La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le commerce électronique interentreprises, un enjeu majeur pour léconomie française: 5 propositions pour accélérer la modernisation des entreprises Etude.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le commerce électronique interentreprises, un enjeu majeur pour léconomie française: 5 propositions pour accélérer la modernisation des entreprises Etude."— Transcription de la présentation:

1 Le commerce électronique interentreprises, un enjeu majeur pour léconomie française: 5 propositions pour accélérer la modernisation des entreprises Etude réalisée par Copilot Partners pour la Fevad en partenariat avec le Groupement des Cartes Bancaires « CB » Jean-Christophe Defline Directeur Associé, Copilot Partners Avec le soutien de :

2 Sommaire Rappel des Objectifs du Livre Blanc I – E-commerce B2B : définition et chiffres clefs II – Les usages : une situation contrastée III – Analyse des freins IV – Recommandations

3 Rappel des Objectifs de létude Analyser le marché de le-Commerce B2B Comprendre les mécanismes de le-Commerce dans le B2B en se focalisant sur les achats hors production ; Evaluer les différentiels par rapport à des pays et des secteurs industriels où le-commerce B2B est plus développé ; Identifier et analyser les secteurs les plus dynamiques ; Analyser les freins structurels ou conjoncturels, techniques, financiers et psychologiques au sein des entreprises ; Proposer des recommandations dactions identifier les leviers daction ; Proposer des recommandations à lattention du secteur public et des entreprises

4 Méthodologie Analyse dune vingtaine détudes internationales E-business UK Office Nal for Statistics, US Census Bureau, IDC etc. 60 entretiens en face à face (Qualitatif) Acheteurs – Fournisseurs – Acteurs de la chaine de valeur Toutes tailles dorganisations, et de secteurs Comité de pilotage Barbara Blény, JMBruneau Pierre Olivier Brial, Ipsopresto.com Jean-Pierre Buthion, GIE Cartes Bancaires Véronique Deraspe, Chronopost Elodie Jallet, Office Dépôt Solange Ligeret, APECA Maguy Mercier, Experian Carole Offredo, Exalead Marie-Hélène Simonnet, SAP Vincent Renard, Camif collectivités Didier Riahi, Welcome Office Romain Roulleau, Raja Bernard Siouffi, CDCF Xavier Thiran, Ogone Antoine Tardivo, Minefi Didier Varène, UGAP animé par Marc Lolivier, Fevad Claire Morre, Fevad

5 I – Introduction à le-Commerce B2B Définition & Chiffres clefs Définition du commerce électronique Lensemble des transactions commerciales à destination des particuliers (B to C : Business to Customer) ou entre entreprises (B to B : Business to Business) utilisant exclusivement Internet ou un moyen électronique comme mode de commande, le paiement et la livraison pouvant seffectuer de manière dématérialisée ou par des méthodes traditionnelles. (principes retenus par lOCDE et les Etats-Unis) Le-commerce en France ne se réduit pas au seul commerce en ligne B2C La communication autour de le-commerce B2C, masque lémergence de le-commerce B2B 10 Milliards en 2005, +53% croissance Pas de données disponibles sur le marché B2B en France Un marché vaste avec un périmètre étendu difficile à quantifier Les achats de production (EDI la plupart du temps, XML) Les achats hors production (Internet avec/sans eProcurement) Une part du CA B2B est incluse dans le CA B2C (marché TPE) Un chiffre daffaires pas toujours identifié par canal de commande

6 I – Introduction à le-Commerce B2B Définition & Chiffres clefs Le-commerce B2B en France, quelle estimation ? Une absence de chiffres clés en France qui nuit à la visibilité et au développement de ce secteur UK: 75 Mds (53,1 Mds£) de commerce B2B +81% tous secteurs confondus = 4 fois le-commerce B2C (source: Office National for Statistics) USA: = 9 fois le commerce B2C (source: US Census Bureau) Pour la France, un marché estimé à un ordre de grandeur de 40 à 50 Mds dont 8Mds hors production (estimation Copilot Partners - Fevad) Principaux contributeurs: Commerce de gros, Industrie Pourquoi sy intéresser ? un enjeu important de productivité Réduction des coûts de gestion Coût de passation de la commande entre 80 et 120 Meilleur respect de la politique dachat Opportunités tarifaires Au total, 20 à 30% de gains de productivité CA B2C CA B2B 10Mds 40 à 50 Mds

7 I - Introduction e-commerce B2B, Comparatif Européen Les entreprises françaises achètent moins en ligne Un retard mesuré régulièrement dans les études européennes … … confirmé par toutes les entreprises rencontrées… UK le pays le plus dynamique, croissance plus forte Allemagne plus performante que la France La France plus active que les pays latins, mais rattrapage fort de lEspagne … mais qui souligne aussi le potentiel de ce marché Source: eBusiness (eBusiness Survey 2005)

8 I – Introduction à le-commerce, Comparatif Européen Le retard français doit sanalyser à la lueur dun ensemble de facteurs macroéconomiques Quelques facteurs déterminants Le volontarisme de lEtat La diffusion des infrastructures Telco/TIC et leur compétitivité Lenvironnement socio/éducatif et règlementaire Source: Economist Intelligence Unit 2004

9 Sommaire Rappel des Objectifs du Livre Blanc I – E-commerce B2B : définition et chiffres clefs II – Les usages : une situation contrastée III – Analyse des freins IV – Recommandations

10 II – Achats en ligne, une hétérogénéité forte dans les usages: 4 secteurs dactivité en pointe Tous secteurs confondus Internet est devenu le canal privilégié du « sourcing » de fournisseurs Les secteurs de haute technologie tirent le marché des achats en ligne Technologies Information & Communication Automobile Aéronautique / Electronique Chimie / Pharmacie 4 facteurs explicatifs Activités internationales très concurrentielles qui poussent à la recherche de productivité Longue pratique du travail collaboratif avec des entreprises leaders qui « entrainent » le marché sur toute la chaine de valeur Fort taux déquipement en TIC avec un taux dusage important dInternet Facteur culturel : linnovation comme facteur clef de tout projet Source: eBusiness 2005

11 II – Achats en ligne, une hétérogénéité forte dans les usages Le secteur public affiche un retard préoccupant en France Internet pour la recherche et le « benchmarking » de fournisseurs… …mais peu ou pas de pratique des transactions en ligne Des différentiels de 1 à 8 suivant les pays en Europe Le volontarisme du Minefi, de certains ministères et de grandes collectivités territoriales pour moderniser le secteur public ne sest pas encore traduit dans les faits La professionnalisation de la fonction achat prend du temps Les difficultés à « digérer » les réformes du Code des marchés publics - Linsécurité juridique et labsence de « jurisprudence » sur lachat en ligne conduisent à un attentisme La mise en place de lorganisation des appels doffre en ligne reste prioritaire Le poids des habitudes fait le reste

12 II – Ventes en ligne, analyse des facteurs clefs de succès sur 3 secteurs dactivité 3 secteurs ont ouvert la voie aux ventes en ligne Equipements Informatiques & Communication Pionnier historique Voyages daffaires Le boom du voyage en ligne Fournitures et Equipements de bureau Une croissance régulière soutenue …vite rejoints par dautres Recrutement, formation Achats marketing (Publicité, Achats de droits, etc.) …avec le soutien indéfectible du secteur logistique-messagerie

13 II – Ventes en ligne: les biens déquipement informatiques et Télécoms, pionnier historique Le secteur le plus dynamique 35 à 40% de croissance annuelle en transaction (15% en valeur) 3 à 4 milliards deuros en facteurs explicatifs Appétence naturelle dune cible technophile Le cycle court de rotation des nouveaux produits rend plus indispensable le réflexe en ligne (rafraichissement des informations) Une structure de distribution bousculée par des nouveaux entrants déterminés, qui entrainent le marché Un marketing en ligne efficace pour faire dInternet le canal prioritaire Un savoir faire en systèmes dinformations déterminant pour appuyer Fonctionnalités à valeur ajoutée (configurateurs, suivi, support) Relation client (CRM, merchandising) Les technologies dupselling sont clefs pour compenser la baisse des prix

14 II – Ventes en ligne: la mutation majeure du métier dagent de voyage ouvre la voie aux ventes en ligne Un marché qui connait une accélération forte Le-commerce représente 7 à 8% dun marché total de 26,7 Mds encore loin des 40% du marché UK et US 4 facteurs clefs du développement La dématérialisation du titre de transport La réduction drastique des coûts de distribution ouvre la voie à des solutions technologiques innovantes La stimulation du marché par de nouveaux entrants Agences en ligne Fournisseurs doutils de réservation Transporteurs Des services à valeur ajoutée perçus par tous Exhaustivité du choix, promotions Respect de la politique voyage Analyse des dépenses Gestion de notes de frais

15 Un secteur en plein développement Une part des achats faits en ligne (Internet+Extranets+eProc) qui sétablit aux alentours de 400 M (9% marché total) Une croissance annuelle de 35 à 40% en transaction 5 particularités Une pratique historique des canaux numériques Coût de passation de lordre dachat, faciliter les achats récurrents Le marché de léquipement de bureau est un marché mature à faible croissance aux positions relativement établies, ce qui induit forcément une stratégie plus défensive Linfrastructure logistique (livraison sous 48H), la nécessité dune capacité dachat importante et la taille des catalogues ( références+) ont constitué une barrière importante à lentrée Pas de nouvel entrant disruptif Lomniprésence des catalogues papier et la qualité des call-centers réduisent la perception de la valeur ajoutée du service sur Internet Internet reste plus un canal de commande complémentaire aux centres dappels qui restent le canal prioritaire sur lequel les fournisseurs communiquent II – Ventes en ligne: la croissance régulière de le- commerce sur les fournitures et équipements de bureau

16 Sommaire Rappel des Objectifs du Livre Blanc I – E-commerce B2B : définition et chiffres clefs II – Les usages : une situation contrastée III – Analyse des freins IV – Recommandations

17 III – Analyse des freins: Les différences structurelles du marché de le-Commerce B2B comparativement au B2C 5 différences structurelles Marché: un marché hétérogène avec des attentes sectorielles différentes Grandes entreprises : Imbrication étroite avec les projets « de-procurement » Mid Market : les besoins des grands comptes, mais souvent sans les ressources TPE : un processus de décision et dachat comparable à celui du marché B2C Produit: un spectre large de produits parfois complexes, B2C : Des produits simples pour tirer la demande (Tourisme, Pdts culturels) B2B : Un ensemble de produits très exhaustif Courbe dapprentissage (navigation rubriquage, recherche, comparatifs) Distribution : Le poids des canaux de distributions existants Gérer la complémentarité avec les canaux existants Gestion : une complexité de gestion inhérente à lactivité B2B Gestion de prix différenciée (accès aux prix négociés) Fonctionnalité de gestion: workflow, devis, etc. Attentes en matière de service (Logistique, support, reporting) Options de paiement Relation client : un processus de décision plus impliquant Une confiance qui se construit sur le long terme

18 III - Des freins qui pourraient être levés facilement Les enjeux économiques ne sont pas toujours bien identifiés Les achats hors production restent trop souvent le parent pauvre Les enjeux économiques de le-commerce ne sont pas toujours perçus à leur juste mesure Gains sur les coûts de gestion Meilleur respect de la politique achat Opportunités tarifaires (comparaison, promotion) Un attachement fort aux canaux traditionnels Conservatisme de certaines directions des achats Un attachement fort aux canaux traditionnels perçus comme simples dutilisation Téléphone: simple, rapide, interactif Fax: Le poids de la trace écrite … sauf situation durgence En dépit dun bon taux déquipement internet dans les PME/TPE lusage nen est pas généralisé chez tous les collaborateurs Un ralentissement des investissements en technologie Malgré un bon taux déquipement en TIC (PC, ERP, Accès Internet), le ralentissement des investissements lié aux technologies ralentit la pénétration de le-commerce effet « double saisie »

19 Sommaire Rappel des Objectifs du Livre Blanc I – E-commerce B2B : définition et chiffres clefs II – Les usages : une situation contrastée III – Analyse des freins IV – Recommandations

20 IV – Les recommandations 1.Disposer dindicateurs à la hauteur des enjeux de productivité de le-commerce B2B 2.Favoriser la dématérialisation des procédures de commande et de paiement 3.Accélérer la modernisation des achats du secteur public 4.Favoriser les investissements technologiques damélioration des sites de-commerce 5.Sappuyer sur la confiance des consommateurs autour de le-commerce grand public

21 1 ère recommandation: Disposer dindicateurs à la hauteur des enjeux de productivité de le-commerce B2B Les acteurs du monde du commerce électronique et les pouvoirs publics doivent intensifier leurs efforts pour donner une meilleure visibilité au commerce électronique en entreprise et lever là où cela est nécessaire lattentisme préjudiciable au bon développement du marché : Mettre en place des outils permettant dévaluer plus précisément le-commerce B2B en France et de suivre sa progression régulière. Compte tenu de la difficulté de cet exercice du fait de la complexité de ce marché, il conviendrait de mobiliser les organismes de statistiques officiels, lesquels pourraient travailler en étroite coopération avec les représentants des acteurs publics et privés. Renforcer la communication avec les organisations professionnelles et les organismes publics en direction des entreprises et des organisations publiques, en soulignant les bénéfices économiques du commerce électronique par exemple sous forme de Business Cases; Accentuer les efforts de promotion au sein des entreprises, pour mettre en avant les avantages concrets en terme de valeur ajoutée pour les utilisateurs de le-commerce et leurs bénéfices économiques et donc orienter leurs clients vers ce nouveau canal dachat.

22 2 ème recommandation : Favoriser la dématérialisation des procédures de commande et de paiement Les entreprises doivent continuer dinvestir dans la refonte de leurs processus dachat en favorisant la dématérialisation des procédures de commande et de paiement, et privilégier partout où cela est possible des technologies internet de préférence à lEDI. Ceci suppose laccélération des investissements dans des solutions internes de-procurement où la France accuse un retard et laccélération des démarches de gestion du changement en liaison avec les fournisseurs. Côté paiement, ceci implique la généralisation de lutilisation de la carte dachat, par les fournisseurs, comme par les entreprises acheteuses qui peut constituer un premier pas vers la dématérialisation des paiements, puis linvestissement à terme dans des solutions de dématérialisation des paiements et des factures, source de productivité importantes.

23 3 ème recommandation : Accélérer la modernisation des achats du secteur public Considérant le rôle important dentrainement du secteur public et le retard accumulé, il faut accélérer la modernisation engagée des achats du secteur public, en se donnant pour objectif de mettre le secteur public au niveau des meilleures industries privées. Il conviendrait notamment de : Assurer la promotion de la dématérialisation de lexécution des marchés comme cela a été fait pour la dématérialisation de la passation des marchés publics Fixer un objectif ambitieux et mesurable sur la part adressable des achats publics en ligne dici 2010 ;

24 4 ème recommandation : Favoriser les investissements technologiques damélioration des sites de-commerce Les acteurs du commerce électronique doivent poursuivre les efforts de développement des sites e-commerce pour tirer parti des possibilités dinteractivité uniques du media Internet, afin doffrir une valeur ajoutée toujours supérieure à leurs clients. Ceci implique notamment : lamélioration des fonctions de recherche et de navigation des catalogues en ligne; la poursuite des efforts dinnovation dans le développement de services à valeur ajoutée autour de la transaction (analyse des données fournisseurs, suivi détaillé des approvisionnements, conseils en ligne, support, etc.) ; le développement dun merchandising segmenté ce qui suppose lévolution des systèmes dinformation avec des outils de relation client (CRM) Compte tenu des enjeux, il paraît important que les pouvoirs publics encouragent et appuient dans cette direction afin daccélérer ce mouvement de modernisation des échanges commerciaux interprofessionnels. Ceci pourrait passer notamment par des mesures dincitation fiscale ou de soutien pour favoriser les entreprises les plus innovantes.

25 5 ème recommandation : Sappuyer sur la confiance des consommateurs autour de le-commerce grand public Enfin, il faut naturellement poursuivre les efforts de promotion du commerce Grand Public, pour développer un climat de confiance favorable autour de lachat en ligne, toutes les études en Europe (eBusiness Economist intelligence) soulignant la corrélation forte entre le développement du commerce électronique en entreprise et le nombre dacheteurs en ligne grand public. A cet égard, les efforts entrepris dans le domaine de la confiance par lensemble des e-commerçants, par le secteur bancaire et les différents organismes publics compétents devraient être poursuivis.

26 Questions ? Jean-Christophe DEFLINE Directeur Associé

27 Annexes: Etudes American Express Baromètre annuel des Voyages Professionnels (EVP 2005) BNPParibas Lease group « Génération Entrepreneurs. Nouvelles technologies et Internet. » (2004) « Enquête PME-PMI – Les TIC France et Europe. » ( ) Dpt Of Trade & Intl « DTI international Benchmarking » (2004) Economist Intelligence Unit « The 2004 e-readiness rankings » (2004) European e-Business report « a portrait of e-business in 15 sectors of the EU economy » ( ) « a portrait of e-business in 15 sectors of the EU economy » (2004 edition) « a portrait of e-business in 10 sectors of the EU economy » (2005 Edition) FEVAD-IDC « Comportement dachat sur Internet des entreprises » (mars 2002) FEVAD-GMVConseil « Comportements dachat, attitudes & attentes vis-à-vis de la Và D BtoB » (octobre 2004) IDC Group Investissement Equipement informatique sur le marché français (2005) Mediamétrie-Crocis « Baromètre de lInternet PME de Paris petite couronne et France» (Nov 2004) UK National Office for Statistics E-Commerce survey (2005) US Census Govt « eStats» (août 2004)

28 Le commerce électronique inter entreprises : un enjeu majeur pour l'économie française 5 propositions pour accélerer l'e-commerce interprofessionnel Réalisé par CopilotPartner pour la fevad en partenariat avec le groupement des cartes bancaires Avec le soutien de :


Télécharger ppt "Le commerce électronique interentreprises, un enjeu majeur pour léconomie française: 5 propositions pour accélérer la modernisation des entreprises Etude."

Présentations similaires


Annonces Google