La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Présentation faite dans le cadre de lARUC Santé mentale et citoyenneté,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Présentation faite dans le cadre de lARUC Santé mentale et citoyenneté,"— Transcription de la présentation:

1 Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Présentation faite dans le cadre de lARUC Santé mentale et citoyenneté, Le 24 mars 2011

2 Plan de la présentation - Lapproche par les capabilités - Le logement comme déterminant social de la santé et du bien-être - Habiter - Contexte: Habitation et santé mentale à Québec - Pech et Sherpa - Le projet de recherche

3 3 Lapproche par les capabilités Comment recréer légalité des chances au milieu de linégalité des conditions? En reconnaissant la liberté comme le but essentiel du développement. « La configuration de la société et toutes les institutions qui y participent sont ici appréhendées du point de vue de leur contribution aux libertés substantielles des individus, lesquels sont définis ici, comme des acteurs du changement et non comme les destinataires passifs davantage octroyés par telle ou telle structure. » (Sen, 2000)

4 Lapproche par les capabilités Cadre théorique pour évaluer, en ce qui concerne les individus et les arrangements sociaux, les questions de standard de vie, de pauvreté, de qualité de vie ou de bien-être. Sa principale innovation est de partir, au niveau conceptuel, dune base informationnelle élargie, représentée par les notions de capabilities (capabilités) et des functionnings (réalisations).

5 5 Lapproche par les capabilités Élargissement aux capabilités fondamentales : La satisfaction des besoins fondamentaux – la santé, la littératie et la sécurité économique – doit inclure aussi la liberté dexpression, la dignité, le respect de soi et la participation à la vie sociale en général. Projet du Oxford Poverty and Human Development intiative (travail, empowerment, sécurité physique et pouvoir vivre sans honte). «The Center to study recovery in social contexts».

6 Lapproche par les capabilités La maximisation du bien-être, cest la capacité des individus de maximiser leur propre potentiel humain, dêtre aussi peu dépendants que possible, actifs et en santé. Laccent est mis sur le renforcement de lautonomie personnelle, de linterdépendance et de lestime de soi. La question centrale que pose lapproche par les capacités nest pas : « À quel point Vasanti est-elle satisfaite? » ni même « De combien peut-elle disposer en matières de ressources? ». Elle est plutôt : « Quest- ce que Vasanti a réellement les moyens de faire et dêtre » (Nussbaum, 2008).

7 Lapproche par les capabilités Aspect clé : facteurs de conversion permettant la transformation de droits et de libertés formelles en des droits et des libertés réelles. La caractéristique inhérente (un logement social) de la marchandise (appartement) est transformée en un certain mode de fonctionnement (se loger à prix modique), ce qui améliore lensemble des capabilités et peut favoriser de nouveaux accomplissements.

8 À travers le monde, l'importance de l'accès à un logement décent et sécuritaire fait consensus. Déjà, en 1948, l'article 25.1 de la Déclaration universelle des droits de l'homme énonce le logement en tant que droit : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, le logement, les soins médicaux ainsi que les services sociaux nécessaires... »

9 MSSS, La Politique sur la santé et le bien-être La vie dans un logement détérioré, mal chauffé, mal aéré affecte particulièrement la santé des enfants et des personnes âgées. Les maladies infectieuses, les grippes, les otites et les rhumes y sont plus fréquents. On remarque également que les tensions, les sources de conflit et le niveau de stress augmentent dans les familles lorsque celles-ci vivent dans des appartements trop petits, mal insonorisés. De plus, le coût du logement apparaît capital pour lorganisation familiale

10 Le logement comme déterminant social Récemment, en 2009, le Comité sénatorial des affaires sociales, des sciences et de la technologie rappelait la place du logement comme déterminant majeur de la santé. Le manque de logements adéquats contribuant à augmenter le stress, lexclusion, et la maladie physique et mentale Ainsi, des facteurs comme le revenu, le niveau de scolarité, lemploi, la hiérarchie sociale et le logement, qui sont tous des déterminants de la santé, ont une incidence directe ou indirecte sur la santé et le bien-être de la population « Le débat nest pas de savoir si le logement a un impact sur la santé, mais plutôt de savoir comment des aspects spécifiques du logement et de son environnement ont ou nont pas un impact sur des aspects de la santé. » (Fuller, 2000 : 128)

11 Entrevue avec Benoît Lévesque Espace D, septembre/octobre 2008 «Leurs effets (des coopératives) sur les personnes, sur la santé, physique et mentale, et sur les collectivités sont prouvés. Par exemple, une coopérative dhabitation, contrairement à un HLM, réunit une certaine mixité de personnes. Membres- usagers, ces locataires sunissent pour entreprendre des corvées, renforçant ainsi les liens sociaux. Résultats? Ces immeubles sont mieux entretenus, plus sécuritaires et offrent un meilleur environnement de vie que les HLM.»

12 Habiter Comme lieu où la vie personnelle est située, le chez-soi prend beaucoup du temps dun individu, de ses ressources et de ses émotions. « Nous sommes tous nés, frères et sœurs, dans une longue maison de bois à trois étages, une maison bossue et cuite comme un pain de ménage, chaude et propre comme de la mie ». Félix Leclerc, Pieds nus dans laube Le chez-soi représente un lieu dintimité, de sécurité, de contrôle, de liberté, de créativité et dexpression. Cela est dautant plus vrai pour les personnes fragiles en quête dautonomie.

13 13 Habiter : sécurité ontologique Le terme ontologique a trait à ce « qui concerne lêtre, le fait dexister ». Ce fait dexister procure justement aux personnes des assurances permettant de : –« … vivre dans ce monde et dy rencontrer dautres individus… Un tel homme, fondamentalement ontologiquement en sécurité, affrontera toutes les circonstances sociales, éthiques, spirituelles et biologiques de la vie avec un ferme sentiment de sa réalité, de son identité et de celle des autres, de la permanence des choses et de la substantialité des processus naturels. » (R. D. Laing, 1970 : 35)

14 Habiter : sécurité ontologique Il consiste en un sentiment de confiance en la sécurité de lêtre dans la fiabilité des personnes et des choses. A. Giddens Le concept de sécurité ontologique représente un concept clé opératoire utilisé par des chercheurs afin dappréhender lunivers du chez-soi. Un tel processus peut se développer et se maintenir dans un environnement social et matériel adéquat permettant de transformer « a house into a home ».

15 Habiter : sécurité ontologique Une recherche australienne (Hulse et Saugueres, 2008) sur les différentes dimensions de linsécurité en habitation attire lattention sur un sous-groupe de personnes qui nont jamais été capables davoir ce sentiment de sécurité du moi. Les auteurs mettent ceci en lien avec les histoires dabus et de violence dont ces personnes ont été lobjet dans leur enfance. Elles étaient « sans toit chez soi » (homeless at home) doù les répercussions sur leur rapport au chez-soi dans leur trajectoire de vie.

16 Habiter : sécurité ontologique Une recherche américaine (Padgett, 2007) réalisée auprès de 39 personnes sans-abri, avec des problèmes de santé mentale, ayant eu accès comme locataires à des logements privés à but lucratif, mais subventionnés (Vouchers 8) a permis détablir que le sentiment de sécurité ontologique peut sappliquer également à ces personnes: « …housing can provide a fundamental building block for ontological security thus lending support to a housing first approach. » (p. 1934)

17 Les marqueurs de sécurité ontologique la construction de lidentité, un sentiment de constance, de contrôle, la création de routine, de quotidienneté et dintimité. Construction de lidentité (et réparation de lidentité) Contrôle : La liberté de … liberté à (voir les opportunités, sentiment de sécurité) Routines de vie quotidienne : simples choses (prendre une douche, faire sa lessive) Intimité (pas de supervision, hors du stress de lenvironnement externe)

18 Définition du logement social Le concept de logement social ne fait pas consensus au Québec, dans le cadre de cette étude, nous avons décidé dutiliser celle développé par la Communauté Métropolitaine Montréal (CMM, 2009) qui renvoie à la manière dont est fixé le montant du loyer. Le logement social peut donc être un HLM, ou via le programme de supplément au loyer, sur le marché locatif privé ou dans des coopératives dhabitation et des immeubles gérés par des organismes à but non lucratif (OBNL).

19 Portrait sur les conditions de logement et les besoins en logement des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale. Réalisé en décembre répondants –913 du CSSS Vieille-Capitale –449 du CSSS Québec-Nord –160 du CSSS de Portneuf –181 du Centre hospitalier Robert-Giffard –178 des organismes communautaires

20 CARACTÉRISTIQUES DE LA CLIENTÈLE POUR LES TR. PSYCHOT. Milieu de vie 20

21 Type de logement occupé par les répondants

22 22 Inadéquation liée aux conditions de logements

23

24 Les objectifs de la coalition pour le logement social en santé mentale… une cible réaliste ! Lajout dun minimum de 60 logements subventionnés par année avec soutien dans la communauté pour des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale pour les 5 prochaines années. Soit : 10 % des unités de logement social et communautaire attribuées chaque année; Lajout de 20 PSL-privé par année.

25 -1- Considérant que le logement est un déterminant de la santé et du bien-être; quil constitue la base du rétablissement et que la stabilité résidentielle est un facteur du rétablissement Nous recommandons: la création dun sous- programme de supplément au loyer réservé aux personnes ayant des troubles sévères de santé mentale

26 -2- Considérant que le choix « réel » des personnes face à leur milieu de vie favorise le développement du pouvoir dagir Nous recommandons: que les PSL suivent les personnes et non le logement. Il importe donc de déroger aux normes du PSL- régulier.

27 -3- Considérant que la flexibilité des programmes est un facteur de succès lié à la stabilité résidentielle Nous recommandons de développer une multiplicité de projets en habitation tels: Projets incluant la mixité socio-économique dans les logements communautaires Appartements supervisés (partagés) Collectivisation des maisons de chambres Etc.

28 Pech et Sherpa Un projet Accès Logis 3 de 77 logements 47 (santé mentale) et 30 (artistes) Centre de rétablissement Projet de médiation culturelle

29 Objectif du projet de consolidation et méthodologie Objectif: Réaliser une recherche exploratoire permettant de poser les fondements dune plus vaste recherche visant à connaître les effets et les impacts dhabiter en logement social pour les personnes ayant des problèmes de santé mentale. Méthodologie mixte: quantitative (élaboration dun questionnaire); qualitative (entrevue auprès 15 de personnes usagères habitant dans divers types de logements sociaux (Coop, PSL, OBNL). Dépôt du projet final au CRSH à lautomne 2011

30 Exemple dun questionnaire administré en milieu HLM (dimensions) Informations générales Santé/bien-être (qualité de vie) -Environnement physique -Qualité du logement-habitat -Environnement social -Santé physique -Enfants -Bien-être psychologique -Empowerment -Honte et humiliation

31 Êtes vous daccord si je vous dis que ….(1 en accord; 7 en désaccord) Les gens du voisinage sont portés à venir en aide à leurs voisins. On peut faire confiance aux gens de ce voisinage Les gens de ce voisinage sentendent bien les uns avec les autres. Vous vous sentez proche des personnes qui vivent dans ce voisinage. Il vous arrive de vous arrêter régulièrement et de parler aux personnes de votre voisinage. Il vous arrive demprunter des choses et déchanger des services avec vos voisins.

32 Imaginez un escalier à sept marches, comme celui qui est dessin é sur ce carton, o ù à la premi è re marche se retrouvent les personnes qui sont compl è tement impuissantes et à la septi è me marche se retrouvent les personnes les plus puissantes de toutes les sph è res de la vie.

33 Merci de votre attention!


Télécharger ppt "Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Présentation faite dans le cadre de lARUC Santé mentale et citoyenneté,"

Présentations similaires


Annonces Google