La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TRANSITIONS AGRICOLES ET RURALES A lEST Quavons-nous appris ? SFER-RuralEst, Dijon 21/10/2011 INTRODUCTION Par A. Pouliquen.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TRANSITIONS AGRICOLES ET RURALES A lEST Quavons-nous appris ? SFER-RuralEst, Dijon 21/10/2011 INTRODUCTION Par A. Pouliquen."— Transcription de la présentation:

1 TRANSITIONS AGRICOLES ET RURALES A lEST Quavons-nous appris ? SFER-RuralEst, Dijon 21/10/2011 INTRODUCTION Par A. Pouliquen

2 Avant-propos Le numéro de la revue Economie rurale contient mon introduction sensu stricto des prestations qui suivent. A la demande des organisateurs, il sagit ici dune réflexion personnelle « transversale » sur les questions abordées, qui sappuie aussi sur dautres sources, notamment mon étude de synthèse: « Pays de lEst: Intégration dans lUE, la reprise agricole à la crise », in DEMETER2011 (pp.11-77, carte, 32 tableaux). Une traduction en polonais est publiée dans « Zagadnienia Ekonomiki Rolnej », www.clubdemeter.com

3 Objet et plan de lexposé Une première partie présentera très schématiquement et globalement le tournant de la reprise agricole dans les nouveaux- états-membres de lUE dans les années , ses déterminations et conséquences. Puis on ce concentrera sur la nature et le rôle des restructurations agricoles en jeu dans cette reprise et leurs perspectives.

4 Bref retour sur les années 90 Premier temps récessions globales et agricoles Le suremploi agricole comme tampon économique et social de la crise de transition Deuxième temps: reprises globales en Europe centrale et stagnation agricole

5 : REPRISE AGRICOLE GLOBALE DANS LES NOUVEAUX ETATS-MEMBRES (NEM).Croissance réelle modérée de la production agricole (12%) et- forte(30%)- de sa valeur ajoutée.. Fort recul global de lemploi agricole (–28%), modéré en Pologne (-8%).. Productivités et revenus agricoles en forte hausse et amorce de recapitalisation. Mais les écarts restent grands par rapport à lUE15 Cf. Bazin et Bourdeau-Lepage, AP in Demeter2011

6 DETERMINANTS DE LA REPRISE AGRICOLE 1°) La forte croissance économique globale ( :+50%) dans les NEM y a enfin entrainé: - la hausse de la demande agricole intérieure - un fort recul du chômage, donc du suremploi agricole. Lémigration y contribue aussi. 2°) Les fortes hausses réelles, de revenus agricoles (75%), dues: -surtout aux aides directes de la PAC, -aux gains de productivité, -à lamélioration du rapport de prix output/input, ont permis damorcer la recapitalisation agricole

7 EQUILIBRE AGRICOLE EST-OUEST: MAINTENU Forte augmentation des échanges NEM-UE15. Mais lagro-importation nette des 8 NEM intégrés en 2004 en provenance de lUE15 se stabilise autour de 2 milliards par an, faible niveau par habitant. Elle double en 2007 avec ladhésion de la Roumanie et de la Bulgarie. Laugmentation de loffre des NEM est en large part absorbée par leur consommation et lexportation vers la CEI. Les spécialisations exportatrices des NEM de 2004 (Duboz, Le Gallo) nont pas empêché cette équilibrage global.

8 Freins de la restructuration agricole Malgré les avantages compétitifs potentiels de lagriculture des NEM, la réallocation des facteurs de production sy heurte: - aux fortes « imperfections » et limitations légales du marché foncier De plus les aides directes ont fortement accru les prix de la terre et inhibent les achats-ventes. Les marchés de location sont plus actifs, mais souvent sur le mode informel et précaire. (Bignebat et Latruffe). - à la résistance du secteur de semi-subsistance, sur des bases multifonctionnelles (cf. infra), - aux coûts élevés du financement bancaire.

9 Recomposition du dualisme structurel Leffectif des microfundia de subsistance a beaucoup diminué, mais reste considérable. Lemprise foncière des exploitations « moyennes » (5-50 ha) a progressé mais reste minoritaire. Peu atteignent le profil « professionnel » ouest- européen, malgré des aides PAC privilégiées. La plupart relèvent du mode de semi-subsistance (cf. infra). Les macro-exploitations sociétaires et les très grandes fermes individuelles qui en sont issues sont très renforcées par les aides de la PAC. (Bazin et Bourdeau-Lepage, AP in Demeter2011)

10 Les aides PAC renforcent conjointement le néo dualisme: des structures agricoles et du développement rural associé, à léchelle des régions, en décalage croissant avec leurs objectifs initiaux. (Darrot, Van Hirschausen, Ghib)

11 Enjeux globaux du néo-dualisme La tendance du pôle sociétaire et individuel hyper concentré à la spécialisation céréalière-oléagineuse est renforcée par les aides directes à lhectare et par les aides du deuxième pilier, outre les tendances du marché international. Elle est défavorable à lemploi et aux productions animales et horticoles, à haute valeur ajoutée à lhectare, ainsi quau développement rural durable des zones ou régions concernées. Doù les enjeux cruciaux du développement des exploitations moyennes, orientées par leur taille vers ces productions. Mais la faible et difficile émergence du mode « professionnel » dans les pays dagriculture entièrement collectivisés sous le communisme incite à réexaminer les conditions de résistance et/ou modernisation adaptée du mode de semi-subsistance.

12 Enseignements du cas polonais* (1) Lhéritage sociologique et structurel de la Pologne y a permis lémergence, dune minorité (12% en 2005) dexploitations professionnelles « moyennes » (EPM: 30 ha en moyenne), réalisant en 2005 la moitié de la production nationale (autoconsommation et production des sociétés comprises) sur un tiers des terres (idem). Mais leur expansion territoriale se heurte désormais à la hausse des coûts fonciers, du fait de lépuisement du stock de terres ex-étatiques, et de la résistance spatiale et économique inattendue des exploitations de semi- subsistance (ESS). De 2000 à 2005 celles-ci ont continué à assurer près de 40% de la production sur 35% de la SAU... *A.Pouliquen, in DEMETER2011 (pp.53-71)

13 Comment les ESS ont résisté (2) -revenus familiaux extra-agricoles en croissance, conduisant à des revenus totaux couramment supérieurs à la moyenne nationale, -valeurs ajoutées agroalimentaires de lautoconsommation et des ventes directes, -accès aux aides directes, mêmes modestes. -possibilité résultante de financer le maintien, ou une certaine modernisation, de la capacité de production agricole, -volonté de préserver un refuge, face aux aléas de lemploi salarié des membres de la famille

14 Avantages globaux des ESS/aux EPM (3) Beaucoup moins de destruction demplois Bien moindre dépendance des subventions Adéquation aux régions de propriété morcelée Développement rural multifonctionnel Agro-écologie Si lon tient compte de la production autoconsommée, lécart de production par hectare est faible Possibilités de modernisation graduelle Cf. C. Darrot (thèse doctorale) et Demeter2011

15 Limites et défis des ESS (4) Adaptation difficile aux normes communautaires et aux exigences des industries alimentaires et de la grande distribution urbaine et du négoce exportateur. Propension à lopacité et à léconomie « grise », coûts administratifs prohibitifs et faible fiabilité des régulations et soutiens publics directs. Risques de ghettoisation. Des soutiens non conventionnels et indirects doivent être imaginés, visant notamment la diversification et les infrastructures technique et sociale de léconomie rurale plutôt que laccompagnement administré individuel. Cf notamment Villemin,Andreff,Montaigne

16 Emergences spontanées dun secteur de semi-subsistance à partir des minifundia de subsistance Potentiel important, notamment en Hongrie en Roumanie et en Bulgarie. Deux types dévolution -Voie de transition vers lexploitation professionnelle: logique de laide spécifique de lUE - Résistance durable, maintenance de capacité

17 Singularités tchèques et slovaque

18 Messages de scénarios extrêmes La trajectoire russe: néo latifundisme sous influence étatique; avenir incertain des lopins ruraux; «jardinage urbain» à grande échelle; importation massive de produits animaux; relance des « fermes »?. ( Lézéan); (Boukhareva et Marloie). La transition sans transition en ex-RDA: destruction immédiatement massive demplois agricoles, refus de lexploitation familiale moyenne, au nom de la modernisation. (Sreith)

19 Conclusions (partielle) En dehors de régions structurellement et culturellement favorables (Pologne du Nord-Ouest, Lituanie, Lettonie, Slovénie, Banat roumain,…),… le scénario mimétique dexpansion hégémonique de lexploitation professionnelle moyenne, produit institutionnel dune histoire spécifique à lOuest, semble se heurter dans les NEM à des héritages et dynamiques structurels, qui appellent… à la prise en compte des dérives actuelles ou potentielles du pole hyper-concentré…

20 Conclusions (suite) un redéploiement conceptuel de lanalyse et des politiques publiques concernées, pleinement ouvert au mode de semi-subsistance, dans une optique du développement global durable. Lenjeu est accru par les impacts actuels et potentiels de la crise financière –économique en cours,.. et par la montée des risques alimentaire et migratoires à léchelle mondiale: lagriculture de subsistance et semi-subsistance, malgré ses difficultés assure encore la majorité de lalimentation mondiale.


Télécharger ppt "TRANSITIONS AGRICOLES ET RURALES A lEST Quavons-nous appris ? SFER-RuralEst, Dijon 21/10/2011 INTRODUCTION Par A. Pouliquen."

Présentations similaires


Annonces Google