La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

FLSH / CAPES Lettres Modernes Cours de grammaire 25 octobre 2007 Jean-Paul Meyer Les déterminants Morphologie et sémantisme courriel :

Présentations similaires


Présentation au sujet: "FLSH / CAPES Lettres Modernes Cours de grammaire 25 octobre 2007 Jean-Paul Meyer Les déterminants Morphologie et sémantisme courriel :"— Transcription de la présentation:

1 FLSH / CAPES Lettres Modernes Cours de grammaire 25 octobre 2007 Jean-Paul Meyer Les déterminants Morphologie et sémantisme courriel :

2 © jpmeyer 2007 En tant que morphèmes grammaticaux, les déterminants forment une catégorie lexicale fermée. Leur rôle est à la fois syntaxique (comme constituants du SN) et sémantique (comme spécifieurs du nom). Cette double fonction des déterminants explique le nombre important de sous-classes du groupe, la complexité de leur morphologie ainsi que la précision de leur variation flexionnelle en genre et en nombre.

3 © jpmeyer 2007 Première partition la catégorie des déterminants comprend deux sous-groupes les déterminants définis les déterminants indéfinis Deuxième partition la classe des définis comprend : la classe des indéfinis comprend : les articles définis (le, la, les) les articles indéfinis (un, une, des) les déterminants démonstratifs (type ce, cette, ces) les articles partitifs (du, de la, des) les déterminants possessifs (type mon, ma, mes) les déterminants numéraux (type un, deux, trois) les déterminants complexes (type beaucoup de, plein de) les déterminants négatifs (type aucun, nul) les déterminants interrogatifs ou exclamatifs (type quel) 1. la catégorie des déterminants

4 © jpmeyer 2007 Les déterminants varient en fonction du genre et du nombre du nom quils spécifient. Exemples : En genre : un tabouret, une chaise En nombre : la table, les assiettes 2. la flexion des déterminants

5 © jpmeyer 2007 Dans la plupart des cas, la variation en nombre neutralise la variation en genre. Cela vaut pour tous les déterminants définis, ainsi que pour la série des articles indéfinis [un, une, des]. Exemple ton garçon, ta fille // tes garçons, tes filles un jeu, une carte // des jeux, des cartes

6 © jpmeyer 2007 La flexion du déterminant possessif est particulière, puisquelle tient compte non seulement de la variation du nombre possédé mon livre / mes livres mais aussi de celle du nombre possesseur mon livre / leur livre ou des deux à la fois mon livre / leur livre / leurs livres

7 © jpmeyer 2007 Enfin, certains déterminants ont un emploi spécifique, par exemple quelque (toujours singulier) ou plusieurs (toujours pluriel)

8 © jpmeyer 2007 Les déterminants sont concernés par deux contraintes morphologiques importantes : lallomorphisme phonétique et lallomorphisme syntaxique. 3. allomorphisme des déterminants

9 © jpmeyer 2007 Lallomorphisme phonétique est dû à la liaison ou à lélision. Les variations peuvent consister soit en de légères modifications écrites et/ou orales du morphème, soit en un changement complet de lunité. Exemple de larticle défini (modifications) : Un changement de forme du déterminant a lieu en situation de liaison ou délision. Il sagit dune autre forme (allomorphe) du même déterminant.

10 © jpmeyer 2007 Exemple du déterminant démonstratif (changement de morphème) : Masculin : mon chien, mon ours en peluche Féminin : ma tortue, mon école Dans lexemple ci-dessus, mon dans mon école est un déterminant féminin, qui na pris que la forme du déterminant masculin le plus proche, afin de permettre lenchaînement syllabique.

11 © jpmeyer 2007 Lallomorphisme syntaxique est dû à la position ou à lenvironnement du déterminant à lintérieur du syntagme nominal. Cette contrainte concerne larticle indéfini et larticle partitif, dans trois cas. a) Adjectif interposé des amis de longue date de bons amis (NB: lallomorphisme syntaxique est cumulable avec lallomorphisme phonétique : dexcellents amis)

12 © jpmeyer 2007 b) Négation de larticle indéfini jai un vélo je nai pas de vélo c) Négation de larticle partitif je mets du sel je ne mets pas de sel Dans ces deux cas, la forme de est unique au masculin, au féminin et au pluriel.

13 © jpmeyer amalgame Lamalgame est une situation dans laquelle une unité catégorielle en intègre une autre par assimilation. Lunité assimilante (ici la préposition) garde son statut, lunité assimilée (ici larticle défini) perd le sien. le patron, le bar *le patron de le bar le patron du bar Manon, les sources *Manon de les sources Manon des sources

14 © jpmeyer 2007 Attention à ne pas confondre les prépositions du et des qui proviennent damalgames avec les articles indéfinis ou partitifs identiques. Donnez-moi du pain, sil vous plaît. est différent de Voilà une baguette qui sort du four ! Dans le premier cas, du est un déterminant (article partitif), dans le cas il sagit dune préposition.

15 © jpmeyer questions de sémantique 5.1. référence Les déterminants définis se distinguent des déterminants indéfinis par une différence fondamentale : le référent spécifique dun nom déterminé par un défini est identifiable, voire connu la pizza est arrivée la signale que lon sait, ou que lon peut facilement savoir, de quelle pizza on parle a contrario, le référent spécifique dun nom déterminé par un indéfini est non identifiable, voire quelconque une personne te demande une cravate aurait mieux convenu

16 © jpmeyer 2007 En revanche, les déterminants définis et les déterminants indéfinis ont en commun de pouvoir indiquer la généricité de la référence : lours est bon grimpeur un vélo a généralement deux roues larticle introduit lemploi du nom dans son sens générique ou typique Lemploi générique nest pas possible avec les déterminants marquant la quantité. Toujours indéfinis, ces déterminants semploient quand le référent est comptable quelques mots quatre enfants ou non comptable du pain et du beurre

17 © jpmeyer 2007 Définis et indéfinis se distinguent également par le mode de référence. Les déterminants définis peuvent par exemple se trouver aussi bien en emploi déictique quen emploi anaphorique, ce qui nest pas le cas des indéfinis. Emplois déicitiques La fumée ne vous gêne pas ? Ce chapeau te fait une drôle de tête ! Mon collègue... [lors dun échange de présentations] Emplois anaphoriques Les Duval ont perdu leur chat. – Cette disparition les attriste beaucoup. – La nouvelle a fait le tour du quartier. Léa est arrivée. Son vélo est devant la maison.

18 © jpmeyer questions de sémantique 5.2. catégorisation Les déterminants nont pas seulement la possibilité de spécifier une référence. Ils peuvent aussi catégoriser ou requalifier un référent lors dune désignation ou dune reprise. Voici pour illustrer cela quelques exemples extraits dune bande dessinée.

19 © jpmeyer 2007 J. Martin, Alix, Le Dernier Spartiate, Casterman, 1967, p. 18 Résumé : Alix (héros de laventure), est à la recherche dun endroit pour construire une cabane où il pourra passer la nuit.

20 © jpmeyer 2007 J. Martin, Alix, Le Dernier Spartiate, Casterman, 1967, p. 18 Lexpression ce contrefort rocheux désigne une falaise quAlix a remarquée. Premier constat : lemploi du démonstratif déictique ce est rendu possible parce que le lecteur voit la même chose quAlix et voit la direction de son regard (tête tournée). Deuxième constat : le démonstratif permet de qualifier le référent dessiné ; ce qui est désigné dans limage est identifié et nommé « contrefort rocheux » par le locuteur.

21 © jpmeyer 2007 J. Martin, Alix, Le Dernier Spartiate, Casterman, 1967, p. 19 suite de la séquence...

22 © jpmeyer 2007 J. Martin, Alix, Le Dernier Spartiate, Casterman, 1967, p la branche 2 34 la fossece piège ce courant dair cette faible lueur cette cheminée Remarquez les expressions suivantes et leur détermination :

23 J. Martin, Alix, Le Dernier Spartiate, Casterman, 1967, p la branche 2 la fosse En raison de la relation texte- image, lemploi de larticle défini la dans les cases 1 et 2 ne choque pas et ne pose aucun problème de référence. Il ne sagit pas en effet dune branche et dune fosse inconnues ou quelconques, mais de référents clairement identifiables dans le champ de perception du narrataire. © jpmeyer 2007

24 J. Martin, Alix, Le Dernier Spartiate, Casterman, 1967, p ce piègecette cheminée Pour la même raison, la série de déterminants démonstratifs des cases 3 et 4 simpose sans difficultés. La parole dAlix a une fonction désignatrice, qui permet, avec laide du démonstratif, de requalifier le référent au fur et à mesure de lavancement du récit : la fosse devient un piège puis une cheminée.

25 © jpmeyer ce courant dair cette faible lueur Les démonstratifs de la case 4 dans ce courant dair et cette faible lueur, associés au regard dAlix (direction+scrutation), permettent également de donner existence à des référents que le narrataire ne peut voir ou percevoir. Le texte prend par conséquent le relais de limage pour représenter ce dont on parle. Lauteur utilise ici les contraintes de fonctionnement du démonstratif au profit de sa progression narrative : lemploi par Alix de ce et cette déictiques implique que les objets référés sont identifiables dans son champ de perception à lui, donc quils existent. J. Martin, Alix, Le Dernier Spartiate, Casterman, 1967, p. 19

26 © jpmeyer 2007 LArthur-Seat nest, à vrai dire, quune colline haute de sept cent cinquante pieds, dont la tête isolée domine les hauteurs environnantes. En moins dune demi-heure, par un sentier tournant qui en rendait lascension facile, James Starr et ses compagnons atteignirent le crâne de ce lion auquel ressemble lArthur-Seat, lorsquon lobserve du côté de louest. Là, tous quatre sassirent, et James Starr, toujours riche de citations empruntées au grand romancier écossais, se borna à dire : « Voici ce qua écrit Walter Scott, au chapitre huit de la Prison dÉdimbourg : Si javais à choisir un lieu doù lon pût voir le mieux possible le lever et le coucher du soleil, ce serait cet endroit même. » Jules Verne, Les Indes-Noires 1) Relevez et expliquez les cas dallomorphisme et damalgame 2) Que se passe-t-il dans toujours riche de citations ? Exercice dapplication

27 © jpmeyer 2007 LArthur-Seat nest, à vrai dire, quune colline haute de sept cent cinquante pieds, dont la tête isolée domine les hauteurs environnantes. En moins dune demi-heure, par un sentier tournant qui en rendait lascension facile, James Starr et ses compagnons atteignirent le crâne de ce lion auquel ressemble lArthur-Seat, lorsquon lobserve du côté de louest. Là, tous quatre sassirent, et James Starr, toujours riche de citations empruntées au grand romancier écossais, se borna à dire : « Voici ce qua écrit Walter Scott, au chapitre huit de la Prison dÉdimbourg : Si javais à choisir un lieu doù lon pût voir le mieux possible le lever et le coucher du soleil, ce serait cet endroit même. » Jules Verne, Les Indes-Noires Cas dallomorphisme du déterminant Corrigé

28 © jpmeyer 2007 Explication Les cas dallomorphisme ressortent, pour des l du texte, du phénomène délision du son vocalique du déterminant. cette élision se produit lorsque le substantif ou ladjectif qui suit le déterminant a lui- même une initiale vocalique. Le déterminant cet, allomorphe de ce, apparaît dans la même situation de voisinage de voyelles. Au contraire de lélision de la voyelle du déterminant masculin, il y a maintien de la consonne du déterminant féminin, afin de provoquer une liaison.

29 © jpmeyer 2007 LArthur-Seat nest, à vrai dire, quune colline haute de sept cent cinquante pieds, dont la tête isolée domine les hauteurs environnantes. En moins dune demi-heure, par un sentier tournant qui en rendait lascension facile, James Starr et ses compagnons atteignirent le crâne de ce lion auquel ressemble lArthur-Seat, lorsquon lobserve du côté de louest. Là, tous quatre sassirent, et James Starr, toujours riche de citations empruntées au grand romancier écossais, se borna à dire : « Voici ce qua écrit Walter Scott, au chapitre huit de la Prison dÉdimbourg : Si javais à choisir un lieu doù lon pût voir le mieux possible le lever et le coucher du soleil, ce serait cet endroit même. » Jules Verne, Les Indes-Noires Cas damalgame du déterminant par la préposition Corrigé

30 © jpmeyer 2007 Explication Les amalgames du (de + le) et au (à + le) sont le résultat de labsorption du déterminant par la préposition pour des raisons euphoniques. Le statut des amalgames de cette catégorie (du, des, lallomorphe d, au, aux) est ambigu. Du point de vue catégoriel, ce sont des prépositions, mais ils ont une variation flexionnelle comme les déterminants. Certaines grammaires traditionnelles parlent darticle contracté pour qualifier ces unités : il vaut mieux éviter cette appellation, qui ne rend absolument pas compte de la réalité (il ny a pas de contraction).

31 © jpmeyer 2007 Là, tous quatre sassirent, et James Starr, toujours riche de citations empruntées au grand romancier écossais, se borna à dire... Cas de toujours riche de citations Lensemble de lexpression toujours riche de citations empruntées au grand romancier écossais constitue un groupe adjectival en apposition. Dans ce groupe, le groupe nominal des citations empruntées au grand romancier écossais na plus son déterminant indéfini pluriel (des). Il sagit dun cas deffacement du déterminant. Le phénomène se produit lorsquun groupe nominal, déterminé par un indéfini pluriel, est une expansion introduite par la préposition de. Le même cas deffacement touche les partitifs du et de la : un reste de pain

32 © jpmeyer 2007 Un phénomène analogue deffacement se rencontre avec le pronom en. Dans les exemples ci-contre, le groupe nominal est introduit par un indéfini (des fibres, des sucres, des vitamines) ou un partitif (de la matière grasse, du fer). La tournure riche en 4 vitamines paraît cependant douteuse. Pourquoi ?


Télécharger ppt "FLSH / CAPES Lettres Modernes Cours de grammaire 25 octobre 2007 Jean-Paul Meyer Les déterminants Morphologie et sémantisme courriel :"

Présentations similaires


Annonces Google