La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Etat actuel des zones humides en Algérie : Impact des changements climatiques sur la présence et la répartition des zones humides au Nord de lAlgérie S.TAIBI,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Etat actuel des zones humides en Algérie : Impact des changements climatiques sur la présence et la répartition des zones humides au Nord de lAlgérie S.TAIBI,"— Transcription de la présentation:

1 Etat actuel des zones humides en Algérie : Impact des changements climatiques sur la présence et la répartition des zones humides au Nord de lAlgérie S.TAIBI, A.FEDDAL Ecole Nationale Supérieure dHydraulique (ENSH), Blida, Algérie INTRODUCTION La préservation et la protection des zones humides représentent un enjeu important en Algérie en termes daménagement du territoire et de protection de lenvironnement. LAlgérie a ratifié la Convention de Ramsar en 1982, à cet époque lAlgérie comptait trois zones dimportance internationale. Entre 2001 et 2003, lAlgérie a manifesté un intérêt accru à son adhésion à la Convention par le biais de la Direction Générale des Forêts et a désigné 23 nouveaux sites Ramsar. En 2004, l'Algérie a encore désigné 16 nouvelles zones humides d'importance internationale portant ainsi leur nombre total à 42 (près de 3 millions dhectares). Le dernier recensement effectué en 2006, a dénombré 1451 zones humides en Algérie, dont 762 qui sont naturelles. Quelles soient naturelles ou artificielles, lexistence des zones humides est généralement liée au gradient pluviométrique. Les précipitations représentent le facteur le plus important du climat tant pour les habitants que pour les écosystèmes. Les régions méditerranéennes semi-arides et arides sont particulièrement touchées par les sécheresses récurrentes et prolongées et la question de leau représente un véritable enjeu au cours de ce siècle. Au Nord de lAlgérie, selon lAgence Nationale des Ressources Hydrauliques (ANRH), les potentialités annuelles en eaux superficielles sont passées de 13,4 Milliards de m 3 à la fin des années 1970, à 10 milliards de m 3 actuellement. Cette baisse est due à une longue période de sécheresse caractérisée par un déficit pluviométrique de 20% à 30%. Lobjectif de ce travail est de mettre en évidence linfluence de la variabilité climatique sur la répartition et la disponibilité des zones humides au Nord de lAlgérie. INTRODUCTION La préservation et la protection des zones humides représentent un enjeu important en Algérie en termes daménagement du territoire et de protection de lenvironnement. LAlgérie a ratifié la Convention de Ramsar en 1982, à cet époque lAlgérie comptait trois zones dimportance internationale. Entre 2001 et 2003, lAlgérie a manifesté un intérêt accru à son adhésion à la Convention par le biais de la Direction Générale des Forêts et a désigné 23 nouveaux sites Ramsar. En 2004, l'Algérie a encore désigné 16 nouvelles zones humides d'importance internationale portant ainsi leur nombre total à 42 (près de 3 millions dhectares). Le dernier recensement effectué en 2006, a dénombré 1451 zones humides en Algérie, dont 762 qui sont naturelles. Quelles soient naturelles ou artificielles, lexistence des zones humides est généralement liée au gradient pluviométrique. Les précipitations représentent le facteur le plus important du climat tant pour les habitants que pour les écosystèmes. Les régions méditerranéennes semi-arides et arides sont particulièrement touchées par les sécheresses récurrentes et prolongées et la question de leau représente un véritable enjeu au cours de ce siècle. Au Nord de lAlgérie, selon lAgence Nationale des Ressources Hydrauliques (ANRH), les potentialités annuelles en eaux superficielles sont passées de 13,4 Milliards de m 3 à la fin des années 1970, à 10 milliards de m 3 actuellement. Cette baisse est due à une longue période de sécheresse caractérisée par un déficit pluviométrique de 20% à 30%. Lobjectif de ce travail est de mettre en évidence linfluence de la variabilité climatique sur la répartition et la disponibilité des zones humides au Nord de lAlgérie. RÉSULTATS Tendance des précipitations Les tests statistiques ont permis de détecter une rupture (une tendance à la baisse) située entre les années 70 et 80. Cette rupture a touché en grande partie lOuest de la zone détude (fig.02). La probabilité du test de Pettitt a permis de classer le degré de signification de la rupture. La majorité des stations de lOuest présente une rupture très significative, tandis quà lEst la plupart des stations sont homogènes (aucune rupture du régime pluviométrique). La baisse des précipitations entre la période avant rupture et la période après rupture déterminée par la segmentation dHubert est de : *16 à 26% sur le littoral Centre *19 à 38% sur les hauts plateaux Centre *16 à 42% sur le littoral Ouest *19 à 43% sur les hauts plateaux Ouest. Cette baisse a vraiment marqué les écoulements de la région particulièrement celle de Sid Ali Ben Youb qui enregistrent une baisse de 57% (tableau 01). Les chotts de cette région se trouvent aussi privés des apports essentiellement pour leur remplissage. Certains de ces chotts font partie de litinéraire des oiseaux migrateurs et la réduction du niveau deau de ces chotts sera catastrophique pour assurer une continuité de cette activité. À lEst, la procédure dHubert indique une augmentation de 24% à 49% des précipitations à partir de Variabilité spatiale des précipitations LACP avec rotation varimax a mis en évidence 5 régions à différent comportement pluviométrique : * Région Ouest littorale: Pm= mm * Région des Hauts plateaux Ouest et Centre: Pm= mm *Région Centre littorale : Pm= mm * Région Est littorale: Pm= mm *Région des Hauts plateaux Est: Pm= mm Répartition spatiale des zones humides La répartition des zones humides par bassin versant ou par région hydrographique (tableau 02) coïncide dans lensemble avec la régionalisation des précipitations : La région hydrographique Est « Constantine-Seybouse-Mellegue » est la plus riche en zones humides avec 159 zh et le côtier Constantinois englobe la majorité (99 zh). Ce bassin renferme les 2/3 des réservoirs et des retenues de la région ainsi que la presque totalité des marais et marécages, les ¾ des cours deau et des estuaires. Les hauts plateaux Constantinois regroupent 29 zh, qui sont majoritairement des lacs deau douce ou saumâtre, intermittents ou saisonniers ainsi que quelques lacs salés intermittents ou saisonniers. les autres bassins de la région regroupent des barrages ou grandes retenues collinaires. La région hydrographique « Algérois-Hodna-Soummam » occupe la seconde position avec 134 zh, situées majoritairement dans le bassin versant du Côtier Algérois avec une dominance des cours deau et des estuaires ainsi que des barrages et des retenues collinaires. Le bassin versant Chott El Hodna, situé dans les Hauts-Plateaux, comprend surtout des barrages et des retenues, mais aussi deux cours deau et quatre lacs intermittents ou saisonniers. La région hydrographique « Oranie-Chott Chergui » compte 65zh. Le bassin versant Côtier Oranais, avec 23 zh se caractérise par la présence de cours deau et destuaires. Il se démarque par la présence de plusieurs lacs saisonniers ou intermittents, majoritairement saumâtres. Le bassin de la Macta, est presque aussi riche en zones humides (20 zh), représentées par des cours deau, 2 marais et 9 barrages ou retenues. La région hydrographique « Cheliff-Zahrez » comprend 49zh, dont La majeure partie est située dans le bassin versant du Cheliff (43 zh) représentée par des réservoirs de barrages et de grandes retenues collinaires. Analyse des tendances des précipitations: tests statistiques 5 tests statistique ont été appliqués à 102 séries pluviométriques dune période de 73 ans ( ), à savoir: Le test de Kendall: sert à détecter une tendance au sein dune série chronologique de données; Le test de Pettitt: permet davoir la date de la rupture ainsi que le seuil de signification de cette rupture; Le test de Buishand: permet de détecter un changement de moyenne au milieu dune série à un instant inconnu; La méthode bayesienne de Lee et Heghinian: donne la position dans le temps et lamplitude dun changement de moyenne; La segmentation dHubert: permet de détecter plusieurs changements de la moyenne. Ces tests ont été aussi appliqués aux données hydrométriques de Sid Ali Ben Youb. Analyse des tendances des précipitations: tests statistiques 5 tests statistique ont été appliqués à 102 séries pluviométriques dune période de 73 ans ( ), à savoir: Le test de Kendall: sert à détecter une tendance au sein dune série chronologique de données; Le test de Pettitt: permet davoir la date de la rupture ainsi que le seuil de signification de cette rupture; Le test de Buishand: permet de détecter un changement de moyenne au milieu dune série à un instant inconnu; La méthode bayesienne de Lee et Heghinian: donne la position dans le temps et lamplitude dun changement de moyenne; La segmentation dHubert: permet de détecter plusieurs changements de la moyenne. Ces tests ont été aussi appliqués aux données hydrométriques de Sid Ali Ben Youb. CONCLUSION Il est clair que la variabilité climatique influence la disponibilité des zones humides naturelles et artificielles. La protection et la préservation de ce genre de site relève dune bonne gestion des ressources en eau mais surtout de limplication et la sensibilisation du public qui joue un rôle important dans la protection de lenvironnement. Dans ce contexte, la relation homme/climat/environnement doit être bien définie en mettant laccent sur limpact de chaque acteur sur lautre afin didentifier les mesures dadaptation nécessaires pour faire face, dune part, aux changements climatiques et dautre part aux pressions anthropiques exercées par les fortes densités de population impliquant des rejets urbains plus importants, la présence de grands périmètres agricoles en exploitation ou en réalisation, et la dégradation de la qualité de leau de certains cours deau et des zones humides côtières. CONCLUSION Il est clair que la variabilité climatique influence la disponibilité des zones humides naturelles et artificielles. La protection et la préservation de ce genre de site relève dune bonne gestion des ressources en eau mais surtout de limplication et la sensibilisation du public qui joue un rôle important dans la protection de lenvironnement. Dans ce contexte, la relation homme/climat/environnement doit être bien définie en mettant laccent sur limpact de chaque acteur sur lautre afin didentifier les mesures dadaptation nécessaires pour faire face, dune part, aux changements climatiques et dautre part aux pressions anthropiques exercées par les fortes densités de population impliquant des rejets urbains plus importants, la présence de grands périmètres agricoles en exploitation ou en réalisation, et la dégradation de la qualité de leau de certains cours deau et des zones humides côtières. Fig.02: Localisation des stations avec et sans rupture METHODOLOGIE Atlas Saharien Résumé Au Nord de lAlgérie, la répartition des zones humides (zh) par bassin versant indique que la région hydrographique Est est la plus riche en zones humides, avec 159 zh. La région hydrographique Centre-Est occupe la seconde position avec134 zh. La région hydrographique Ouest compte 65 zh et la région hydrographique Centre-Ouest comprend 49 zh. De manière générale, la répartition, la présence et le type de zones humides quon y trouve dans chaque région hydrographique sont en relation avec le gradient pluviométrique. La sècheresse qua connu le pays au cours des trois dernières décennies a eu un impact important sur la disponibilité des ressources en eaux qui alimentent les zones humides naturelles et artificielles. Lanalyse de la variabilité spatio-temporelle des précipitations au Nord de lAlgérie sur une période de 73 ans (1936/ /09) a mis en évidence cinq régions à différents caractères pluviométriques. Il apparait que la région des hauts plateaux Ouest et centre enregistrent les déficits pluviométriques les plus importants du Nord de lAlgérie (environ 30%). Donc, limpact des changements climatiques est plus ressenti à lOuest du pays impliquant une baisse des écoulements denviron 57% au niveau du cours deau de « Sid Ali Ben Youb ». Les chotts de la région se trouvent privés des apports essentiellement pour leur remplissage. Certains de ces chotts font partie de litinéraire des oiseaux migrateurs et la réduction du niveau deau de ces chotts sera catastrophique pour assurer une continuité de cette activité. Abstract This work aims to show the relationship between the spatial distribution and availability of wetlands and the climate variability of Northern Algeria. First several statistical tests (kendall, pettitt, Buishand, Bayesian method of Lee and Heghinian, Hubert segmentation) have been used to detect trend or climate change and applied to 102 rainfall time series over a period of 73years (1936/ /09). The tests shows a downward trend since the middle seventies, particularly in the West (fig.02). This region registered in important rainfall deficit of about 30% which caused a decrease of runoff of about 57% at Sid Ali Ben Youb (table 01). While, the East region states an increase of precipitation since The regionalization of precipitation of Northern Algeria using rotated principal component analysis (Varimax rotation) highlights 5 regions with dissimilar rainfall behavior. The West coast region and the west-center highlands region receive the lowest rainfall in the study area ( mm). The center coast region registers a mean annual rainfall of about 600 mm. The East coast region and East highlands region are the wettest region of Northern Algeria with a mean annual rainfall of mm and exceed 1000mm in some High altitude. The distribution of wetlands per watershed or hydrographic region (tableau 02) seems to coincide with the regionalization of rainfall. It appears that the East hydrographic region contains the most number of wetlands (159wl), located mainly in the East cost watershed (99wl) with dominance of streams, estuaries and dams. The center hydrographic region Algérois-Hodna- Soummam ranks second with 134 wetlands located mainly in the coastal watershed with a dominance of streams and estuaries as well as dams and small dams. The watershed Chott El Hodna, located in the Highlands, consists largely of dams and reservoirs, but also two streams and four lakes, intermittent or seasonal. The west hydrographic region Oranie- Chott Chergui account 65 wetlands. The coastal watershed contains 23wl which corresponds to streams and estuaries. It is also characterized by the presence of several seasonal or intermittent lakes mostly brackish. Macta Basin is almost as rich in wetlands (20 wl), represented by streams, marshes and dams. The hydrographic region Cheliff - Zahraz includes 49 wetlands. Most of the wetlands are located in the Cheliff basin (43wl), which correspond mainly to reservoirs of dams and large small dams. Finally, It is clear that climate variability affects the availability of natural and artificial wetlands. The protection and preservation of this type of site need a better management of water resources but above all the involvement and sensitization of public which play a big role in protecting of environment. In this case the relationship human-climate- environment should be well defined by specifying the impact of each actor on the other so as to identify the necessary measure of adaption to deal in one hand with climate change and in other hand with the anthropogenic pressures exerted by high population densities, the presence of large agricultural area and degradation of water quality in some streams and of coastal wetlands. Résumé Au Nord de lAlgérie, la répartition des zones humides (zh) par bassin versant indique que la région hydrographique Est est la plus riche en zones humides, avec 159 zh. La région hydrographique Centre-Est occupe la seconde position avec134 zh. La région hydrographique Ouest compte 65 zh et la région hydrographique Centre-Ouest comprend 49 zh. De manière générale, la répartition, la présence et le type de zones humides quon y trouve dans chaque région hydrographique sont en relation avec le gradient pluviométrique. La sècheresse qua connu le pays au cours des trois dernières décennies a eu un impact important sur la disponibilité des ressources en eaux qui alimentent les zones humides naturelles et artificielles. Lanalyse de la variabilité spatio-temporelle des précipitations au Nord de lAlgérie sur une période de 73 ans (1936/ /09) a mis en évidence cinq régions à différents caractères pluviométriques. Il apparait que la région des hauts plateaux Ouest et centre enregistrent les déficits pluviométriques les plus importants du Nord de lAlgérie (environ 30%). Donc, limpact des changements climatiques est plus ressenti à lOuest du pays impliquant une baisse des écoulements denviron 57% au niveau du cours deau de « Sid Ali Ben Youb ». Les chotts de la région se trouvent privés des apports essentiellement pour leur remplissage. Certains de ces chotts font partie de litinéraire des oiseaux migrateurs et la réduction du niveau deau de ces chotts sera catastrophique pour assurer une continuité de cette activité. Abstract This work aims to show the relationship between the spatial distribution and availability of wetlands and the climate variability of Northern Algeria. First several statistical tests (kendall, pettitt, Buishand, Bayesian method of Lee and Heghinian, Hubert segmentation) have been used to detect trend or climate change and applied to 102 rainfall time series over a period of 73years (1936/ /09). The tests shows a downward trend since the middle seventies, particularly in the West (fig.02). This region registered in important rainfall deficit of about 30% which caused a decrease of runoff of about 57% at Sid Ali Ben Youb (table 01). While, the East region states an increase of precipitation since The regionalization of precipitation of Northern Algeria using rotated principal component analysis (Varimax rotation) highlights 5 regions with dissimilar rainfall behavior. The West coast region and the west-center highlands region receive the lowest rainfall in the study area ( mm). The center coast region registers a mean annual rainfall of about 600 mm. The East coast region and East highlands region are the wettest region of Northern Algeria with a mean annual rainfall of mm and exceed 1000mm in some High altitude. The distribution of wetlands per watershed or hydrographic region (tableau 02) seems to coincide with the regionalization of rainfall. It appears that the East hydrographic region contains the most number of wetlands (159wl), located mainly in the East cost watershed (99wl) with dominance of streams, estuaries and dams. The center hydrographic region Algérois-Hodna- Soummam ranks second with 134 wetlands located mainly in the coastal watershed with a dominance of streams and estuaries as well as dams and small dams. The watershed Chott El Hodna, located in the Highlands, consists largely of dams and reservoirs, but also two streams and four lakes, intermittent or seasonal. The west hydrographic region Oranie- Chott Chergui account 65 wetlands. The coastal watershed contains 23wl which corresponds to streams and estuaries. It is also characterized by the presence of several seasonal or intermittent lakes mostly brackish. Macta Basin is almost as rich in wetlands (20 wl), represented by streams, marshes and dams. The hydrographic region Cheliff - Zahraz includes 49 wetlands. Most of the wetlands are located in the Cheliff basin (43wl), which correspond mainly to reservoirs of dams and large small dams. Finally, It is clear that climate variability affects the availability of natural and artificial wetlands. The protection and preservation of this type of site need a better management of water resources but above all the involvement and sensitization of public which play a big role in protecting of environment. In this case the relationship human-climate- environment should be well defined by specifying the impact of each actor on the other so as to identify the necessary measure of adaption to deal in one hand with climate change and in other hand with the anthropogenic pressures exerted by high population densities, the presence of large agricultural area and degradation of water quality in some streams and of coastal wetlands. Fig.03. Régionalisation des précipitations au Nord de lAlgérie Fig.01: Zone détude Test de Pettitt Test de Hubert Moy. Avant (H m 3 ) Moy. Après (H m 3 ) Différence (%) ,5560,7657,38 Tableau1. Résultats des tests statistiques à la station de Sid Ali Ben Youb Tableau 2. Répartition des zones humides par bassin hydrographique Bassins versantsZones humides naturelles Zones humides artificielles Total Région 1: ORANIE- CHOTT CHERGUI Côtier oranais20323 Hauts-plateaux Oranais729 Macta11920 Tafna5813 Total région Région 2: CHELIFF-ZAHREZ Cheliff Zahrez426 Total région Région 3: ALGÉROIS-HODNA-SOUMMAM Côtier algérois Chott El Hodna61016 Isser2911 Soummam72229 Total région Région 4: CONSTANTINE-SEYBOUSE-MELLEGUE Côtier Constantinois Hauts-Plateaux constantinois24529 Kébir Rhummel5813 Medjedrah369 Seybouse549 Total région Total des zones humides recensées au Nord de lAlgérie Régionalisation des précipitations : Analyse en composantes principales Une analyse en composante principale avec rotation varimax a été appliquée pour déterminer la régionalisation des précipitations au Nord de lAlgérie. Le choix de cette méthode est due aux résultats non- significative obtenus par une ACP sans rotation.


Télécharger ppt "Etat actuel des zones humides en Algérie : Impact des changements climatiques sur la présence et la répartition des zones humides au Nord de lAlgérie S.TAIBI,"

Présentations similaires


Annonces Google