelles : Elles concernent les projets relevant dorganismes de recherche, de grands laboratoires, dassociations, dUNIVERSITES…

15 Pourquoi les Archives institutionnelles ? Leurs objectifs est de contenir lensemble de la production scientifique électronique de linstitution et dassurer la Validité, la Visibilité et la Pérennité de ses écrits produits. Le chercheur peut, à la fois, déposer ses travaux dans une A. O. institutionnelle et dans un autre type dA. O. La Base Documentaire dune institution peut être valorisée par ces Archives Institutionnelles en la rendant compatible avec le protocole OAI-PMH.

16 16 4. Genèse de lidée des Archives Ouvertes ou Accès Ouvert: 1/2 Lémergence des nouvelles technologies de linformation et de la communication dont surtout lInternet ; Laugmentation excessive des coûts des documents (abonnements aux revues scientifiques ou acquisition de documents) ; Le sentiment dinsatisfaction ressenti par les chercheurs, désirant accéder à lIST, face à lexplosion documentaire; Le sentiment de frustration ressenti par les documentalistes, se trouvant incapables de pouvoir répondre aux exigences des chercheurs.

17 17 4. Genèse de lidée des Archives Ouvertes ou Accès Ouvert: 2/2 En réaction à ces quatre phénomènes concomitants, a vu le jour: Un grand Mouvement international et plusieurs initiatives majeures en faveur des ARCHIVES OUVERTES permettant le LIBRE ACCES aux CONNAISSANCES et la SUPPRESSION de toutes les BARRIERES techniques et économiques rendant ces connaissances disponibles gratuitement et exploitables facilement et sans restriction. Nous sommes tous, surtout nous les Maghrébins, appelés à contribuer à développer le modèle de libre accès aux connaissances ou mobilité des connaissances dans la mesure ou la mobilité de nos chercheurs, surtout vers les pays européens, est devenue très difficile voire impossible dans certains cas.

18 18 5. ARCHIVES OUVERTES : Aperçu historique Lhistoire du grand mouvement international en faveur des A. O. est marquée par trois DECLARATIONS (Les Trois B ) dont lobjectif commun est le droit de lensemble de la communauté scientifique internationale à laccès gratuit et de façon pérenne aux contenus de la production scientifique :

19 La déclaration de BUDAPEST BOAI : Linitiative de Budapest pour laccès ouvert ou BOAI ( Budapest Open Access Initiative ) du 14 février 2002: Elle décrit les deux stratégies du libre accès à savoir lauto-archivage et les revues en libre accès.

20 La déclaration de BETHESDA pour lédition en libre accès : Cette déclaration, datée du 11 avril 2003, précise ce quest une publication en libre accès.

21 La déclaration de BERLIN sur le libre accès à la connaissance en sciences exactes, sciences de la vie, sciences humaines et sociales : Datée du 22 octobre 2003, cette déclaration étend la notion de publication en libre accès à lensemble des résultats de la recherche et au patrimoine culturel tout en reprenant la définition du libre accès de la déclaration de Bethesda

22 ATOUTS DE LACCES OUVERT : « LAccès Ouvert est compatible avec le respect du copyright, lévaluation par les pairs, la possibilité de revenus (et même de profits), limpression, la conservation, le prestige, la qualité, lavancement de carrière et lindexation, tout comme les autres caractéristiques et services de la littérature académique conventionnelle. » Peter Suber – Open Access Overview, Sep

23 23 6. POURQUOI « ARCHIVES OUVERTES » DANS LES UNIVERSITES ? 1/3 Les Universités tiennent une place particulière dans la société de part le nombre de chercheurs qui la fréquentent, le volume darchives quelles hébergent, le nombre de documents scientifiques quelles stockent et les services quelles proposent. La littérature scientifique produite dans les Universités est souvent financée sur les fonds publics. Que la société tout entière puisse donc profiter de cette littérature scientifique.

24 24 6. POURQUOI « ARCHIVES OUVERTES » DANS LES UNIVERSITES ? 2/3 + Rendre possible aux chercheurs laccès libre, rapide et gratuit aux résultats de la recherche scientifique ; + Promouvoir le partage des connaissances grâce à cette mise à disposition en ligne gratuite et sans restriction ; + Elargir laccès aux ressources électroniques ; + Accroître la visibilité des publications scientifiques des structures de recherche relevant de lUniversité aux niveaux local, national et international et donc accroître la valorisation de la recherche scientifique ; + Donner aux chercheurs et à leurs travaux de recherche une nouvelle visibilité, un nouveau et large public et un nouvel impact ;

25 25 6. POURQUOI «ARCHIVES OUVERTES» DANS LES UNIVERSITES ? 3/3 + Garantir la pérennité de la conservation ; + Permettre la possibilité de recherche y compris en texte intégral ; + Se protéger contre le plagiat ( les travaux mal diffusés sont faciles à voler) ; + Faire face à la mainmise des éditeurs commerciaux sur les publications scientifiques ; + Faire face à loligopole des agrégateurs de contenus qui ont écarté les sociétés dédition savantes ; + Trouver une solution compensatoire à laugmentation excessive des coûts dacquisition de documents et dabonnement aux revues ;

26 26 7. Documents concernés par le dépôt dans les A. O. dans les Universités : 1/2 -Articles scientifiques : pre-print, post-print, e-print ; -Documents numérisés : documents existants sous forme papier, difficilement consultables, sélectionnés pour être numérisés afin de les déposer. Une notice bibliographique descriptive OAI contenant les métadonnées (une indexation avec les quinze descripteurs Duplin Core relatifs à la description physique et intellectuelle du document) est associée au document numérisé ; -Thèses et Habilitations (HDR) : Il sagit dun apport important pour les A. O. parce quelles présentent, comme les articles, des résultats récents ; -Mémoires validés par le jury ; Cours ; Actes de colloques et Séminaires ; Rapports de recherche ;

27 27 7. Documents concernés par le dépôt dans les A. O. dans les Universités : 2/2 -Documents sous forme de vidéo ou audio ; -Notices bibliographiques : proposées souvent comme métadonnées en attendant laccord des ayants-droit. Le principe du protocole OAI-PMH est dassocier une notice bibliographique au document archivé permettant ainsi la production dune thématique autour dune Université, dun Laboratoire ou tout autre genre dinstitution. * Sont exclus du dépôt dans les A. O. les résultats destinés à être brevetés.

28 28 8. A. O. : Les principaux Acteurs et leurs Fonctions : Quatre principaux acteurs unis par des liens contractuels :

29 LAdministrateur de lArchive ou Documentaliste : + Il contrôle le dépôt placé sous sa responsabilité; + Il peut aussi déposer, en tant que personne autorisée, en plus de lauteur ou de lun des auteurs ; + Il facilite lattribution du compte utilisateur et du mot de passe au déposant lui permettant de sauthentifier ;

30 LAuteur ou déposant : + Il sidentifie auprès de lArchive ; + Il dépose ses publications, après accord éventuel de ses co-auteurs ; + Il autorise les usagers à réutiliser ses publications, mais aux seules fins de recherche et denseignement ; + Il récolte une grande visibilité de ses publications ce qui augmente leurs citations et donc leur impact.

31 Le Chercheur ou Usager : + Il exploite le contenu des documents déposés après lecture en ligne, téléchargement et impression de tout ce dont il a besoin ; + Il est appelé à mentionner toujours les références bibliographiques ; + Il peut accéder gratuitement et facilement à des publications scientifiques validées ; + Grâce à des interfaces de gestion dArchives institutionnelles, il peut éditer facilement sa propre liste de publications ou celle de la structure de recherche à laquelle il appartient.

32 LEditeur : + Il est lié à lauteur par un contrat dédition ; + Il permet à lauteur de déposer son document si le contrat prévoit explicitement lexploitation dudit document sur support numérique ; + Si le contrat ne prévoit pas lexploitation numérique, lauteur continue à être le seul détenteur des droits sur son produit. La plupart des éditeurs considèrent le dépôt dans une A. O. comme un acte de diffusion à part et permettent lauto-archivage.

33 33 9. ETAPES du DEPÔT : Tout dépôt nest possible quaprès la validation des étapes suivantes : - Saisie des Métadonnées : relatives au contenu du document à déposer ; relatives à la publication du document ; relatives à létablissement où le document est produit. - Saisie des auteurs et de leurs structures de recherche. - Transfert des fichiers sil sagit dun texte intégral à déposer.

34 PROTOCOLE OAI-PMH : Un outil de travail indispensable Le protocole OAI-PMH ( O pen Archives I nitiatives P rotocol for M etadata H arvesting) permet la création, lalimentation et la tenue à jour, par des procédures automatisées, des réservoirs denregistrements, signalant, décrivant et rendant accessibles des documents de différents types. Cest le plus pris en compte par les moteurs de recherche spécialisés dans le moissonnage des serveurs dArchives Ouvertes. Ainsi, les Universités ont la possibilité doffrir une visibilité accrue à leurs produits documentaires, notamment à leurs publications électroniques ou à leurs fonds spécialisés.

35 Fonctionnement dune Cellule A. O. instituée au sein dune Université : 1/ Des préalables à linstitution dun atelier A. O. Après acquisition du matériel nécessaire, il faut : -Instituer, au sein de chaque Université partenaire une cellule dite Cellule A. O. (Archives Ouvertes) ; -Doter cette Cellule dune équipe de travail (informaticien, technicien, documentaliste, secrétaire…) et de moyens financiers propres ;

36 Fonctionnement dune Cellule A. O. instituée au sein dune Université : 2/2 - Charger, au sein de chaque institution universitaire, relevant de chaque université partenaire, le bibliothécaire de la coordination entre son institution et la Cellule A. O. (choix de documents à numériser : thèses-mémoires-articles-actes de colloques-et tout autre document jugé utile par le doyen ou directeur de létablissement sur différents types de supports éventuellement non numérisés-, envoi de documents existant déjà sur des supports numériques)…

37 Rôle du Documentaliste dans le nouvel environnement A. O. : 1/2 En tant que responsable de lAtelier A. O., le documentaliste est appelé à : -Mettre toutes ses compétences professionnelles au service de ces nouvelles pratiques ; -Apporter à ces pratiques une Valeur Ajoutée ; -Intervenir pour enrichir les métadonnées associées aux documents à déposer ; -Veiller à ce que les métadonnées reprennent au minimum les 15 éléments de base du Dublin Core portant sur la description du contenu, de la propriété intellectuelle et de linstanciation à savoir : le titre – le sujet – la description – la couverture – la source – la relation – le type – le format – la date – la langue – lidentifiant – lauteur – le contributeur – léditeur – les droits. ;

38 Rôle du Documentaliste dans le nouvel environnement A. O. : 2/2 -Sassurer que les normes applicables à linformation bibliographique sont respectées; -Savoir se comporter avec le côté juridique. -Contrôler les dépôts effectués afin de les mettre en ligne et de les valider techniquement.

39 Atelier A. O. : un travail déquipe Tous les membres de latelier A. O. doivent se donner pour objectif prioritaire de proposer des outils personnalisés aux chercheurs permettant une meilleure visibilité de leurs publications et un accès élargi et enrichi à linformation que nécessitent leurs recherches.

40 Propositions facilitant la mise en place dun système « A. O. » au sein de nos Universités : 1/3 Prendre certaines mesures ( en terme de ressources humaines, despace et de moyens financiers et dévaluation) qui pourraient faciliter la mise en place dun système A. O. au sein de lUniversité, assurer son bon fonctionnement et garantir la continuité de ce fonctionnement ) : Partant de la nécessité dexploiter lexistant et étant donné que le matériel qui sera livré à luniversité nest pas encombrant, il serait commode dinstituer la cellule A O. dans lun des bureaux de la sous-direction des affaires juridiques, de publication et des archives au sein de chaque Université ou dans la bibliothèque dune grande institution relevant de lUniversité. A lUniversité de Sfax, cest la Faculté de Médecine qui va héberger la Cellule A. O. Charger le bibliothécaire qui exerce dans ladite sous-direction ou BU de la coordination à la cellule A. O. : suivi de lalimentation, du contrôle et de la validation du contenu de la matière à déposer sur la base A. O.

41 Propositions facilitant la mise en place dun système « A. O. » au sein de nos Universités : 2/3 Affecter un informaticien et un technicien, parmi les anciens contractuels au sein des structures de recherche, qui exercent actuellement dans plusieurs institutions, après leur intégration. Etudier la possibilité de cotisation annuelle des institutions universitaires relevant de luniversité de Sfax pour pouvoir doter régulièrement la cellule A. O. de moyens financiers propres. Etudier la possibilité dévaluer le travail de cette cellule par le Conseil de lUniversité, (lorsque M. le Président de lUniversité le juge important) : relever lapport financier des Archives Ouvertes par rapport aux ressources électroniques ; évaluer les impacts internes et externes potentiels pour lUniversité.

42 Propositions facilitant la mise en place dun système « A. O. » au sein de nos Universités : 3/3 Convaincre les doyens et directeurs dinstitutions universitaires que les A. O. contribuent de façon décisive aux progrès de la recherche scientifique et à linnovation (au cours de la réunion du conseil de luniversité). Prendre toutes les mesures nécessaires au niveau de lUniversité pour que le dépôt soit régulier et que les adresses facilitant laccès des documents mis en ligne soient stables. Encourager les institutions universitaires à contribuer à développer le modèle du libre accès à la connaissance tout en veillant à ne pas violer la législation sur le droit dauteur.

43 Pour une PERENNITE du projet A. O. : Pour assurer un bon démarrage de la cellule A.O. et garantir la continuité de son fonctionnement, il faut pouvoir répondre à ces questions : -Comment se comporter avec le côté juridique ? -Comment collecter la matière à déposer ? -Quelles mesures à prendre par nos Universités pour que le dépôt de leurs travaux sur les A. O. soit régulier et que ces travaux soient facilement consultables par la communauté scientifique internationale ?

44 LES BARRIERES RESTANTES : Malgré tous les efforts déployés, certaines barrières subsistent encore à laccès aux contenus des résultats des recherches scientifiques : -Barrières liées à la censure ; -Barrières liées à la langue : la traduction automatique est encore approximative, lIST en ligne est disponible surtout en langue anglaise ; -Barrières liées à laccès des handicapés ; -Barrières liées à la connectivité : la fracture numérique fait que des millions de chercheurs nont pas encore accès à l internet.

45 Conclusion : ARCHIVES OUVERTES DANS LES UNIVERSITES : UNE REPONSE AUX EXIGENCES DE LA COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE INTERNATIONALE ET DES PROFESSIONNELS DE LA DOCUMENTATION

46 46 MERCI POUR VOTRE ATTENTION *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* شـكرا على انتبـاهكم


Télécharger ppt "1 LES ARCHIVES OUVERTES DANS LES UNIVERSITES QUELS OBJECTIFS ET QUELS INTERETS ? Présenté par : HABIB CHEBBI, Conservateur - UNIVERSITE DE SFAX - Faculté"

Présentations similaires


Annonces Google