La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Éthique et politique culturelle de la traduction Salah Basalamah École de traduction et dinterprétation Université dOttawa, Canada.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Éthique et politique culturelle de la traduction Salah Basalamah École de traduction et dinterprétation Université dOttawa, Canada."— Transcription de la présentation:

1 Éthique et politique culturelle de la traduction Salah Basalamah École de traduction et dinterprétation Université dOttawa, Canada

2 Plan Les leçons du romantisme allemand Le concept de Bildung Traduction et hospitalité Traduction et développement culturel Politique culturelle de la mondialisation Conclusion

3 Introduction Pourquoi parler des romantiques allemands? Le mouvement des idées est réactif en Occident; il fonctionne par antithèses Le romantisme prend sa source dans la Renaissance, dans la Réforme pour lAllemagne, qui prenait sa source dans les Antiques (mouvements de traduction) Au 18 ème se jouaient deux écoles de traduction: les « Belles infidèles » françaises et l« épreuve de létranger » allemande LOccident colonial nest pas monolithique: il est lui- même traversé de tensions

4 Les leçons des romantiques À lorigine de la traduction, une philosophie de la connaissance Kant: on ne peut connaître les essences, mais seulement les phénomènes à travers le filtre des catégories a priori (temps- espace). On connaît par la médiation dune historicité, dun point de vue situé. Mais le rationalisme des Lumières, qui a confirmé lindividualité et luniversalité de la raison, a aussi produit la centralité et la valorisation du sujet. De connaître de façon analytique et objective, le romantisme propose de connaît de façon synthétique et subjective

5 Les leçons des romantiques Comme la Réforme sest séparée de Rome, le romantisme a souligné lindividualisme où le génie propre se substitut à celui des Antiques. Affirmation de soi, mais contre les Français et les Latins. Contre Napoléon et les « Belles infidèles »; il faut se nourrir des autres, mais pas pour en faire des images de soi.

6 Les leçons des romantiques Lépreuve de létranger … « Herder » (préromantique) Génie germanique (utopie de la pureté) sest définit par l élargissement et la fidélité Élargissement : traduire les autres pour grandir et combler son manque de culture Fidélité : souvrir à létranger pour sen nourrir « De la vierge à lépouse »: la transformation nécessaire

7 Le concept de Bildung Bildung: Culture ( Kultur ) Lœuvre dart (produit) Form -ation de lœuvre dart (processus) « La Bildung est toujours un mouvement vers une forme […] au commencement, tout être est privé de sa forme » (p. 73) Comme la traduction, la Bildung est un processus qui se déploie dans le temps.

8 Le concept de Bildung Et comme la traduction, la Bildung est un processus Nécessaire: image organique du mûrissement Inachevé : en mouvement, en formation, tjrs inabouti Recommencé : infini, continu, en tension parce quinachevé Et surtout fondateur, constitutif : si lêtre se forme à défaut navoir pas sa forme propre, la Bildung par son déploiement en est le processus qui la lui offre. La traduction est en position dorigine, génératrice de commencement (=original).

9 Le concept de Bildung La Bildung est la rencontre nécessaire de laltérité, un voyage irrépressible vers lautre. Cest une expérience de la scission, du décentrement, de la projection du « même » ailleurs, dans la transformation. Le mouvement du « même » le conduit à se retrouver « autre ». Mais par lexpérience dun devenir-autre, on accède en vérité au devenir-soi.

10 Le concept de Bildung La Bildung est donc un cycle La conscience doit faire lexpérience de l altérité absolue pour découvrir et éprouver sa propre relativité. Laltérité est donc une apparence derrière laquelle on se cherche soi-même. La Bildung est un cycle triadique ouvert : au moment de se clore (retour au même), il se déporte à nouveau hors de soi, indéfiniment en quête délargissement par l autre.

11 Le concept de Bildung La Bildung est lillustration du processus même de traduction: « Cette nature circulaire, cyclique et alternante de la Bildung implique en elle-même quelque chose comme une translation, une Über-Setzung, un se-poser-au-delà-de- soi » (p. 78) Wilhelm Meister : héros du roman initiatique de Goethe qui passe par une série de médiations et de médiateurs dont lun sappelle l« Étranger ».

12 Le concept de Bildung À tant se déporter vers laltérité, on peut se perdre, se fondre dans lautre, devenir autre. Où est la limite? Pour ne pas sombrer dans laliénation, il faut avoir une limite ( Begrenzung ): faire le « grand tour » (pas selon le mot de Baudelaire « Nimporte où hors du monde »), cest voyager pour séduquer, se former et progresser vers soi-même. La Bildung est une dynamique cyclique qui séquilibre entre deux impulsions contraires: centrifuge (vers la périphérie) et centripète (vers le centre).

13 Traduction et hospitalité La traduction et la lettre … « L Énéide de Klossowski » Heidegger: « …la traduction nest pas seulement interpénétration, mais aussi tradition » (p. 122) La re-traduction est un raccordement à lorigine (latine par la retraduction de Virgil) par une « mémoire rapatriante », une ré-institution de la tradition: « … rouvrir laccès aux œuvres qui constituent notre sol religieux, philosophique, littéraire et poétique ; aux œuvres qui ont décisivement modelé notre mode de sentir et dexister… » (p. 118)

14 Traduction et hospitalité Dune traduction littérale de nos origines (latines), « dépend en partie linstitution dun rapport non- ethnocentrique avec les littératures orientales, extrême- orientales, africaines, sud-américaines, etc. » (p. 122) La traduction de la lettre est la recherche du « non-normé de la langue maternelle pour y introduire la langue étrangère et son dire » (p. 131) La recherche de soi par le détour de lautre de soi (ancêtres) est à la fois une épreuve de la langue maternelle et une leçon pour savoir être avec lautre.

15 Traduction et hospitalité Introduire létrangeté dans sa langue est la fois « dépaysement » et un « rapatriement » (Leiris). Dépaysement : le détour par lautre et la place qui lui est donnée chez soi implique une transformation de soi, un écart de ce quon a été. Rapatriement : le dépaysement nous apprend que lautre nest au fond pas si différent de soi; il nous aide à retourner à soi autrement et de ramener à soi des choses oubliées.

16 Traduction et hospitalité La traduction (littérale) est donc un processus dapprentissage sur la découverte de soi, une quête initiatique où laccueil de lautre au cœur de notre langue maternelle nous conduit vers une profondeur de notre être encore jamais atteinte. « …par cette commotion de la langue étrangère, la langue maternelle, loin de saliéner, accède à des couches insoupçonnées de son être, des couches que, selon toute probabilité, elle ne pourrait atteindre par sa seule littérature » (p. 141)

17 Traduction et hospitalité Ainsi « éprouvée », le cœur de la langue maternelle « nest pas une réalité close mais, au contraire, un espace-de-langue ouvert et fondamentalement accueillant […où] le traducteur (de la lettre) trouve la parenté non philologique, non linguistique des langues » (p. 142) Rappel de la Bildung qui, à force de se déporter hors de soi et de souvrir à lautre sans sy perdre, on retourne à soi-même avec la leçon primordiale de lêtre au monde: « Quavons-nous que nous nayons reçu? »

18 Traduction et hospitalité Si je ne suis rien sans lapport qua favorisé mon rapport douverture à lautre, alors le principe fondateur de mon éthique traductive est celle qui assure à lautre une place centrale. À la suite de Berman, Ricœur (2004) parle de lhospitalité langagière : « Il me semble, en effet, que la traduction ne pose pas seulement un travail intellectuel, théorique ou pratique, mais un problème éthique. Amener le lecteur à lauteur, au risque de se servir et de trahir deux maîtres, cest pratiquer ce que jaime appeler lhospitalité langagière. » (p. 42)

19 Traduction et hospitalité Et Ricœur de continuer: « Cest elle qui fait modèle pour dautres formes dhospitalité que je lui vois apparentée: les confessions, les religions, ne sont elles-mêmes pas comme des langues étrangères les unes aux autres, avec leur lexique, leur grammaire, leur rhétorique, leur stylistique, quil faut apprendre afin de les pénétrer? » (p. 43) La traduction éthique est donc une leçon déthique dêtre au monde parmi non semblables. Traduire de manière non ethnocentrique, cest apprendre lhumilité dêtre lélève de tout autre, quel quil soit!

20 Traduction et développement Or si traduire cest Se décentrer Souvrir Sélargir et samplifier Partir pour revenir transformé Découvrir ses propres richesses par le détour de lautre Et apprendre à savoir être (accueillant) en société …alors cela veut dire quon peut espérer renaître de ses cendres, sortir de sa gangue… bref, se développer!

21 Traduction et développement Comme la traduction de la Bible de Luther a été la pierre de fondation de la langue et la littérature allemande moderne, la traduction vers larabe du savoir est la première condition à la création dun savoir propre. Puisque la traduction est le processus constitutif, qui offre forme à toute œuvre (au sens large), alors elle est à lorigine du savoir et de linventivité. Traduire pour créer. Le moyen âge arabe nen est-il pas un exemple?

22 Traduction et développement Le problème que vit le monde arabe aujourdhui – tant de décennies après les indépendances – est celui de la multiplicité de ses dépendances. Lune des plus critiques est celle des langues du savoir (anglaise et française). Comment espérer se développer – sans isolement ni rupture de la relation à autrui – si lon ne peut à la fois maîtriser les langues étrangères et traduire à soi tous les savoirs?

23 Politique culturelle et mondialisation De même que les termes du développement est à redéfinir indépendamment de lOccident, la traduction et son droit le sont aussi. Le droit de traduire selon 1) ses besoins, 2) ses choix et 3) ses capacités implique une remise en question de la politique culturelle de la mondialisation telle quelle est actuellement. La mondialisation économique na pas pour priorité le développement culturel, encore moins dintérêt à le faire advenir (Consommateur vs citoyens).

24 Politique culturelle et mondialisation Le droit de traduire pour: Développer ses propres manques (Bildung) Choisir soi-même ses sources Renaître à la mesure de ses contraintes (financières, morales, etc.) Réinventer le droit de la traduction et du traducteur. Lhégémonie du droit dauteur va plus loin que les droits pécuniaires: traduire a besoin de prérogatives.

25 Conclusion Peut-être sommes-nous à un âge où, comme les romantiques allemands, nous cherchons à accomplir notre Bildung. Comment? La traduction est-elle encore la voie pour une telle entreprise dans le monde arabe? Comment en imagineriez-vous le programme, du moins en Algérie?


Télécharger ppt "Éthique et politique culturelle de la traduction Salah Basalamah École de traduction et dinterprétation Université dOttawa, Canada."

Présentations similaires


Annonces Google