La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Analyse du Front commun pour la justice sociale du N.-B. inc. 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Analyse du Front commun pour la justice sociale du N.-B. inc. 1."— Transcription de la présentation:

1 Analyse du Front commun pour la justice sociale du N.-B. inc. 1

2 Une citation célèbre « La pauvreté n'est pas plus naturelle que l'esclavage et l'apartheid. Elle est créée par les êtres humains et elle peut être éradiquée par les actions d'êtres humains. » 2 Nelson Mendela

3 Plan de la présentation 1. Rôles d'un gouvernement 2. Portrait de la pauvreté au N.-B. 3. Plan de réduction de la pauvreté du N.-B. 4. Analyse du budget Campagne du FCJS 6. Conclusion 3

4 RÔLES D'UN GOUVERNEMENT Gérer le bien public; Planifier le budget; Administrer les programmes et les services requis par la population; Protéger les individus et les biens; 4

5 Rôles d'un gouvernement (suite) Tracer le chemin qu'il suivra pendant son mandat; Répartir la richesse publique; Prévoir les montants requis pour administrer les programmes et des services; Protéger les plus faibles. 5

6 Plus de citoyennes et citoyens 1 vivent sous le seuil de faible revenu (SFR) Plus de 41,197 assistés sociaux ont subi un gel des taux de base depuis 2008 et ils vivent tous sous le SFR Les personnes travaillant à temps partiel et au salaire minimum vivent sous le SFR ______________________________ 1 Recensement de PORTRAIT DE LA PAUVRETÉ AU N.-B. 6

7 Le nombre de clients de l'aide sociale a augmenté de 6,3 % de 2008 à

8 Les taux d'aide sociale d'environ personnes n'ont pas augmenté depuis Notez que les colonnes des années 2008 à 2011 sont toutes de la même hauteur 1 personne 1 personne 1 parent ayant 4 personnes ayant ayant une l'assistance ayant l'assistance prestation transitoire l'assistance transitoireprolongée et un enfant transitoire

9 Le coût de la nourriture a grimpé d'environ 21 % en quatre ans Homme Maman avec Famille Femme seul un enfant de quatre âgée 9 Hausses approximatives du coût des aliments à Saint-Jean pour quatre types de ménage entre 2006 et 2010

10 Fréquentation des banques alimentaires Augmentation de fréquentation des 64 banques alimentaires : 14 % en 2009; 4 % de plus en 2010 Assistance à individus en mars 2010 : 34% sont des enfants; 22% reçoivent un revenu d'emploi ou de lassurance-emploi; 61% bénéficient de laide sociale; 6% ont un revenu à cause dinvalidité. 10

11 Au N.-B., le prix d'un appartement de deux chambres a augmenté de 9 % en 4 ans Un appartement de deux chambres sert de référence. (Canada Housing and Mortgage Corp., Rental Market Report). 11

12 Le coût de l'électricité a haussé de 29 % en 2 ans et demi 12

13 Mais pendant ce temps… Les corporations ont eu : une réduction de l'impôt fédéral (passé de 28 % sous P. Martin à 15 % sous J. Flaherty); une élimination de la taxe sur le capital des grandes corporations sous S. Graham qui rapportait 35 millions de dollars au trésor public. Les individus riches ont vu : leur taux de 17,95 %, en 2008, passer à 14,3 % en De nombreuses petites et moyennes entreprises auront une réduction d'impôt de 50 % en 4 ans ( ). 13

14 Qui a profité le plus des réductions d'impôts? 14 Source: J. Ruggeri et J.P. Bourgeois CCPA. The Fiscal and Economic Implications of Tax Reforms in N.B.

15 Impacts des réductions d'impôts Le gouvernement perd des sommes énormes de revenus qui pourraient aider à : donner plus de services à la population; augmenter les taux de base de l'aide sociale pour plus de 41,197 personnes du N.-B.; réduire le déficit; réduire la dette; diminuer l'écart grandissant entre les riches et les pauvres. 15

16 Le budget agrandira l'écart entre les 10 % les plus pauvres et les 10 % les plus riches Les plus pauvres Les plus riches 16 Chiffres du Centre canadien des politiques alternatives

17 PLAN DE RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ DU N.-B. Dix mots seulement dans le texte du budget concernant la pauvreté : « Mise en œuvre du plan de réduction de la pauvreté » (page 11 de ce document) 17

18 Qu'est-il arrivé depuis le lancement du Plan de réduction de la pauvreté du N.-B.? Au départ, le FCJS avait mis ses espoirs dans le Plan provincial de réduction de la pauvreté et il l'avait soutenu lors de son lancement. Depuis le Forum final en novembre 2009 jusqu'au printemps 2011 (18 mois), ce Plan a peu mis dans l'assiette de 97 % des personnes du N.-B. en situation de pauvreté. 18

19 Actions actuellement en place i. Élimination de l'aide temporaire du programme d'aide au revenu, pour personne seule en mesure de travailler; ii. Prolongement de la carte médicale pour les personnes qui quittent l'aide sociale pour au moins trois ans, d'ici à ce que le programme de prescription des médicaments soit établi; iii. Application de la politique économique des ménages seulement aux bénéficiaires de l'aide sociale qui sont en relation conjugale. 19

20 Autres actions réalisées après 18 mois Hausse graduelle du salaire minimum Adoption d'une Loi pour protéger les chambreurs Création d'une Société d'inclusion économique et sociale comprenant trois nouveaux comités : (1) prestations de soins de santé; (2) réforme sociale; (3) entreprises sociales et fonds d'investissements communautaires (Aucun résultat n'a été présenté publiquement par ces trois comités) Création de 12 réseaux d'inclusion communautaire 20

21 Le Plan ignore toujours les plus pauvres % des assistés sociaux furent omis du Plan Le revenu de 3 % des assistés sociaux est passés de 294 $ par mois à 537 $

22 ANALYSE DU BUDGET Le budget ne contient qu'une hausse de 1,35 % pour le volet « Sécurité du revenu » De février 2010 à février 2011, l'Indice des prix à la consommation a augmenté de 2,5 % 1 Le nombre d'assistés sociaux a augmenté de plus de 3 % entre 2009 et 2010 Le prix de la nourriture a augmenté de 21 % en 4 ans, celui du logement de 9 % en trois ans et celui de l'électricité, de 29 % en 2 ans et demi __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ 22 1

23 Le gouvernement ne gère pas les ressources en fonction des besoins de la population Il ne tient pas compte des nombreuses demandes faites, lors des consultations pré-budgétaires, d'augmenter les taux d'aide sociale Il n'augmente pas les taux des quelques 41,197 clients de l'aide sociale - ils représentent 5,7 % de la population Le gouvernement n'offre que peu d'espoir aux plus pauvres 23

24 Le budget répartit mal les fonds publics Le ministre des Finances n'a pas géré les ressources de la province en fonction du bien commun puisqu'il accorde des baisses d'impôt aux plus riches et néglige les plus pauvres : L'impôt sur le revenu provenant des corporations diminuera de 14,2 millions La taxe sur les corporations financières diminuera de 2 millions L'augmentation de la taxe sur l'essence fera mal aux pauvres 24

25 Ce que les planificateurs du budget ont ignoré Que la pauvreté est mauvaise pour l'économie Qu'en 2008 au N.-B., à cause de la pauvreté, les soins de santé ont été plus élevés de 189 millions de dollars 1 Que le coût de la pauvreté au N.-B. correspond à 5 % du produit intérieur brut, ce qui représente 1,700 $ à 2,200 $ par Néo- Brunswickois par année 1 1 Données du Centre Canadien des politiques alternatives. 25

26 LA CAMPAGNE DU FCJS « Agissons, provoquons un changement » Première action Dites à toutes et à tous qu'il est tout à fait juste que les prestations moyennes d'assistance sociale en Atlantique soient accordées aux 41,197 assistés sociaux du N.-B. en haussant les taux mensuels de : 32 $ (de 537 $ à 569 $) pour l'assistance transitoire 75 $ (de 618 $ à 693 $) pour les prestations prolongées 174 $ (de 890 $ à 1,064 $) pour une personne monoparentale avec un enfant 192 $ (de 908 $ à 1,100 $) pour une famille de quatre 26

27 Deuxième action Appuyez la campagne du FCJS qui demande au gouvernement de créer immédiatement un PROGRAMME DE SOLIDARITÉ pour l'alimentation, de 50 $ par mois, pour les ménages qui dépendent de l'aide sociale : Ce programme est justifié, car le prix des aliments a augmenté de 21 % entre 2006 et 2010 et un 5 % additionnel s'ajoute en 2011 (= 26 %); Les taux de bien-être social n'ont augmenté que de 4 % entre 2006 et

28 Deuxième action (suite) Il s'agit d'un geste de solidarité envers les personnes en situation de pauvreté qui vivent de l'insécurité au plan de l'alimentation; Ce programme de solidarité serait semblable à celui qui est accordé pour le chauffage entre novembre et avril (150 $ par mois pour chauffage à l'électricité et 145 $ pour chauffage au bois); Pour les ménages dépendant de l'aide sociale, cela coûtera 15 millions de dollars. 28

29 Troisième action Parlez à votre député.e lorsque vous le rencontrez en public; lors d'une rencontre sur rendez-vous à son bureau; invitez une autre personne avec vous. À noter : le Front commun peut vous aider dans cette démarche (envoyez un courriel à : ou téléphonez à (506) Vous trouverez aussi de linformation sur le site web – 29

30 Quatrième action Écrivez une lettre à votre député.e ou à l'opinion du lecteur d'un journal ou dans la publication de votre organisation ou association - u n modèle de lettre est accessible sur le site web du FCJS (www.frontnb.ca)www.frontnb.ca Rédigez un texte de 300 mots ou plus que vous ferez parvenir à un journal 30

31 CONCLUSION Un budget est un instrument moral et politique qui doit s'appuyer sur le principe de l'égalité des droits et l'équité des situations Le budget n'a rien mis dans l'assiette des pauvres Il faut agir pour apporter un changement car « La pauvreté n'est pas plus naturelle que l'esclavage et l'apartheid. Elle est créée par les êtres humains et elle peut être éradiquée par les actions des êtres humains » Nelson Mandela 31


Télécharger ppt "Analyse du Front commun pour la justice sociale du N.-B. inc. 1."

Présentations similaires


Annonces Google