La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Analyse de la pluralité linguistique : La diglossie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Analyse de la pluralité linguistique : La diglossie."— Transcription de la présentation:

1 Analyse de la pluralité linguistique : La diglossie

2 Dans la littérature sociolinguistique on entend parfois à poser dune part bilinguisme et diglossie ; dautre part, contact et conflit lorsquil sagit de rendre compte de la présence de deux ou plusieurs langues au sein dune même société. Le terme diglossie nest pas le simple équivalent dorigine grecque du terme bilinguisme dorigine latine. Il a été forgé pour nommer une situation sociolinguistique où deux langues sont bien parlée, mais chacune selon des modalités très particulières.

3 Cest sur la nature de ces modalités, leur acceptation et leur permanence que les avis divergent : où certains ne reconnaissent quun simple partage des statuts et des usages parfaitement codifié, dautres dénoncent un leurre : celui de la préséance dune langue sur une autre qui, dans la plupart des situations concernées, ne manque pas dêtre conflictuelles.

4 1- La diglossie selon Jean Psichari : Le terme de diglossie appara î t pour la premi è re fois dans le champ des é tudes linguistiques en France, sous la plume d un hell é niste fran ç ais d origine grecque, Jean Psichari ( ). N é anmoins ce n est que dans un article é crit peu de temps avant sa mort dans Le Mercure de France, « un pays qui ne veut pas sa langue » (1928), que Psichari d é finira ce qu il entend par diglossie. Une d é finition qu il a propos é e à partir de la situation sociolinguistique de la Gr è ce, marqu é e par une concurrence sociolinguistique entre deux vari é t é s du grec : Le katharevoussa, vari é t é savante impos é e par les puristes comme seule langue é crite et le d é motiki, vari é t é usuelle utilis é e par la majorit é des Grecs.

5 Psichari d é finit ainsi la diglossie comme une configuration linguistique dans laquelle deux vari é t é s d une même langue sont en usage, mais un usage d é clar é parce que l une des vari é t é s est valoris é e par rapport à l autre. Psichari fait œ uvre de sociolinguistique car « il introduit dans la signification du concept, à côt é de faits purement linguistique, l aspect id é ologique et conflictuel qui s attache au ph é nom è ne. Il montre clairement en effet que le probl è me de la diglossie (...) est li é à une situation de domination ( … ) d une vari é t é sur une autre, cr éé e par la pression d un groupe de locuteurs num é riquement minoritaires mais politiquement et culturellement en position de force » (Jardel, 1982, p.9).

6 2- La diglossie selon Charles Ferguson : Le concept de diglossie va r é appara î tre aux Etats-Unis en 1959 dans un article c é l è bre de C. Ferguson, « Diglossia » (1959), o ù l auteur, tout en reconnaissant qu il emprunte le terme, va lui donner une teneur conceptuelle sensiblement diff é rente de celle de Psichari.

7 A partir de plusieurs situations sociolinguistiques comme celles des pays arabes, la Suisse al é manique, Ha ï ti, ou la Gr è ce, Ferguson va consid é rer qu il y a diglossie lorsque deux vari é t é s de la même langue sont en usage dans une soci é t é avec des fonctions socioculturelles certes diff é rentes mais parfaitement compl é mentaires. L une de ces vari é t é s est consid é r é e « haut » (high) donc valoris é e, investie de prestige par la communaut é : elle est essentiellement utilis é e à l é crit (dans la litt é rature en particulier) ou dans des situations d oralit é formelle, et elle est enseign é e. L autre, consid é r é e comme « basse » (low), est celle de communications ordinaires, de la vie quotidienne, et r é serv é e à l oral.

8 3- La diglossie selon Fishman: Fishman propose à la suite de farguson, une extension du model diglossique à des situations sociolinguistiques où deux langues ( et non plus seulement deux variétés de la même langue) sont en distribution fonctionnelle complémentaire ( une langue distinguée, si lon peut dire, et une langue commune) : il en allait ainsi de la situation du Paraguay davant 1992, avec la coexistence ( inégalitaire) de lespagnol et du guarani ( cette situation est en train de changer depuis la mise en place dune politique linguistique nouvelle en 1992).

9 Son mod è le articule diglossie (comme fait social) et bilinguisme (fait individuel) selon les quatre cas de figures suivants (Fishman, 1971) : Il peut y avoir diglossie et bilinguisme : usage de deux langues selon leurs distribution fonctionnelle, sont dans ce cas de figure, partag ée s par la totalit é (ou presque) de la population. Ex. la Suisse ou le standard allemand (langue de l é crit et de l é cole) et le (s) dialecte (s) suisse(s) al é manique(s) : se partagent le champ de communication sociale ;

10 Il peut y avoir bilinguisme sans diglossie : Ce serait le cas dans les situations de migration (comme aux Etats- Unis). Les migrants vivent un é tat de transition : ils doivent s int é grer dans la communaut é d accueil avec la langue d accueil même s ils conservent la connaissance et une certaine pratique de la langue d origine.

11 Il peut y avoir diglossie sans bilinguisme : C est un cas de figure qu on rencontrerait dans les pays en d é veloppement comme les pays africains o ù les populations rurales sont essentiellement monolingues, même si sur le plan macrosoci é tal, il y diglossie (avec l une des langues de la colonisation comme langue officielle, le plus souvent) ;

12 ni diglossie ni bilinguisme : le dernier cas de figure envisag é par Fishman est plutôt th é orique. Il ne pourrait concerner que de petites communaut é s linguistiques, rest é es isol é es ; car d une mani è re g é n é rale, dans la r é alit é, toute communaut é tend à diversifier ses usages.

13 Fishman a structur é un tableau à double entr é es montrant le rapport entre bilinguisme et diglossie : + Diglossie - B I L + I N G U I _ S M Bilinguisme et diglossie Bilinguisme sans diglossie Diglossie sans bilinguisme Ni diglossie ni bilinguisme

14 Bibliographie : - Boyer H. (2001). Introduction à la sociolinguistique, Paris, Dunod. - Calvet, L.J. (1993) : La Sociolinguistique, Que sais- je ?, Paris, PUF. - Hamers, J.-F., Blanc, M., 1983, Bilinguisme et bilingualité, Dessart & Mardaga, Bruxelles. - Ferguson Ch. A. (1959). «Diglossia », Word, XV - Fishman J.A. (1971. Sociolinguistique, Paris, Nathan et Bruxelles, Labor. - Garmadi J., 1981, La sociolinguistique, Paris, PUF. - Jardel J.-P. (1982). « Le concept de diglossie de Psichari à Ferguson », Lengas, Montpellier, n°11.


Télécharger ppt "Analyse de la pluralité linguistique : La diglossie."

Présentations similaires


Annonces Google