La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 dec 2012 EN DEMOCRATIE, UNE PRESSE INDEPENDANTE EST-ELLE POSSIBLE ? René de VOS Sociologue Les Amis du Monde Diplomatique Questions danthropologie sociale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 dec 2012 EN DEMOCRATIE, UNE PRESSE INDEPENDANTE EST-ELLE POSSIBLE ? René de VOS Sociologue Les Amis du Monde Diplomatique Questions danthropologie sociale."— Transcription de la présentation:

1 1 dec 2012 EN DEMOCRATIE, UNE PRESSE INDEPENDANTE EST-ELLE POSSIBLE ? René de VOS Sociologue Les Amis du Monde Diplomatique Questions danthropologie sociale et environnementale Conquête de la démocratie ? En France, la liberté de la presse a été établie par la loi du 29 juillet 1881 Propagande et violence symbolique Le journaliste exaspère ou désespère Informer est une activité de production Le patron de presse grand électeur ?

2 2 dec 2012 INDEPENDANCE un organe social est indépendant 1. sil nexécute pas les ordres dune puissance externe 2. sil nest pas soumis à un autre organe ou à une autre collectivité un acteur social est indépendant sil ne répond à une aucune autre volonté que la sienne : sil est LIBRE ! un acteur social est dépendant sil est soumis à lautorité dun autre acteur dont il est sous LEMPRISE adoption des convictions de lemprise soumission aux valeurs de lemprise entretien et conservation des positions de pouvoir de lemprise contribution à la conquête des positions de pouvoir de lemprise la « violence symbolique » (Bourdieu) est la forme achevée de la dépendance elle sexerce avec le concours et laccord tacite de ceux contre lesquels elle sexerce

3 3 dec 2012 EST-IL POSSIBLE DENTENDRE UN AUTRE DISCOURS QUE LE DISCOURS DOMINANT? Exposé composé pour saluer la diffusion en DVD à partir du 4 décembre 2012 du film de Gilles BALBASTRE & Yannick KERGOAT, « Les nouveaux chiens de garde », réalisé en 2012 Il veut montrer : que la presse de grande audience diffuse une pensée dominante, conservatrice dun ordre établi et nourrie par le désir de dérégulation généralisée de léconomie ; quun petit nombre de journalistes professionnels et dexperts intervenant systématiquement dans les media travaillent au succès des stratégies de pouvoir des partisans de la dérégulation généralisée ; que le discours médiatique est faussement pluraliste malgré le nombre toujours plus important des moyens dinformation. Le film illustre et complète le livre de Serge Halimi (Liber-Raisons dagir, 1997)

4 4 dec 2012 OUI... Serge HALIMI, « Les nouveaux chiens de garde », Liber-Raisons dagir, 2005 Erick NEVEU, « Sociologie du journalisme », La Découverte, 2009 et dun sociologue incontournable sur cette question : Alain ACCARDO Lexposé repose essentiellement sur les travaux de : ET NON OUI, si linformation est un service non marchand OUI, si lensemble des media dispose dun accès égal aux systèmes de diffusion OUI, si lensemble des informateurs dispose dun égal accès aux moyens de diffusion NON, si linformation est un produit marchand et concurrentiel ou un outil de propagande

5 5 dec 2012 TROIS ETAPES DANS LEXPOSE 1. Information, journalisme et journalistes : lémergence de la presse digitale 2. Le risque de propagande 3. Rendre compte du débat public ou occuper le débat public ? Trois conclusions : 1. la presse de grand public nest pas indépendante 2. les journalistes sont trop nombreux et se dévalorisent 3. la presse peut être indépendante Ce nest pas le fond qui tyrannise le journaliste mais la forme

6 6 dec 2012 Périodes vertes la presse dominante se prétend « neutre » les débats sont voulus « pacifiés » les auteurs sont dits « présentateurs objectifs » le marché est censé « choisir » son information lécriture est une performance La presse est marchande DU JOURNALISME AUX MEDIA Périodes rouges La presse est citoyenne la presse est une presse dopinion les débats sont polémiques les auteurs sont engagés les lecteurs sont « informés » lécriture est un art Insertion dans le champ de la consommation divertissement Emergence dans le champ politique 1631: La Gazette 1777 : Le journal de Paris 1703 : journaliste XVIIème XIXème XXème : Agence France Presse 1846 : Associated Press 1851 : Reuters XIV ème siècle : journal Généralisation de la radio Généralisation de la TV mais cette frise est réductrice

7 7 dec 2012 LE DESIR DINFORMER EST AUSSI ANCIEN QUE LHUMANITE SOCIALISEE Linvention de lécriture en est la plus incontestable preuve LES STRATEGIES DE CONTROLE DE LINFORMATION SONT AUSSI ANCIENNES QUE LES LUTTES POUR LA CONQUETE ET LENTRETIEN DES POSITIONS DE POUVOIR Théocraties de toutes sortes Invention de lhérésie Inquisition Dogmatisme Contrôle des savoirs, des écoles et des universités

8 8 dec 2012 LA PRESSE CONTEMPORAINE NEST PAS HOMOGENE presse écrite quotidienne : le journal (en grande difficulté) de 2 à une trentaine de pages presse écrite périodique : le magazine (très florissante) de 30 à 150 pages presse parlée : la radio le journal parlé : de 6 minutes toutes les heures à une trentaine de minutes aux heures de « grande écoute » les émissions thématiques et le divertissement linformation en continu presse visuelle : la télévision le journal en images pendant trente minutes 3 fois par jour les émissions thématiques et le divertissement linformation en continu par séquences répétitives de 6 à 12 minutes presse « digitale » : Internet et les réseaux sociaux des formules qui sinventent depuis 10 ans Médiapart a été créé le 2 décembre 2007

9 9 dec 2012 LES MEDIA NE SONT PAS HOMOGENES texte écrit pour être lu par le public support en argile, en pierre, en papyrus, etc... support papier support électronique texte prononcé pour être entendu par le public lannonce et la parole gravée la radiodiffusion lentretien enregistré limage fixe le dessin laffiche le photo-reportage le magazine illustré limage animée la télévision le cinéma la séquence vidéo 9 Aucune de ces formes ne détermine a priori la qualité de linformation

10 10 dec 2012 IL NY A PAS UN JOURNALISME MAIS DES JOURNALISMES Tous les journalistes se réfèrent au principe fondateur énoncé par Charles Scott : « Les opinions sont libres, les faits sont sacrés » Charles Prestwich Scott ( ), fondateur du Manchester Guardian (1929 ) Mais lart dinformer le public est un risque sociétal «le lit de Procuste» est la menace permanente : les hommes sont tous de tailles différentes, cest un fait ; lapprécier ou le regretter, cest un commentaire ; on peut diffuser une information sans sobliger à la commenter ; commenter nest pas informer ; et commenter sans informer, cest faire de la propagande. La confusion des discours entre journalistes, politiciens, financiers et commerçants «ravage la démocratie» ( Dominique Wolton, La Tribune, 01/11/2011) Il y a plus de titulaires dune carte de journaliste en France. Le grand public nen connait que quelques uns personne ne connaît publiquement, par exemple, lun ou lune des 3000 journalistes de lAgence France Presse

11 11 dec 2012 Du 1630 à 1960 : partout, la « grande époque » La presse est un support pour le débat polémique et lexpression didées engagées Les grands noms prennent position et prennent des risques … les lecteurs sont sensibilisés LE JOURNALISME EST UN ACTE CITOYEN Cette phase sachève lorsque les libéraux imposent « lobjectivité » pour remplacer le débat didées Albert CAMUS Emile ZOLA Joseph Pulitzer Raymond ARON Jean-Paul MARAT Albert LONDRES Le peuple doit savoir Le crime ne résiste pas à sa publicité La réalité doit être montrée Lopinion doit être libre On ne peut pas laisser les pouvoirs dominants tout décider Lopinion publique doit faire respecter la justice par delà les passions

12 12 dec 2012 DU JOURNALISME MILITANT VERS LE JOURNALISME PROFESSIONNEL accroissement du nombre des titulaires dune carte de presse en en en 2009 professionnalisation, technicité et prolétarisation depuis 1960, un recrutement en majorité sur diplômes universitaires treize écoles de journalisme en France : les «grandes» et les «petites» ! des formations universitaires à Bac+2 et Bac+3 (Licences, maîtrises, DUT, BTS) pour laudio-visuel, deux écoles supérieures de référence : SciencesPo et HEC Avec la création des écoles de journalisme et la vocation marchande de la presse, on a transformé la tacite charte déontologique professionnelle de 1918 les liens entre les écoles prestigieuses et le monde des affaires sont très étroits les enseignants qui forment au brio y dispensent un enseignement facilement filtré par leurs convictions et leurs fonctions au sein des groupes industriels et financiers on y pratique très facilement le mandarinat et le clientélisme les éditorialistes de la presse à grande diffusion pour les questions économiques et de politique générale sont très souvent les enseignants qui forment les journalistes des écoles prestigieuses Evolution très sensible en France (voir Erik NEVEU)

13 13 dec 2012 UNE « PROPAGANDE GLAUQUE » AGIT DE MANIERE TRES EFFICACE les propositions du libéralisme économique et surtout du néo- libéralisme économique sont 1. discutables, 2. démenties par la preuve historique les non-libéraux pris à témoin interrogés par les journalistes doivent toujours leur démontrer que les propositions néo-libérales sont fausses « la propagande glauque a installé dans nos têtes, et surtout dans la tête des jeunes dont la télé est léducateur principal, presque tous les corrélats culturels, philosophiques et psychologiques du libéralisme » Jean-Léon BEAUVOIS, article adressé à « Libéralisme ou démocratie » le 18 juin 2005 (http://liberalisme-democraties-debat-public.com)

14 14 dec 2012 TROIS CITATIONS A LAPPUI Laurent Joffrin (directeur de la rédaction de Libération) : «On a été les instruments de la victoire du capitalisme dans la gauche» - France 2, 2 juin 1993 [Halimi, p. 50] Lewis Lapham ( directeur de rédaction du mensuel Harpers Magazine,) : «Léconomie globale est un mécanisme très coûteux et très délicat qui exige la participation des investisseurs à la place des citoyens.» in «Economic Correcteness», Harpers, février 1997 [Halimi, p.50] Jean-Marc Sylvestre (éditorialiste sur France Inter et LCI) : «Comment expliquez-vous quen France léconomie soit encore chahutée par le débat public et par les militants dun parti ou dun autre ?» Emission Décideurs, LCI, 11 mai [Halimi, p. 53]

15 15 dec 2012 EN 1932 Paul NIZAN écrivait : « M. Michelin doit faire croire quil ne fabrique des pneus que pour donner du travail à des ouvriers qui mourraient sans lui.» «Les chiens de garde», Maspero, 1976, p. 61 «Depuis, ce qui a surtout changé, cest que les journalistes parlent comme M. Michelin.» «Les nouveaux chiens de garde», Liber, 1997, p. 53 et Serge Halimi ajoute :

16 16 dec 2012 OU SONT LES SAVANTS ? Ce ne sont pas les grandes signatures qui font la qualité de la presse, mais la place que cette dernière réserve aux grandes signatures. La place est occupée par une information homogénéisée Par suite de la compétition entre les titres, linformation se boucle : sous la tutelle de la « revue de presse », les informateurs trouvent linformation auprès des informateurs les objets observés sont les mêmes ; les sujets traités sont les mêmes ; les experts consultés sont les mêmes. La presse marchande nivelle plus ses journalistes que ses lecteurs-auditeurs-spectateurs Pourquoi ceux-là et pas les nôtres ?

17 17 dec 2012 LA PRESSE NE PARLE PLUS QUE DECONOMIE MAIS NOUS NE VOYONS OU ENTENDONS JAMAIS CEUX-LA Jean TIROLLEBernard FRIOT Thomas PIKETTY André ORLEANS Michel HUSSON Jean Gadrey Dominique PLIHON Frédéric LORDON QUANT A EUX, ON NE PEUT LES VOIR QUAPRES 22h ET, SEULEMENT, DE TEMPS EN TEMPS

18 18 dec 2012 UN QUATRIEME POUVOIR ? les journalistes ne sont pas des porte-parole de lopinion publique ils hiérarchisent les évènements en fonction de leurs propres enjeux ils orientent lattention du public sur des sujets quils choisissent ils consacrent des personnes ou des oeuvres de manière autonome mais le champ politique et le champ économique leur échappent le champ politique : parce que la puissance publique a toujours le dernier mot le champ économique : parce que les journalistes ne peuvent pas peser sur les choix des entrepreneurs et des financiers «En lisant le journal, les gens croient apprendre ce qui se passe dans le monde. En réalité ils napprennent que ce qui se passe dans le journal.» Philippe GELUCK, le chat in EriK Neveu, p.84

19 19 dec 2012 FAIRE UN JOURNAL COUTE CHER MAIS IL PEUT RAPPORTER BIEN PLUS DARGENT QUIL NEN FAIT DEPENSER La ligne éditoriale peut être liée à la recherche des profits Objectif : occuper la plus grande part de marché pour gagner de largent Identifier des profils de lecteurs et se servir de leurs attentes Valoriser des sujets à dimension émotionnelle La gestion du journal tient plus de largent que du contenu «Assis» ou «de terrain», un journaliste a un coût. Optimiser les effectifs et les coûts de production ; limiter les contrats recourir au « pigisme » ; Rechercher des recettes externes publicité (20 milliards d en 2005) subventions dEtat (1,2 à 1,8 milliard en 2011) Vendre à la clientèle plutôt que lui transmettre linformation

20 20 dec 2012 LES PROPRIETAIRES DES ORGANES DE PRESSE EN FRANCE Source : le Plan B n° 1 Selon les sources : de 1,2 à 1,8 milliards deuros en subventions versées par lEtat en 2011

21 21 dec 2012 QUAND ON PARLE DARGENT LAMERIQUE SERT DE MODELE Les media y captent, par exemple, sous forme de spots publicitaires la moitié des dépenses de campagne des politiciens 744 millions de $ pour les représentants de la Chambre 705 millions de $ pour les sénateurs 1 milliard pour les gouverneurs Le Plan B, n° 5, janvier 2005, p 3 LINFORMATION ET LARGENT SONT EN MENAGE DETENIR UN JOURNAL, CEST DETENIR UN SUPPORT PUBLICITAIRE IRREMPLAÇABLE Les entrepreneurs qui possèdent les grands médias possèdent dabord la surface publicitaire quils représentent Adepte du modèle, le groupe Ouest-France, aujourdhui SIPA-OUEST FRANCE, est une affaire spécialisée dans la publicité qui «pèse» plus dun milliard deuros

22 22 dec 2012 LA PRODUCTION DE LINFORMATION SE TRANSFORME FACILEMENT EN PROPAGANDE 1922 : Walter LIPPMAN (Comité Creel) 1.« le citoyen américain ne se forge plus ses opinions dans son environnement interpersonnel, dans les groupes de proximité (comme la famille, le quartier, les relations de travail). Il sest isolé dans un cocon urbain qui le conduit à emprunter des opinions, des savoirs, des informations… à ces sources distantes et non interactives que sont les medias. » 2.cet ensemble constitue un « pseudo-environnement » La désinformation passe avant largumentation 1.on transmet aux citoyens linformation appuyant un point de vue et on fait silence sur les autres informations 2.le monopole de la source dinformation organise la censure discrète Lintention politique transforme linformation en argumentation doù lengagement de Serge Halimi contre : le Parti de la Presse et de lArgent

23 23 dec 2012 LA CHARTE DU JOURNALISTE DEVRAIT POURTANT FAIRE ECRAN « Un journaliste digne de ce nom prend la responsabilité de tous ses écrits même anonymes : tient la calomnie, les accusations sans preuves, laltération des documents, la déformation des faits, le mensonge pour les plus graves fautes professionnelles ; ne reconnaît que la production de ses pages souveraine en matière dhonneur professionnel ; naccepte que des missions compatibles avec la dignité professionnelle ; sinterdit dinvoquer un titre ou une qualité imaginaires, duser de moyens déloyaux pour obtenir une information ou surprendre la bonne foi de quiconque ; ne touche pas dargent dans un service public ou une entreprise privée où sa qualité de journaliste, ses influences, ses relations seraient susceptibles dêtre exploitées ; ne signe pas de son nom des articles de réclame, commerciale ou financière ; ne commet aucun plagiat, cite les confrères dont il reproduit un texte quelconque ; ne sollicite pas la place dun confrère, ni ne provoque son renvoi en offrant de travailler à des conditions inférieures ; garde le secret professionnel ; nuse pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée ; revendique la liberté de publier honnêtement ses informations ; tient le scrupule et le souci de la justice pour des règles premières ; ne confond pas son rôle avec celui du policier. » adoptée en 1918 par le Syndicat national des journalistes.

24 24 dec : LES ANNEES DE PLOMB la presse nest quinstrument de propagande A part quelques rares titres, partout dans le monde, à lexception de la Grande Bretagne la presse est discréditée

25 25 dec 2012 EN FRANCE, LE 9 OCTOBRE 1945 ON REAFFIRME LES FONDAMENTAUX DEMOCRATIQUES « La presse n'est pas un instrument de profit commercial, mais un instrument de culture ; sa mission est de donner des informations exactes, de défendre des idées, de servir la cause du progrès humain » [art. 1er] « La presse est libre quand elle ne dépend ni de la puissance gouvernementale, ni des puissances d'argent, mais de la seule conscience des journalistes et des lecteurs » [art. 3] « Projet de déclaration des droits et devoirs de la presse libre », Fédération nationale de la presse française, 2 novembre 1945 La plupart des journaux qui ont poursuivi leur publication pendant la guerre sont interdits de parution, obligés de changer de nom ou nationalisés

26 26 dec 2012 RENDRE COMPTE DU DEBAT PUBLIC OU FABRIQUER UN DEBAT PUBLIC ? Le journaliste est libre de ses commentaires mais sa responsabilité est immense si le public ne dispose pas de linformation primaire.

27 27 dec 2012 GEREE PAR LARGENT, Linformation EST : Une production marchande : les différents médias se concurrencent sur le marché concurrence non pas dans les contenus mais dans les recettes de publicité ex: les « gratuits » dans la presse quotidienne la qualité du travail des journalistes dépend des contraintes financières les conditions de travail des journalistes se dégradent très facilement les lecteurs sont traités comme des clients auxquels on adresse des offres commerciales des produits dérivés : encyclopédies, DVD, voyages, lieux touristiques etc… des services culturels : manuels scolaires, livres, films, musique, etc… Un bien de consommation le « scoop » choc pour faire vendre un produit dappel pour la distribution de tous les biens de consommation possibles

28 28 dec 2012 LA PRESSE PEUT NE PAS ETRE SOUS LA TUTELLE DES PUISSANCES DARGENT De grands titres sont indépendants du Parti de la presse et de largent Le canard enchaîné Le Monde Diplomatique Médiapart The Guardian (en Grande Bretagne) ARTE... Des titres modestes sont parfaitement détachés dintentions de profit on ne peut pas passer sous silence tous les titres de la presse dite alternative On ne peut pas généraliser une situation particulière Lindépendance des journalistes est juridiquement très protégée aux Etats Unis, en Italie, en Allemagne, au Portugal ou aux Pays Bas Les compromissions ou linsuffisance professionnelle des uns ne doit pas cacher la rigueur et l'honnêteté intellectuelle des autres Le caporalisme de certains présentateurs vedettes, éditorialistes ou rédacteurs en chef ne doit pas masquer lengagement citoyen sincère des fantassins du journalisme

29 29 dec 2012 LINDEPENDANCE DES JOURNALISTES… se mesure à leurs capacités de passeurs 1. transcrire et transmettre ce quon a vu et entendu à ceux qui nont ni vu ni entendu 2. gérer scientifiquement ses appréciations personnelles 3. au besoin : taire ses appréciations 4. respecter ses sources elle ne peut pas se mesurer pas à leurs talents danimateur, de commentateur, ou de saltimbanque La mise en perspective doit être distinguée de la mise en scène et, dans le fond, peu importe qui rémunère le journaliste

30 30 dec 2012 MAIS LA PRESSE TELEVISEE OU RADIO DIFFUSEE A UNE TRES FAIBLE DENSITE INFORMATIVE Domination du présentateur Faux débats Uniformisation du discours Vulgarisation par limage Réflexion impossible dans lurgence Tyrannie du « temps rare » Le support audio visuel, en tant que tel, a fait la preuve de sa très forte capacité à informer films documentaires films de fiction reportages photographiques la responsabilité des directeurs de rédaction est immense La presse écrite digitale a donc un avenir et cest tant mieux pour la planète si nous navons plus recours au papier De trop rares exceptions faites de savoir et de modestie

31 31 dec 2012 PREMIERE CONCLUSION leurs liens avec les puissances dargent ne sont pas dissimulés leur «médiatisme compact», comme le nomme Serge Halimi, toujours favorable aux pouvoirs en place est exaspérant leurs mises en scène devant lobjectif des caméras décrédibilisent leurs témoignages leur fréquentation assidue des espaces chics et sélects les éloigne bien plus de leur public quils ne le pensent sans doute ils sattachent au monde des puissants et ils agissent en cette qualité Les journalistes français qui occupent le devant de la scène sont loin dêtre indépendants

32 32 dec 2012 DEUXIEME CONCLUSION ils sexposent à la concurrence de leurs confrères et consœurs qui accepteront de travailler dans le strict respect des exigences des rédactions qui accepteront des rémunérations trop faibles qui accepteront des statuts précaires et incertains ils sont victimes de la violence symbolique qui menace toute société qui ne se pense plus que dans linstantané et le court terme la déréglementation généralisée de lactivité professionnelle peut leur faire courir le danger de ne plus pouvoir sadresser à leurs propres concitoyens les journalistes connaissent sans doute une crise de surpopulation

33 33 dec 2012 TROISIEME CONCLUSION la presse peut être indépendante si : elle relève dun service public de linformation : indépendant du gouvernement ; protégeant la liberté dexpression, le droit de retrait et le droit dassociation de ses rédacteurs ; financé par des fonds publics ; sous contrôle démocratique. aux citoyens, le soin den concevoir les modalités et/ou elle est constituée en système associatif : sans but lucratif ; sous contrôle : de lassociation de ses rédacteurs ; de ses lecteurs. et/ou un statut légal du journaliste efface le contrat de subordination du journaliste avec son employeur instaure un droit de retrait du journaliste

34 34 dec 2012 RESSOURCES BIBLIOGRAPHIQUES Alain ACCARDO, « Journalistes précaires, journalistes au quotidien », Agone, 2007 Jean-Léon BEAUVOIS, « Les démocraties, la télévision et la propagande glauque » dans Courbet & Fourquet, « La télévision et ses influences ». Bruxelles, de Boeck, 2003 Pierre BOURDIEU, « Sur la télévision », Liber, 1997 Noam CHOMSKY & Edward S. HERMAN, « La fabrique de lopinion publique », Le serpent à plumes, 2003 Serge HALIMI, «Les nouveaux chiens de garde», Liber-Raisons dagir, 1997 Serge HALIMI & Dominique VIDAL, « Lopinion, ça se travaille », Agone, 2002 Bernard MIEGE, « La société conquise par la communication », PUG, 1989 Erik NEVEU, « Sociologie du journalisme », La découverte, 2009 Ignacio RAMONET, « Propagandes silencieuses », Folio, 2004 «Le temps des média», revue dhistoire, nouveau Monde éditions, (direction scientifique : Christian DELPORTE) «Gilles Balbastre, journaliste repenti», moderne.org/societe/media/balbastr/textes/periphs.htmlhttp://www.homme- moderne.org/societe/media/balbastr/textes/periphs.html


Télécharger ppt "1 dec 2012 EN DEMOCRATIE, UNE PRESSE INDEPENDANTE EST-ELLE POSSIBLE ? René de VOS Sociologue Les Amis du Monde Diplomatique Questions danthropologie sociale."

Présentations similaires


Annonces Google