La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

M. Le Guen (2001) Dégagez lintérêt philosophique de ce texte en procédant à son étude ordonnée. Texte extrait de : J.-P. Sartre, Lexistentialisme est.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "M. Le Guen (2001) Dégagez lintérêt philosophique de ce texte en procédant à son étude ordonnée. Texte extrait de : J.-P. Sartre, Lexistentialisme est."— Transcription de la présentation:

1

2

3 M. Le Guen (2001)

4 Dégagez lintérêt philosophique de ce texte en procédant à son étude ordonnée. Texte extrait de : J.-P. Sartre, Lexistentialisme est un humanisme pp 65 à 67, Nagel éditeur

5 1/ Repérez dans le texte les différentes unités dargumentation. (éventuellement les articulations logiques)

6 Tout matérialisme a pour effet de traiter tous les hommes y compris soi-même comme des objets, cest-à-dire comme un ensemble réactions déterminées que rien ne distingue de lensemble des qualités et des phénomènes qui constituent une table ou une chaise ou une pierre. Nous voulons constituer précisément le règne humain comme un ensemble de valeurs distinctes du règne matériel. Mais la subjectivité que nous atteignons à titre de vérité nest pas une subjectivité rigoureusement individuelle, car nous avons démontré que dans le cogito, on ne se découvrait pas seulement soi-même mais aussi les autres. Par le « je pense » contrairement à la philosophie de Descartes, |…], nous nous atteignons nous-mêmes en face de lautre, et lautre est aussi certain pour nous que nous-mêmes. Ainsi lhomme qui satteint directement par le cogito découvre aussi tous les autres, et il les découvre comme la condition de son existence. Il se rend compte quil ne peut rien être (au sens où lon dit quon est spirituel, ou quon est méchant, ou quon est jaloux), sauf si les autres le reconnaissent comme tel. Pour obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par lautre. Lautre est indispensable à mon existence, aussi bien dailleurs quà la connaissance que jai de moi. Dans ces conditions, la découverte de mon intimité me découvre en même temps lautre, comme une liberté posée en face de moi, qui ne pense, et qui ne veut que pour ou contre moi. Ainsi découvrons-nous tout de suite un monde que nous appellerons lintersubjectivité, et cest dans ce monde que lhomme décide ce quil est et ce que sont les autres.

7 2/ Repérez dans le texte, dans chacune des unités dargumentation que vous venez de dégager, les concepts les plus importants, et les éventuelles oppositions de concepts.

8 Tout matérialisme a pour effet de traiter tous les hommes y compris soi-même comme des objets, cest-à-dire comme un ensemble réactions déterminées que rien ne distingue de lensemble des qualités et des phénomènes qui constituent une table ou une chaise ou une pierre. Nous voulons constituer précisément le règne humain comme un ensemble de valeurs distinctes du règne matériel. Mais la subjectivité que nous atteignons à titre de vérité nest pas une subjectivité rigoureusement individuelle, car nous avons démontré que dans le cogito, on ne se découvrait pas seulement soi-même mais aussi les autres. Par le « je pense » contrairement à la philosophie de Descartes, |…], nous nous atteignons nous-mêmes en face de lautre, et lautre est aussi certain pour nous que nous-mêmes. Ainsi lhomme qui satteint directement par le cogito découvre aussi tous les autres, et il les découvre comme la condition de son existence. Il se rend compte quil ne peut rien être (au sens où lon dit quon est spirituel, ou quon est méchant, ou quon est jaloux), sauf si les autres le reconnaissent comme tel. Pour obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par lautre. Lautre est indispensable à mon existence, aussi bien dailleurs quà la connaissance que jai de moi. Dans ces conditions, la découverte de mon intimité me découvre en même temps lautre, comme une liberté posée en face de moi, qui ne pense, et qui ne veut que pour ou contre moi. Ainsi découvrons-nous tout de suite un monde que nous appellerons lintersubjectivité, et cest dans ce monde que lhomme décide ce quil est et ce que sont les autres.

9 3/ Quel est le plan du texte ? Dégagez-en le schéma argumentatif

10 Tout matérialisme a pour effet de traiter tous les hommes y compris soi-même comme des objets, cest-à-dire comme un ensemble réactions déterminées que rien ne distingue de lensemble des qualités et des phénomènes qui constituent une table ou une chaise ou une pierre. Nous voulons constituer précisément le règne humain comme un ensemble de valeurs distinctes du règne matériel. Mais la subjectivité que nous atteignons à titre de vérité nest pas une subjectivité rigoureusement individuelle, car nous avons démontré que dans le cogito, on ne se découvrait pas seulement soi-même mais aussi les autres. Par le « je pense » contrairement à la philosophie de Descartes, |…], nous nous atteignons nous-mêmes en face de lautre, et lautre est aussi certain pour nous que nous- mêmes. Ainsi lhomme qui satteint directement par le cogito découvre aussi tous les autres, et il les découvre comme la condition de son existence. Il se rend compte quil ne peut rien être (au sens où lon dit quon est spirituel, ou quon est méchant, ou quon est jaloux), sauf si les autres le reconnaissent comme tel. Pour obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par lautre. Lautre est indispensable à mon existence, aussi bien dailleurs quà la connaissance que jai de moi. Ainsi découvrons-nous tout de suite un monde que nous appellerons lintersubjectivité, et cest dans ce monde que lhomme décide ce quil est et ce que sont les autres. Dans ces conditions, la découverte de mon intimité me découvre en même temps lautre, comme une liberté posée en face de moi, qui ne pense, et qui ne veut que pour ou contre moi. A Antithèse1 B Antithèse2 C Thèse1 D Thèse2 E Thèse3

11 4/ Reformulation de chaque partie du texte

12 A Antithèse1 B Antithèse1 C thèse1 D & E Thèse2 et 3 Antithèse : Selon les matérialistes, la lexistence humaine serait déterminée, les comportements et les pensées des hommes seraient le produit de relations causales (sur le modèle, par exemple, des lois de la physique) Antithèse : Descartes postule bien que notre certitude fondamentale que nous portons en nous est dêtre des sujets, mais il fait de cette certitude du « je pense » le produit dune expérience subjective : le cogito cartésien présenté comme « auto-suffisant » Thèse principale : Or « le pour-soi renvoie au pour autrui » (Sartre) Autrui est la condition de mon existence Ce que je pense de moi renvoie à un observateur qui le reconnaît La connaissance que j ai de moi-même renvoie à autrui Thèses conséquentes : D : Les libertés de l autre et de moi se découvrent en même temps. Dualité de ma relation à autrui : lui et moi pour lui sommes à la fois amis et ennemis E : Notre monde, notre patrie commune : l intersubjectivité. En choisissant lhomme que je veux être je choisis aussi limage que je veux donner.de lhumain

13 5/ Plan de lexplication de texte

14 Première partie (antithèses A et B) En quoi ne peut-on réduire la réalité humaine à un simple déterminisme, conçu à la manière dune causalité mécaniste, semblable à celle établie par les sciences de la nature ? (A) En quoi ne peut-on pour autant réduire la subjectivité humaine au solipsisme ? (B) Seconde Partie (Thèse principale C) En quoi peut-on dire dautrui quil est nécessaire à la fois à mon existence et à la connaissance que jai de moi ? (C) Troisième Partie (Thèses corollaires D et E) Cette nécessité réciproque dautrui et de moi nous fonde- t-elle en tant que libertés, condamnés à nagir que pour ou contre lautre ? (D) Quel est ce monde de lintersubjectivité où en façonnant mon image, je façonne aussi celle dautrui ? (E)

15 6/ Reformulation de lidée principale du texte

16 Dans le meilleur des mondes dAldous Huxley, celui-ci décrit un univers où les relations sociales sont entièrement déterminées par un conditionnement biologique et social. Mais une telle société serait aussi celle de la mort de lhomme : seule une reconnaissance de la liberté des individus, de la dignité des personnes, bref, de la subjectivité peut fonder une société juste. Ainsi Sartre, dans Lexistentialisme est un humanisme soppose à la fois au déterminisme rationaliste et au subjectivisme absolu. On ne peut pas plus faire de lhomme un être déterminé de manière mécaniste quon ne peut lenfermer dans une subjectivité solipsiste. Nous sommes le fruit de la rencontre avec nos semblables qui nous font exister et découvrir ce que nous sommes. Par là même nous nous découvrons solidaires ou adversaires dans un même monde, où vont saffronter ou sunir nos libertés.

17 Bon courage !


Télécharger ppt "M. Le Guen (2001) Dégagez lintérêt philosophique de ce texte en procédant à son étude ordonnée. Texte extrait de : J.-P. Sartre, Lexistentialisme est."

Présentations similaires


Annonces Google