La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

I.Kendili ; S.Berrada ; N.Kadiri. Centre psychiatrique Universitaire Ibn Rochd Historique de lhomosexualité au Maroc.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "I.Kendili ; S.Berrada ; N.Kadiri. Centre psychiatrique Universitaire Ibn Rochd Historique de lhomosexualité au Maroc."— Transcription de la présentation:

1 I.Kendili ; S.Berrada ; N.Kadiri. Centre psychiatrique Universitaire Ibn Rochd Historique de lhomosexualité au Maroc

2 Introduction Lhomosexualité est sujet à controverse aujourdhui.Plusieurs évènements en témoignent,souvent relatés dans une presse tiraillée, entre droits de lhomme soit tolérance dite moderne et precepts religieux,dits traditionnels. Le Maroc possède aujourdhui un mouvement gay qui revendique ses droits et bien que nayant guère pu être domiciliée au Pays, lassociation Kifkif est très active souvent à la une de la presse marocaine la plus prisée. Par ailleurs,lhomosexualité marocaine a ses ambassadeurs notamment Abdellah Taia dont « Le tarbouche rouge » a fait le tour du monde…

3 Cependant,lhomosexualité nest guère une conception moderne dune sexualité importée de lOccident comme nombreux veulent le croire. Il nous incombe de nous projeter dans lhistoire… Auparavant, rappelons un Maroc qui accueillit sans perturbation aucune l écrivain Jean Genet, connu pour sa plume acerbe mais aussi pour ses tendances homosexuelles masochistes(Tanger,70s);le célèbre styliste Jean-Paul Gaulthier, Jacques-Henri Soumère, directeur général de lopéra Mogador et du Massy, à Paris, homosexuel notoire, ayant élu domicile à Marrakech avant dêtre arrêté et jugé à un an de prison, non pas pour homosexualité mais pour pédophilie…

4 En 146 avant notre ère, les Romains sallièrent avec Bocchus, un roi berbère qui régnait sur toute la région à louest de la Moulouya (fleuve du Maroc oriental, tributaire de la Méditerranée).. Le latin s'implanta peu à peu au cours de cette période d'occupation ;le Maroc subit alors linfluence socio-culturelle romaine À l'arrivée des Vandales en 429, le présence chrétienne (arrivée au IV eme siècle)s'est maintenue, mais le général byzantin Bélisaire reprit la région en 533 et y imposa les lois de lEmpire byzantin. Au point de vue linguistique, la région était aux prises avec les langues berbères, le latin des populations romanisées et le grec comme langue administrative…. De Carthage à Byzance…

5 La conquête musulmane commença au Maroc avec une première expédition menée par Oqba ibn Nafi (681);mais la véritable conquête musulmane débuta une vingtaine dannées plus tard, sous Musa ibn Nusayr. Limplantation arabe fut cependant longue et difficile, car les Berbères résistèrent autant à l'arabisation qu'à l'islamisation. La fondation du Maroc se fait avec les Idrissides qui allièrent à leur cause diverses tribus arabo-berbéro-afro-musulmanes faisant du Maroc le pays aux diverses mœurs et habitus quil est aujourdhui Les Abassides sont aux portes de celui-ci alors ;soulignons quIdriss 1er fut assassiné par le sultan Harun-al_rashid … Viennent alors les 3 dynasties berbères (XI e au XVI e siècle) Les Almoravides (les pieux) dirigés par Youssouf ibn Tachfine, Les Almohades ( les «unitaires»), Puis les Mérinides en 1269 Lépopée Arabo-musulmane: De la conquête arabe aux troubles anarchiques…

6 Le Maroc des influences… Le Maroc ou Terre de Dieu en Amazigh est le pays des 7 cultures … Soulignons lapport culturel gréco-romain ou une place hégémonique est accordée à lhomosexualité.. la sexualité avec une femme est vide de sens, sans âme et uniquement domestique, tandis que lamour noble et le plaisir du sexe sont des affaires dhommes… Lhomosexualité est donc à cette époque la manifestation dune misogynie suprême

7 De la plume Abbasside.. Plus tard les frontières marocaines carresseront la dynastie Abbasside dont le patrimoine poétique reflète la place sociétale de lhomosexualité ainsi que la tolérance de cette époque: Nous citerons Abu Nawas poète et amant du sultan Harun-al-Raschid… J » »«J » »«« Jai laissé les filles pour les garçons,et pour le vin vieux jai laissé leau claire » « JJJ'ai quitté les filles pour les garçons/et pour le

8 Lempreinte Ottomane.. Soliman le magnifique le plus glorieux des sultans Ottomans, aurait eu une relation avec Ibrahim, un esclave grecque Nous retrouvons une société misogyne ou le pouvoir se reflète à travers une homosexualité symbole de pouvoir.. Doù la notion dhomosexuel passif qui scindera la vision sociétale en 2..

9 Dans un livre écrit par George Host, consul du Danemark auprès de lempereur et intitulé : " Un Sultan du Maroc ", on lit: «...au mois de septembre, Il dépêcha le caïd Idriss avec une lettre au consul dEspagne par laquelle il demandait quune frégate espagnole lui apportât un jeune homme espagnol âgé de 15 à 20 ans …. La même année,Celui- ci envoya le même Idriss voir les consuls du Danemark et de Suède pour leur demander de faire part à leurs rois respectifs du souci de lempereur marocain quand à la paix fragile existant entre les deux nations…

10 … Il leurs demandait en outre que chacune de leurs Cours veuille lui envoyer un jeune homme de 15 à 20 ans, dallure agréable, de bonne éducation, possédant de bonnes qualités et parfait en son genre, afin dêtre continuellement auprès de sa personne et effectuer les échanges de courrier entre lui et leurs consuls respectifs. Ces jeunes gens auraient lautorisation de retourner chez eux quand ils le souhaiteraient, et on ne devait lui envoyer ni artistes, ni artisans… »

11 Le point socio-anthropologique… La séparation de la société en deux groupes bien distincts a aussi pour effet dinduire des comportements homosexuels, ce qui est assez fréquent chez les arabo-musulmans. A lépoque de lempire ottoman, bien après le début de lislamisation, diverses tribus irano-turco-tartares célébraient encore la fête de Basm, un rite homosexuel au cours duquel les « Batscha » - jeunes garçons élevés et vêtus comme des filles - étaient mis à la disposition des hommes de la tribu.

12 Dans de nombreux écrits un grand nombre de califes étaient entourés de « mignons » qui leurs servaient desclaves sexuels. Malek Chebel parle d « homosensualité », pour désigner : « une attitude des Orientaux en général et des Arabes en particulier, qui consiste, en l'absence de partenaire de l'autre sexe, à reporter sur leurs pairs l'excédent de sensualité qu'ils n'arrivent pas à écouler autrement ».

13 Dune homosexualité féminine organisée… très peu documentée Cest ainsi quAl Hassan Ibn Mohammed Al Wazan Al Hassan raconte ( « Leo Africanus » écrit en 1526) quil existait, à Fez, des groupes de femmes surnommées « sahhaqat » qui formaient une sorte de secte lesbienne. Elles jouaient un rôle de « guérisseur pour femme » et, en guise de salaire, elles se faisaient accorder des faveurs sexuelles. Elles invoquaient le fait que « les esprits » exigeaient ces faveurs. Mais bien souvent, les femmes fréquentaient les sahhaqat dans le seul but davoir des relations sexuelles avec elles. « Elles feignaient dêtre malades et parvenaient parfois à entretenir une sahhaqat sous prétexte quelles étaient « possédées du démon » et que seule la présence de la sahhaqat pouvait protéger du mal. »

14 Héritage sociétal et soufisme En organisant la séparation rigoureuse entres les sexes, la société arabo-musulmane a engendré dénormes frustrations sexuelles, suscitant des cultures " homosensuelles ", où les hommes ont entre eux des gestes et des sentiments qui sont proches de lhomosexualité et cultivent lambiguité. Toute une partie de la tradition soufie sest trouvée héritière du rapport maître-disciple quentretenait, y compris dans ses dimensions " pédérastiques ", la culture de la Grèce antique. Certains soufis (le turc du 13è siècle Yunus Emre) ont cultivé un langage ambigu en comparant leur amour pour Dieu appelé " lAmi " à des amours très homophiles

15 Homosexualité et Religion… Lhomosexualité est un des grands interdits de lIslam … Cependant soulignons lexistence d une croyance populaire qui véhicule l'idée quen Islam, les homosexuels méritent la mort, et certaines autorités religieuses abondent dans ce sens depuis des années. Cette idée s'appuie sur une seule tradition, attribuée à Ibn Abbas: Tuez l'actif et le passif parmi ceux qui commettent l'acte du peuple de Loth, ainsi que la bête et celui qui copule avec une bête. Mais ce hadith unique ne se trouve pas dans les collections les plus importantes, celles de Boukhari et de Muslim.

16 Sodome et Gomorrhe Tous les versets coraniques et les hadiths du prophète qui évoquent des pratiques homosexuelles, le font en référence avec lhistoire de Loth, neveu dAbraham et habitant de Sodome. « Cette ville, comme celle de Gomorrhe, seraient alors emblème de la perversité et Dieu aurait annoncé à Abraham quil allait y envoyer deux messagers pour évaluer la situation. Deux anges se rendent à Sodome, et Loth les accueille et leur offre lhospitalité. Mais voilà que les hommes de Sodome arrivent, encerclent la maison et manifestent le désir de les violer. Loth essaye de négocier avec les pervers et va jusquà leur offrir ses deux filles. Les habitants de Sodome disent à Loth quils préfèrent de loin les hommes. Les anges font appel à la puissance de Dieu qui rend les agresseurs aveugles et anéantit la ville. »

17 Les nouvelles interprétations du Coran: Malek Chebel, parmi les protagonistes farouches partisans d'une interprétation du Coran qui voudraient tenir compte de l'évolution du monde,tend vers une autre interprétation de lHistoire de Loth: «.. lIslam dénonce la sodomie, allusion au peuple de Sodome, la condamne également dans la pratique hétérosexuelle. Mais jamais lIslam na parlé de ce quon peut appeler lhomosensualité... » « La séparation entre les sexes dans la société musulmane favorise ces relations viriles, douces et ambiguës. LIslam na jamais parlé dune relation entre deux hommes ou deux femmes laquelle peut être basée sur mille autres choses que sur la pénétration… »

18 «… LIslam condamne la pénétration ;pour moi il ne condamne pas lhomosexualité parce que deux femmes peuvent avoir une relation homosexuelle sans pouvoir pratiquer les " perversités " du peuple de Loth, la pénétration, tout comme 2 hommes… » « L'Islam n'utilise pas le mot homosexuel mais parle de peuple impie, de Loth et de la dégénérescence. L'homosexualité est plutôt présentée par défaut. Dans le Coran, elle est considérée comme un mal dont il faut se prémunir. »

19 « Cela tient en quelques lignes terribles. Ce texte a manifestement pour objet la conservation de l'ordre. Il s'agit de préserver la forme familiale traditionnelle, de reconduire l'ordre ancien et de condamner toutes les autres activités transgressives, y compris les formes de matrimonialité non conventionnelles »

20 Ibn 'Abbâs a dit : "On doit croire aux versets ambigus, mais il ne faut pas régler sur eux sa conduite". Irait-on vers une interprétation nouvelle du Coran..?

21 Les croyances populaires La famille marocaine, méditerranéenne est assez machiste. Elle préfère le garçon à la fille et le garçon viril, solide, costaud à son frère chétif, fragile, fin ou efféminé. Malgré linterdiction religieuse davoir des relations sexuelles avant le mariage, la famille pardonne les fracas dun garçon coureur de jupons. Ca la rassure ! Si le garçon est homosexuel, passif donc, il est tout de suite amené chez un charlatan, un sorcier, une voyante ;il est malade ou possédé et il faut le guérir…sinon le rejeter.

22 Un monde moderne? Par ailleurs, dans une population moderne Intellectuelle on ira consulter le psychothérapeute pour se « deshomosexualiser » ….Mr Harakat (Au- delà des Tabous) Lhomosexualité nest plus possession ou sortilège mais maladie …

23 Du lexique… Les termes inhérents à lappellation « Homosexuel » restent ce jour Ghoulam: éphèbe ou mignon Hassass: Le sensible Zamel: Le compagnon Sans oublier la banalisation de lhomosexualité dans nos blagues populaires…

24 Pour conclure… Toute société se doit de réfléchir sur la différence Toute différence crée une diversité Toute diversité est source de richesse Que doit-on ce jour,entre tabous et prénotion, faire de cette tranche de notre communauté?

25 Je vous remercie


Télécharger ppt "I.Kendili ; S.Berrada ; N.Kadiri. Centre psychiatrique Universitaire Ibn Rochd Historique de lhomosexualité au Maroc."

Présentations similaires


Annonces Google