La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Economie des médias Philippe Bellissent Janvier 2013 Mastere Media Manager IPAG.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Economie des médias Philippe Bellissent Janvier 2013 Mastere Media Manager IPAG."— Transcription de la présentation:

1 Economie des médias Philippe Bellissent Janvier 2013 Mastere Media Manager IPAG

2 Plan 1/ La spécificité économique des produits médiatiques 2/ Caractéristiques économiques des entreprises médiatiques 3/ La demande de produits médiatiques 4 /Les stratégies des entreprises de presse 5 /Marchés et stratégies des médias numériques 6 /La réglementation des marchés médiatiques 2IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

3 De quoi parle ton avec les produits médiatiques Médias dinformation Produits de divertissement Biens culturels Services de communauté ou de réseaux 3IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

4 1/ La spécificité économique des produits médiatiques Les caractéristiques des biens économiques dans la science économique classique Les produits dinformation une exception à la théorie classique 4IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

5 Les caractéristiques des biens économiques dans la science économique classique Le bien est consommé individuellement La consommation peut détruire le bien produit Le coût global du bien comporte un coût variable lié aux quantités produites Il existe une fonction dutilité montrant des effets de saturation suivant les quantités consommées Lutilité est une utilité individuelle 5IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

6 Les biens non individuels Biens collectifs, biens publics, biens communs La consommation nest pas exclusive, pas de rivalité dusage (éclairage public, route, concert) Le bien commun n a pas forcément de valeur économique monétisable ou pouvant faire lobjet dun échange (qualité de lair) Le bien public est produit par une autorité régalienne qui détermine lautorité sociale du bien 6IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

7 Classements des biens collectifs 7IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Non excluableexcluable Non rivalePhare, chaine TNT, feu dartifice du 14 juillet Canal+ RivalePlace de parkingUne bière

8 Les produits dinformation une exception à la théorie classique Linformation est consommée individuellement et collectivement La question de la réutilisation de la consommation: En presse écrite : La question de la diffusion / audience En contenu numérique : Lenrichissement de linfo initiale, la traçabilité de linfo et sa réutilisation sans recettes supplémentaires 8IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

9 Le mode de consommation du produit médiatique Le produit médiatique a lobligation dêtre renouvelé en permanence Le produit médiatique possède une dimension temporelle en fonction du média La demande du produit médiatique est dune double nature: Des besoins psychosociologiques à caractère diachronique Un dispositif de présentation au consommateur fortement synchrone 9IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

10 Les produits médiatiques : quelques évidences à rappeler Une offre de produits de plus en plus diversifiée Du journal papier au médias sur tablettes Une accélération de loffre 1650 : journal 1910 : cinéma 1920 : radio 1940 : télé 1990 : médias numériques Une offre nouvelle rendue possible par la convergence: - Télécommunications - Informatique - Médias 10IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

11 Caractéristiques des produits médiatiques Double contenu : Information-production de divertissement- contenu éducatif Publicité Une confusion des genres de plus en plus forte dans le média télévisuel : Linfotainment Contrainte de capacité (24H): Absolue : pour les médias télé et radio Relative : pour les médias papier Absente : pour le média numérique 11IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

12 Lambiguïté du produit médiatique à lheure du numérique Le consommateur enrichit le produit Le consommateur peut devenir producteur Co-construction du produit médiatique Le produit peut être transformé, transmis, recyclé Passage du paradigme de la consommation à celui de la conversation Création dun nouvel espace public, numérique et non plus physique 12IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

13 Le recours aux images Le recours à limage est devenu systématique La communication médiatique devient plurisensorielle Tous les médias doivent sadapter à la nécessaire présence de limage Changement de format des supports papier 13IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

14 La logique du zapping Le consommateur se contente dune information superficielle sans contenu approfondi Fonction dalerte de certains médias (Twitter) Les formats dinformation vont vers la réduction de contenu sauf dans le domaine télévisuel avec les multiplications dévénementiels 14IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

15 Les dispositifs technologiques De nouvelles pratiques permises par la technologie La mobilité le téléphone portable La portabilité les tablettes Plus ancien la télécommande ! 15IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

16 La fin du monopole journalistique Les groupes de presse ne sont plus les seuls apporteurs dinformation. Importance de la communication institutionnelle dans la fourniture dinformation Question des usages des informations transmises Problème de lobjectivité de linformation Débat polémique sur la sortie de la nouvelle Peugeot sur le web sans information préalable des journalistes 16IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

17 Linformation un bien sous tutelle Linformation dépasse en implications pour la société les autres biens de consommation. Lhistoire de linformation pourrait être lhistoire de la censure des ordonnances royales à Hadopi 17IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

18 Lémergence des médias alternatifs Le numérique permet de saffranchir des coûts importants des médias traditionnels ( équipements des studios télés, rotatives numériques) Nouveaux médias plus engagés politiquement indépendants des ressources publicitaires et fonctionnant sur dautres modèles économiques ( abonnements chez Mediapart) 18IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

19 Le produit médiatique et la spécialisation Comportements hyper spécialisés des consommateurs ( hyperchoix défini par Alvin Toffler dans le choc du Futur) Marchés de niche Comportements tribaux et communautaires Réception des chaînes étrangères pour la communauté musulmane Diminution de ladhésion à des valeurs sociétales communes 19IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

20 Le produit médiatique et la qualité La qualité est un des critères de choix dominants dans la décision dachat Pas de critère objectif Impossibilité dagréger les préférences individuelles théorème de Condorcet sur les choix collectifs Mouvement du slow média à partir des années 2000 – manifeste en 2010 ( en France XXI Le Tigre France Culture papiers ) Notions de différenciation horizontale des produits ( produits équivalents le marché se répartit entre les deux, ex presse de droite et presse de gauche) différentiation verticale (lun est préféré à lautre pour des raisons de qualité) 20IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

21 Linformation, un bien dexpérience On ne peut connaitre la valeur dun bien dexpérience quaprès lavoir acheté ( film, livre) Cette question se pose aussi pour les médias fortes dépenses de promotion et de marketing dans ce secteur Abonnements découvertes, périodes dessai, pages à feuilleter 21IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

22 Plan 1/ La spécificité économique de produits médiatiques 2/ Caractéristiques économiques des entreprises médiatiques 3/ La demande de produits médiatiques 4 /Les stratégies des entreprises de presse 5 /Marchés et stratégies des médias numériques 6 /La réglementation des marchés médiatiques 22IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

23 2/ Caractéristiques économiques des entreprises médiatiques Analyse des coûts – Les coûts éditoriaux – Fabrication ou sous traitance – Les coûts de distribution Analyse des recettes – Les ventes – Les recettes publicitaires – Les business modèles de la presse écrite à lheure du numérique 23IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

24 Les coûts dans les entreprises médiatiques La question des coûts : Coût fixe le coût intellectuel le coût de production Le coût variable lié à : la production la distribution La question de linternalisation des coûts (le recours à de sociétés de production) Les coûts de promotion 24IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

25 Les coûts éditoriaux La prestation intellectuelle du journaliste Disparité des rémunérations journalistes encartés Variable suivant les médias le cas de la PQR: Nombreuses pages locales ( 500 à Ouest France) Besoin de couvrir un territoire avec un maillage le plus dense possible correspondants locaux de presse non professionnels ( rémunérés à la pige ou pas du tout) 25IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

26 Les coûts éditoriaux sous traités : le recours aux agences LAFP comme fournisseur de contenu Représente deux à 3 % des dépenses dune publication Un abonnement annuel entre et e pour des quotidiens avec un tirage de à exemplaires. LAFP est subventionné par lÉtat à hauteur de 40 % de ses recettes 113 millions deuros pour un CA à de 280 millions deuros en À noter le recours de plus en plus fréquent aux sites Internet 26IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

27 La documentation : du coût à la ressource Un coût relativement minime 2 % des charges. À lheure du numérique, la documentation auparavant réservée strictement aux besoins des journalistes de la publication, devient une base de données pour la mise en ligne et larchivage qui peut être valorisé auprès des lecteurs. Utile quand le journal a fait une recherche et fournit ainsi des données pour du datamining une transformation fond amentale dans la dimension temporelle de linformation 27IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

28 Les coûts matériels dans la presse écrite La Presse écrite fabrique matériellement un produit. Une problématique analogue à celle de de beaucoup de secteurs de production. Les outils de production Le papier Le personnel 28IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

29 Les coûts de fabrication Une évolution importante dans la fabrication en fonction de la demande des consommateurs : - Des images - De la couleur Des investissements considérables pour limpression Nice Matin passe au tout numérique en 2009 Pour la Provence en 2009 Coût de l'opération : 31 millions d'euros, dont 25 millions d'euros pour l'achat de deux rotatives allemandes permettant de tirer exemplaires par heure + 2Ms de travaux Subvention de 2,45 Ms d du Fonds de modernisation de la presse Pour le Figaro au Tremblay 70 millions deuros Fabrication ou sous traitance 29IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

30 Les coûts variables en presse écrite Le papier un paramètre important dans léconomie de la presse écrite En 2008 représentait 9,2% des coûts de fabrication des périodiques Tendance à la baisse de prix à long terme Mais souvent des variations importantes de prix qui pénalisent une gestion efficace des entreprises ( car impossibilité de bouger facilement le prix de vente au numéro) système coopératif en 1947 SPPP (société professionnelle des papiers de presse) Mise en place dun prix unique à la tonne quelque soit le volume acheté 30IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

31 Les coûts de personnel Les coûts du personnel de rédaction Un coût salarial important contourné par la pratique du recours aux pigistes Des coûts variables suivant limportance du média ( Paris /province) Une proportion croissante de pigistes : pigistes officiellement, soit 18, 4 % des journalistes en Presque 4 fois plus quen 1955 où il ny avait « que » 5,5 % de pigistes sur journalistes. Les journalistes pigistes représentent 16,3% de lensemble des journalistes (15,6% en 2009) et les journalistes en CDD, 3,7% Léditorial gratuit : les tribunes, articles ou billets dans la grande presse nationale 31IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

32 Les coûts de personnel Les coûts du personnel de fabrication Représente 15 à 20% des coûts et 35% des effectifs La difficile gestion des salariés syndiqués Depuis le XIXe siècle un syndicat difficile à gérer pour les entreprises de presse Quasi monopole des ouvriers syndiqués CGT Grève de 1975 au Parisien Libéré Emilien Amaury refuse de céder aux exigences syndicales 32IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

33 Les effectifs de la profession en Presse écrite Presse écrite : personnes au total salariés des entreprises de presse de plus de 10 salariés (journalistes plus ouvriers de labeur) salariés des entreprises de labeur pour les périodiques + salariés de lindustrie papetière 33IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

34 La distribution Importance du secteur de la distribution personnes dans points de vente + personnel dans points de vente non spécialisés ( rayon en grande surface) porteurs à domicile 3400 dans le secteur des messageries Un secteur aidé par lEtat pour permettre la diffusion de la presse écrite 34IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

35 Les Entreprises de messagerie Presstalis (ex NMPP) 2900 salariés pour le groupe dont 1100 des NMPP Gère 85% de la vente au numéro en France et 100% des quotidiens nationaux. Distribue en France et dans 115 pays 3500 titres de presse quotidienne (2,5 milliards dexemplaires) Une entreprise pilotée par le syndicat du livre CGT NMPP fondées en Les couts de distribution des NMPP sont les plus élevés dEurope De nombreux scandales étouffés ( bobines de papier détournées vers Cuba en 80, affaires des armes en 91, trafic de journaux en 2003) 15 millions de perte en millions daides de lEtat en 2012 MLP ( Messageries lyonnaises de Presse 15% de la vente au numéro 21% hors quotidiens (mensuels et bimestriels). Distribue en 1800 titres 400 salariés 35IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

36 Les routeurs de presse Leur rôle principal est de faire parvenir les journaux aux abonnés Mais aussi : Prospection de la clientèle par téléphone, par campagne de mailing avec des offres jointes par e-maling Gèrent la gestion des abonnements relances facturation, statistiques Dépôt dans les gares La Poste assure 30% de la diffusion de presse; tarifs préférentiels pour la Presse au nom du droit à linformation. Ces tarifs sont en partie subventionnés par lEtat Le portage représente 20% de la diffusion de presse 36IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

37 Les coûts de distribution Une distribution réglementée Cas de la presse écrite Cas de la télévision (coûts de diffusion) Les équipements en réseaux 37IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

38 Les coûts de promotion Les entreprises de médias paient rarement des coûts de promotion direct. Recours au partenariat et aux échanges marchandises Présence sur évenements Sportifs (organisateur dévénements: Cross du Figaro, ou partenaires :marathon de Nice, Tour de France avec lEquipe) Show biz Professionnels (foires, salons colloques) 38IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

39 Structure des charges en presse écrite ( en %) Rédaction ( dont agence )20 Administration10 à 15 Courtage publicitaire8 à 10 Papier8 à 15 Impression15 à 20 Distribution10 à 25 Promotion2 Frais généraux3 à 6 40% du prix de vente dun exemplaire va à la distribution en moyenne Cf Nadine Toussaint Desmoulins economie des medias PUF 39IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

40 Structure des coûts de la presse quotidienne en Grande-Bretagne 40IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent PQNPQRPQRGmetro Recettes diffusion Petites annonces publicité Coûts éditoriaux production rédaction10 86 distribution1088 Services généraux Sous total

41 Structure des coûts de la presse quotidienne en Grande-Bretagne 41IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent PQNPQRPQRGmetro Couts matériels2018 impression encre2222 Sous total22 20 Total des couts Marge opérationnelle Source ABN 2002 Le Floch Sonnac Economie de la Presse p21

42 Différences presse quotidienne presse magazine Contraintes en presse magazine sont moins importantes que pour la presse quotidienne. Une plus grande facilité dexternalisation de limpression ( qui peut être faite dans un pays étranger pour la presse mensuelle Plus grande facilité de recours aux pigistes compte tenu du contenu éditorial (26 % de pigistes en presse magazine contre 7% en PQ.) Effectifs moins nombreux ( Le nouvel Economiste) faible pouvoir syndical 42IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

43 Une spécificité du secteur et ce dès lorigine de la presse Une offre et deux demandes avec des logiques différentes Recettes des ventes Recettes publicitaires Ambiguïté : les médias ont tout autant un rôle dinformation que de communication Une part non négligeable des médias est subventionnée 43IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Analyse des recettes

44 Recettes des ventes : des proportions variables suivant les média et suivant le supports pour chaque média Concerne : – la presse écrite – La presse on line – La télévision à péage – Na jamais concerné le média radio 44IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Analyse des recettes: les ventes

45 Recettes des ventes : fonction de 2 facteurs le prix de vente au numéro et le nombre dexemplaires vendus Une dégradation continue de la diffusion de la presse écrite. Des résultats plus pénalisants pour la presse quotidienne que pour la presse magazine. Des recettes complémentaires avec la vente darticles en ligne (voir plus loin les modèles économiques) 45IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Les ventes en presse écrite

46 Notation Presse écrite AAA -Le Berry républicain : +15% - L'Echo Républicain : +11,2% - Aujourd'hui en France : +4% - Les Echos : +2,9% - Le Télégramme : +0,27% AA -Le Figaro : -0,3% - Ouest-France : -1,7% - Le Courrier de l'Ouest : -2,2% BBB - Libération : -5,4% - La Montagne : -5,8% - Var-Matin : -6,3% - Le Dauphiné Libéré : -6,5% - Corse Matin : -7,5% - Le Journal du Centre : -7,6% - Sud Ouest : -8,2% - Le Monde : -8,3% - La Dépêche du Midi : -8,8% - L'Alsace : -9,4% Les Dernières Nouvelles d'Alsace : -9,5% - La Nouvelle République des Pyrénées :-9,6% BB - Le Progrès : -10% - Le Courrier Picard : -11,1% - Midi Libre : - 11,2% - La Voix du Nord : -11,3% - Le Journal de Saône et Loire : -11,9% - L'Yonne Républicaine : -12,9% - Le Républicain lorrain : -13,4% - L'Humanité : -13,5% - Le Bien Public : -14% Nice-Martin : -14,7% Le Parisien : -16% - La Provence : -16,9% BB- - L'Equipe : -20,6% - L'Est Républicain : - 23,7% - Paris-Normandie : - 23,8% - Presse Océan : - 27% 46IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

47 Les performances des sites web de la presse régionale (entre parenthèse, la place occupée dans le classement des sites français les plus consultés et l'évolution de celle-ci par rapport au mois dernier) : 1 - Le Parisien 23,9 millions de visites - 87 millions de pages vues (12è / -3) 2 - Ouest France 9,3 millions de visites - 38,3 millions de pages vues (19è /=) 3 - Sud Ouest 5,7 millions de visites - 19,7 millions de pages vues (30è / -1)Le Parisien Ouest FranceSud Ouest 4 - La Provence 4,5 millions de visites - 20,7 millions de pages vues (35è /+6)La Provence 5- Le Télégramme 4,4 millions visites -10,8 millions pages vues (36è / -4)Le Télégramme 6 - Midi Libre 4 millions de visites - 15,8 millions de pages vues (40è /-3)Midi Libre 7 - La Voix du Nord 3,6 millions visites -12,5 millions pages vues (42è / -3)La Voix du Nord 8 - Le Progrès 3,5,millions de visites - 16,5 millions de pages vues (43è / +1)Le Progrès 9 - Le Dauphine Libéré 2,7 millions visites - 15,24 millions pages vues (50è /-2)Le Dauphine Libéré 10 - Nice Matin 2,5 millions de visites - 10,9 millions de pages vues (56è / -2)Nice Matin 11- La Nouvelle République 1,7 million visites-14,3 millions pages vues (64è / =) 12- Les DNA 1,7 millions de visites - 5,9 millions de pages vues (65è /-2)La Nouvelle RépubliqueLes DNA 47IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

48 Le prix en presse écrite Depuis 1870 le prix de la presse a baissé jusquen Le prix de la presse a augmenté depuis plus vite que linflation Attention : le contenu rédactionnel a constamment augmenté La presse en ligne et la concurrence des gratuits bloquent des augmentations tarifaires. Entre 2000 et 2009 le prix des quotidiens augmente plus vite que linflation. 48IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

49 Analyse des recettes: les ventes Abonnements Recherché comme facteur de stabilisation des coûts de fabrication Avantages aux abonnés. Offres promotionnelles propositions jointes sur plusieurs supports 2 modes de distribution Envoi à domicile par la poste Portage à domicile Ventes au numéro Le problème des bouillons ( représente près de 40% des exemplaires diffusés en kiosques.) Les distributeurs sont des dépositaires ils nachètent pas les journaux. 49IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

50 Indispensable à léconomie dun média Un journal est en général vendu à perte ce sont les recettes publicitaires qui compensent le déficit Présente dès la Gazette de Renaudot Un avantage par rapport à dautres modes de communication pour lannonceur : une plage de couts très importante (de 1000 à ) 50IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Analyse des recettes : la publicité

51 Chiffres clés du marché publicitaire 2011 dépenses de communication des annonceurs : 31,4 milliards. (+ 1,9% ) (contre + 3,4% en ,6% en 2009). recettes publicitaires des médias : 10,7 milliards (+ 0,1%) (contre + 3,9% en 2010 vs - 12,6% en 2009). Au premier semestre 2012 : - 4,6% du marché publicitaire. - 6,7% pour les recettes des quotidiens nationaux et de la presse spécialisée. Presse écrite : - 8,1% à 1,583 milliards d'euros. 51IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

52 Evolution des recettes publicitaires des médias Source Challenges la-pub-internet-display-et-search-restent-en-croissance.html 52IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent 1er sem 20121er sem 20111er sem 2010 presse spécialisée - 6,7%- 1,2%- 4,8% quotidiens nationaux - 6,7%- 5,7%+ 2,4% presse gratuite dannonces - 32,0%- 11,0%- 18,9% magazines - 3,5%+ 1,3%+ 2,6% quotidiens gratuits dinformation - 4,3%+ 11,3%+ 5,7% quotidiens régionaux - 5,6%+ 1,1%- 4,3%

53 Les recettes publicitaires des grands en médias IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Montants en Ms deurosPart de marché PRESSE 3,751- 1,2% quotidiens nationaux à- 5,7% Quotidiens regionaux - 32,0%- 11,0% magazines - 3,5%+ 1,3% spécialisés - 4,3%+ 11,3% gratuits - 5,6%+ 1,1% Presse hebdo regionale TELES Espaces classiques Espaces parrainages

54 Les aides à la presse 54IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent source Léconomie des medias Nadine Toussaint Desmoulins PUF 2011

55 Les aides à la presse 55IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent source Léconomie des medias Nadine Toussaint Desmoulins PUF 2011

56 Le fonctionnement des entreprises du média audiovisuel Multiplicité des acteurs (réseaux techniques de diffusion, chaînes, sociétés de production, opérateurs pour le cable, opérateurs téléphoniques) Contrairement à la presse le cout de production du média est indépendant du nombre de récepteurs donc de laudience. Très forte augmentation de loffre ( heures de diffusion en 82, en en radio 1070 radios pour 3000 fréquences) Forte dépendance à légard des pouvoirs publics (attribution des fréquences, mécanismes dattribution des chaînes pour la TNT) Contraintes de programmation ( musique française) Explosion du nombre des acteurs 56IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

57 Les effectifs en télé radio cinéma Un média à politique dexternalisation Des effectifs relativement faibles dans les rédactions qui assurent le temps dantenne par les sociétés de production ( 30 personnes pour les petites chaines numériques) Estimation 2008 de laudio visuel Total : personnes Télé : Radio : Cinéma : intermittents du spectacle : bénévoles en radio Sociétés de prod : Si on ajoute les professionnels de la pub ( ), les salariés des secteurs des télécoms on arrive à personnes soit 2% des actifs source Léconomie des medias Nadine Toussaint Desmoulins PUF IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

58 Le recours aux sociétés de production pour le média télé La télé : une sous traitance généralisée En dehors des programme dinformations et de sports (*) recours systématique à lachat de programmes * : sauf pour grands événements, question des droits de rediffusion (foot, rugby, Formule1) 58IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

59 Les société de production télés Source wikipedia 59IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

60 Les petits copains du PAF… 60IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

61 La programmation Élaboration dune grille de programmes le support : Information, magazine, débat, sport, musique, fiction (film, téléfilm série, feuilleton) documentaires, animations, variétés téléréalité. Choix entre la réalisation démissions originales ou lachat démissions. MIPIM Nouveauté avec la télé numérique la possibilité de rediffusion à la demande. Notion de programmes de flux et de programmes de stock 61IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

62 Les coûts en radiodiffusion Pour une simple radio locale de lordre de (micro, platines, magnétophone, table de mixage). Investissement beaucoup plus lourd en télés tant sur le plan technique esthétique (besoin de renouvellement permanent des plateaux) Coût dune caméra de plateau En personnel : rédaction permanente équipe technique équipe administrative équipe commerciale 62IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

63 Coût de production en télé En 2009 coûts moyens horaires pour une fiction : (source CNC) Budget de lordre de 3 millions et demis deuros pour un pour un film. Coût inférieur pour les sitcoms Documentaire coût moyen Augmentation croissante des droits de retransmission du sport : 600 millions deuros payés par Canal+ de 2006 à 2008 pour la ligue Droits de rediffusion des jeux olympiques de milliards et demi de dollars en 2008 Coût des émissions de variétés de à Coût des jeux e pour une demi-heure en plateau mais… e pour une séquence de jeu type Kho Lanta Télé réalité : de lordre de e pour la star academy si 63IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

64 La redevance en télé Redevances en 2008En euros Islande363,6 Auriche324,85 Suisse290 Norvege246 Suede210 Allemagne204 Finlande200 Royaume Uni195 64IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent 68% des ressources de France Télévisions en 2009 venait de la redevance

65 Coût de production en radio Les budgets nettement inférieurs : de budget annuel pour une radio locale plusieurs dizaines de millions pour les grandes radios commerciales Radio France 4300 permanents un budget de 625 millions deuros en 2010 pour 7 chaînes et 42 stations locales. Importance pour les radios des droits de rediffusion et paiements à la SACEM 65IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

66 Plan 1/ La spécificité économique de produits médiatiques 2/ Caractéristiques économiques des entreprises médiatiques 3/ La demande de produits médiatiques 4 /Les stratégies des entreprises de presse 5 /Marchés et stratégies des médias numériques 6 /La réglementation des marchés médiatiques 66IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

67 3 /La demande de produits médiatiqu es Tendances et constantes des acteurs dans la consommation des produits médiatiques Lévolution des comportements avec lémergence des produits numériques 67IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

68 Le paradoxe de la demande Des changements permanents sur le supports médiatiques Une constance dans les comportements des consommateurs 68IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

69 Des changements permanents sur les supports médiatiques Les innovations imposées par loffre de nouveaux outils médiatique anticipent ou suivent la demande du consommateur. La radio à transistor dans les années 50 La cassette VHS Le micro ordinateur Le DVD LIpod La tablette mais échec relatif des note book, des kindle 69IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

70 Le détournement des usages Le Minitel un détournement des usages très français Messagerie rose Sites de rencontres Des réseaux en ligne vers les réseaux sociaux 70IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

71 Les tendances longues de la demande des consommateurs Un besoin de portabilité du transistor au baladeur Un besoin dautonomie une consommation individuelle ( voiture, casque) Un besoin de mise en relation le succès limité dans le temps de la CB Un besoin dambiance musicale 8 Ms de dollars de recettes pour le clip Gangnam style Un besoin de distraction Émission de variétés et émissions sportives jeux sur consoles et PC 71IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

72 Information v. connaissance Une demande restreinte pour linformation culturelle Un souhait dinformation basique Une demande forte dinformation connaissance pour les questions du quotidien 72IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

73 Le produit idéal Distance entre le produit idéal souhaité par le consommateur et loffre Notion de variante par rapport à un produit proposé ( ex de la presse magazine, plusieurs supports sur le même segment)) Le prix est un déterminant du choix de la variante Le degré de concurrence des entreprises est fonction du degré de proximité de leurs produits Hyper segmentation du marché, le segment étant lensemble des acheteurs dune variant du produit. 73IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

74 La culture numérique Multiplication des outils de réception Plusieurs télés par foyer Modes alternatifs de consommation pour un média Un programme télé : Capté en direct Vu en rattrapage catch up télé Consommé en VOD Acheté en DVD Vu sur lIphone Vu sur le PC Vu sur tablette en % des français consomment de la production médiatique en dehors du média dorigine 74IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

75 Pratiques de lInternet 75IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

76 Internet et la consommation dautres produits culturels 76IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

77 La musicalisation de la société 77IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

78 Une baisse découte de la télé chez les nouveaux consommateurs 78IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

79 Radio une consommation en baisse 79IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

80 La consommation audiovisuelle En appareils audio visuels par foyer ( 5 fixes et 3 mobiles) Pour la 1 re fois en 2008 baisse de la durée découte de la télévision. 16 heures hebdo chez les 15 – 24 ans mais 27 heures hebdo chez les plus de 65 ans. Prévision daugmentation de la conso de vidéo ( de 3h30 à 5H par jour 80IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

81 Télévision et nouveaux écrans 81IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

82 Les modalités daccès à la télé Modalités daccès à la télévision en IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent VoD Hertzien TNT TV mobile Satellite adsl Catch up télé PC

83 La lecture Baisse des pratiques de lecture Erosion de la presse quotidienne Maintien des positions de la presse magazine Faible développement des livres électroniques Mais augmentation importante des pratiques décriture (blogs, réseaux sociaux) pour 34 millions dinternautes en 2009 pour plus d1 heure par jour. Nouveaux comportements ( partage, dons, collaboratifs) 83IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

84 Lecture par tranche dâge 84IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

85 Typologie du lectorat 85IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

86 La fréquentation des équipements culturels ¼ des français nont fréquenté aucun équipement culturel en 2008 ( bibliothèque, musée, cinéma, exposition, art vivants) 86IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

87 Les pratiques culturelles 87IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

88 Lecture des quotidiens La situation parait sans issue pour le renouvellement du lectorat de la presse écrite 88IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

89 Lecture des statistiques en berne 89IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

90 Le refus du paiement des produits médiatiques Principe de la gratuité des biens culturels Sites de partage et déchanges par téléchargements Refus de payer les contenus comme les outils Développement des open source Généralisation des clouds Extension des sites de téléchargement payants (Deezer, Spotify) l 90IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

91 Le cinéma nouveaux comportements des consommateurs Une résistance depuis 3 ans avec des films qui rencontrent un succès commercial important mais qui restent le fait de la tranche supérieure à 30 ans 91IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

92 Cinéma et fréquentation par âge 92IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

93 Les pratiques culturelles 93 IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

94 Activités culturelles et ordinateur 94IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

95 Titre En Suède le streaming représente 50% du CA de la musique En 2012, le site Digital Music News avait calculé que chaque écoute d'un titre rapportait 0,0005 dollar sur Spotify.Digital Music News musique,92667.php#xtor=EPR-126-newsletter_tra IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

96 Plan 1/ La spécificité économique de produits médiatiques 2/ Caractéristiques économiques des entreprises médiatiques 3/ La demande de produits médiatiques 4 /Les stratégies des entreprises de presse 5 /Marchés et stratégies des médias numériques 6 /La réglementation des marchés médiatiques 96IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

97 4 /Les stratégies des entreprises de médias Les stratégies éditoriales en presse écrite Les stratégies des chaînes télévision, le marché des société de production 97IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

98 Les stratégies des entreprises de presse Les stratégies globales des médias Les stratégies éditoriales Spécialisation ou prolifération 98IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

99 Les stratégies globales des médias Quelle politique sur un marché donné ? Diversification géographique Emprise sur un espace Ex/ le cas Ouest France Nantes, St-Lô, Alençon, St-Brieuc, La Roche/Yon, Laval, Vannes, Lorient, Quimper, St-Nazaire, Caen, Le Mans, Brest, Angers, Rennes 99IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

100 Titre Ouest France: mailler le territoire 100IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

101 Les stratégies globales des médias Diversification thématique Ex Groupe Lariviere Presse automobile (et assimilés) Moto Revue : hebdomadaire (Bi-Mensuel depuis le 9 juillet 2009); Moto Revue Classic : bimestriel. Extreme machines : créé en juillet GP Racing, Moto Verte : mensuel consacré à la moto tout-terrain. MX Magazine : mensuel consacré au motocross. Quad Pratique : bimestriel consacré au quad. Bike : mensuel consacré au Vélo tout terrain. 4x4 Magazine : mensuel consacré à la voiture tout-terrain. Moto RevuemotocrossquadVélo tout terrain Presse musicale Rock & Folk : mensuel créé en 1966 ; Rock & Folk Presse Loisirs : Le Monde du plein air : bimestriel consacré au camping et à la caravane. Le Monde du camping-car : mensuel consacré au camping-car.camping Presse nautique Voile Magazine : mensuel consacré au nautisme à la voile ;nautisme à la voile Neptune : mensuel racheté en 2004 au groupe Emap France ;Emap France Moteur Boat : mensuel consacré aux bateaux de plaisance à moteur ; L'Argus du bateau : bimestriel consacré à l'achat et à l'entretien des embarcations deplaisance ;plaisance Presse chasse et pêche Pêche en mer : mensuel consacré à la pêche en mer. Partir Pêcher Connaissance de la chasse : mensuel consacré à la chasse ; créé en 1976 Armes de chasse : trimestriel consacré aux fusils et armes chasse.pêchechasse1976fusils Presse Professionnelle Ecran Total : hebdomadaire dédié aux professionnels du cinéma, de l'audiovisuel et de la musique. Fashion Daily News : hebdomadaire dédié aux professionnels de la mode. Le Quotidien du Tourisme : hebdomadaire dédié aux professionnels du tourisme. Transport Info Hebdo : hebdomadaire dédié aux professionnels du transport routier de marchandises. Autres : Cheval pratique, Cheval Junior, Le Fana de l'aviation, Modèle Magazine, Micro Pratique, Micro Simulateur, Tatouage Magazine, Décisions HPA. Cheval pratiqueLe Fana de l'aviation 101IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

102 Les stratégies globales des médias Problématique des two side markets (lecteurs annonceurs) Effets de réseaux croisés : La satisfaction dun acteur sur un marché entraine la satisfaction dun autre acteur sur un autre marché Quels avantages mutuels ? 102IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Plate forme médiatique Lutilité dépend du contenu médiatique et du volume publicitaire ( réactions à la pub Consommateurs des médias Annonceurs Lutilité dépend du nombre de consommateurs et de la cible Marché des medias ( prix du média) Marché publicitaire ( prix de lencart publicitaire)

103 Les stratégies globales des médias Les stratégies tarifaires Politique de prix Politique dabonnement Politique de vente au numéro Politique de tarification publicitaire Ratio contenu/publicité 103IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

104 Les stratégies éditoriales Engagement ou neutralité Presse dinformation ou presse dopinion ? LHumanité un engagement mis en avant Fondée par Jaurès en 1904 Arrivée de Marcel Cachin en 1920 L Huma devient le journal du PCF interdite par le Gvt Daladier pacte GS Reparait sous lOccupation jusquen 1941 puis interdite par Vichy, devient clandestine ensuite Reparait à la Libération 1945 : % des suffrages 1972 : % des suffrages 1986 : % des suffrages 2002 : ,3% des suffrages 2010 : % des suffrages Format plus réduit, pas de journal le samedi 104IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

105 Spécialisation ou prolifération Presse mag ou presse généraliste ? Quelle segmentation des marchés PQR Presse thématiquePresse mag Ouest FranceChallengesAuto MotoMoto verte Nice MatinNotre tempsHistoriaNapoléon Pleine vie Le Pèlerin Quels segments de lectorat ? 105IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

106 Plan 1/ La spécificité économique de produits médiatiques 2/ Caractéristiques économiques des entreprises médiatiques 3/ La demande de produits médiatiques 4 /Les stratégies des entreprises de presse 5 /Marchés et stratégies des médias numériques 6 /La réglementation des marchés médiatiques 106IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

107 5 /Marchés et stratégies des médias numériques Les acteurs Les contenus médiatiques Les stratégies ( two sided markets, économie de lattention) 107IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

108 Les stratégies pour la presse en ligne Modèle gratuit Médias traditionnels Médias participatifs Modèle pro-am. Pour équilibrer ses comptes le média recourt à des journalistes non professionnels (Rue89) médias sans journalistes professionnels comme le média ukrainien h.ua Modèle Premium Une partie du site est en libre accès dautres articles sont payants (modèle paywall). Ex: stratégie mise en place par le Figaro où le premier article est ouvert à la lecture mais pas les suivants sur la même thématique. Il devient payant pour la suite moyennant un abonnement Stratégie payante La totalité du contenu devient payant sur la base dun abonnement solution mis en place par Robert Murdoch pour le Times En France solution retenue pour MediaPart 108IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

109 Les stratégies pour la presse en ligne Stratégie de diversification Sur produits numériques Exemple les sites de petites annonces. Une stratégie payante pour le Figaro ( ex le site explorimmo) en Angleterre solution retenue aussi pour le Daily mail Sur activités rédactionnelles Le Washington Post propose des formations déducation supérieure En France alternative économique rédigent des hors-série financer à des partenaires économiques. La participation de journalistes à des conférences peut se traduire aussi par des obligations dachat de numéro Sur des produits physiques Les articles sur des thèmes magazines (cuisine à voyage sont associées une boutique en ligne possibilité dacheter des CDs en ligne sur le site de même achat avec des partenariats avec des chaînes de supermarchés les produits proposés sont ceux des les ingrédients de larticle (Los Angeles Time) 109IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

110 Le problème des plateformes Google versus editeurs Cf accord signé par Hollande avec le PDG de Google, Eric Schmidt. 60 millions deuros versés pour laide au passage au numérique de la presse dinformation générale et politique 110IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

111 Stratégies des médias numériques La distinction programmes de stock programmes de flux programmes de stock : série de fiction dramatiques et opéras filmés Font lobjet dun marché à la revente Généralement sous traité à des sociétés de production Importance en France des droits de rediffusion : pour les artistes de 10 à 35% du cachet initial ( représente en gros 15% du cout de la prod) programmes de flux : infos, matches de foot. Valeur uniquement à la diffusion. Non amortissable sur des reventes Réalisés avec les moyens de la chaîne 111IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

112 Les stratégies de version Un même produit médiatique est proposé sous différentes versions : Livre en version brochée ou en format économique Modele de base, familial, premium DVD en version standard ou pack de luxe Question du timing pour les films 112IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Cinema VOD payante TV payante TV gratuite VOD gratuite DVD

113 Les stratégies de production Baisser les coûts : Tourner dans des pays moins chers ( Hongrie) Recourir au numérique ( baisse des coûts de plus en plus importante) Sous traiter (cascadeurs, studios numériques) Recycler les matériels sur les lieux de tournage 113IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

114 114

115 Stratégies industrielles pour les médias numériques Colloque NPA : "Quelles stratégies industrielles pour les médias numériques ?", vendredi 29 octobre 2010 Intervention de Michel Boyon, président du CSA, strategies-industrielles-pour-les-medias-numeriques-l-intervention-de-Michel-Boyon 115IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

116 La politique du CSA Lesprit dorientation du média télévisé toujours présent en France Discours du Président du CSA déc pour le lancement de 6 nouvelles chaines de la TNT : Renforcer la TNT au travers de 3 principes: Gratuité: critique des modèles daccès payant (y compris au travers des fournisseurs daccès internet) Universalité: volonté davoir des chaines généralistes répondant à toutes les demandes du public Diversité : permettre la liberté de choix 116IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

117 Les nouvelles chaines de la TNT Des stratégies de diversification des acteurs des médias par loccupation de créneaux de niche 117IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

118 TF1 Métropole Télévision NRJ TV Groupe Canal+ Groupe Amaury Diversité TV France BFM Jeunesse TV (Lagardère - France Télévisions) Nextradio TV Les chaines de la TNT 118 IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Des stratégies de diversification

119 Chérie IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent NRJ TV NRJ Group Chérie 25 est un service consacré aux femmes. Loffre de programme est composée majoritairement de magazines et de documentaires ainsi que de fictions audiovisuelles. Les magazines et les documentaires favorisent lintervention de femmes expertes. Ils portent sur des sujets tels que lactualité culturelle, le monde professionnel, la politique, léconomie, la vie quotidienne, la mode, lart de vivre ou la gastronomie.

120 Léquipe IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent LÉquipe 24/24 Groupe des Éditions Amaury LEquipe 21 est consacrée au sport et à sa diversité. Léditeur propose des retransmissions sportives, des journaux dinformation, des magazines, des reportages et des documentaires traitant de toutes les disciplines. La programmation est complétée par des programmes de divertissements et des œuvres cinématographiques.

121 RMC découverte 121IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Nextradio TV RMC Découverte propose un service de documentaires consacrés à la découverte et à la connaissance. Destinée à un large public, la chaîne traite une grande variété de sujets. Loffre de programmes est construite autour de soirées thématiques, avec des documentaires en première diffusion.

122 HD1 122IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Groupe TF 1 fiction dans toutes ses composantes : cinéma, fictions audiovisuelles, fictions courtes et courts métrages, ainsi que de nouvelles formes décriture. Léditeur propose un feuilleton quotidien inédit et des programmes consacrés à lactualité cinématographique et à la fiction.

123 23 123IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Diversité TV France Numéro 23 reflète la diversité de la société française dans toutes ses composantes et louverture sur le monde : diversité des origines, des cultures, des modes de vie personnels et familiaux, ainsi que des conditions physiques, parité. Léditeur propose des documentaires, des magazines, des séries et des téléfilms. La programmation comprend également des œuvres cinématographiques et loffre de cinéma sera en particulier consacrée au cinéma dauteur du monde entier.

124 6ter 124IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Métropole Télévision Groupe M6 6Ter est une chaîne du groupe M6 qui propose une offre variée de programmes à destination de toutes les familles. Cette offre de programmes comporte des magazines, des documentaires, de la fiction audiovisuelle, pouvant être partagée par les enfants, les parents et les grands-parents. La programmation comprend également du cinéma et des divertissements. De nombreuses soirées sont consacrées à la découverte et à la compréhension du monde.

125 Le paysage de la TNT est il complet ? 125IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Quelles thématiques ne sont pas couvertes par les chaînes existantes ? Chaîne musicale Chaîne éducation Chaîne ados Chaîne musique classique Chaîne seniors

126 Les stratégies de bouquet Produits vendus séparement ( bundlig pur) Produits vendus ensemble ( bundlig mixte) Triple play (internet, téléphonie mobile, télé) Quadruple play (internet, téléphonie fixe et mobile, télé) Politique des bouquets en télé 126IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

127 Une stratégie daccroche 127IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Fournir le boitier de réception de la TNT pour déclencher lacte dachat vers les chaines du groupe CANAL Gratuit en théorie après achat du décodeur mais récemment renouvellement payant des cartes daccès (15)

128 Une stratégie daccroche 128IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent Fourniture du boitier de réception de la TNT. Différents bouquets de chaine reçues par satellite

129 Canal historique 1982 naissance de Canal+ soutenu par François Mitterrand + Jack Lang André Rousselet de Havas à lorigine du projet. Nomme Pierre Lescure comme patron du projet. Aide du gvt de lépoque ( taxe magnétoscopes) Débuts en nov 84 : abonnés première chaine à péage. 6 rediffusions maxi. Cible CSP+ Difficultés en 85 pas assez dabonnés. Redécollage grâce aux pgms en clair. Devient plus populaire ( Coluche Poivre dArvor, Dechavanne, films à toute hure, premiers films X) et Canal+ Magazine 1987 Nulle part ailleurs jusquen Canal+ Productions StudioCanal millions dabonnés et bénéfice de de 774 millions de francs Lancement des abonnements par satellite ( au lieu du réseau VHF) bouquet Canal Satellite 129IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

130 Canal historique 1994 éviction de André Rousselet ( poussé par Balladur) remplacé par Pierre Lescure Départ de Delarue 94 et de De Caunes lancementde CanalSat 3 bouquets : Canal+ Bleu (orientée émissions et documentaires) et Canal+ Jaune (orientée cinéma). Canal+ Vert (orientée sport) Septembre 99 Vivendi (ex CGE) prend 49% du capital de Canal et 75% des voix au CA.JJMM prend les commandes du groupe Forte concurrence de TPS (actionnaires : Groupe TF1, le Groupe, M6, France Télévisions, la CLT (ex RTL) et la Lyonnaise des Eaux.) et … CanalSat pourtant lancé par Canal+ avec Europe1 communication en 92 pour les jeux dAlbertville …le groupe perd de largent 1999 lancement de i-télévision 130IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

131 Canal historique Décembre 200 fusion Canal+ Vivendi Vivendi Universal ( stratégie de JJMM pour alimenter en contenus SFR et Cegetel) Le groupe fusionne lensemble des sociétés mais perd de largent 2002 Pierre Lescure remplacé par Xavier Couture Echec de JJMM qui doit quitter Vivendi Universal Réorganisation : répartition des rôles comme avant 1997 Canal+ Distribution (qui exploite le fichier d'abonnés), Canal+ Régie (publicité), CanalSatellite, MultiThématiques, i>télévision, MediaOverseas, Pathé Sport, StudioCanal 2003 Jean René Fourtou Pdt de Vivendi remplace Couture par Bertand Meheu. Situation rétablie en 2004 Allers retours danimateurs vedettes : Emmanuel Chain, Stephane Bern, Grand journal de Denisot, Jamel Debbouze,Thierry Ardisson Droits sur le championnat de Ligue 1 (payés 600 millions deuros par la chaîne en ) Rachat de Direct8 et Direct Star à Bolloré mais refus du CSA de la fusion avec TPS Depuis 2010 diffusion en numérique sur la TNT 131IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

132 La production médiatique : le rôle de Canal Fondé en 1988 par Pierre Lescure Dirigé par Olivier Courson appartient à Vivendi 132IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

133 Titre Un atout pour la production cinématographique française 133IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

134 Les séries de Canal+ Borgia (2011) Borgia Braquo : série policière (2009) Braquo Engrenages - Série policière en région parisienne (2005) Engrenages Kaboul Kitchen (série télévisée) (2012) Kaboul Kitchen (série télévisée) La Commune, série sur un quartier français sensible, "la Commune". (2007) La Commune Les Revenants (2012) Les Revenants L'œil du cyclone une émission d'art alternatif consacrée aux nouvelles images ( ) L'œil du cyclone Maison Close la prostitution au XIX –(2010) Maison Close Platane Eric et Ramzi (2011) Platane Scalp, l'univers de la bourse dans les années ( 2008) Scalp XIII : La série : espionnage (2011) XIII : La série 134IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

135 STUDIOCANAL texte 135IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

136 STUDIOCANAL texte 136IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

137 STUDIOCANAL 137IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

138 STUDIOCANAL 138IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

139 STUDIOCANAL 139IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

140 STUDIOCANAL 140IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

141 STUDIOCANAL 141IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

142 Les hits de STUDIOCANAL Principaux films du catalogue ayant été primés ou ayant connu un succès en salle : Bataille d'Alger (1966), Voyage au bout de l'enfer (1978), JFK (1991), Basic Instinct (1992), Terminator 2 (1991), Stargate, la porte des étoiles (1994), Billy Elliot (1999), Le Pacte des loups (2000), La Chambre du fils, Mulholland Drive, Intimité (2001), Le Pianiste (2002), Podium, Les Rivières pourpres 2, Mariages!, Fahrenheit 9/11, Vera Drake (2004), Million Dollar Baby (2005), Indigènes, Prête-moi ta main, Fauteuils d'orchestre, Jean-Philippe (2006), My Blueberry Nights, Je vais bien, ne t'en fais pas (2007), Disco, Paris, Le premier jour du reste de ta vie, Deux jours à tuer, Parlez-moi de la pluie, Burn After Reading (2008), Jeux de pouvoir, Le code a changé, Coco, Good Morning England (2009), Green Zone (2010), La Taupe, Sans Identité,Les Contes de la nuit(2011). Bataille d'Alger1966Voyage au bout de l'enfer1978JFK1991 Basic Instinct1992Terminator 21991Stargate, la porte des étoiles1994Billy Elliot1999Le Pacte des loups2000La Chambre du fils Mulholland DriveIntimité2001Le Pianiste2002PodiumLes Rivières pourpres 2Mariages!Fahrenheit 9/11Vera Drake2004 Million Dollar Baby2005IndigènesPrête-moi ta mainFauteuils d'orchestreJean-Philippe2006My Blueberry NightsJe vais bien, ne t'en fais pas2007DiscoParisLe premier jour du reste de ta vie Deux jours à tuerParlez-moi de la pluieBurn After Reading2008 Jeux de pouvoirLe code a changéCocoGood Morning England2009Green Zone2010La TaupeSans IdentitéLes Contes de la nuit IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

143 Les films de Canal A A Serious Man, Les Acteurs, Ali G (film, 2002), And Soon the Darkness (film, 2010), Anna Karénine (film, 2012), Les Aventures d'un homme invisible A Serious ManLes ActeursAli G (film, 2002)And Soon the Darkness (film, 2010)Anna Karénine (film, 2012)Les Aventures d'un homme invisible B Basic Instinct, Billy Elliot, Bridget Jones : L'Âge de raison, Burn After Reading Basic InstinctBilly ElliotBridget Jones : L'Âge de raisonBurn After Reading C Casse-tête chinois, Chute libre (film), Cliffhanger : Traque au sommet Casse-tête chinoisChute libre (film)Cliffhanger : Traque au sommet Cloclo (film), Le code a changé, Le Contrat (film, 1986) Cloclo (film)Le code a changéLe Contrat (film, 1986) Contrebande (film), Le Convoyeur, Cuisine et Dépendances Contrebande (film)Le ConvoyeurCuisine et Dépendances D Donne-moi ta main, Dos au mur (film, 2012) Donne-moi ta mainDos au mur (film, 2012) F Fausses Apparences, Forces spéciales (film) Fausses ApparencesForces spéciales (film) G Good Morning England, Green Zone Good Morning EnglandGreen Zone H Haunted (film, 1995), Hippie Hippie Shake, Hot Fuzz, Human Nature (film, 2001) Haunted (film, 1995)Hippie Hippie ShakeHot FuzzHuman Nature (film, 2001) I Inside Llewyn Davis Inside Llewyn Davis J Le Jardinier d'Argenteuil, Jeux de pouvoir (film), JFK (film), Johnny English Le Jardinier d'ArgenteuilJeux de pouvoir (film)JFK (film)Johnny English Le Journal de Bridget Jones (film) L Love Actually Love Actually 143IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

144 Les films de Canal (suite) M Les Mambo Kings, Mariage à l'anglaise, Meurtre à Alcatraz, Mi$e à prix, Mulholland Drive (film), My Blueberry Nights, Les Mythos Les Mambo KingsMariage à l'anglaiseMeurtre à AlcatrazMi$e à prixMulholland Drive (film)My Blueberry NightsLes Mythos N Ned Kelly (film, 2003), Non-Stop Ned Kelly (film, 2003)Non-Stop O O'Brother, Orgueil et Préjugés (film, 2005) O'BrotherOrgueil et Préjugés (film, 2005) P Peines d'amour perdues (film), Le Pianiste, Piège en haute mer, La Plus Belle Victoire, Le Poids de l'eau, Pour un garçon Peines d'amour perdues (film)Le PianistePiège en haute merLa Plus Belle VictoireLe Poids de l'eauPour un garçon Q Le Quai des brumes (film) Le Quai des brumes (film) R Rambo (film, 1982), Requiem pour une tueuse, Rambo (film, 1982)Requiem pour une tueuse S Le Salut, Sans Identité, Senna (film), Le Soliste, Sommersby, Stargate, la porte des étoiles Le SalutSans IdentitéSenna (film)Le SolisteSommersbyStargate, la porte des étoiles T La Taupe (film, 2011), Terminator 2 : Le Jugement dernier, La Tête en friche, The Tourist, The Two Faces of January La Taupe (film, 2011)Terminator 2 : Le Jugement dernierLa Tête en fricheThe Tourist The Two Faces of January U U-571 (film), Un jour, peut-être, Under the Skin, Universal Soldier U-571 (film)Un jour, peut-êtreUnder the SkinUniversal Soldier V Vol 93, Voyage au bout de l'enfer Vol 93Voyage au bout de l'enfer W, Whiteout (film, 2009), Wild Child (film, 2008) Whiteout (film, 2009)Wild Child (film, 2008) 144IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

145 Plan 1/ La spécificité économique de produits médiatiques 2/ Caractéristiques économiques des entreprises médiatiques 3/ La demande de produits médiatiques 4 /Les stratégies des entreprises de presse 5 /Marchés et stratégies des médias numériques 6 /La réglementation des marchés médiatiques 145IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

146 6 /La réglementation des marchés médiatiques Lorganisation des marchés Questions déthique médiatiques et numériques 146IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

147 Principes généraux Des biens publics mais aussi des biens sous tutelle. Maintien de la notion de service public confiée aux médias La puissance publique considère que les lois de la régulation du marché ne peuvent sappliquer aux industries médiatiques et quil convient de réguler un marché aux caractéristiques hors normes de la théorie de léquilibre général deux modalités : - Aides financières - Réglementation 147IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

148 Les instances Le soutien juridique et technique de la Direction générale des medias et industries culturelles rattachée au ministère de la communication. La DGMIC assure le secrétariat de la Commission paritaire des publications et agences de presse Pour les médias audiovisuels systèmes de quotas de production et de diffusion Controlés par le CSA pour garantir la liberté de communication audiovisuelle 148IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

149 Réglementation des medias écrits Objectif : préserver le pluralisme et la diversité des titres 1,35 milliard d daides de lEtat à la presse écrite en 2006 Aides directes ( crédits budgétaires votés au Parlement) + aides fiscales de lEtat et des collectivités locales Aides indirectes par le biais du budget de la Poste ( tarifs préférentiels pour le transport de Presse) Source : Industrie des medias à lheure numérique Jean Gabszewicz Nathalie Sonnac La Découverte 149IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

150 Les aides directes publications inscrites au registre de la commission paritaire des publications et agences de presse bénéficient daides directes Aides à la diffusion en 2010 (inscrit dans la loi de finances) Aide au transport postal pour la presse dinfo gén et politique ( 111 millions d) Réduction tarifaire de la SNCF ( 5,8 Ms) Aide à la promotion de la presse française à létranger (1,8Ms) Aide au portage de presse (70 Ms) Exonération des charges patronales pour les porteurs de presse (12 Ms) Aides à la modernisation sociale de la PQN (25 Ms) Aide à la modernisation et distribution de PQN (12 Ms) Aide à la modernisation de la diffusion de la PQN (13,3 Ms) Développement des services en ligne des service de presse (20 Ms) Modernisation de la PQN ( 25 Ms) 150IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

151 Les aides directes (suite) Aide au pluralisme par soutien des quotidiens nationaux à faibles ressources publicitaires (9,5 Ms) Et pour la PQ à faibles recettes en petites annonces (1,4Ms) Abonnement de soutien de lEtat lAFP Un montant total daides de lEtat de 305 millions dEuros en 2010 (+84% par rapport à 2009) Les aides mises en place en IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

152 Les aides indirectes Principalement l'aide apportée par la Poste sous forme de réduction tarifaire. Estimée à 242 millions d'euros en 2010 Un régime fiscal spécifique avec 3 dispositions entraînant des moins values (taux de TVA a 2,1%) Possibilité d'exonérer de la taxe professionnelle pour les collectivités locales Régime spécial d'abattement pour favoriser l'investissement Cf rapport du sénat en 2010 Régime dérogatoire des taux de cotisation de sécurité sociale 152IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

153 La réglementation de laudio visuel Un objectif pour un choix politique : protéger lexception culturelle française Une continuité dans la politique culturelle de la France. 153IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

154 Le CSA Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) est l'autorité de régulation de l'audiovisuel. Depuis le 23/01/2013, il est dirigé par Olivier Schrameck qui a remplacé Michel Boyon. Créé en 1989 ( en remplacement de la CNCL) qui remplaçait la Haute autorité créée par François Mitterrand Le Conseil supérieur de l'audiovisuel, autorité indépendante, garantit l'exercice de la liberté de communication audiovisuelle par tout procédé de communication électronique, dans les conditions définies par la présente loi. 154IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

155 Objectifs du CSA Le Conseil supérieur de l'audiovisuel, autorité indépendante, garantit l'exercice de la liberté de communication audiovisuelle par tout procédé de communication électronique, dans les conditions définies par la présente loi. Il assure l'égalité de traitement ; il garantit l'indépendance et l'impartialité du secteur public de la communication audiovisuelle ; il veille à favoriser la libre concurrence et l'établissement de relations non discriminatoires entre éditeurs et distributeurs de services, quel que soit le réseau de communications électroniques utilisé par ces derniers, conformément au principe de neutralité technologique ; il veille à la qualité et à la diversité des programmes, au développement de la production et de la création audiovisuelles nationales ainsi qu'à la défense et à l'illustration de la langue et de la culture françaises. Il peut formuler des propositions sur l'amélioration de la qualité des programmes. Il veille au caractère équitable, transparent, homogène et non discriminatoire de la numérotation des services de télévision dans les offres de programmes des distributeurs de services 155IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

156 Le soutien à la création par le financement Mécanisme de redistribution des ressources mis en place en 1986 : compte de soutien à lindustrie des programmes audiovisuels COSIP : ce compte est alimenté par toutes les chaînes de télévision (5,5 % des ressources de la de lannée précédente) taxes sur les entrées de cinéma et sur la location de cassettes vidéo Total des subventions 203 millions deuros en IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

157 Les obligations réglementaires Les chaînes de télévision doivent consacrer une part de leur programmation à la diffusion dœuvres audiovisuelles européennes et dexpression originale française. Mise en place de quotas de diffusion : 60 % du temps dantenne pour la diffusion dœuvres s européennes dont au moins 40 % dEOF. Quotas appliqués à lensemble du temps de diffusion des chaînes et aux heures de grande écoute des chaînes thématiques du câble et par satellite des chaînes locales sont aussi soumis à ces quotas. Les chaînes doivent consacrer une partie de leur C.A. de lannée précédente (3,2 % du C.A. pour les chaînes hertziennes 20 % pour Canal+ ) à la production dœuvres audiovisuelles européennes et dexpression française. Deux possibilités : - achat de programmes ou de préachats - part dans la coproduction 157IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

158 Lencadrement de la publicité La publicité rentre à la télévision en 1969 une publicité encadrée (loi sapin de 1993 sur la protection des consommateurs Loi de 1978 informatique et libertés limite laccès à certains secteurs économiques à lécole arme à feu et plus tard tabac Une réglementation draconienne en France avec la limitation des coupures pendant les films (interdits sur le dans le secteur public, une seule dans le privé) Sur les autres programmes un minimum de 20 minutes de programmes entre 2 spots. Limitation des longueurs des spots télévisés et encadrements du volume total imitation quotidienne de six minutes par heure sur les chaînes hertziennes et de 12 minutes sur la chaîne privée 158IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

159 La protection de la création Une politique constante en France qui sinscrit dans le cadre de la protection de la création intellectuelle. La notion de droit dauteur dans le domaine littéraire trouve un prolongement logique dans les œuvres audio visuelles. Cette politique sappuie aussi sur un principe général de protection de la création que lon retrouve dans la législation étrangères Un système en complet bouleversement avec le numérique Ex/ négoc SACEM You Tube 159IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

160 La SACEM Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique Fondée en 1850 ! Procès en 1847 dans un caf conc ( Les ambassadeurs now Espace Cardin) Mission : assurer la défense des intérêts des auteurs et la gestion collective de la collecte et de la répartition des droits des œuvres musicales faisant l'objet d'une diffusion publique ou reproduits sur différents supports sociétaires et 40 millions d'œuvres ( gère aussi les droits des auteurs étrangers en 2009) la Sacem a encaissé au titre des droits dauteur pour ,5 M, soit une baisse de 1,9% sur 2011 Concerne toute œuvre audio car compétence aussi pour textes de doublages, sous-titrages de films, téléfilms et séries étrangères, extraits dœuvres dramatiques et dramatico-musicales Tutelle du ministère de la Culture !!! Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) pour l'opéra, la musique de ballet et les comédies musicales. 160IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

161 Lindustrie de la musique Source SACEM : ( AFP janvier 2013) Droits collectés par la SACEM (900 millions ) Sommes collectées au titre des droits voisins (197 millions ) Marché de la musique enregistrée (800 à 1 milliard ) Marché du spectacle vivant privé ( millions ) Marché du spectacle vivant public (350 millions ) Ventes d'instruments de musique (630 millions ) Ventes de hi-fi grand public (700 millions ) C.A. publicitaire brut des radios et télévisions musicales (respectivement 1,2 milliard et 425 millions ) Discothèques et bars à ambiance musicale (1,728 milliard ) 161IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

162 Lalternative pour le numérique: les licences creative commons Le Creative Commons (CC) organisation à but non lucratif propose une solution alternative légale au régime de la propriété intellectuelle, inadaptée au Web. Fondée en 2001 par Lawrence Lessig en 2001 en Californie La notion de droit dauterur ou copyright très restrictive aux USA Cf Wikipedia Attribution : signature de lauteur initial (obligatoire en droit français) (sigle : BY) Non Commercial : interdiction de tirer un profit commercial de lœuvre sans autorisation de l'auteur (sigle : NC) No derivative works : impossibilité dintégrer tout ou partie dans une œuvre composite ; l'échantillonnage (sampling), devenant impossible (sigle : ND)échantillonnage Share alike : partage de lœuvre, avec obligation de rediffuser selon la même licence ou une licence similaire (version ultérieure ou localisée) (sigle : SA) Exemple de combinaison : Creative Commons BY-NC-SA. 162 IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

163 La CNIL Protection de la vie privée avec la loi informatique et libertés Conflit avec Google sur la collecte des données (avec Google+) Question de la position dominante Reproche des accords exclusifs imposés à des fournisseurs de contenu et des sociétés de publicités Problème de la redirection de internautes vers des sites illégaux ( conflit avec la fédé anglaise de football sur la retransmission de matchs de foot sur des sites russes 163IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

164 La Loi HADOPI Lutte contre le téléchargement illégal Loi du 12 juin 2009 Création de la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection de droits sur Internet films piratés chaque jour ( soit autant que les entrées en salle, mais seuls 7% des sondés disent aller moins souvent au cinéma) Sanction du peer to peer Mouvement d opposition : la quadrature du Net, artistes, politiques, presse ( SVM° 164IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

165 Merci de votre attention 165IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent

166 Titre texte 166IPAG 2013 MMM Philippe Bellissent


Télécharger ppt "Economie des médias Philippe Bellissent Janvier 2013 Mastere Media Manager IPAG."

Présentations similaires


Annonces Google