La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et des Sciences de la Terre et de lUnivers Département de Foresterie en collaboration avec le Parc national.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et des Sciences de la Terre et de lUnivers Département de Foresterie en collaboration avec le Parc national."— Transcription de la présentation:

1 Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et des Sciences de la Terre et de lUnivers Département de Foresterie en collaboration avec le Parc national de Tlemcen Colloque International MedBiodiv2010 Gestion et Conservation de la Biodiversité Continentale dans le Bassin Méditerranéen Tlemcen les 11, 12 et 13 Octobre 2010 Entomofaune de la zone méridionale de la région de Tlemcen : Diversité et approche bio-écologique DAMERDJI A. et BECHLAGHEM S. Département dEcologie et Environnement Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et des Sciences de la Terre et de lUnivers Université Aboubekr BELKAID –Tlemcen

2 Introduction La région steppique de l'ouest algérien, constitue un vaste couloir dominé par les monts de Tlemcen au nord et l'Atlas saharien au sud. Elle occupe la partie Sud de Tlemcen. La végétation du type steppique est marquée par une absence d'arbres, une abondance des plantes herbacées dominées par l'Alfa, l'Armoise, le Thym…etc. On trouve quelques montagnes peuplées de forêts très dégradées de pin d'Alep. De ce fait, par notre étude nous contribuons à la connaissance dune partie de lentomofaune de la zone steppique allant de Sebdou jusqu à El- Aricha (Sud de Tlemcen). BENABADJI (1995) et BOUAZZA (1995) ont étudié la phyto-écologie de la steppe sur les groupements à Stipa tenacissima et à Lygeum spartum dune part et sur les groupements à Artemisia inculta et Salsola vermiculata dautre part. De même, une étude bioclimatique de la steppe à Artemisia herba- alba Asso. dans lOranie a été réalisé par BENABADJI et BOUAZZA (2000). Quelques études sur la bioecologie de la faune alfatière dans la région steppique a été effectuée par KHELIL (1984 et 1989); DAMERDJI (1996) & DAMERDJI et BECHLAGHEM (2006a et 2006b).

3 1- Méthodologie Deux parties sont présentées, la première concerne la présentation des stations détude et la deuxième, la méthodologie adoptée laquelle comprend dabord le travail de terrain et de détermination. Les résultats portent sur linventaire des insectes récoltés et limportance relative des différents groupes entomofauniques dune part et sur le calcul des indices écologiques (Abondance- Fréquence) dautre part; une brève conclusion est donnée. 1.1-Choix des stations Pour réaliser ce travail, 2 stations situées dans la zone sud de Tlemcen (1° W- 1° 30W ; 34° 15 N - 34° 45N) sont prises en considération. (Fig.1). Ces 2 stations sont décrites. La première (celle de Sidi-Moussa) est située dans la zone de Sebdou et la seconde (celle dEl-Aouedj) dans la zone dEl-Aricha, se différenciant par la morphologie, la végétation et la géographie (laltitude, lexposition...). Station n°1 : Sidi – Moussa Cette station détude se trouve entre la zone de Sidi- Aïssa à louest et la R.N n° 22 au Sud, elle est entourée par une zone forestière. Station n°2 : El-Aouedj Cette station détude est délimitée par la R.N. n° 22 à louest et à lest par un champ de blé, et les limites nord par les agglomérations dEl-Aouedj et au Sud par un secteur darbres de Pinus halepensis.

4

5

6 Tableau n°1: Données abiotiques et biotiques des 2 stations prospectées Tableau n°2: Espèces végétales dominantes

7 1.2-Méthodologie Sur le terrain Sur le terrain, 20 prélèvements sont effectués depuis avril 2004 jusquen janvier Les filets à papillons, les filets fauchoirs et les pots-pièges sont utilisés. Les premiers permettent la capture des Insectes au vol tels les Lépidoptères (papillons adultes), les Diptères et certains Coléoptères. Les filets fauchoirs permettent de récolter les Insectes peu mobiles cantonnés sur la tige. Les pots-pièges permettent de capturer des Insectes au sol. Ces récipients sont enterrés de telle sorte que leur bord supérieur affleure à la surface du sol. Ce genre de piège permet la capture de divers Arthropodes marcheurs : les Coléoptères. De même quun grand nombre dInsectes Ptérygotes viennent se poser à la surface du récipient ou bien tombent emportés par le vent.

8 Au laboratoire Les espèces capturées sont ramenées dans des flacons de chasse au laboratoire, elles sont tuées au cyanure, à lacétate déthyle ou au tétrachlorure de carbone. Les insectes récoltés sont conservés et peuvent être déterminés facilement à laide des guides entomologiques. Pour déterminer les insectes de petite taille, il est nécessaire dutiliser une loupe binoculaire et le microscope. Il est préférable dépingler les insectes fragiles sur des planches après leur conservation afin de ne les abîmer lors de la détermination. Un étaloir est nécessaire pour étaler les individus adultes, qui sont séchés et mis dans la boite de collection et chacun avec une étiquette portant le nom de lespèce. En ce qui concerne la détermination, divers documents sont consultés : (ANONYME,1976), (BALACHOWSKY, 1962), (CHINERY, 1983), (MATHYS, 1988), (MOUCHA, 1972), (PAUL, 1953), (PERRIER, 1927, 1929, 1930, 1932, 1934, 1935, et 1939), (PIHAN, 1977 et 1986), (REICHHOLF-RIEHM, 1984), (ROUGEOT et VIETTE,1978), (STANEK, 1973) et ZAHRADNIK, 1984).

9 1.3- Indices écologiques Pour exploiter les résultats il y a lieu de mentionner la fréquence doccurrence, labondance. La fréquence doccurrence dune espèce est le rapport exprimé en pourcentage du nombre de prélèvements où cette espèce est notée au nombre total de prélèvements effectués : F est la fréquence doccurrence de lespèce. P a est le nombre total de prélèvements contenant lespèce prise en considération. P est le nombre total de prélèvements faits. En termes de constance DAJOZ (1985) distingue trois groupes. F 50 % espèces constantes 25 % < F < 49 % espèces accessoires 10 % < F < 24 % espèces accidentelles F < 10 % espèces sporadiques

10 Labondance relative dune espèce correspond au rapport du nombre des individus de cette même espèce au nombre total des individus toutes espèces confondues : A est labondance relative de lespèce prise en considération. Na, Nb, Nc, sont les nombres des individus des espèces a, b, c. Labondance relative renseigne sur limportance de chaque espèce par rapport à lensemble des espèces présentes. Parmi les indices écologiques de structure seuls les indices de diversité de Shannon-Weaver et de léquitabilité sont employés. Le calcul de cet indice permet dévaluer la diversité entomofaunique dun milieu donné et de comparer entre elles, les faunes de différents milieux même lorsque les nombres dindividus récoltés sont très différents (DAJOZ, 1985).

11 Les indices de Shannon-Weaver et déquirépartition sexpriment par les formules suivantes : H = - S q i log 2 q i H max = log 2 S (S = nombre despèces) H = Indice de diversité exprimé en bits H max = Diversité maximale exprimé en bits Léquitabilité (E) est définie comme le rapport de la diversité calculée à la diversité maximale.

12 2- Résultats 2.1- Inventaire des espèces entomofauniques récoltées dans la zone sud 2.1- Inventaire des espèces entomofauniques récoltées dans la zone sud Les résultats concernant linventaire des espèces entomofauniques récoltées dans la zone sud de la région de Tlemcen davril 2004 à janvier 2005 sont consignés dans le tableau suivant. Tableau n°3: Liste des espèces entomofauniques récoltées d'avril 2004 à Janvier 2005 Classes Sous-Classes Ordres sous - Ordres FamillesS1S1 S2S2 Insectes Ptérygotes Coléoptères Chrysomelidae Melasoma aena Orsodacne cerassii Galeruca tenaceti Timarcha tenebricosa Chrysolina hyperici Agelastica alni Espèce 1 non déterminée Espèce 2 non déterminée Carabeidae Carabus olympia Carabus glabratus

13 Insectes Ptérygotes Hyménoptères Coléoptères Tenebrionidae Blaps mortisaga Blaps sp. Blasps telhifera Brachyceridae Espèce non déterminée+- Silphidaes Thanatophilus sinuatus+- Cantharidae Lytta vesicatoria-+ Coccinellidae Coccinella algerica++ Scarabeidae Phyllopertha horticola+- Meloidae Meloë proscarabeus++ Cerambycidae Clytra laeviuscula++ Espèce 1 non déterminée-+ Espèce 2 non déterminée-+ Espèce 3 non déterminée++ Espèce 4 non déterminée++ Vespidae Vespula vulgaris Vespula germanica Vespula sylvestris Polistes gallicus Polistes nympha Chrysididae Chrysis ignita+- Apoïdae Apis mellifera Osmia rufa Espèce non déterminée+-

14 Insectes Ptérygotes Lépidoptères Pieridae Pieris rapae Pieris brassicae SatyridaePararge aegeria aegeria++ SphingidaeHyloicus pinastri+- LymantriidaeDasychira pudibunda+- Noctuidae Espèce non déterminée Leucania impura Espèce 1 non déterminée Espèce 2 non déterminée Espèce 3 non déterminée Diptères Hémiptères Lygaeidae Lygaeus equestris Lygaeus saxatilis PyrrhocoridaePyrrhocoris apterus++ Espèce 1 non déterminée-+ Espèce 2 non déterminée+- Espèce 3 non déterminée+- MuscidaeMusca domestica++ Espèce 1 non déterminée Espèce 2 non déterminée Espèce 3 non déterminée Espèce 4 non déterminée

15 Insectes Ptérygotes Orthoptères Phamphagidae Acinipe algerica Acinipe hesperica Tmethis maroccanus Caelifères Calliptamus barbarus++ Acrididae Oedipoda miniata O. coerulescens coerulescens Oedipoda fuscocincta O. coerulscens sulfurescens Sphingnotus lucasii Sphingonotus rubescens Locusta migratoria Thalpomena algeriana Ensifères GryllidaeAcheta domestica-+ Dermaptères ForficulidaeForficula auricularia+- Mantoptères Espèce 1 non déterminée Espèce 2 non déterminée

16 Le tableau montre limportance de lentomofaune parmi la faune totale recensée (avec 78 espèces) (BECHLAGHEM, 2005) et (DAMERDJI et BECHLAGHEM, 2006a et 2006b). Différents groupes entomofauniques récoltés Nombre d'espèces Insectes Coléoptères24 Hyménoptères15 Lépidoptères10 Hémiptères06 Diptères07 Orthoptères13 Dermaptères01 Mantoptères02 T o t a l78 Tableau n° 4 : Valeurs de la richesse spécifique des différents groupes entomofauniques récoltés

17 2.2- Importance relative des différents groupes entomofauniques récoltés dans les 2 stations Tableau n°5: Importance relative des différents groupes entomofauniques récoltés dans les deux stations

18 2.3- Importance saisonnière selon la richesse spécifique des Insectes récoltés dans les 2 stations Fig.3- Importance saisonnière selon la richesse spécifique des groupes entomofauniques récoltés dans les 2 stations

19 2.4- Importance mensuelle selon la richesse spécifique des Insectes récoltés dans les 2 stations Selon la richesse spécifique Fig.4- Importance mensuelle selon la richesse spécifique des groupes entomofauniques récoltés dans les 2 stations

20 Selon les effectifs La figure suivante montre limportance des Insectes récoltés dans les 2 stations selon le nombre dindividus. Fig.5- Importance mensuelle des groupes entomofauniques récoltés dans les 2 stations (en effectifs)

21 Strates Espèces Faunistiques Autres milieux Strates végétales solHerbacéeArbustiveArborescente COLEOPTERES Melasoma aenaX Orsodacne cerassiiX Galeruca tenacetiX Timarcha tenebricosaX Chrysolina hypericiX Agelastica alniX Espèce 1 non déterminéeX Espèce 2 non déterminéeX Carabus olympiaX Carabus glabratusX Blaps mortisagaX Blaps sp.X Blaps telhiferaX Espèce non déterminéeX Thanatophilus sinuatusX Lytta vesicatoriaX Coccinella algericaXXX Phyllopertha horticolaX Meloë proscarabeusX Clytra laeviusculaXXX Espèce 1 non déterminéeX Espèce 2 non déterminéeX Espèce 3 non déterminéeX Espèce 4 non déterminéeX Tableau N°6 : Répartition des espèces faunistiques inventoriées par strate végétale et autres milieux (sol) 2.5- Répartition des espèces inventoriées par strate végétale et autres milieux (sol)2.5- Répartition des espèces inventoriées par strate végétale et autres milieux (sol)

22 HYMÉNOPTERES Lasius fuliginosusX Formica rufaXX Formica fuscaXX Messor barbaraX Espèce 1 non déterminéeX Espèce 2 non déterminéeX Vespula vulgarisXX Vespula germanicaXX Vespula sylvestrisXX Polistes gallicusX Polistes nymphaXX Chrysis ignitaXX Apis melliferaXX Osmia rufaX Espèce non déterminéeXX LÉPIDOPTERES Pieris rapaeXX Pieris brassicaeX Pararge aegeria aegeriaX Hyloicus pinastriX

23 Dasychira pudibundaX Espèce non déterminéeX Leucania impuraX Espèce 1 non déterminéeX Espèce 2 non déterminéeX Espèce 3 non déterminéeX HÉMIPTERES Lygaeus equestrisXX Lygaeus saxatilisXXX Pyrrhocoris apterusX Espèce 1 non déterminéeX Espèce 2non déterminéeX Espèce 3 non déterminéeX DIPTERES Calliphora vomitariaXX Pollenis rudisX Musca domesticaXXXX Espèce 1 non déterminéeX

24 Espèce 2 non déterminéeX Espèce 3 non déterminéeX Espèce 4 non déterminéeX ORTHOPTERES Acinipe algericaXX Acinipe hespericaXXX Tmethis maroccanusXX Calliptamus barbarusXXX Oedipoda miniataXXX O. coerulescens coerulescensXXX Oedipoda fuscocinctaXX Oedipoda coerulescens sulfurescensXXX Sphingonotus lucasiiXXX Sphingonotus rubescensXXX Locusta migratoriaX Thalpomena algerianaXX Acheta domesticaX DERMAPTERES Forficula auriculariaX MANTOPTERES Espèce 1 non déterminéeX Espèce 2 non déterminéeX

25 Létude de la répartition des espèces inventoriées par strate végétale et le sol permet de donner le nombre despèces en pourcentage. D'après cette répartition, nous remarquons que le sol est riche spécifiquement par rapport aux autres strates. La figure suivante représente la répartition des espèces en pourcentage. Fig.7- Répartition des espèces inventoriées par strate végétale et sol 42 % 25 % 21 % 12 %

26 Les facteurs qui influent sur la répartition des espèces par lhabitation tels que, les facteurs climatiques, laltitude la proximité des mers ainsi que les facteurs pédologiques. Daprès (DUVIGNEAUD, 1980), il y a dautres facteurs que les espèces se répartissent dans les différentes strates, le sol et les végétaux cest le facteur trophique Autres milieux Le sol Le sol est le lieu où la matière organique se dégrade en éléments plus simples. Daprès (DUVIGNEAUD, 1980) une grande masse de matière organique constituant la litière. Celle-ci alimente un grand nombre danimaux. La majorité des Coléoptères + les Hyménoptères + Orthoptères observés sur le sol.

27 Les strates végétales 1- Strate herbacée La strate herbacée regroupe un nombre despèces réparties sur des ordres différents Les Coléoptères (Coccinella algerica, Clytra laeviuscula) + les Hyménoptères abondants et spécialement en printemps et en été, ce sont Messor barbara, Vespula vulgaris, V. germanica, Polistes gallicus,P. nympha, Apis mellifera, Osmia rufa + les Lépidoptères sont représentés (Pieris rapae, Hyloicus pinastri) + les Hémiptères (Lygaeus equestris, L. saxatilis) + les Diptères (Calliphora vomitaria, Musca domestica) + les Orthoptères (Acinipe hesperica, Calliptamus barbarus, Oedipoda coerulescens coerulescens O. fuscocincta, Sphingnotus lucasii) + les 2 espèces de Mantoptères. 2-Strate arbustive La strate arbustive influant sur la facilité de capture dans la strate les ordres les plus importants sont les Coléoptères, les Hyménoptères, les Lépidoptères, les Diptères, les Orthoptères. 3-Strate arborescente La strate arborescente de notre station est occupée par une multitude d'espèces. Les groupes les plus représentatifs sont les Coléoptères, Hyménoptères, Lépidoptères, Diptères, et les Orthoptères.

28 2.6- Exploitation des résultats par des indices écologiques Fréquence Les indices écologiques nous ont permis de trouver : 7 espèces accessoires (25%< F < 49%) 1 espèce dHyménoptères (Apis melifera) ; 1 espèce de Lépidoptères (Pararge aegeria aegeria) ; 5 espèces dOrthoptères. 12 espèces accidentelles (10% < F< 24%) 3 espèces de Coléoptères ; 5 espèces dHyménoptères ; 2 espèces de Lépidoptères ; 1 espèce de Diptères ; 1 espèce dOrthoptères. 59 espèces très accidentelles (F< 9%) Abondance Timarcha tenebricosa (Coléoptere) a une abondance égale à 8,7 % dans la station 1 (station Sidi Moussa). Coccinella algerica a une abondance de 6,1 % dans la station n°1. Apis mellifera a une abondance de 6,55 % dans la station n°2 (station El Aouedj). Forficula auricularia (Dermaptères) est présente uniquement dans la station n°1 avec une abondance relativement faible.

29 Indices de diversité ou de Shannon-weaver et équitabilité Peuplements StationsColéoptèresHyménoptères S1 (station Sidi Moussa) S2 (station El-Aouedj) S1 (station Sidi Moussa) S2 (station El-Aouedj) Espèces présentes H (en bits) 1, 160,780,900,45 H max (en bits) 1,321,17 0,77 E0,880,660,760,58 Dans le cas des coléoptères, lindice de diversité est égal à 1,16 dans la station 1 et 0,78 dans la station 2. Dans la station n°1 léquitabilité est égale à 0,88 ce qui indique quil y a un équilibre entre les effectifs des espèces présentes. Dans le cas des hyménoptères, lindice de diversité est égal à 0,90 dans la première station (station Sidi Moussa). Dans la première station les effectifs des espèces ont tendance à être en équilibre entre eux.

30 Nous notons limportance de lentomofaune (avec 78 espèces) parmi la faune totale recensée (BECHLAGHEM, 2005) et (DAMERDJI et BECHLAGHEM, 2006a et 2006b). Dans lextrême ouest du littoral algérien DAMERDJI et CHEIKH MILOUD (2007) ont récolté 131 espèces dArthropodes dont 116 espèces entomofauniques. Toujours dans la même région, 12 espèces orthoptérologiques ont été retrouvées (DAMERDJI et CHEIKH MILOUD (2006). Khelil (1989) a dénombré une cinquantaine despèces dont 9 orthoptérologiques composant deux familles celles des Acrididae et des Tettigoniidae. Cette dernière renferme une seule espèce, il sagit de Picnogaster finoti. Par contre, BOUKLI (2009) a retrouvé durant la période allant daoût 2007 à août 2008 dans la zone de Sidi-El-Djillali 10 espèces appartenant toutes au sous-Ordre des Caelifères représenté par deux familles, à savoir les Pamphagidae et les Acrididae. En ce qui concerne, la répartition selon les strates, il y a des ressemblances avec celle réalisée avec les strates de lextrême ouest du littoral (DAMERDJI et CHEIKH MILOUD, 2007). Les facteurs qui influent sur la répartition des espèces par lhabitation tels que, les facteurs climatiques, laltitude, la proximité des mers ainsi que les facteurs pédologiques. Daprès (DUVIGNEAU, 1980), il y a dautres facteurs que les espèces se répartissent dans les différentes strates, le sol et les végétaux : cest le facteur trophique. Le sol est le milieu où la matière organique se dégrade en éléments plus fins. 3. Discussion

31 Létude bioécologique de la faune des invertébrés dans la zone méridionale de la région de Tlemcen dans deux stations nous a permis dinventorier 78 espèces lors des prélèvements effectués davril 2004 à janvier La totalité des espèces récoltées sont ptérygotes.Létude bioécologique de la faune des invertébrés dans la zone méridionale de la région de Tlemcen dans deux stations nous a permis dinventorier 78 espèces lors des prélèvements effectués davril 2004 à janvier La totalité des espèces récoltées sont ptérygotes. Les Coléoptères et les Hyménoptères sont absents en saison hivernale. Les Orthoptères sont présents dans les différents mois de prospection.Les Coléoptères et les Hyménoptères sont absents en saison hivernale. Les Orthoptères sont présents dans les différents mois de prospection. Les Hyménoptères sont les plus nombreux en effectifs au mois de mai. Dans la station 1, le mois de mai est le plus riche en espèces entomofauniques. La majorité des espèces dInsectes est retrouvée dans le sol constituant une source trophique et souvent un refuge.Les Hyménoptères sont les plus nombreux en effectifs au mois de mai. Dans la station 1, le mois de mai est le plus riche en espèces entomofauniques. La majorité des espèces dInsectes est retrouvée dans le sol constituant une source trophique et souvent un refuge. Nous retrouvons 7 espèces accessoires, 12 espèces accidentelles et 59 espèces très accidentelles.Nous retrouvons 7 espèces accessoires, 12 espèces accidentelles et 59 espèces très accidentelles. Il serait intéressant de comparer les deux stations et voir si elles sont représentées par les mêmes espèces entomofauniques vue quelles présentent des différences (taux de recouvrement, pente …etc)Il serait intéressant de comparer les deux stations et voir si elles sont représentées par les mêmes espèces entomofauniques vue quelles présentent des différences (taux de recouvrement, pente …etc) Conclusion


Télécharger ppt "Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et des Sciences de la Terre et de lUnivers Département de Foresterie en collaboration avec le Parc national."

Présentations similaires


Annonces Google