La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Correction de linterrogation 6 avril 2011. 1. Correction de la dictée.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Correction de linterrogation 6 avril 2011. 1. Correction de la dictée."— Transcription de la présentation:

1 Correction de linterrogation 6 avril 2011

2 1. Correction de la dictée

3 La télévision, en dévoilant les visages, pensées et caractères, a instauré des liens nouveaux entre lhomme politique et lhomme de la rue. Cette relation nouvelle quelle a créée dès son apparition prolonge les contacts directs que, la plupart du temps, les candidats ou les élus ont patiemment recherchés avec les électeurs.

4 Orthographe dusage Dès (et non dés) Les contacts directs (et non directes) Patiemment (car adverbe > adjectif « patient »)

5 Orthographe grammaticale Trois participes passés: Instauré: Participe passé employé avec « avoir » Suivi du COD « des liens nouveaux » Invariable Créée: Participe passé employé avec « avoir » Précédé du COD « que » (mis pour « relation nouvelle » Accord au fém. sing.

6 Recherchés: Participe passé employé avec « avoir » Précédé du COD « que » (mis pour « contacts directs » Accord au masc. pl.

7 Elle est démocratique, mais impose dassez curieuses servitudes. « Vous vous présentez, monsieur le candidat, en costume clair sur fond clair ? Cest plutôt maladroit, parce que les contours de votre personnage seront flous, et votre programme politique risquera de sembler nébuleux.

8 Orthographe dusage servitudes (> servir) monsieur le candidat (sans majuscule, sauf dans les titres) plutôt (à ne pas confondre avec « plus tôt », substituable avec « plus tard ») parce que: en deux mots

9 Attention ! Si vos yeux sont tristes et quon voie sur votre visage une sorte de lassitude, il faut craindre que vous vous aliéniez des sympathies quen y songeant plus tôt vous auriez pu vous attirer. »

10 Orthographe dusage Vous vous aliéniez saliéner qqch: perdre, se rendre hostile Plus tôt (à ne pas confondre avec « plutôt »)

11 Orthographe grammaticale Si vos yeux sont tristes et quon voie sur votre visage une sorte de lassitude… Pourquoi un subj. présent? Cf. B.Us. Grevisse Après « que » remplaçant « si » au début dune proposition coordonnée, on met un subjonctif (paragraphe 404b) Ex. Si le film intéresse et quon le suive avec attention, on nentend pas la musique. (Gilson)

12 … vous auriez pu vous attirer. Attention au voisinage trompeur du « vous »: « attirer » non « attirez »

13 Outre-Atlantique notamment, tout cela constitue une technique au point. Les hommes politiques américains sont si conscients de limportance de ces détails quon les a rarement vus sur petit écran sans quils aient consulté quelque spécialiste pour être guidés sur le choix de leur cravate, sur la pose de leur voix, de leurs gestes, de leurs regards.

14 Orthographe dusage Outre-Atlantique Notamment Les hommes politiques américains (adj. qual.) Cravate La pose de la voix (différent de « la pause »)

15 Orthographe grammaticale On les a rarement vus… -p.p. employé avec « avoir » -le COD « les » mis pour « les hommes politiques américains » est placé devant Accord au masc. pl. Pour être guidés… -p.p. employé avec « être » - Le sujet est « les hommes politiques… » masc. pl. Quelque spécialiste = nimporte quel, un quelconque,… = ici singulier, mais cela fonctionnait avec un pluriel

16 On nen saurait douter : la télévision est en train de transformer léloquence politique : au lieu de belles périodes oratoires, il faut des phrases simples, concises, percutantes. Celui qui apparaît sur lécran ne peut tolérer que lattention se relâche et meure ; il doit, coûte que coûte, empêcher les téléspectateurs de sévader vers le potage familial ou lenfant qui pleure.

17 Orthographe dusage Oratoire (cf. oral) Il apparaît = A.O. Il apparait = N.O. Coûte que coûte = A.O. Coute que coute = N.O. Pas de traits dunion

18 Orthographe grammaticale On nen saurait douter Ne pas oublier ladverbe de négation « ne » après le « on » « saurait » (et non « serait »!) Lenfant qui pleure (et non « pleurt ») Verbe du 1 e groupe (-ER) donc 3 e p.sing. –e

19 2. Exercice de ponctuation

20 « Une fille de dix-huit ans se retourne sur sa vie » paraît dans lédition du dimanche du New York Times Magazine, le 23 avril Je parle dans cet article des diverses expériences sociales, culturelles et politiques qui ont influencé ma génération, et jexplique comment elles ont contribué à ce dégoût prématuré de la vie si manifeste dont nous souffrons, moi et mes contemporains.

21 Relire ce texte vingt-cinq ans plus tard me met mal à laise. La jeune fille qui la écrit sexprimait avec une aisance précoce. Mais ce qui me frappe aujourdhui, cest laudace quasi insupportable de cet article. La voix qui sélève dans le paragraphe dintroduction, et que je maintiens tout au long du texte, parle non seulement pour elle-même, mais pour ma génération. « Ma génération est celle des espoirs déçus… ». Selon qui? aurais-je envie de demander aujourdhui. En quoi étais-je autorisée à parler au nom de tous les jeunes?

22 « Nous avons hérité des vieux habits de la génération précédente dont nous avons repris les coutures et retourné les ourlets afin dinventer nos nouvelles modes. Nous avons pris les drogues des étudiants et en avons fait un usage banal au lycée. Nous avons eu les Beatles, mais pas les sosies sympathiques avec le même costume, la même coupe de cheveux et des chansons à faire pleurer. Ils sont venus à nous comme une mauvaise blague – vieux, barbus et discordants. Et nous avons hérité de la guerre du Vietnam juste après le sommet de la vague – trop tard pour brûler les ordres dincorporation, trop tôt pour ne pas être incorporés. Les garçons nés en 1953 – lannée de ma naissance – seront les derniers à partir. »

23 Jévoque également les événements nationaux qui ont façonné la vision que ma génération a du monde – la crise des missiles de Cuba, lassassinat de Kennedy. Jécris: « Tels les patients hyper-anxieux en analyse, nous chérissons les traumatismes de notre enfance. »

24 3. Syllabes et graphèmes 1. Candélabre Graphique: Can (fermée) – dé (ouverte) – la (ouverte) – bre (ouverte) Phonique: /K ɑ ̃ / (ouverte) - /de / (ouverte) – /labR/ (fermée)

25 2. Thon T(h): digramme – phonogramme (graphème représentant le son /t/) où le « h » a un rôle de logogramme (distinction davec « ton ») on: digramme – phonogramme (graphème représentant le son / ɔ /̃)

26 4. Phrases à corriger Le ventre de laraignée, cest son atelier, son magazin, cest la poche où le cordier tient devant lui la matière du fil quil dévide ; mais laraignée ne grossit la poche quaux dépends delle-même, à force de sobriétée. Et vous la verrez souvent, étique pour tout le reste, conserver toujours gonflé ce trésor où est lélément indispensable du travail, lespérance de son industrie et, bien sûre, sa seule chance davenir.

27 Un magasin (mais un magazine): erreur danalogie (orthographe dusage) Aux dépens de… (> « dépenser », non de « dépendre ») Sobriété: les noms féminins terminés par la syllabe /te/, ne prenne pas d « e ». Bien sûr: adverbe invariable, sécrit toujours sans « e »

28 Binche travaille et fait excellement ses affaires. Mais vienne le mardi gras, la petite ville secoue les soucis qui lont absorbée durant toute une année de fatiguante activité. Excellemment: adverbe > adj. terminé par –ent (excellent) Mardi gras: nom de fête, majuscule au nom, pas à ladjectif si celui-ci suit. Fatigante: adjectif verbal et non participe présent sans « u »

29 Diogène le Cynique allait constamment nue-tête et marchait nus-pieds ; non content dune demi- pauvreté, il rejettait comme superflus les mille petites commodités de la vie domestique. Nu-tête, nu-pieds: « nu » invariable quand il est placé devant le nom (avec trait dunion) Il rejetait: un seul « t » car on na pas de e ouvert ( ɛ ) à loral. Superflues: accord de cette épithète détachée avec le nom « commodités »

30 Ce garçon distingue mal les vérités historiques des contes bleus des grand(s)-mères. Ses jugements sont remplis de vagues sous- entendus, et si vous le poussez sur quelque question, il se réfugie volontiers dans léquivoque ou allègue ses arrière-pensées. Sil saventure dans une discussion, les moindres objections lui donnent de fâcheux crocs-en- jambe, et sa raison borgne et boiteuse à la fois, napercevant pas les garde-fous, sabat et senlise dans lillogisme le plus complet. Il est pourtant entouré car son père a des coffres- forts bien remplis.

31 Cest ici que repose celui qui ne sest jamais reposé. Il sest promené à cinq-cent-trente enterrements. Il sest réjoui de la naissance de deux-mille-six-cent-quatre-vingts enfants. Les pensions dont il a félicité ses amis, toujours en des termes différents, montent à deux millions six-cent-mille livres ; le chemin quil a fait sur le pavé, à neuf-mille-six-cents stades ; celui quil a fait dans la campagne à trente-six. (Montesquieu) A.O.: traits dunion entre dizaines et unités seulement

32 Une chemise, un pantalon usé, collé aux jambes, décalquaient le squelette de lhomme : les omoplates durement dessinées, les côtes, le bassin étroit, les longs fémurs à peine recouverts de muscles, tout cela saillait en traits vigoureux sous létoffe mouillée par la sueur. Lombre enveloppait les yeux bleu clair ; lorbite était enfoncée sous des sourcils broussailleux.


Télécharger ppt "Correction de linterrogation 6 avril 2011. 1. Correction de la dictée."

Présentations similaires


Annonces Google