La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Programme de candidature Apimondia Zone AFRIQUE Ukraine 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Programme de candidature Apimondia Zone AFRIQUE Ukraine 2013."— Transcription de la présentation:

1

2 Programme de candidature Apimondia Zone AFRIQUE Ukraine 2013

3 SOMMAIRE INTRODUCTION PARTIE I : PRESENTATION GENERALE DE LAPICULTURE EN AFRIQUE I - INTRODUCTION II - CONTEXTE III - LAPICULTURE EN AFRIQUE 1- LAfrique du Nord 2- LAfrique de lest 3- LAfrique de lOuest 4- LAfrique du Sud 5- LAfrique Centrale IV - LES ORGANISATIONS APICOLES AFRICAINES V - PRODUCTION ET CONSOMMATION DE MIEL EN AFRIQUE PARTIE II : PROJET GENERAL DU DEVELOPPEMENT APICOLE EN AFRIQUE I - REORGANISATION DE LAPICULTURE EN AFRIQUE 1- Dans les pays africains 2- Une plate-forme africaine

4 II - LE ROLE DE LA DEMOGRAPHIE DANS LAPICULTURE AFRICAINE 1- La démographie, un atout 2- Lapiculture en milieu scolaire 3- Lapiculture et léconomie africaine PARTIE III : LES STRATEGIES DE MISE EN ŒUVRE POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE I - LINFORMATION ET LA FOR MATION 1- La sensibilisation 2- Environnement et ressources mellifères II - LIMPLICATION ET LA VOLONTE POLITIQUE DE LETAT 1- Installation 2- Structuration de la filière a- Linstitut technique b- Financement de deux outils de la filière apicole : linterprofession et linstitut technique c- Relation entre les filières apicoles et lagriculture 3- Santé de lABEILLE a- Intoxication ; pathologies et prédateurs b- Gestion et suivi de la santé des abeilles c- Cheptel apiaire et élevage CONCLUSION GENERALE

5 Monsieur le Président de APIMONDIA Monsieur Gilles RATIA Mesdames et Messieurs les membres de APIMONDIA, Mesdames et Messieurs à vos rangs et grades distingués. Je suis OULOTO Tiédé Manuel Président de lAssociation des Apiculteurs de Côte dIvoire (AACI). En effet, nous sollicitons le poste de Président dAPIMONDIA ZONE AFRIQUE. -Quelles sont donc les raisons qui nous ont motivées à opérer un tel choix ? - En dautres termes pourquoi sommes-nous candidat à ce poste ? Depuis que nous avons accédé à la tête de lAssociation des Apiculteurs de Côte dIvoire nous avons mis en place une politique qui nous a permis davoir une vision claire du monde apicole dans notre pays. Dès 2010 nos démarches entreprises nous ont permis de redynamiser le secteur apicole et le rendre plus responsable. Cest dans cette optique que nous avons suscité la venue en Mai de la même année de Monsieur Gilles RATIA pour bénéficier de son expérience mais surtout son expertise en vue de perfectionner encore plus notre apiculture.

6 Ces dispositions nous permettront davoir des données fiables dans les prochaines années vu notre dévouement pour ce secteur. Ce qui a abouti à la mise sur pieds de plusieurs MIELLERIES et le développement de circuits de distribution. Aussi, nous souhaitons obtenir ce poste parce que nous envisageons étendre cette vision à tous les pays africains pour faire part de notre volonté de fédérer toutes les associations et fédérations apicoles. Lune des raisons qui nous pousse aussi à être candidat à ce poste est notre volonté de réduire le taux de chômage qui ne cesse de grimper dans notre pays mais aussi dans notre continent. Nous envisageons en effet donner du travail à la jeunesse en lincitant à sadonner à lactivité apicole. Ce qui lui permettra de soccuper mais surtout lui donnera de quoi se prendre en charge. Cette activité sera donc le moyen de créer des emplois dans notre pays et aussi dans lAfrique toute entière. De plus, nous souhaitons étendre notre expérience par lorganisation : Des Journées Nationales de lApiculture en Côte dIvoire (JNACI) qui se déroulent chaque année dans notre pays à toute lAfrique. Il sagit dune plate-forme qui regroupe tous les apiculteurs ivoiriens, qui se réunissent pour échanger sur lactivité et proposer des orientations nouvelles pour lamélioration du secteur.

7 Etendre cette initiative au plan africain nous permettra de -réorganiser le secteur apicole, -créer la cohésion entre les différentes organisations et associations apicoles mais surtout de les fédérer. Nous sommes aussi candidat à ce poste de Président de APIMONDIA parce que nous sommes aussi conscients de nos potentialités. En effet, la Côte dIvoire dispose dun espace propice à lélevage des abeilles vu la variété des climats dont elle dispose. Cest cet atout qui lui permet daccroître lélevage de la race APIS MELLIFERA ADANSONII qui ne nécessite pas de traitement majeur mais qui procure une excellente qualité de miel. Aussi, dans notre souci daméliorer la production du miel africain et de faciliter son intégration sur le marché européen, nous envisageons mettre sur pied une politique de création de plus de 5O.OOO ruches dans notre pays ; ce qui nous donnera environ une production de 1800 tonnes de miel dici cinq années(05). Cela permettra à lAfrique doccuper une excellente place parmi les producteurs mais surtout de donner des emplois à sa jeunesse qui na plus de repère. De plus, nous sommes candidat à ce poste de PRESIDENT DAPIMONDIA ZONE AFRIQUE parce que nous estimons que le Président sortant monsieur Mulufird Ashagrie a failli à sa mission durant les deux dernières années. En effet, dans le souci des représentants dApimondia de rendre lAfrique autonome et compétitive sur le plan international, ceux-ci lui ont assigné des objectifs spécifiques. Ainsi donc, Apimondia zone Afrique devait mettre en place une commission qui rapprocherait tous les adhérents cest-à-dire tous les pays apicoles africains. Il avait la lourde responsabilité de fédérer tous les apiculteurs africains. Nous estimons que cela na malheureusement pas été fait.

8 Vu donc lorganisation que nous avons entamé dans notre pays la Côte dIvoire à savoir : Recenser, organiser les apiculteurs, introduire des techniques modernes et nouvelles pour la promotion et le développement de lapiculture, nous serons capable non seulement de savoir le nombre exact de tous les pays apicoles africains mais surtout de les organiser et les inciter à intégrer Apimondia en vue dune amélioration de lapiculture dans leurs pays respectifs. Nous envisageons même organiser tous les cinq ans des plates-formes déchanges et de rencontre dans toute lAfrique afin de motiver les africains à lactivité apicole chose que lancien Président na pas pu mettre en place. Nous pouvons sommes toutes retenir au terme de cette présentation succincte que les motivations de notre candidature au poste de Président dApimondia zone Afrique sont multiples et les lignes qui suivent, montreront clairement notre vision. Ainsi donc, nous ferons une présentation générale de lapiculture en Afrique, ensuite nous donnerons clairement notre projet général de développement de lapiculture en Afrique avant de terminer par les stratégies de mise en œuvre pour le développement de la filière apicole à laquelle nous tenons.

9 PARTIE I PRESENTATION GENERALE DE LAPICULTURE EN AFRIQUE

10 I-INTRODUCTION Lapiculture est née depuis plus de trois (3) milles ans. En effet il a été découvert des scènes apicoles sur des gravures rupestres de lEgypte antique datant de 2400 ans avant Jésus Christ. Les pharaons ont été les premiers à élever des abeilles de race égyptienne dans des ruches en terre glaise, empilées les unes sur les autres. On pratiquait également à l'époque l'apiculture transhumante. Le miel était la nourriture délicieuse réservée aux rois et aux nobles. Les papyrus de l'époque pharaonique font état de l'emploi du miel en médecine. Le Coran en fait également mention. Mais lapiculture na connu un début de modernisation quau dix-neuvième (19e) siècle avec la passion de certains scientifiques comme L. Langstroth pour la vie des abeilles. Aussi depuis ce début de modernisation jusquà nos jours, lapiculture africaine a dû connaitre une certaine évolution. Et aujourdhui force est de nous poser la question de savoir létat actuel des choses quand on connait ce glorieux passé. II-CONTEXTE GENERAL En Afrique, les températures sont élevées dans certaines régions du nord du continent, tandis que les hautes montagnes de l'est africain y rendent le climat plus agréable. La population de l'Afrique ne représente que 10% environ de la population mondiale totale. Les pays les plus peuplés sont le Nigeria, l'Éthiopie, l'Égypte et ceux de la zone des lacs de l'est africain. Sur la superficie totale de l'Afrique 20% sont occupés par les forêts, 40% par la savane et 40% par le désert. Les principales plantes cultivées sont le palmier à huile, les arachides, le cacaoyer, le cotonnier et l'hévéa. Dans les régions méditerranéennes où le climat est doux on produit des agrumes (oranges, pamplemousses) et autres fruits et légumes. Les pays est-africains exportent de très importantes quantités de cire d'abeilles. L'Éthiopie et la Tanzanie fournissent environ 2,5% et, respectivement, 1,15% de la production mondiale de miel. En Égypte, au Kenya et en Tanzanie on lutilise pour abriter les abeilles des ruches qui ne sont que peu connues dans les autres pays du continent africain. En Afrique, lapiculture dite moderne sest signalée à des moments différents selon les régions et pays.

11 III-LAPICULTURE AFRICAINE 1.LAfrique du Nord En Afrique du Nord, les travaux de recherche moderne ont eu lieu en Algérie en 1903 avec doumas. L'apiculture est pratiquée surtout dans le Nord où la flore mellifère fournit une miellée pendant presque toute l'année. La principale miellée s'étend de février à mai ou de juin à juillet selon les pays. Dans les zones désertiques où les températures sont très hautes et les vents violents, on a trouvé des ruches traditionnelles en pierre et en terre glaise. Les ruches modernes utilisées dans ces régions, sont principalement du type Langstroth auquel certaines modifications apportées sont liées au climat très chaud. On obtient de bonnes récoltes de miel des colonies logées dans ces ruches. Les abeilles mellifères sont employées pour la pollinisation des cultures plantées sur des terres améliorées récemment. Les principales espèces mellifères sont les agrumes, le tournesol et les nombreuses plantes sauvages. Les colonies reçoivent des suppléments de pollen et du sirop en vue de favoriser leur développement et l'obtention de populations fortes pour la pollinisation. Les organisations coopératives sont très actives en apiculture. Les activités de recherche sont conduites par des instituts spécialisés dans le domaine. Il faut ajouter aussi que les ruchers Nord Africains sont plus victimes des maladies du couvain (loques américaines et européennes couvains ensachés) et les maladies des adultes (Amoeba, Nosema) que par lattaque de leurs prédateurs naturels. Pour ce qui est de ces derniers, il faut dire quils sont divers selon le pays ou les territoires ou lon se situe. Lon rencontre les oiseaux, les guêpes et les fourmis.

12 - LAfrique de lEST Il faut dire quen plus dêtre propice à l'apiculture en proportion de 80% y compris certaines zones arides, cette région doit une part considérable des revenus de son économie à cette branche de lagriculture. Par le passé les abeilles européennes ont été importées afin de dynamiser la production. Cependant, même conduites convenablement, elles sont moins utiles que les abeilles mellifères africaines. Les abeilles importées doivent faire face à la concurrence pour les ressources nourricières avec des abeilles africaines, mieux adaptées à l'environnement tropical et dont elles doivent aussi se défendre. La cire est un produit de la ruche important dans le cas de l'apiculture traditionnelle. La Tanzanie est l'un des principaux exportateurs de cire dans le monde. En 1973, elle a enregistré 275 tonnes de cire exportées. Douze races d'abeilles africaines ont été décrites. A.m. scutellata est supérieure aux races européennes. La production annuelle moyenne d'une colonie d'A. m. scutellata en ruche traditionnelle est de 15 kg de miel et 1 kg de cire. La production de miel est fournie principalement par les petits apiculteurs qui utilisent des ruches traditionnelles pour les abeilles mellifères africaines. Plus de 95% de l'apiculture est concentrée dans la zone boisée. Le miel et la cire sont employés en médecine traditionnelle pour préparer des remèdes destinés à traiter différentes maladies. Le secteur apicole est très bien organisée (organisations interprofessionnelles, organismes techniques...) dans cette région, ce qui lui donne un avantage certain quant à la réalisation des programmes de développement. Nous notons aussi que la plupart des races africaines d'abeilles abandonnent leurs nids. L'abandon a plusieurs causes: l'essaimage reproductif, la migration et la désertion. Ces abeilles se défendent très bien contre les intrus. Par la sélection, on pourrait obtenir des abeilles plus douces. Toutefois, l'apiculture en Afrique de lEst a de bonnes perspectives de développement dans l'avenir.

13 AFRIQUE DE LOUEST Cette région est couverte en majorité par la forêt tropicale. La végétation de savane riche en plantes mellifères occupe une bande étroite sur la côte sud et dans les régions du nord. L'apiculture traditionnelle est basée sur l'emploi des matériaux locaux et présente des différences en fonction de la zone écologique (forêt ou savane) et des coutumes particulières aux divers groupes ethniques (par exemple, l'emploi des pots en terre pour loger les abeilles chez les populations du cours moyen de la Volta). Dans la majorité de tous les pays d'Afrique Occidentale, les interactions homme - abeille mellifère sont caractéristiques des régions tropicales où vivent de nombreuses espèces d'abeilles. Les chasseurs de miel exploitent les nids des essaims sauvages d'A.m. adan-sonii et d'abeilles sans aiguillon. La saison apicole va de septembre à avril, avec un pic de production pas très important en novembre - décembre. Le miel produit est destiné au marché intérieur. Les chasseurs de miel utilisent des méthodes qui impliquent la destruction totale ou partielle de la colonie avant l'enlèvement des rayons du nid, la séparation des rayons de miel de ceux de couvain et l'extraction du miel. Pour cette dernière opération les rayons sont mis à égoutter ou pressés ou encore chauffés, voire brûlés. La qualité du miel dépend de la période de l'année et de son origine géobotanique. La production de miel est importante quelle que soit sa destination: marché intérieur ou international. On a effectué l'analyse des miels provenant des différentes régions, en vue de leur emploi en alimentation et dans l'industrie alimentaire. Suite à cela, la méthode de la cueillette du miel à la lumière du jour a été adoptée. Malgré la production importante, le secteur apicole est négligée au profit de lagriculture (café, cacao, hévéas...).

14 4.LAfrique du Sud Dans cette région de lAfrique, Apis mellifera scutellata ressemble beaucoup à litalienne. Bien adaptée à ce climat sec, aux prédateurs de toutes sortes, cette abeille se comporte naturellement très agressive (ou défensive selon le point de vue). Pour lapiculteur une bonne protection est donc indispensable. Le plus grand prédateur des abeilles locales est le philante apivore. Toute une gamme dastuces est testée pour réduire les grandes pertes de butineuses que provoque ce genre de guêpes. Par centaines ils attendent de bon matin sur le toit des ruches la sortie des butineuses, interrompant ainsi leur envol pour la journée. Des grillages au trou de vol évitent que lézards, serpents, sphinx tête de mort et autres ennemis envahissent les ruches. Lorsquil y a une importante miellée, cette abeille a « le don de transformer » la majeure partie de la population de la ruche en abeilles butineuses. Le couvain entre temps se réduit en conséquence. Les hausses sont très vite pleines, y compris les cadres à couvain. La Scutellata est, lorsquil y a miellée, une bonne et rapide butineuse. Les arbustes et arbres de la région sont bons producteurs de pollen et de nectar car leurs racines sont capables de trouver leau à de grandes profondeurs. Après les miellées commencent lessaimage ; à ce moment, il y a très peu de couvain des ruches. De petits essaims lun après lautre quittent la ruche. On nessaye pas de léviter, ça ne servirait à rien. Lessaimage terminé les ruches sont presque vides, la nature est ainsi faite : plusieurs petits essaims ont plus de chance de survie dans un environnement hostile, quun seul gros. Les pertes dabeilles sont compensées par la capture dessaims ou de colonies sortis darbres creux, grottes, ou de « vieilles collines » de termites. Lélevage de reines est quasi absent comme dans toutes les autres régions dAfrique. Cette race dabeille est très rustique et ne connaît guère de maladie. La fausse teigne toutefois est bien présente.

15 Les miels de cette zone peuvent être clairs ou très foncés avec des arômes très intenses. Le miel est surtout consommé à la ferme, conservé aussi pour les années de disette, car on ne récolte pas tous les ans. Les magasins proposent du miel importé dAfrique du sud. Ces apiculteurs possèdent en moyenne une quinzaine de ruches. Leurs connaissances en apiculture sont plutôt élevées. Ils connaissent très bien les plantes mellifères et leur époque de floraison. 5.LAfrique Centrale La présente étude examine la rentabilité financière de lapiculture au Cameroun. Son objectif global est de comparer la rentabilité des deux types dapiculture pratiqués au Nord et à lOuest du Cameroun. Lhypothèse globale est quil existerait une différence significative en rendement de miel et en bénéfice net entre les exploitations apicoles traditionnelles et celles améliorées. Un sondage à deux degrés de stratifications a été utilisé pour obtenir un échantillon de 100 exploitations apicoles. Les données primaires portaient sur les éléments de coût et de revenu. Les principaux résultats suivants ont été obtenus: les exploitations apicoles traditionnelles (avec les ruches traditionnelles) et celles semi modernes ou améliorées (avec les ruches kenyanes «KTBH») produisent respectivement 77,46 et 112,68 litres de miel par an en moyenne, pour des revenus totaux respectifs de ,39 et FCFA. La valeur annuelle moyenne respective de leur ratio de bénéfice net sur coût total est de 1,168 et 1,193. Malgré quelques difficultés, lapiculture au Nord et à lOuest du Cameroun est rentable.

16 IV- LES ORGANISATIONS APICOLES AFRICAINES Lapiculture est une activité généralement méconnue par lensemble de la population africaine. De nos jours, seulement onze (11) pays ont des organisations membre dAPIMONDIA. Ce sont : le GHANA, la COTE dIVOIRE, la TANZANIE, le MAROC, lAFRIQUE du SUD, la LYBIE, lOUGANDA, lETHIOPIE, lANGOLA, le KENYA, le BURKINA FASO. Soit 21% ce qui est relativement très faible pour le continent africain. Nous constatons que les Pays du nord de lAfrique, berceau de lapiculture, ne comptent pas assez dorganisations membres dAPIMONDIA. Les organisations apicoles connaissent de réels problèmes tant au niveau organisationnel, fonctionnel et institutionnel. Au plan organisationnel, les organisations apicoles narrivent pas dans leur ensemble à sorganiser en coopérative ou à fédérer. Il sera important pour lensemble des pays africains de sorganiser au sein de fédérations africaines afin dêtre plus compétitifs sur le marché international. Au plan fonctionnel, les méthodes traditionnelles sont toujours mises en pratiques par la plupart des organisations (lutilisation du feu dans les récoltes qui entraine la destruction des colonies dabeilles…). Ces organisations ont une méconnaissance des pratiques modernes dextraction du miel car il ny a pas une véritable politique de développement de lapiculture en Afrique, très faible taux de centre de formation sur lutilisation des techniques apicoles. Au plan institutionnel, les politiques africaines naccordent véritablement pas dimportance à lactivité apicole. Nos associations ne sont pas soutenues par les dirigeants africains. Ils concentrent plus leurs investissements sur les infrastructures, lagriculture, lélevage, lénergie…Il est important de signaler que les abeilles sont à 80% à la base de la pollinisation des plantes, cest-à-dire lessence de la survie de lhumanité en dépend pourtant elle est négligée par les politiques.

17 V- PRODCUTION ET CONSOMMATION DE MIEL La production de miel et des produits dérivés sur le continent africain est totalement méconnue. Les bases de données sur la production du miel existantes sont erronées. Selon les données plus récentes reçues, lAfrique du Sud produit en moyenne 2000 tonnes de miel par an avec une consommation estimée à 3000 tonnes soit une importation de 1000 tonnes. La Zambie produit près de tonnes de miel par an et en exporte près de 1000 tonnes. Le Kenya est un grand producteur de miel et ces techniques sont utilisées dans toute lAfrique à travers sa célèbre « ruche kenyane ». La ruche kényane qui sest répandu dans lensemble des pays sub-sahariens, où elle a toujours du succès, na pas apporté au Kenya les résultats escomptés en production de miel.Le Cameroun fait aujourdhui parti des pays grand producteur de miel en Afrique. On constate que le Cameroun perd 108 millions de tonnes de miel par an dans l'exportation frauduleuse vers le Nigeria, a déclaré le délégué régional du ministère de lElevage, des Pêches et des Industries animales (MINEPIA) pour lAdamaoua, David Iyawa. Ce qui montre que le Nigéria est un grand consommateur de miel. Le Cameroun produit le meilleur miel de la région de l'Adamaoua, mais ce précieux liquide, reconnu pour ses valeurs nutritives et ses qualités thérapeutiques, est écoulé en grande partie au Nigeria dans des circuits informels. Le Burkina Faso a réussi à développer lactivité apicole et en produit une bonne quantité de miel. En Côte dIvoire, la quantité produite de miel et de ces produits dérivés sont méconnues. Raison pour laquelle lAssociation des Apiculteurs a initié LABEILLE INITIATIQUE afin davoir une base de données fiable. La demande de miel sur le continent africain est inferieur à loffre, ce qui traduit les importations de miel de la Chine et de lAustralie. Il est aussi important de noter que lutilisation de certains pesticides dans lagriculture détruit les colonies dabeilles.

18 CONCLUSION En Afrique, il est nécessaire d'élaborer pour l'apiculture des technologies permettant aux petits propriétaires d'obtenir des revenus plus importants de leurs ruches. Ces technologies doivent conserver et utiliser au mieux les ressources naturelles qui risquent de s'épuiser rapidement. Le vandalisme est responsable de la destruction des lignées d'abeilles les plus faciles à manipuler et laisse survivre les variantes plus agressives. Dans le temps, la production de miel constituait l'un des volets les plus importants de l'économie des pays d'Afrique. Le miel est un élément vital dans les cultures africaines et il a servi très souvent de denrée marchande. L'Afrique possède une flore mellifère extrêmement riche, néanmoins les abeilles mellifères africaines ne produisent que des quantités relativement faibles de miel.

19 PARTIE II PROJET GENERAL DE DEVELOPPEMENT DE LAPICULTURE EN AFRIQUE

20 Lapiculture en Afrique est méconnue tant par les populations mais surtout par ses autorités qui ne font aucun effort pour moderniser ce secteur. Ainsi donc, dans notre souci de redynamiser le secteur apicole africain, nous envisageons sa réorganisation pour quelle rayonne et illumine lAfrique et le monde entier. REORGANISATION DE LAPICULTURE EN AFRIQUE LAfrique est un continent qui est resté en marge de lévolution de lapiculture dans le monde et pour pallier à cet état de fait, nous souhaitons poser dabord ses bases dans chaque pays africains afin de mener à bien notre vision. 1- Dans les pays africains La vision que nous avons pour le monde apicole est vraiment grande parce que nous y avons réfléchi pendant plusieurs années. En effet, pour que les pays africains prennent un véritable essor dans le domaine apicole il serait intéressant que ceux-ci pratiquent cette activité comme la pêche, la pisciculture, lélevage, cest –à-dire que lapiculture soit reconnue comme étant une véritable filière délevage. Lapiculture tout comme toute activité a besoin dune bonne organisation afin de conduire les populations à sy intéresser. Il serait alors primordial de commencer à faire un recensement général dans tous les pays africains. Cette action visera à avoir une idée claire de la majeure partie de la population qui pratique lactivité apicole afin de mieux lorganiser et inciter aussi les autres à sy mettre. Si elle est bien organisée, elle peut être considérée aujourdhui comme le socle du développement dun état.

21 Il faut ensuite mettre laccent sur les différentes techniques apicoles. En effet, le constat fait à travers nos recherches montre que dans le domaine apicole, les techniques utilisées en Afrique sont encore rudimentaires pour la plupart des pays Africains. La population est toujours confrontée à des outils archaïques et cela constitue un véritable frein à la modernisation de ce secteur. Nous pensons quil serait judicieux de doter tous les pays africains de moyens modernes et de mieux les organiser afin que lapiculture devienne une activité primordiale dans chaque pays de notre continent. Elle se présente comme une activité davenir si lapiculture bénéficie du concours de tous. Nous pensons aussi que cest une activité qui doit être vulgarisée dans tous les pays africains. De plus, il serait important de mettre en place des mesures de protection de nos amies les abeilles. En effet, nous avons constaté une disparition galopante des colonies dabeilles et cela constitue aussi un handicap dans notre volonté de restructurer ce secteur. Nous envisageons donc de mettre sur pied une politique qui viserait à protéger les abeilles de toutes actions néfastes de lhomme. Cela permettra de revaloriser les abeilles mais surtout sera à la base de leur prolifération dans les pays africains. Nous pensons donc, en agissant ainsi, à accroitre la production de miel dans les pays africains mais surtout propulser notre continent parmi les meilleurs producteurs de miel dans le monde entier. Une fois notre objectif atteint, lAfrique naura plus de véritables problèmes à intégrer alors le marché européen et même mondial vu la qualité du miel produit par ses abeilles. Toute cette organisation fera de notre apiculture une des plus durables mais aussi compétitive sur léchiquier international.

22 2- Une plate-forme africaine Le monde apicole africain a besoin de la participation de toutes ses filles et fils pour son amélioration. En effet, vu notre expérience acquise lors de nos différents voyages dans les pays africains, nous pensons que pour le redressement de notre apiculture nous devons réunir tous les africains autours dune plate-forme déchange et de rencontre. Cette initiative nous permettra non seulement didentifier les problèmes récurrents dans nos pays respectifs mais aussi et surtout de les résoudre parce que notre union fera notre force. Ce sera le lieu dexpression de tous les apiculteurs africains, lieu qui leur permettra dexposer leurs inquiétudes sur le secteur apicole. Cette plate-forme permettra donc désormais aux apiculteurs africains davoir une seule voix. Cela améliorera les techniques apicoles usitées et va aussi permettre un accroissement de sa production. Cest le cas par exemple de la Côte dIvoire qui a institué les Journées Nationales de lApiculteur qui se tiennent tous les ans à Abidjan et qui voit la présence de tous les apiculteurs de ce pays. Cest un espace déchanges, de partage et de rapprochement des apiculteurs ivoiriens. Elle est à sa deuxième édition cette année et se tiendra en octobre prochain. Ces journées ont permis à ce jour de cerner les problèmes des apiculteurs et tentent de les résoudre afin de rendre encore plus dynamique lapiculture ivoirienne. Cest cette expérience que nous souhaitons partager avec lAfrique toute entière en fédérant toutes les associations et organisations apicoles. Cet espace nous permettra donc de débattre des vraies difficultés dont souffre notre Afrique afin de trouver des solutions adéquates. Nous envisageons aussi mettre sur pied un comité scientifique de recherche qui aura pour mission de réfléchir sur les conditions de protection des abeilles et de lamélioration du secteur apicole africain. Toutes ces initiatives nous permettront de rapprocher les apiculteurs de la fédération Apimondia.

23 Apimondia, depuis sa création ne cesse de nous montrer ses ambitions pour les pays africains et cest cette vision que nous entendons poursuivre. En regroupant et organisant les pays africains, cest dans le but davoir la même conception que les dirigeants dApimondia. Nous faisons donc de cela notre priorité majeure cest-à-dire rapprocher et intégrer tous les pays africains dApimondia. Tout ceci sinscrit dans notre projet global de développement que nous souhaitons pour lAfrique mais cela ne peut être possible quavec le soutien de ses filles et fils. LE ROLE DE LA DEMOGRAPHIE DANS LAPICULTURE AFRICAINE La démographie, un atout En règle générale, dans les pays africains, le développement naccompagne pas toujours la croissance mais nous pensons que lévolution galopante de la population se présente comme un atout pour le secteur apicole. En effet, nous pensons que la croissance de la population est une véritable opportunité pour lapiculture africaine. Aujourdhui, les investigations ont démontré que la majeure partie de la population africaine est jeune. Bien vrai que cette population est jeune, elle manque énormément de moyens modernes pour développer le secteur apicole voir même agricole dans sa globalité. Il serait aussi important de regrouper tous ces jeunes apiculteurs en coopérative et cette organisation sera bénéfique à toute lAfrique car elle lui permettra de quantifier sa production. Cette idée a déjà été expérimentée dans notre pays et nous entendons la partager à lAfrique toute entière.

24 Aussi, une bonne sensibilisation et une excellente motivation des apiculteurs nous serviront à rendre lapiculture vraiment dynamique sur le plan international. Il y a aussi le taux de mortalité en Afrique qui est très élevé et cela constitue un véritable frein aux différentes activités apicoles. Nous pensons quen réduisant le taux de mortalité, nous allons arriver à acquérir une main dœuvre supplétive mais qui va permettre à lAfrique daccroitre sa main dœuvre agricole et surtout apicole car lapiculture est en train de reprendre vie en Afrique. De plus, nous pensons quil est plus important de sortir de lapiculture traditionnelle car cela nous permettra non seulement de freiner labattage des arbres mais aussi de rendre ses acteurs encore plus professionnels. La vision que nous avons pour la population africaine est tellement grande que nous comptons sur votre approbation pour mener à bien cette mission. Nous comptons sur le soutien de chaque membre dApimondia parce que nous vous avons côtoyé et il apparait clairement dans vos faits et gestes que vous entendiez partager vos acquis et expériences à la jeunesse du monde entier afin quelle arrive à sauto-suffire sur tous les plans. Lactivité apicole étant très passionnante, nous croyons quavec une bonne campagne dinformation à la jeunesse, celle-ci se sentira à laise avec nos amies les abeilles. Nous retenons dans cette partie que la démographie galopante, longtemps perçue comme un frein au développement, apparait dans notre vision comme un véritable essor pour lamélioration de lapiculture dans nos pays africains. Toutefois, nous pensons que cela ne sera possible que si les autorités administratives et politiques décident dinclure lapiculture comme matière, puis filière dans nos prestigieuses écoles et universités africaines.

25 Lapiculture en milieu scolaire Lapiculture est une filière de lagriculture. Tout comme les autres domaines de lagriculture, elle doit être inscrite dans le cursus scolaire dans les pays africains. En effet, lapiculture doit être incluse dans les programmes scolaires et universitaires pour emmener, dès le bas âge, les enfants à sintéresser à cette activité. Cest notre vision que nous tentons de partager avec lAfrique toute entière. Nous avons même édité un manuel de lapiculture intitulé « lapiculture en milieu scolaire » qui sera proposé au programme scolaire dans notre pays. Cest une œuvre qui présente labeille et son milieu de vie. Elle permet à nos enfants de commencer à shabituer à labeille et ses différents comportements. Nous y présentons les ruches et comment se tenir face aux abeilles. Nous pensons quen inscrivant lapiculture dans la vie scolaire et universitaire, nous emmènerons la jeunesse africaine à considérer lapiculture comme une activité davenir. Aussi, lactivité apicole doit bénéficier de lintérêt des autorités qui doivent tout mettre en œuvre pour que ce secteur connaisse un essor fulgurent. Lutilisation des pesticides doit être proscrit car cela entraine la destruction de notre flore et donc des abeilles surtout quon sait que celles-ci se nourrissent de nectar recueilli dans les fleurs. Les pesticides sont un danger pour les abeilles et comme nous nous présentons comme les premiers défenseurs des abeilles en Afrique, nous œuvrons pour leur environnement sain. Nous concluons que lapiculture doit, pour sa survie et son amélioration, être intégrée aux mœurs des populations mondiales en général mais africaines en particulier. Lapiculture et léconomie africaine Le développement économique ne suit pas toujours la croissance. Cest-à-dire quil y a une croissance sans développement. En effet, la redynamisation du secteur apicole serait un moyen de rentrée de devises. Si ce secteur apicole africain est bien organisé comme lagriculture dans nos pays, il pourrait engendrer beaucoup de devises. Les autorités africaines avec leurs différentes institutions devaient mettre sur pied des lois qui protégeraient les abeilles ainsi que ceux qui sadonnent à lactivité apicole.

26 Les pays africains gagneraient à rendre le secteur apicole africain compétitif sur le marché international par la commercialisation du miel et de ses produits dérivés de très bonne qualité, véritable denrée prisée dans tout le monde entier. Si lAfrique parvient à rendre lapiculture moderne, elle attirera beaucoup dinvestisseurs ceci développera ses infrastructures et sera sources de création demploi.

27 PARTIE III LES STRATEGIES DE MISE EN ŒUVRE POUR LE DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

28 En Afrique, nous pouvons dire sans risque de nous tromper que lapiculture y est faiblement développer à cause des quantités et zones de production inversement proportionnelle à limmensité du territoire. Aussi pour asseoir une apiculture forte, il nous faut dès à présent nous organiser de manière dans un premier temps, à faire partager lintérêt pour lapiculture par linformation et la formation de la société en général et du milieu agricole en particulier. Dans un second temps, en plus de linitiative privée, il faudrait une implication et une volonté politique forte pour motiver les sceptiques et accompagner linstallation des nouveaux exploitants. Et enfin, créer les organes techniques et interprofessionnels indispensables à la filière afin de ne pas naviguer à laveugle. Ainsi, à travers ce plan, ce sont, tous les aspects de la filière apicole, quils soient à la fois économiques, écologiques, de développement rural et de santé publique, qui sont pris en compte. Toutefois, il faut sincliner sur le fait que tout développement est garanti par la stabilité politique et économique. Et quand la stabilité est retrouvée, cela diminue ou endigue les risques comme la criminalité, la conjoncture, la baisse du pouvoir dachat, la fraude, les troubles sociaux, la guerre,... LINFORMATION ET LA FORMATION La sensibilisation Une sensibilisation à labeille et à son rôle dans la pollinisation doit être donnée dans la société en générale et dans le milieu rurale, tous les lycées agricoles et toutes les écoles vétérinaires en particulier. Cette sensibilisation, doit se faire sur tous les moyens de diffusion à la portée du pays ou du territoire dont il est question afin davoir une plus grande audience de la population comme avec les langues vernaculaires à la radio.

29 Il faut aussi permettre aux enfants déjà à lécole primaire, de comprendre que le rôle de labeille dans la pollinisation est indispensable avec des livrets éducatifs. Et il serait intéressant dinstituer, en accord avec les ministères de lÉducation nationale, un cours en science de la vie et de la terre, des cours sur labeille et lapiculture dans les programmes des classes ce qui permettrait un temps soit peu dassurer la relève et même laugmentation du nombre dapiculteurs. Environnement et ressources mellifères Afin de rendre lenvironnement plus favorable au développement des abeilles dans des territoires plus diversifiés, il est indispensable de se rapprocher du monde agricole dans loptique de réfléchir ensemble à des problématiques communes touchant à la protection de lenvironnement. Citons par exemple la diversité des cultures, la relance des rotations culturales, limplantation de jachères apicoles et de haies, source de biodiversité et de nourriture pour les abeilles et lamélioration de la gestion des ressources en arbres mellifères avec les exploitants forestiers. LIMPLICATION ET LA VOLONTE POLITIQUE DE LETAT Installation Lapiculture en Afrique, souffre dun manque dinstallations. Et pour une filière naissante ou en développement, il faut, en plus de linitiative privée, une volonté politique forte pour accompagner la croissance. Ainsi, la synergie de ces actions contribuera à une meilleure acceptation par la société en générale et les communautés rurales en particulier en induisant la reconversion dagriculteurs en apiculteurs hybrides et la naissance dapiculteurs exclusifs. Il faut professionnaliser la filière et installer des jeunes apiculteurs. Il faut aussi que lEtat insiste sur le développement de nouveaux ruchers en intéressant les propriétaires dexploitations agricoles afin de rendre plus facile la construction dune miellerie sur les terrains agricoles.

30 Et comme actions concrète, il faut tout dabord fournir aux futurs exploitants, quelques équipements entre autre les ruches, les équipements de protection et les abeilles, qui leur permettront de débuter lexploitation apicole. Structuration du secteur apicole a- Linstitut technique Lobjectif général auquel devra répondre linstitut technique qualifié sera de mener et/ou coordonner des travaux scientifiques et techniques pour proposer des solutions afin daméliorer les conditions de production de la filière et ceci dans les domaines spécifiques tels que : les pathologies apicoles, lélevage et la sélection des abeilles, la qualité des produits de la ruche, les pratiques générales apicoles… En outre, le futur institut technique aura donc un double rôle : celui de coordination des associations régionales de développement apicole, actuels pôles de compétences régionaux de développement, dexpérimentation et dassistance technique aux apiculteurs, dune part, et la réalisation de travaux techniques denvergure nationale dautre part avec les structures techniques spécialisées comme les Ministères de tutelle, et également impliquer lUnion Africaine. Linstitut technique se dotera dun CST (Conseil Scientifique et Technique) qui lui sera propre, proposé par la profession à ladministration, composé entre autres dexperts scientifiques et techniques en apidologie. Il serait aussi important de développer de nouvelles catégories de ruches qui permettront de protéger les abeilles mais surtout daccroitre la productivité. Cest dans cette réflexion que le Pr Bruno IRITIE, enseignant chercheur à lInstitut National Polytechnique Houphouët BOIGNY (INPHB), a mis sur pieds « la ruche IRITIE», ruche horizontale composée de deux compartiments et une chambre de production avec une capacité de production de 100kg et facilement manipulable.

31 b- Financement des deux outils de la filière apicole lInterprofession et lInstitut technique Au-delà des financements à venir provenant de la cotisation interprofessionnelle c'est-à-dire les associations et les syndicats dapiculteurs, dautres pistes de financements sont proposées telles: La taxe DAR Cette taxe concerne les sommes prélevées au titre du Développement Agricole et Rural (taxe DAR). Et compte tenu du rôle de labeille dans la pollinisation des cultures et le maintien de la biodiversité, un retour financier à la hauteur sur les enveloppes destinées aux instituts et aux Chambres dagriculture au travers dune ligne budgétaire globale fléchée pour le développement apicole par le ministère concerné. c- Relation entre les filières agricoles et lapiculture De nombreux produits agricoles (fruits, légumes, oléo-protéagineux) sont concernés par la pollinisation entomophile en particulier par les services rendus de labeille domestique et par le travail des apiculteurs. Il serait tout à fait envisageable de réfléchir à une participation financière de ces filières au développement de la filière apicole. Cela nous ramène à affecter une part supplémentaire des fonds DAR. 3- Santé de labeille a)Intoxications, pathologies et prédateurs Il faut mettre en place un réseau qui permettra de faire la déclaration et le recensement des troubles et lidentification de leur origine (pathologie ou intoxication). Pour cela les enquêtes de terrain et les analyses appropriées des abeilles et de leurs ressources alimentaires doivent être financées et réalisées rapidement. Ainsi, une bonne coordination entre les structures et associations locales doit être le pilier du bon fonctionnement de ce réseau.

32 Limplication de nouvelles équipes de recherche fondamentale et appliquée pour comprendre les causes des pertes de colonies et/ou des dépopulations dabeilles et trouver les moyens de lutte contre varroa et les autres pathogènes doit être encouragée (et pas seulement lidentification de la présence de tel ou tel agent pathogène). Ces moyens de lutte doivent respecter les qualités intrinsèques et le caractère naturel des produits de la ruche. Il est également important que des nouvelles méthodes de lutte contre les pathologies pour lapiculture biologique soient développées en apiculture. Les structures techniques apicoles doivent être impliquées dans les processus dhomologation et de suivi post homologation des produits phytosanitaires afin de protéger las abeilles et de veiller à la production dun miel de qualité, répondant aux normes internationales. Le respect des directives européennes sur la persistance des produits phytosanitaires dans les plantes et les sols par exemple : b)Gestion et suivi de la santé des abeilles Afin de suivre au mieux les ruchers, il est nécessaire de créer des directions départementales pour le suivi et la validation des ruches. Cette structure procèdera à lenregistrement de la déclaration annuelle des ruches. Cette déclaration permettra une gestion efficace de la protection sanitaire des ruches et de lensemble des mesures en faveur de lapiculture ce qui facilitera la couverture par les agents sanitaires en mission.

33 c)Cheptel apiaire et élevage La sélection des abeilles en vue dune amélioration de leur production doit être encouragée. Autour de cette problématique, les plans de sélection, la conservation des caractéristiques régionales des abeilles locales, ont toute leur place. Ainsi laugmentation du nombre de colonies dabeilles est indispensable pour la pollinisation des cultures et des vergers et pour assurer la biodiversité végétale. Il faut plus délevages de reines et dessaims, pour maintenir ou développer les cheptels sans devoir importer des colonies mal adaptées à nos régions. La filière élevage doit être encouragée et soutenue par des mesures appropriées. Ainsi la mise en place de mesures incitatives induira à long terme, le renouvellement et lexpansion de lapiculture. Des outils de sélection génétique et dinsémination artificielle doivent être mis en place. Cette mesure doit pleinement prendre en compte la situation particulière des jeunes en cours dinstallation.

34 CONCLUSION Lon peut développer des plans basés sur de grandes théories et établir toutes les stratégies de développement imaginables. Cependant sil ny a pas la stabilité dans un pays, un continent ou un territoire donné, cela ne servira à rien et toutes ces actions serons vouer à léchec. Par conséquent, pour nous africains, il serait temps de nous pencher sur notre futur à très long terme sur léchiquier internationale en faisant une projection dans le temps. Et une fois cette analyse terminée nous nous rendrons compte que nous sommes en train davancer à reculons avec toutes ces crises. Soyons humbles et retenons ce que labeille nous apprend tous les jours. Nous sommes tous différents et chacun à un rôle précis à jouer dans la communauté. Jouons ce rôle et faisons la prospérer.


Télécharger ppt "Programme de candidature Apimondia Zone AFRIQUE Ukraine 2013."

Présentations similaires


Annonces Google