La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La lecture par inférences Brigitte Bertin, CPC Neuilly/Marne 18/01/11 Anthony Browne, Une histoire à quatre voix, lécole des loisirs.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La lecture par inférences Brigitte Bertin, CPC Neuilly/Marne 18/01/11 Anthony Browne, Une histoire à quatre voix, lécole des loisirs."— Transcription de la présentation:

1 La lecture par inférences Brigitte Bertin, CPC Neuilly/Marne 18/01/11 Anthony Browne, Une histoire à quatre voix, lécole des loisirs

2 La compréhension nécessite de faire des inférences La compréhension est un phénomène dynamique qui nécessite des capacités … de mémoire des informations déjà recueillies, des connaissances préalables de mise en relation des informations nouvelles avec celles qui sont déjà disponibles de synthèse de lensemble de ces inférences pour construire une représentation de la situation décrite par le texte

3

4 Sentant l'angoisse monter à une vitesse vertigineuse, j'ai regardé Gertrude pour m'apaiser. Pour la première fois, ça n'a pas marché. Gertrude avait l'air encore plus paniquée que moi. Elle tournait comme une furie dans son bocal, les écailles décollées et les nageoires survoltées. J'ai cherché à comprendre ce qui l'effrayait à ce point et c'est là que je l'ai vu. Ses yeux verts semblables à ceux de Mme Fabiani fixaient Gertrude depuis ma fenêtre. Il était assis sur la balustrade et se léchait la patte avant droite. Patiemment. Il attendait sans doute que j'ouvre pour lui offrir Gertrude en cadeau de bienvenue. Une fureur incontrôlable m'a submergé. Je me suis précipité vers la fenêtre et j'ai tapé tel un fou sur le carreau. Il m'a regardé d'un air condescendant comme si j'étais une souris insolente avant de s'étirer, de sauter sur le mur de la cour et de glisser jusqu'à la fenêtre du 4e A. Celle-ci s'est ouverte aussitôt. Un garçon de mon âge s'est penché pour prendre le rouquin dans ses bras. Il m'a presque semblé le voir me lancer un regard réprobateur, mais je me faisais sûrement des films. Les Vaudrier étaient partis. Pas la peine d'interroger ces remplaçants poissonicides, ils ne sauraient rien.

5 La compréhension demande toujours un double traitement de linformation Traitement linguistique Connaissance du code et de lusage des marques de ponctuation Traitement sémantique Construction du sens

6 La construction de la représentation passe par linterprétation Le traitement sémantique met en jeu des… Connaissances lexicales Connaissances notionnelles, culturelles Compétences stratégiques Adaptation de la posture de lecteur au support et au genre Problème du mot inconnu Gestion des substituts Connaissances des personnages et repérage dans le dialogue Représentation des lieux Gestion de la chronologie

7 Le texte littéraire programme leffort du lecteur Le texte littéraire suppose un lecteur actif Cest la coopération entre lauteur et le lecteur qui permet délaborer la compréhension.

8 Les albums de fiction Les textes littéraires sont par définition des textes complexes, ambigus, sujets à interprétation, ne se livrant pas immédiatement (réticents) et à plusieurs fonds (proliférants) L'album de fiction, différent du livre illustré, est un type douvrage très diversifié qui sollicite de nombreuses compétences. La construction du sens se fait dans la relation entre le texte et l'image qui est mise en valeur par la mise en page, le décalage, la complémentarité, voire la redondance. L'image est aussi importante, parfois plus que le texte pour comprendre le sens du récit. Limage dun album nest jamais seule, elle sinscrit dans une suite.

9

10 « Ça te dirait de venir faire du toboggan ? » demanda une voix. C'était une fille, malheureusement, mais jy suis quand même allé. Elle était géniale au toboggan. Elle allait vraiment vite. Jétais impressionné.

11 Les récits illustrés La narration est portée par le texte Lillustration apporte une interprétation complémentaire

12

13 Au bout d'un mois Barbe-Bleue dit à sa femme qu'il était obligé de faire un voyage en province, de six semaines au moins, pour une affaire de conséquence ; qu'il la priait de se bien divertir pendant son absence, qu'elle fît venir ses bonnes amies, qu'elle les menât à la campagne si elle voulait, que partout elle fît bonne chère. Voilà, lui dit-il, les clefs des deux grands garde-meubles, voilà celles de la vaisselle d'or et d'argent qui ne sert pas tous les jours, voilà celles de mes coffres-forts, où est mon or et mon argent, celles des cassettes où sont mes pierreries, et voilà le passe-partout de tous les appartements. Pour cette petite clef-ci, c'est la clef du cabinet au bout de la grande galerie de l'appartement bas : ouvrez tout, allez partout, mais pour ce petit cabinet, je vous défends d'y entrer, et je vous le défends de telle sorte, que s'il vous arrive de l'ouvrir, il n'y a rien que vous ne deviez attendre de ma colère. Elle promit d'observer exactement tout ce qui lui venait d'être ordonné : et lui, après l'avoir embrassée, il monte dans son carrosse, et part pour son voyage.

14 Focalisation sur ce qui est important : le cabinet au bout de la galerie

15 Description de létat émotionnel et physique du personnage

16 Elle pensa mourir de peur, et la clef du cabinet, qu'elle venait de retirer de la serrure, lui tomba de la main. Après avoir un peu repris ses esprits, elle ramassa la clef, referma la porte, et monta à sa chambre pour se remettre un peu, mais elle n'en pouvait venir à bout, tant elle était émue.

17 - Descends donc vite, criait Barbe-Bleue, ou je monterai là-haut. - Je m'en vais, répondit sa femme ; et puis elle criait - Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? - Je vois, répondit la sœur Anne, une grosse poussière qui vient de ce côté-ci. - Sont-ce nos frères ? - Hélas, non, ma sœur, c'est un troupeau de moutons

18 Simultanéité des deux actions. Le point de vue de la sœur Anne?

19

20 Le point de vue du personnage

21 …sa pensée ?

22 Luniversalité du conte Un travail sur l'intertextualité, la mise en relation des livres : La mise en réseaux est une opération intellectuelle fondamentale. Il s'agit de créer les conditions pour que les élèves associent, dissocient, explicitent, mettent en relation, pour déduire des règles qui seront ensuite stabilisées.

23 Complémentarité texte-image Une fin heureuse où... tous les éléments convergent, …sauf un détail contradictoire

24

25

26 La lecture en débat Le débat interprétatif

27 Aider les élèves à comprendre les textes littéraires Une démarche dapprentissage explicite de la compréhension Une démarche de résolution de problème Une démarche déchanges et de confrontation Une démarche qui favorise linteraction entre le lecteur et le texte Une démarche qui sappuie sur limplicite de textes et les inférences

28 Les notions de compréhension et d'interprétation sont très complexes. Il n'y a pas de compréhension fine sans interprétation. Le lecteur doit effectuer plusieurs mises en relation : – Mise en relation des unités du texte, extérieure au lecteur – Mise en relation avec d'autres textes, réseaux intertextuels, extérieure au lecteur – Mise en relation avec ce qu'est le lecteur lui-même, intérieure au lecteur.

29 Les étapes du processus de compréhension Le lecteur expert passe, de façon quasi-instantanée, par des étapes qui vont le mener à la compréhension fine d'un texte. A partir du même texte, on obtiendra des interprétations différentes qui reflètent souvent les étapes par lesquelles passe el lecteur dans lappropriation dun texte. On passe, pour arriver à cela, par des phases qui vont permettre à chacun de mobiliser ce qu'il connaît, ce qu'il croit, les rapprochements qu'il effectue. Le fait de réfléchir ensemble permet darriver à une compréhension plus ou moins homogène selon la liberté laissée par lauteur. Le retour au texte sera nécessaire pour légitimer ou non ce que chacun dit. Ce qui est important, dans la compréhension c'est moins le résultat que les étapes d'appropriation du texte par lesquelles passent les élèves. Les situations de débat interprétatif vont permettre aux élèves de faire, au ralenti, de façon consciente, ce que le lecteur expert fait tout seul.

30 Il était une fois... Un gentilhomme épousa une femme en secondes noces. C'était la plus hautaine et la plus fière qu'on eût jamais vue. Elle avait deux filles de son humeur, et qui lui ressemblaient en toutes choses. Le mari avait de son côté une jeune fille, mais d'une douceur et d'une bonté sans exemple : elle tenait cela de sa mère qui était la meilleure personne du monde. Les noces ne furent pas plus tôt faites que la belle-mère fit éclater sa mauvaise humeur; elle ne put souffrir les bonnes qualités de cette jeune enfant, qui rendaient ses filles plus haïssables. Elle la chargea des plus viles occupations de la maison; c'était elle qui nettoyait la vaisselle et les escaliers, qui frottait la chambre de Madame, et celles de Mesdemoiselles ses filles. Elle couchait tout au haut de la maison, dans un grenier, sur une méchante paillasse, pendant que ses sœurs étaient dans des chambres parquetées où elles avaient des lits plus à la mode, et des miroirs où elles se voyaient des pieds jusqu'à la tête; la pauvre fille souffrait tout avec patience, et n'osait s'en plaindre à son père qui l'aurait grondée, parce que sa femme le gouvernait entièrement.

31 Qui est le personnage principal de ce texte? Quel est son nom? Rechercher les termes qui désignent lhéroïne, ses sœurs, leur mère?

32 Lorsqu'elle avait fait son ouvrage, elle s'allait mettre au coin de la cheminée, et s'asseoir dans les cendres, ce qui faisait qu'on l'appelait communément dans le logis Cucendron; la cadette qui n'était pas si malhonnête que son aînée, l'appelait Cendrillon; cependant Cendrillon, avec ses méchants habits, était cent fois plus belle que ses sœurs magnifiquement vêtues. Il arriva que le fils du roi donna un bal, et qu'il y pria toutes les personnes de qualité : nos deux demoiselles y furent aussi priées, car elles faisaient grande figure dans le pays. Charles Perrault, Cendrillon. Mobilisation des connaissances culturelles

33

34 Vers la lecture littéraire, Cycle III, CNDP Argos démarches

35

36 Marée basse Lecture à haute voix par lenseignant Distribution des consignes après lecture Mise en commun des réponses

37 Consignes Fais la liste des personnages réellement présents dans lhistoire Indique où se déroule la scène Indique ce quaime la petite fille Choisis la phrase qui te paraît la plus juste La petite fille nexiste que dans limagination du garçon La petite fille est une sirène Cest une petite fille qui sappelle Sirène Cite le passage qui justifie ton choix. Difficulté à sortir de laffirmation, à prendre de la distance.

38 Quel type de question poser aux élèves pour susciter le débat interprétatif ? Le débat interprétatif est amené par le questionnement de lenseignant. Une question fermée ou pointue (réponse dans le texte) amène une réponse attendue qui ne permet pas la discussion. Une question plus large renvoie à une réflexion pour trouver la réponse, on problématise. Le débat interprétatif est basé sur un questionnement qui porte sur limplicite du texte et Sur ce qui permet au lecteur de prendre des informations pour construire son interprétation. La question ou consigne doit être soigneusement choisie, elle prépare le débat. Elle doit pointer soit un obstacle à la compréhension, soit une clé pour entrer dans le texte.

39 Il faut apprendre aux élèves à réfléchir Ils partent d'une intuition globale pour revenir au texte et tenter de justifier cette intuition. Parfois le lecteur saperçoit quil sest laissé entraîné, quil a mal lu. Le rôle de l'enseignant est de susciter chez lélève une interrogation : à partir de quoi ai-je construit cette opinion? Le maître va aider les élèves à argumenter.

40 Le retour au texte Pour comprendre ce qui n'est pas dit dans un texte, il faut s'appuyer sur ce qui est dit. Il est indispensable de sappuyer sur la lettre du texte pour étayer son argumentation ou réfuter une argumentation Les échanges oraux doivent s'accompagner de fréquents retours au texte.

41 Méthodologie Lecture du texte par l'élève ou par l'enseignant Une ou plusieurs questions ou consignes d'écriture visant à faire émerger la difficulté pour ensuite la dépasser par des retours au texte argumentés Différentes étapes d'organisation possibles (travail en binôme ou en groupe restreint puis en grand groupe) Mise en commun permettant de constater les divergences Retour au texte pour résoudre le ou les problèmes apparus Nouvelle phase collective permettant de valider, éventuellement d'homogénéiser les interprétations, d'aller plus loin dans les procédures de lecture

42 Le cheminement interprétatif TEXTE Réflexion personnelle Transformation (ou non) des représentations initiales Echanges entre élèves Temps de réflexion en petit groupe Présentation de son opinion en grand groupe Retours au texte Nouveaux axes interprétatifs

43 L'écrit de travail "brouillon de l'oral« Point dappui pour loral. Seul ou à deux. Temps de réflexion avant le débat, permet de noter ce que lon pense, de trouver des arguments.

44

45 De partout à la ronde on entend le tam-tam. Au cœur de lAfrique, dans un petit village, on prépare un grand festin. Cest un jour de fête. On se maquille, on se pare. Cest un jour sacré. Le clan des adultes se rassemble et désigne les enfants en âge de devenir des guerriers. Pour Yakouba, cest un grand jour. Il faut apporter la preuve de son courage, et seul, affronter le lion. Sous un soleil de plomb, marcher, franchir les ravins, contourner les collines, se sentir rocher, forcément, herbe, bien sûr, vent, certainement, eau, très peu. Le jour comme la nuit, épier, scruter ; oublier la peur qui serre le ventre, qui transfigure les ombres, rend les plantes griffues et le vent rugissant. Attendre des heures et puis soudain. Sarmer de courage et sélancer pour combattre. Alors Yakouba croisa le regard du lion. Un regard si profond quon aurait pu lire dans ses yeux. « Comme tu peux le voir, je suis blessé. Jai combattu toute la nuit contre un rival féroce. Tu naurais donc aucun mal à venir à bout de mes forces. Soit tu me tues sans gloire et tu passes pour un homme aux yeux de tes frères, soit tu me laisses la vie sauve et à tes propres yeux tu sors grandi, mais banni, tu le sera par tes pairs. Tu as la nuit pour réfléchir. »

46 Que fait Yakouba ?

47 Vers les débats philosophiques Le débat interprétatif a un intérêt littéraire (adopter une posture de lecteur actif), la discussion à visée philosophique cherche à mettre à jour un concept philosophique (une question abordée dans son universalité). Dans les débats sur les grandes questions de la vie, il y a trois types d'exigences : la conceptualisation définir la problématisation questionner l'argumentation justifier

48 Dans tous les cas, les objectifs dans la maîtrise de la langue orale sont communs à tout débat réglé Argumenter Écouter les arguments des autres Objecter des contre-arguments Identifier les arguments et les personnes qui les ont émis Des procédures de réflexion qui conduisent à modeler sa pensée par confrontation. De lopinion aux valeurs

49

50 La lecture à haute voix le son des textes

51 Mettre le ton Exercice obligé, la lecture à haute voix demeure souvent un exercice pénible. Dabord déchiffrage, puis essai de respecter la ponctuation et enfin tentative de « mettre le ton ». Le ton guidé par des variations du sens préfabriquées car précédent un véritable accès à la compréhension.

52 REGENERER LES PRATIQUES DE LECTURE A HAUTE VOIX Accéder de différer laccès au sens Considérer dabord le texte comme une matière plutôt que comme un vecteur de sens. Entrer dans une matérialité sonore (prononcer consonnes et voyelles), rythmique, mélodique (chercher la prosodie), graphique, qui fait sens Entrer dans un processus poétique, dans un espace ludique Il ne sagit pas dimposer de lextérieur un sens déjà constitué mais de faire naître un sens à venir.

53 La lecture à haute voix a à voir avec lart La musique Entrer dans la musicalité de la langue Déchiffrer les signes inscrits sur la partition de la page Le théâtre Entrer par la langue en tant que jeu Le théâtre a une dimension centrale dans une approche de la lecture à haute voix Mise en espace modeste de la voix et de ladresse

54 Explorer les variations Une démarche transférable sur tout support de lecture littéraire (récit, conte, poésie, théâtre), prenant appui sur le corps, lespace de lecture, le groupe, ladresse, lécoute, le silence

55 Eléments physiques du lecteur La posture physique, la verticalité La respiration, le souffle

56 Les paramètres de la voix Lintensité du murmuré au proféré La hauteur du très grave au très aigu Larticulation Le débit du très lent au très rapide, saccadé Les variétés linguistiques accents et parlures La prosodie La couleur (métaphore des saisons) Létat physique grande fatigue, guilleret, déterminé, hésitant

57 Les éléments de la situation de communication Ladresse au public Lintention Lécoute

58 Les éléments physiques du texte Le respect de la typographie Le respect de la ponctuation le corps des mots, lénergie des mots et limage quils portent

59

60

61

62 La lecture écriture La production décrit

63 Ecrire pour comprendre Acquérir et développer des compétences de production décrit Mieux lire et mieux comprendre ce quest lire

64 Quelles situations décriture Des questions posées sur le texte pour obliger le lecteur à mettre en cohérence des éléments du texte (à condition quelles mettent lélève sur la voie de la compréhension) Des consignes décriture qui entraînent lactivité du lecteur

65 Quels types décrit Des écrits réflexifs : Un journal de bord pour garder des traces de la lecture

66 Des écrits dinvention : Ecrire la suite dun récit, un nouvel épisode Ajouter des commentaires, remplir des blancs Changer de point de vue Actualiser un texte, changer de décor Passer dun genre à un autre Mener des jeux décriture (Oulipo) Modifier la mise en page, ajouter des effets

67 Quels supports Cahier de lecture (s) Carnet de lecteur Journal de lecteur Cahier de littérature Ce nest pas un écrit privé mais qui rend compte de lectures à la fois singulières et communes

68 Exemples de journaux de lecteurs

69


Télécharger ppt "La lecture par inférences Brigitte Bertin, CPC Neuilly/Marne 18/01/11 Anthony Browne, Une histoire à quatre voix, lécole des loisirs."

Présentations similaires


Annonces Google