La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dr Peter Lieb Department of War Studies Royal Military Academy Sandhurst (RU)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dr Peter Lieb Department of War Studies Royal Military Academy Sandhurst (RU)"— Transcription de la présentation:

1 Dr Peter Lieb Department of War Studies Royal Military Academy Sandhurst (RU)

2 Introduction et questions de la présentation La signification du Jura dans la stratégie allemande Les étapes stratégiques vers la radicalisation du combat contre le Maquis Les acteurs allemands de la répression dans le Jura Les trois opérations majeures militaires au Jura Français Korporal (février 1944) Frühling (avril 1944) Treffenfeld (juillet 1944) Conclusion

3 Lhistoriographie de loccupation allemande en France La Wehrmacht: « propre » ou « criminelle »? Bouleversement dans les années 1990 (Meyer, Delacor) Jeune génération dans les années 2000 (Eismann, Laub, Lieb) Le problème central: Lacune dans les sources allemandes

4 Quelles ont été les étapes de la radicalisation allemande dans le combat contre le Maquis en France? Qui sont les acteurs de la répression dans le Jura? Comment se déroulèrent les trois opérations militaires contre le Maquis en 1944 du point de vue allemand? Quels facteurs contribuèrent à la radicalisation?

5 Divisé entre la zone occupée et libre Aucun intérêt économique, pas daxes de communication Passages illégaux à la frontière Franco-suisse Problème avec le Maquis

6 Août 1941: Premier ordre de combattre une insurrection Jusquau début de 1944 la méthode préférée de répression: Déportation des Résistants pour lAllemagne

7 Deux ordres fondamentaux avant le débarquement: Sperrle-Décret du 3 février donne carte blanche à la troupe pour répondre aux attaques de la Resistance Ordre du Keitel du 4 mars 1944: Maquisards pris prisonniers avec larme à la main sont à fusiller Mais: après les premières exactions (par exemple massacre dAscq en avril 1944) des ordres suivent pour modérer la troupe

8 Nouveaux ordres pour appliquer des mesures sans égards LOKW décide le statut des membres du Maquis/FFI: Francs-Tireurs Initiatives de modération par certains commandants (Blaskowitz, Stülpnagel etc.) Ordre du OKW datant de fin juillet: Déportation de toute la population masculine dans les régions infestées par des bandits; ordre très contesté parmi les militaires en France

9 Réaction à lavancement de la Résistance Politique de intimidation Dépendance allemande à Vichy Idéologie nazi insignifiante, mais: Toutes les étapes décisives vers la radicalisation stratégique proviennent de Hitler lui-même ou de lOKW et non des militaires en France

10 VSt (Bourg, Lons- le-Saunier) HVSt Lyon (region) HGeb Sudfrankreich MBF OKH Hitler OKW OB West 157. Division de Reserve Commandant Nord-Est France FK (Besancon) Troupes doccupation HSSPF BdS Paris KdS Lyon AK Lons-le-Saunier Himmler WEHRMACHT SS/POLlCE (SIPO/SD)

11 Karl Pflaum Commandant de la 157e Division de Réserve Heinrich Niehoff Commandant du Territoire dArmée du Sud de la France Franz Schwehr Commandant du Régiment de Réserve de Chasseurs Alpins No. 1

12 Troupes doccupation (Sicherungsbataillone), (K,T) Régiment de police « Todt » (K) Gebirgsjäger de la 157 e Division de Réserve (K, F, T) Volontaires de lEst (Osttruppen), (T) Milice Française (T) K = Korporal F = Frühling T = Treffenfeld

13 Klaus Barbie Chef de la Section IV (Gestapo) du Commandant de Sécurité de Police à Lyon Hermann Lütjens Pas de photo Werner Knab Pas de photo ? ? Les acteurs (Sipo/SD, SS)

14 « Korporal » (5 – 13 fevrier 1944): Bas- Bugey et Haut-Bugey « Frühling » (7-18 avril 1944): Haut-Bugey « Treffenfeld » (10-19 juillet 1944): Bas- et Haut-Bugey

15 Brénod Ambérieu-en-Bugey Virieu-le- Grand Culoz Nantua Rumilly Bellegarde Seyssel Hauteville- Lompnes SUISSE Ain Rhône Fier Forces dencerlement Secteur A 5 – 8/2/1944 Poncin Opération Korporal 5 – 13 Février1944 Opération Korporal 5 – 13 Février1944 Ruffieu Secteur B 10 – 13/2/1944 Belley 20 km 0 10 Forces dencerlement Approche Militaire « Korporal » et « Frühling »: Région divisée en deux secteurs Encerclement du premier secteur 4 Jagdkommandos (commandos de chasse) opèrent à lintérieur du secteur pendant 4-6 jours Regroupement des forces et même procédure pour le deuxième secteur

16 Approche Militaire: « Treffenfeld » Trois groupes de combat Attaque concentrique contre le centre du Maquis (Nantua – Oyonnax – Dortan) « Nettoyage » scrupuleux du centre

17 OpérationNombre des Allemands Pertes Allemandes Données du Maquis Pertes Maquis Proportion Pertes Allemandes : Maquis KorporalCa morts, 1 blessé ?21 morts1:10 FrühlingCa morts, 14 blessés 500 morts, 700 blessés 40 morts1:7 TreffenfeldCa morts, 90 blessés morts170 morts1:5

18 OpérationMorts au total Victimes Résistantes Victimes Civiles ProportionArrêtés/ Déportés Korporal :2460 (dont 287 déportés) Frühling :2Ca. 600 (dont ca. 400 déportés) Treffenfeld :1Ca. 230 déportés

19

20 Colonne – Groupe de Combat UnitésProportion Maquisards : Civils tués Autres crimes Nord Cosaques (Osttruppen) Ecole d Enseignes Dijon Unités de lArmée de lAir de Dijon Sipo/SD Dijon, Besançon et Lons-le- Saunier Feldgendarmerie Milice Française 2:3 Lieux principaux: Dortan, Charchilla Destructions: Dortan, Matafelon, Moirans-en- Montagne, Longchaumois, Coyrière, Lavancia, Belleydoux, Poisoux, Cuisiat, Verjon, Pressiat Viols: Dortan Pillages organisés et individuels Sud Osttruppen Sapeurs Feldgendarmerie Sipo/SD Lyon (Klaus Barbie etc) 1:2 Lieux principaux: Bourg-en-Bresse, Cerdon, Nantua, Dortan Destructions: Cerdon, Belleydoux, Matafelon, Lavancia Viols: Dortan Pillages organisés et individuels Sud-est Gebirgsjäger (157 e Division de Reserve) Sipo/SD? 5:1Destructions: Belleydoux Bouclier humain: Châtillon-en- Michaille Pillages organisés

21 « Il est certain que les mesures sévères prises par le SD, sont favorable à la pacification dun territoire. Les habitants ont peur dhéberger des terroristes, de les nourrir ou de les soutenir dune quelconque manière, parce quils craignent pour leur vie et pour leurs biens. Les soldats voient cependant ces mesures dun mauvais œil car très souvent des innocents ont à souffrir de ces mesures. Des querelles en ont parfois résulté avec les hommes détachés par le SD. […] La troupe fera ce qui est nécessaire, elle évitera toutes formes dinjustice et de dureté exagérée. »

22 1) Radicalisation du combat contre le Maquis? Oui, mais... 2) Différence Wehrmacht – SS? Oui, mais... 3) Troupes de la Wehrmacht agissaient de façon uniforme? Non, mais... 4) Le Jura, la région la plus touchée par la guerre en France? Oui, mais...


Télécharger ppt "Dr Peter Lieb Department of War Studies Royal Military Academy Sandhurst (RU)"

Présentations similaires


Annonces Google