La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le 19 juillet 1870 La France déclare officiellement la guerre à la Prusse. LAlsace se trouve sur le chemin de la réunification allemande, forgée par.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le 19 juillet 1870 La France déclare officiellement la guerre à la Prusse. LAlsace se trouve sur le chemin de la réunification allemande, forgée par."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Le 19 juillet 1870 La France déclare officiellement la guerre à la Prusse. LAlsace se trouve sur le chemin de la réunification allemande, forgée par Bismarck et Guillaume I « par le fer et le sang », et qui, après Sadowa, veulent conclure un grandiose projet dont la province sera la victime expiatoire face à un Napoléon III trop sûr et totalement dépassé Guillaume I, empereur dAllemagne ( ) Otto von Bismarck : « Par le fer et par le sang… Napoléon III

4 Le 4 août loffensive prussienne est lancée sur Wissembourg : Les Allemands anéantissent la division du général Douay. Le 6 août, cest la bataille de Frœschwiller Mac Mahon est défait. Les charges des cuirassiers de Michel à Morsbronn et de Bonnemains à Elsasshausen (les célèbres « cuirassiers de Reichshoffen ») ne procurent quun répit passager pour favoriser la retraite des Français Le général Félix Douay ( ), frère dAbel Douai tué à Wissembourg, commandant de la 7è armée du Rhin, vaincu à Froeschwiller Le général de Bonnemains Mac-Mahon, mauvais général qui sera néanmoins président de la République de 1873 à 1879

5 La forteresse de Strasbourg est, avec celle de Metz, considérée comme une des places les mieux défendues de France. L'armée de Werder est forte de hommes ; elle se concentre principalement au nord ouest de la ville ainsi quà lest, à Kehl, toute la zone sud étant inondée grâce au barrage Vauban. La ville est défendue par soldats sous les ordres du général Jean Uhrich, et dispose de 250 canons. Le siège de Strasbourg Le général Uhrich défenseur de Strasbourg en 1870 Le général Uhrich durant le siège de Strasbourg

6 Deux paysans alsaciens sont accusés l'un d'avoir fendu le crâne d'un blessé, l'autre d'avoir tiré sur un hussard noir. Il s'agit de francs-tireurs qui continuent une guerre d'embuscade contre les Prussiens. Traités comme des brigands par les autorités militaires, ces résistants populaires se voient appliquer la plus grande rigueur quand ils sont pris les éxécutions sont systématiques. Les visages défaits des prisonniers indiquent qu'ils ne se font guère d'illusion sur le sort qui les attend. Remarquez la femme à brassard du premier plan, pointant un doigt accusateur. L'illustration de propagande allemande semble vouloir, à travers elle, impliquer la Croix-Rouge dans la dénonciation des francs-tireurs.

7 Le 11 septembre 1870 une délégation de parlementaires suisses, obtient de lassiégeant prussien quil laisse passer femmes, enfants et vieillard retenus dans Strasbourg bombardée. Cette scène représente l'accueil à Strasbourg de la délégation par le maire de la ville nouvellement nommé, le républicain docteur Emile Kuss revêtu de son écharpe tricolore. La tour de la porte nationale est encore fumante de l'incendie qui l'a détruite. Le courage admirable des Suisses venus sous les bombes sous la seule protection de leur drapeau neutre pour faire oeuvre de charité est donné ici en exemple. A rapprocher du rôle de la Suisse qui permit à l'armée de Bourbaki d'échapper à la captivité en se réfugiant sur son territoire, au prix d'abandonner toutes ses armes à la Confédération. L'échec de cette expédition amena Strasbourg à capituler une semaine plus tard. Elu député du Bas Rhin, et malgré sa très grave maladie, Émile Kuss s'est rendu à l'Assemblée nationale réunie à Bordeaux pour y faire entendre les protestations de l'Alsace. Malheureusement, il ne put y siéger. Il est décédé à Bordeaux d'une crise cardiaque, le 1er mars 1871 à minuit, lorsqu'il apprend que ses collègues à l'Assemblée ont décidé d'abandonner l'Alsace et la Lorraine.

8 Émile Kuss (ou Küss) est un professeur de médecine, un journaliste et un homme politique alsacien, né le 1er février 1815 à Strasbourg. Il fut maire de Strasbourg pendant quelques mois, du 11 septembre 1870 jusqu'à sa mort spectaculaire à Bordeaux le 1er mars 1871, jour où l'Assemblée nationale s'est réunie au Grand Théâtre de Bordeaux.

9 Le faubourg national et le marais Kagueneck avec l'église Sainte Aurélie

10 Le pont de pierre

11 ruines du Faubourg de Pierre

12 Caserne de la Finckmatt et rue Militaire de la trompette.

13 Le General leutnant von Werder, commandant des divisions badoises, lhomme qui assiégea Strasbourg et que les Alsaciens surnommèrent « von Mörder », lassassin Le 15 août, von Werder (« Von Mörder » pour les Strasbourgeois) prend le commandement du siège de la place forte et déploie ses troupes autour de la ville. Il dispose de hommes et dune artillerie de siège forte de 34 batteries alors quà Kehl sont déployées 6 batteries. Les Allemands mettent leur dispositif en place entre le 15 et le 22 août.

14 Rue des bonnes gens (1)

15 Rue des bonnes gens 2

16 Emile Kuss, maire de Strasbourg, sur les ruines de Strasbourg bombardée. Kuss mourra, terrassé par le chagrin au moment de lannexion de LAlsace lui fera de grandioses funérailles Helmuth Karl Bernhard, comte von Moltke ( ) il ne fera aucun cadeau à la France

17 Rue des bonnes gens (3)

18 Les Bâtiments de la citadelle

19 Le 26 février 1871 la France signe les préliminaires de paix acceptant lannexion par le Reich de lAlsace et dune partie de la Moselle. En France, la consternation le dispute à la résignation et à la révolte. Sitôt l'accord en poche, Jules Favre et Adolphe Thiers se rendent à Bordeaux et obtiennent de l'Assemblée nationale qu'elle ratifie dans l'urgence le document. C'est chose faite (83% de oui) le dimanche 2 mars, soit un jour tout juste après la date prévue pour le défilé de la victoire des troupes allemandes. À la grande irritation de l'empereur Guillaume I, de von Moltke et de Bismarck, seuls quelques bataillons d'avant-garde ont le temps de défiler dans la capitale endeuillée, devant les statues de la place de la Concorde recouvertes d'un voile noir. Protestation lue à Bordeaux le 1er mars 1871, à la tribune de l'Assemblée Nationale par le député Grosjean, au nom des 27 députés Alsaciens et Lorrains Jules Favre et Adolphe Thiers

20 Soldats Prussiens à la citadelle

21 Les ruines de la Citadelle

22 Larticle 2 du traité de Francfort de 1870, donne aux Alsaciens le choix de rester ou de garder la nationalité française et donc de quitter le territoire annexé. Ce choix devait être fait avant le 30 septembre 1872 (et jusqu'au 30 septembre 1873 pour les résidents hors d'Europe). Ils sont au total qui habitent alors en Alsace (12,5% de la population) : Bas Rhinois (6,05%) et Haut Rhinois (20,1%) particulièrement nombreux à Colmar, Mulhouse et dans les cantons catholiques. Parmi eux, un certain Alfred Dreyfus...

23 Place Kléber in June 1863

24 Porte de secours de la Citadelle

25 La brèche du bastion 12

26 « Elle attend » cette toile de Jean Jacques Henner de 1871 symbolise lAlsace aux mains de lenvahisseur allemand. Elle rencontre en France un immense succès. Paris dédia à son auteur un musée Monseigneur Raess. Un long et bénéfique épiscopat ( ) qui sacheva malheureusement dans la confusion

27

28 STRASBOURG APRES LE BOMBARDEMENT DE 1870

29 brèche du bastion 11

30 Feuille De route

31 Foto - Strasbourg porte de Pierre le 28 Sept 1870

32 Le pont du chemin de fer entre Kehl et Stasbourg

33 porte de pierre

34 Place Kléber

35 Le corps de garde de la porte nationale et le moulin des huit-tournants

36 La porte nationale

37 L'ancienne gare

38 La salle du théâtre

39 Le théâtre en ruines

40 La Préfecture à gauche et le théâtre à droite.

41 Cathédrale de Strasbourg. Partie endommagée de la plateforme.

42 Dégâts causés à l'escalier Sud-Ouest ( Eine der Vier Schnecken )

43 Cathédrale de Strasbourg

44

45

46

47

48 Combat au corps à corps acharné au pied de la muraille de Belfort, sous la neige. Les Français sont partout, ils dominent la bataille, ils repoussent l'ennemi. Le colonel Denfert-Rochereau commande la manœuvre. Au premier plan le porte-drapeau prussien est transpercé par les baïonnettes. La résistance de Belfort sera le symbole des efforts français pour recouvrer les "chères provinces perdues". Le lion sculpté dans le rocher de la forteresse par Bartholdi en fait mémoire. Le commentaire donne le texte de la proclamation de Denfert-Rochereau, par laquelle il annonce la reddition de Belfort sur ordre du gouvernement. Défense héroïque de Belfort - Par le brave colonel Denf

49 Occupation de schlettstadt ( selestat aprés 1919 )

50 Le traité de Francfort du 10 mai 1871 cède aux vainqueurs la totalité de lAlsace (hors Belfort et les villages de lactuel Territoire)) et un fragment de la Lorraine, soit la majeure partie de la Moselle, la majeure partie des arrondissements de Château-Salins et de Sarrebourg (Meurthe), le canton de Schirmeck et la majeure partie du canton de Saales (Vosges).... « La France renonce en faveur de lEmpire allemand à tous ses droits et titres sur les territoires situés à lest de la frontière ci-après désignée... et marquée en vert sur deux exemplaires conformes à la carte du territoire formé par le gouvernement général dAlsace, et publiée à Berlin en septembre 1870 par la division géopolitique et statistique de lEtat-major allemand... ». Thiers a lâché les Alsaciens. Le seul député qui siège à lAssemblée reste Keller, élu de Belfort... L'empereur Guillaume I, de von Moltke et de Bismarck

51 Émile Keller, né le 8 octobre 1828 à Belfort, mort le 20 février 1909 à Paris, est un homme politique français et un précurseur du catholicisme social qui fut élu député du Haut-Rhin puis de Belfort à six reprises entre 1859 et Émile Keller était à l'origine des « Cercles Catholiques d'Ouvriers ».

52 Thiers a lâché les Alsaciens

53 Eduard von Möller ( ), premier « Oberpräsident » (Président supérieur) dAlsace Lorraine Friedrich III le Kronprinz in 1874

54 En 1908, le Haut-Koenigsbourg reconstruit est inauguré par l'Empereur Guillaume II. La restauration de l'ancien château des Thierstein est l'oeuvre de l'architecte - archéologue Bodo Ebhardt assisté de centaines d'ouvriers. Il utilise aussi, pour son chantier, une technique révolutionnaire du XIXème siècle, le chemin de fer.

55


Télécharger ppt "Le 19 juillet 1870 La France déclare officiellement la guerre à la Prusse. LAlsace se trouve sur le chemin de la réunification allemande, forgée par."

Présentations similaires


Annonces Google