La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Henri Dorvil Ph.D. École de travail social, Université du Québec à Montréal Québec, Canada Le stigma, une forme spécifique dinégalité sociale en santé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Henri Dorvil Ph.D. École de travail social, Université du Québec à Montréal Québec, Canada Le stigma, une forme spécifique dinégalité sociale en santé"— Transcription de la présentation:

1 Henri Dorvil Ph.D. École de travail social, Université du Québec à Montréal Québec, Canada Le stigma, une forme spécifique dinégalité sociale en santé mentale

2 Inégalité sociale et santé mentale Inégalité : définition Inégalité sociale en santé: définition Troubles de santé mentale et statut socio-économique: impacts décisifs au stade de: prévention déclenchement vécu des troubles Rétablissement Comme dit ladage populaire: Mieux vaut être riche et en santé que pauvre et malade.

3 Taux* de troubles psychiatriques selon le statut socioéconomique dans les derniers six mois de la Epidemiologic Catchment Area Study (N = ) Troubles1er2e 4e Tous les troubles*** 2,862,041,551,00 Dépression majeure 1,791,921,511,00 Abus dalcool3,592,191,591,00 Schizophrénie7,853,842,721,00 Ajusté selon le sexe et lâge ** Catégorie de réfeéence *** Tous les troubles identifiés par le DIS excluant les phobies et les troubles dapprentissage Source adaptée de Holzer et al., 1986

4 Troubles physiques vs troubles mentaux Spécificité des troubles mentaux -Marie : Comment ça va Jean-Paul? -Jean-Paul : A part ma schizophrénie, ça va très bien. Problèmes liés au diagnostic et au traitement La maladie mentale: une forme de perturbation discursive et comportementale Interférences avec la culture Confusion entre « avoir » et « être » une maladie « Je suis une personne et non une maladie. »

5 La maladie mentale: un tabou persistant du Nord au Sud La maladie mentale est une chose très menaçante et terrifiante et une idée quon nentretient pas à la légère au sujet de quelquun. Émotivement, cela représente pour les gens la perte de la rationalité et de la volonté, qualités quils considèrent comme spécifiquement humaines, et il y a une sorte dhorreur, de déshumanisation. Comme lindiquent mes données ainsi que celles dautres études, la maladie mentale est une chose que les gens veulent garder la plus éloignée possible deux-mêmes (Star, 1955, p. 3).

6 Distinguer santé mentale, bien-être mental, problèmes de santé mentale et maladie mentale Good mental health is more than the absence or management of mental health problems ; it is the foundation for well-being and effective functioning both for individuals and their communities. Mental well-being is about our ability to cope with lifes problems and make the most of lifes opportunities; it is about feeling good and functioning well, as individuals and collectively. Mental health problems generally refer to difficulties we may experience with our mental health that affect us in our everyday lives. Mental health problems cans affect the way we feel, the way we think and the way we function. (...) They can be mild or serious, fleeting or long-lasting. Mental illness refers to more serious mental health problems that often require treatment in specialist services. Someone with a serious mental illness may have long periods when they are well and are able to manage their illness. Many people with mild and serious mental health problems are able to live productive, fulfilling lives. Someone can have a mental health problem and still enjoy good mental well-being, just as people with physical illness or long-term disability can live a productive life and enjoy good well-being. ( Source: Department of Mental Health, gouvernement de Grande Bretagne, 2009)

7 État de santé vs état de maladie mentale: une confusion totale Histoire de cas : témoignage dune stagiaire en psychologie Rôle social du malade physique vs du malade mental (Parsons) Faut-il soustraire le malade psychiatrique de ses tâches habituelles ? (Erickson) Y a-t-il un antibiotique pour les infections du désespoir ?

8 Le stigma: une forme dinégalité sociale La personne classée malade mentale souffre dune double inégalité: -Contestation de son humanité -Perte continue de son statut social Le rétablissement: un double défi -Retrouver la santé -Reconquérir une image de soi positive Histoire de cas: Patricia Deegan Ph.D., ex-patiente psychiatrique classée schizophrène, devenue directrice de programme au «Northerst Independant Living Programm» au Massachussets et consultante au «National Empowerment Centre) aux Etats-Unis, disait : «cest important de comprendre quil sagit de se rétablir non seulement de la maladie mentale mais surtout des conséquences davoir été étiquetée malade mental» (1993).

9 Politiques sociales exemplaires en santé mentale Ex. Grande-Bretagne Le Department of Health (2009) place la bataille contre le stigma au 2e rang des 8 thèmes prioritaires de sa politique de santé mentale tout de suite après limportance de la prévention et de promotion de la santé mentale et du bien être. Ex. Canada Le rapport du Comité sénatorial permanent des Affaires sociales, des Sciences et de la Technologie (Kirby et Kéon, 2004 ; 2006) recommande de diminuer la propension à décrire les personnes présentant une maladie mentale (PPMM) comme dangereuses, de cibler des mesures de réduction de la stigmatisation et de la discrimination, de laisser la parole à ces nouveaux citoyens. Ex. Québec Le nouveau Plan daction en santé mentale – la force des liens du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec - va dans la même direction.

10 Importance dagir contre la stigmatisation, contre la discrimination La discrimination basée sur létat mental savère aussi dommageable et inacceptable que la discrimination basée sur la race, lethnicité, la religion, le genre ou lorientation sexuelle. Ex. Quand un propriétaire dimmeubles refuse de louer un appartement à un ex-psychiatrisé ou quand un employeur refuse un emploi à une personne classée malade mentale dûment qualifiée, on se trouve en situation dinégalité. Cette personne disqualifiée pour un logement ou un emploi nest pas traitée de la même manière quun autre membre de la société. Elle est victime de discrimination.

11 Origine du caractère persistant de cette forme particulière de stigmatisation et discrimination Freud et la peur de lAutre (1985) Dès les débuts de la psychanalyse, il a été vivement frappé par la haine viscérale que lêtre humain voue au différent, à lAutre. Pourquoi, sécriait-il, refusons-nous avec autant de force ce qui nest pas… nous ? A. Memmi (1982) et le concept dhétérophobie « (…) lAutre fait peur et à la peur répond lagression. » R. Girard (1982) « Le déviant sert de bouc émissaire aux dysfonctionnements de la collectivité. »

12 Alimentation de la peur effroyable de la personne classée malade mentale - « Le danger est dans lautre et pas chez soi. » - - Les films, les bandes dessinées, etc. - - Le syndrome du « pas dans ma cour ». - -Quen est-il de la prétendue dangerosité du malade mental ? - -Point de vue des experts (Tobin, 1998; Gervais, 2004; Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, 2005) - -Les personnes classées malades mentales: plus responsables ou victimes de violence ?

13 Facteurs de réinsertion sociale Le logement : 1 er élément clé contre la pauvreté et lexclusion sociale - Le zonage comme instrument privilégié des populations marginalisées - Phénomène de ghettoisation Lemploi: 2 e éléments clé contre la pauvreté et lexclusion sociale - Le droit au travail reconnu par la Déclaration des droits de lHomme de lONU, article 23 - Selon lOMS, 90% des personnes utilisatrices des services de santé mentale souhaitent exercer un emploi (2000). - Être sans travail, cest se situer en marge de la société, se sentir inutile, dévalorisé, rejeté. -Actions de lÉtat pour imposer un taux minimal de 6% de salariés handicapés. -Stigmatisation des travailleurs de retour en emploi après une absence en lien avec un problème de santé mentale (burn-out, dépression, trouble anxieux, etc.) –projet de recherche en cours-

14 On voit souvent à la une des médias de masse : « Un fou a tué sa femme «! » On peut se demander si la une « Un diabétique a tué sa femme » aurait autant frappé limaginaire du public. Au plan des représentations sociales, cette différence de traitement des maladies crée une inégalité sociale de plus dans le domaine du traitement des troubles psychiques.


Télécharger ppt "Henri Dorvil Ph.D. École de travail social, Université du Québec à Montréal Québec, Canada Le stigma, une forme spécifique dinégalité sociale en santé"

Présentations similaires


Annonces Google