La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007 Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007 Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007."— Transcription de la présentation:

1 Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007 Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007

2 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 THALES Florian de LA COMBLE Jean-Joël FERRAND

3 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 Le financement des régimes de retraites à la charge de lentreprise. Lexpérience de Thales au Royaume-Uni

4 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 Sommaire I.Les enjeux financiers des régimes à prestations définies au Royaume-Uni A.Les principaux régimes de retraites et les contraintes pour les entreprises B.La mise en place des fonds de pension au Royaume-Uni : contexte politique, cadre légal C.Le fonctionnement dun fonds de pension à prestations définies D : vers une dette abyssale pour les entreprises britanniques les plus exposées

5 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 Sommaire II.Les réponses apportées par les entreprises A.La remise en cause des régimes à prestations définies B.Une externalisation encore très onéreuse C.Vers une gestion actif/passif plus efficiente III.Un sujet devenu déterminant dans la stratégie des entreprises A.Des contraintes sur les opérations de fusions-acquisitions B.Un champ de contraintes sociales et financières additionnelles C.Les fonds de pensions sont aussi un outil de financement pour les entreprises IV.Conclusion

6 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 I.Les enjeux financiers des régimes à prestations définies au Royaume-Uni

7 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 A.Les principaux régimes de retraites et les contraintes pour les entreprises Responsabilité des risques EtatSalariésEntrepriseAssureur Retraites par répartition (pyramide des âges / emploi / longévité) --- Capitalisation et «contributions définies» (individuelles ou collectives) - Risques de marché et de longévité -- Capitalisation et «prestations définies» Risques de marché et de longévité Retraites privées --- Risques de marché et de longévité Qui supporte les risques financiers et démographiques ?

8 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 A.Les principaux régimes de retraites et les contraintes pour les entreprises Degré de risques pour lEntreprise par pays par ordre de risque croissant (point de vue de lactionnaire) PaysRisquesExplication FranceTrès faibleRépartition, risque limité aux régimes complémentaires EspagneFaibleRépartition partielle, capitalisation externalisée sur assureurs SuisseFaibleRépartition partielle, capitalisation externalisée ItalieFaibleRépartition partielle + capitalisation Pays-BasMoyenRépartition partielle, capitalisation «prestation définie» récente AllemagneImportant et croissant Largement de la répartition + « prestation définie » complexe non financée Royaume-UniFort«Prestation définie» ancienne Etats-UnisFort«Prestation définie» ancienne

9 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 B.La mise en place des fonds de pensions au Royaume Uni : contexte politique, cadre légal 3 piliers : « basic pensions » assurés par lEtat régimes dentreprises à prestations définies (volontaires) complémentaires publiques ou privées facultatives, en général à contributions définies Réforme Thatcher Désengagement de lEtat et responsabilité individuelle Incitation fiscale à la migration vers les régimes privés Un succès porté par des marchés boursiers incitant les entreprises à ouvrir largement leurs régimes, mais un cadre réglementaire peu protecteur (cas de fraudes et de faillites) Réforme Blair (Pension Act) Les droits des salariés sont renforcés : créances de retraite privilégiées, contrôle des « type A event » (événement affectant le crédit des entreprises) Les taux de financement des fonds de pensions sont réglementés Augmentation de lâge de la retraite (65 ans puis 68 ans…) Création du « Pension Protection Fund »

10 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 C.Le fonctionnement dun fonds de pension à prestations définies Divers Actions Obligations Sponsor (entreprise) Board des trustees Salariés Engagements de retraite revenus NPV pensions Sous financements (réglementés) pensions désactualisation Actifs propriété des salariés Droits annuels acquis garantie Valeur actuelle

11 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 C.Le fonctionnement dun fonds de pension à prestations définies Capitalisation (vie active) Rente (retraite) Risque de marché +Risque de longévité +Risque dindice de revalorivation Une entreprise = une activité industrielle + une compagnie dassurance

12 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 C.Le fonctionnement dun fonds de pension à prestations définies RISQUES Actifs dédiés Passifs de retraites RISQUES actifs généraux de lentreprise Part non financée Salariés actifs taux longs Inflation indice de revalorisation longévité taux longs qualité de crédit Obligations Salariés anciens actifs rendement total Actions et diversRetraités valeur de marché des actifs Valeur actuelle des engagements Une entreprise = une activité industrielle + une compagnie dassurance taux réel

13 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 D : vers une dette abyssale pour les entreprises britanniques les plus exposées Conjugaison de 4 facteurs 1.Les nouvelles normes comptables IFRS (IAS 39) => Le sous-financement latent devient une dette de lentreprise 2.La chute historique des actions => La valeur des actifs financiers, principalement en actions, est fortement réduite 3.La baisse historique des taux dintérêts longs nominaux et réels,aggravée par les achats dobligations => La valeur actuelle des passifs sociaux senvole Fin 1999Fin 2002Fin 2005 FISE 100 (UK) DJ 50 (EUR) – 43 % – 49 % – 19 % – 29 % Fin 1999Fin 2005 GBP 10 ans EUR 10 ans 6,50 5,73 4,47 3,45

14 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 D : vers une dette abyssale pour les entreprises britanniques les plus exposées 4.Lallongement de la durée de vie Exemple : table de mortalité « medium cohort » / tables courantes => Augmentation de 10 % des passifs sociaux Depuis début 2006 Lajustement progressif des tables de longévité a continué à peser sur les déficits, Les déficits se sont réduits grâce à la hausse des taux et des marchés actions, Mais les entreprises dont les notations de crédit et le cours de laction sont désormais exposés à la volatilité des paramètres économiques : revoient le mixte actions/obligations, cherchent à couvrir les risques.

15 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 D : vers une dette abyssale pour les entreprises britanniques les plus exposées Les entreprises britanniques les plus exposées Sous-financement à fin 2005 (Md £) % capitalisation boursière British Airways BAe Systems BT Group Rolls-Royce Transport Aéronautique/Défense Télécom Aéronautique/Défense 1,9 4,3 4,7 1,4 56 % 38 % 27 % 21,2 % Source : Datastream nov Exemples dimpact sur les sociétés du CAC 40 Sous-financement à fin 2005 (Mns EUR) % capitalisation boursière (*) EADS France Telecom Axa 4,5 4,4 3,4 23 % 5 % 8 % Saint Gobain Arcelor Michelin 1,9 1,8 1,5 17 % 16 % 27 % Thales Lafarge 1,2 24 % 8 % (*) Estimation Oddo Securities

16 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 D : vers une dette abyssale pour les entreprises britanniques les plus exposées A fin 2006, les passifs sociaux des sociétés du CAC 40 représentent 185 Mds EUR, dont 6 sociétés représentent, à elles seules, plus de 50 % SociétéPassifs sociaux 2006 (Mns EUR) Alcatel-Lucent Axa EADS EDF Sanofi Aventis Total (*) Source Etude Mercer 2007

17 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 II.Les réponses apportées par les entreprises

18 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 A.La remise en cause des régimes à prestations définies Acceptée Pour les nouveaux salariés : remplacement par des régimes à contributions définies (environ 2/3 des entreprises) Contestée Un petit nombre dentreprises gèle les régimes à prestations définies, pour tous les salariés, aux droits déjà acquis. Les nouveaux droits sont en cotisations définies. Ex : Rentokil, IBM, Mark & Spencer, Michelin Négociée Ex : BAE. En échange dune contribution importante au fond : Partage risque longévité (60/40) Retraite calculée sur la moyenne des salaires (contre, par exemple, les trois dernières années) Augmentation de la contribution salariale

19 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 B.Une externalisation encore très onéreuse Un nombre limité de contreparties reprenant les engagements de retraites 2 jusquen 2005 (Legal & General, Prudential) Quelques nouveaux acteurs (Goldman Sachs….) Une valeur de reprise des passifs sociaux supérieure à 130 % de la valeur comptable Risque de longévité Rémunération du capital alloué par les repreneurs Taux dactualisation économique inférieur au taux IFRS Un marché de la longévité encore immature « Longevity bond » BNP Paribas Tentative en cours Ex : JP Morgan : création dun agrégat de référence – Swap de longévité

20 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 C.Vers une gestion actif/passif plus efficiente La mise en place dune gestion actifs passifs encadrée par un budget de risque adapté au profil de lentreprise Construction du modèle financier probabilistique actifs/passifs Détermination de la tolérance aux chocs de marché Modification de lallocation « risque- rendement des actifs « Liabilities Driven Investments » Protection par dérivés contre les scénarios extrêmes / options de vente… « Liabilities Driven Investments » Actifs reproduisant la sensibilité des passifs Choix des paramètres de marché (taux, change,indices actions…) Choix des scénarii probabilistiques Ex : 95 % de confiance Exemples : Impact sur les notations financières Impact sur la valeur dentreprise Impact sur le cours de laction

21 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 C.Vers une gestion actif/passif plus efficiente

22 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 C.Vers une gestion actif/passif plus efficiente Allocation dactif Obligations taux fixe 38.5% Actions internationales 28.7% Actions domestiques 31.6% Immobilier 0.3%Index-Linked Gilts 0.9% Prévisions de sous/sur-financement Exemple :Prévisions de financement pour lallocation dactifs actuelle

23 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 III.Un sujet devenu déterminant dans la stratégie des entreprises

24 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 A.Des contraintes sur les opérations de fusions- acquisitions Le régulateur peut intervenir lors de fusion/acquisition de lentreprise, détériorant la qualité de crédit du sponsor (ordre de contribution ou annulation de la transaction) afin de protéger les « salariés créanciers » Cas récents : a. Acquisition (2005) dAllied Domecq (notation Standard & Poors : BBB+) par Pernod Ricard (notation S&P : BB) Acquisition conditionnée par : Comblement de 90 % du déficit pensions (600 Mns GBP) avant janvier 2008, 100 % en 8 ans Garantie financière de Pernod Ricard b. Marconi (renommé Telent) : cession de lactivité équipements télécom à Ericsson et distribution dune partie du produit de la cession aux actionnaires Opération conditionnée par : Une injection de cash de 185 Mns GBP éliminant le déficit Et la constitution dun compte gagé de 490 Mns GBP pour couvrir les engagements en pensions c.Autres cas : échec des acquisitions de Marks & Spencer et WH Smith par des fonds de private equity

25 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 B.Un champs de contraintes sociales et financières additionnelles Des contraintes de négociations permanentes Obligation triennale de négocier un plan de financement des déficits avec les trustees En cas de modification importante des régimes, les trustees peuvent parfois provoquer le « buy-out » en réclamant le comblement du fond sur une valeur de reprise par une compagnie dassurance Une source additionnelle de conflits sociaux : craintes et attentes des futurs retraités Mais un outil dans la politique de lemploi ? Attachement des salariés britanniques aux fonds de pensions Elément du package de rémunération

26 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 C.Les fonds de pensions sont aussi un outil de financement pour les entreprises Des objectifs à très long termes orientant lépargne vers le marché actions Horizon moyen des placements : 20 à 25 ans. Un facteur déterminant pour le développement dune place boursière, manquant à la France Ex : Royaume-Uni : 40 à 60 % des actifs des fonds en actions Les grands fonds de pensions possèdent plus de 40 % de la Bourse de Paris (exemple : le seul fonds CALPERS (USA) gère 240 Mds USD, la première capitalisation boursière du CAC 40. Total : 145 Mds EUR) Des souscripteurs pour des instruments de dette ou de quasi-fonds propres long terme Un processus dinternationalisation des placements Ex : La croissance asiatique pourra financer les retraites anglaises ou américaines

27 Conclusion

28 Entretiens Louis le Grand – 30 et 31 août 2007 Conclusion Vers un meilleur contrôle des retraites par capitalisation par les entreprises Un savoir faire de pilotage à long term « ALM » plus efficient en cours dacquisition Une réglementation prudentielle de plus en plus efficace Ex : NFTK Pays-Bas Mais est-ce le rôle des entreprises ? Un « capital alloué » à une activité qui nest pas son cœur de métier Un lieu de mutualisation des risques à long terme inadéquate Répartition et capitalisation reposent sur létat de léconomie à très long terme, mais la diversification est nécessaire Une meilleure gestion des cycles démographiques Une épargne longue, facteur de développement de léconomie


Télécharger ppt "Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007 Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007."

Présentations similaires


Annonces Google