La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Notions fondamentales déthique PHI1968O 3 e cours.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Notions fondamentales déthique PHI1968O 3 e cours."— Transcription de la présentation:

1 Notions fondamentales déthique PHI1968O 3 e cours

2 Plan de la séance La pensée chrétienne Conceptions modernes I Lhumanisme Le déontologisme kantien Autonomie et politique

3 Le christianisme

4 Le christianisme (1) Système de pensée dominant durant le Moyen-âge en Europe Deux acquis : 1. Le concept de « personne » 2. Lidée dégalité Deux traits saillants de la modernité philosophique et politique Traits présents dans dautres traditions religieuses

5 Le christianisme (2) La personne oChaque homme est créature de Dieu faite à son image oChaque homme est aimé de Dieu oChaque homme est singulier oChaque homme est libre de faire le bien ou le mal

6 Le christianisme (3) Les Confessions; La Cité de Dieu Mal volontaire et responsabilité humaine Constitution du moi comme unité de conscience dans le temps : notion didentité personnelle Saint Augustin ( ) De nouveaux questionnements : liberté, responsabilité, temps, Histoire, finitude

7 Le christianisme (4) (…) cest la pensée chrétienne (…) qui introduit, en Occident, lidée dhomme au sens contemporain dun sujet unique, singularisé, libre et conscient. (…) dans la pensée occidentale une nouvelle notion (apparaît) : celle dune identité singulière, constitutive dune unité de conscience dans la connaissance et dune unité de volonté dans laction, cest-à-dire lidée de personne. Dieu est personnel, et lhomme, créé à limage de Dieu, est lui aussi une personne. (S. Rameix, pp.27-28)

8 Le christianisme (5) Dans quelles situations médicales la notion de personne peut-elle être engagée ? Deux cas concrets Lembryon humain Le patient en état végétatif chronique Quelle position la tradition chrétienne pourrait adopter sur ces sujets ?

9 Le christianisme (6) Spécificités de la démarche chrétienne Maintien de lhétéronomie1 Lexistence humaine ne conserve un sens quune fois rapportée au divin 2Amorce dune approche déontologique Déontos, ce qui « doit être » par opposition à ce qui est (ontos)

10 Le christianisme (7) La méthodologie chrétienne La casuistique Étude des cas de conscience, cest-à-dire des problèmes de détail qui résultent de lapplication des règles éthiques à chaque circonstance particulière (stoïciens, moralistes chrétiens, Kant). (A. Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 5 e édition 1999, pp ) Réintroduction dune dimension téléologique

11 Le christianisme (8) La réanimation Déclaration pontificale de Pie XII aux réanimateurs (1957) Problème : sortir du dilemme euthanasie / acharnement thérapeutique

12 Le christianisme (9) Argumentation 1. Distinction « moyens ordinaires » et « moyens extraordinaires » « Le devoir (de lhomme) quil a envers lui-même, envers Dieu, envers la communauté humaine (…) noblige habituellement quà lemploi de moyens ordinaires (…)» ( cité par S. Rameix, p.31) 2. Doctrine du double effet Effet néfaste doit être non voulu et indirect 3. Analyse de lintention Lintention doit être guidée par une fin bonne

13 Le christianisme (10) Héritage de la pensée chrétienne Concept de personne Début de lidée dégalité Formulations modernes de la personne chrétienne : personnalisme Limites de la pensée chrétienne Appréhension hétéronomique du monde Obscurantisme

14 Tableau récapitulatif Auteurs Courants Idées, principes essentiels Formes modernes PlatonPhilosophe-roi Paternalisme Élitisme AristoteNaturetéléologie Christianisme Personnedéontologie Casuistiquetéléologie

15 Conceptions modernes I

16 Modernité = idée démancipation de lindividu à légard de la tradition Ordre politique spécifiquement humain à bâtir Fondement de lautonomie = la raison

17 Conceptions modernes I Le terme de « modernité » est utilisé lorsquil sagit de penser, au sein dune société donnée, une rupture dans lhistoire, les arts, la politique, les mœurs etc. Cette coupure ne prend tout son sens que dans son opposition à la période qui précédait, qualifiée alors de « traditionnelle ». Dans le contexte de ce cours – et dans celui de la philosophie en général – la « modernité » désigne le changement social provoqué par lapparition des idées dautonomie personnelle et politique. Modernité

18 Conceptions modernes I 1. Lhumanisme La Renaissance René Descartes et la raison Une sensibilité plus quune théorie unifiée 2. Le déontologisme kantien Autonomie du sujet Le concept de personne 3. Autonomie et politique Les Révolutions américaine et française

19 Lhumanisme (1) Caractéristiques de la Renaissance 1. Sortie du Moyen-âge (arts, philosophie…) Sciences : Galilée Arts : peintres, sculpteurs Philosophie : Marsile Ficin, Pic de la Mirandole Lutte contre lobscurantisme religieux Affirmation de lindividualité et de la dignité de la personne humaine 2. Redécouverte de lAntiquité 3. Influence de la Réforme 4. Période des grandes découvertes Début de loccidentalisation du monde Contradiction entre la foi dans léminente dignité de lhomme et la colonisation naissante

20 Lhumanisme (2) René Descartes ( ) Discours de la méthode; Méditations métaphysiques « Je pense donc je suis » ? ? Fondement de lexistence ? Fondement de la vérité ? La raison humaine Implications éthiques = > Kant

21 Lhumanisme (3) La raison comme unique mode daccès à la vérité La vérité comme idéal Existe-t-il un droit à la recherche scientifique ? Mort cérébrale comme critère de la mort dans de nombreux pays Dualisme et mécanisme cartésien La mort du cerveau signifie-t-elle la mort de la personne ? Deux exemples La recherche scientifiqueLes critères de la mort

22 Lhumanisme (4) Humanisme = socle de la modernité Humanisme = plus une sensibilité quune doctrine ou une théorie Humanisme ou humanismes ? Dignité de lhomme fondée sur la raison Base de la morale ?

23 Conceptions modernes I 1.Lhumanisme La Renaissance René Descartes et la raison Une sensibilité plus quune théorie unifiée 2. Le déontologisme kantien Autonomie du sujet Le concept de personne 3. Autonomie et politique Les Révolutions américaine et française

24 Le déontologisme kantien (1) Emmanuel Kant ( ) Les 3 Critiques; Métaphysique des mœurs Lumières allemandes Philosophie du sujet Fondation des approches de type déontologique i.e. en termes de « devoir être » (libéralisme, libertarisme, divers courants humanistes contemporains)

25 Le déontologisme kantien (2) Autonomie du sujet Sujet de la connaissance et de laction Le sujet se fixe ses propres lois Quels sont les critères de lagir moral ? Le sujet pose ses propres lois Le sujet y obéit par devoir 1 2

26 Le déontologisme kantien (3) Exemple de la noyade Opposition morales déontologiques / morales conséqentialistes Un enfant se noie, un homme passant par là le sauve. Sagit-il dun acte bon ? Dun acte moral ? Quen penserait Kant ?Nouvelle formulation

27 Le déontologisme kantien (4) Action motivée par la loi morale Action accomplie par devoir à légard de limpératif catégorique Quest-ce quune action morale ? 1 ère formulation « Agis uniquement daprès la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps quelle devienne une loi universelle » 2 ème formulation « Agis de telle sorte que tu traites lhumanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin et jamais seulement comme un moyen »

28 Le déontologisme kantien (5) Autonomie Soumission à la loi morale Liberté Distinction entre les choses et les personnes Distinction entre le prix et la dignité Distinction entre les moyens et les fins

29 Le déontologisme kantien (6) Le corps Pour Kant quel est le statut du corps ? Quelles implications cette conception peut-elle avoir ? Corps fait partie de la personne Refus moral de la commercialisation ou de la brevétisation du corps humain

30 Le déontologisme kantien (7) Lembryon La personne humaine doit être considérée comme une fin et jamais seulement comme un moyen Cas des embryons surnuméraires Statut moral de lembryon Autre exemple médical ?

31 Le déontologisme kantien (8) La personneTriple dimension Être individuel en tant quil possède les caractères qui lui permettent de participer à la société intellectuelle et morale des esprits. (André Lalande, Ibid., 759) (…) corps dun homme en tant que ce corps est considéré comme manifestation, comme « phénomène » de sa personne morale, en tant quil exprime le caractère et quil doit être traité en conséquence. (Ibid.) Être qui possède des droits ou des devoirs déterminés par la loi. (Ibid.)

32 Conceptions modernes I 1.Lhumanisme La Renaissance René Descartes et la raison Une sensibilité plus quune théorie unifiée 2.Le déontologisme kantien Autonomie du sujet Personne kantienne 3. Autonomie et politique Les Révolutions américaine et française

33 Autonomie et politique

34 Autonomie et politique (1) Acquis de cette période 1. Lautonomie de la personne 2. Le principe dégalité 3. Morale déontologique Navons- nous pas déjà rencontré certaines de ces idées ?

35 Autonomie et politique (2) Révolutions américaine et française Conséquences politiques du principe dautonomie Jean-Jacques Rousseau ( ) Déclarations de « droits-libertés » liés aux individus compris comme des personnes autonomes Expression politique du libéralisme Émergence de sociétés fondées sur le principe dégalité Rupture avec les sociétés traditionnelles Questions brûlantes : colonisation, esclavage


Télécharger ppt "Notions fondamentales déthique PHI1968O 3 e cours."

Présentations similaires


Annonces Google