La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Lycée Laure Gatet – 18 mars 2014 LES ENJEUX DEVELOPPEMENTDURABLE Assen SLIM

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Lycée Laure Gatet – 18 mars 2014 LES ENJEUX DEVELOPPEMENTDURABLE Assen SLIM"— Transcription de la présentation:

1 1 Lycée Laure Gatet – 18 mars 2014 LES ENJEUX DEVELOPPEMENTDURABLE Assen SLIM

2 2 INTRODUCTION – QCM / Soutenabilité LE RECHAUFFEMENT ATMOSPHERIQUE ET SES CONSEQUENCES LES AUTRES PROBLEMATIQUES DU DEVELOPPEMENT DURABLE LES INSTRUMENTS DE LA POLITIQUE CLIMATIQUE LEMPREINTE ECOLOGIQUE ET LA PROBLEMATIQUE DE LA CROISSANCE UN METIER DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE

3 3 INTRODUCTION : les définitions du « développement durable » « Une définition est plus facile à réfuter quà établir » (Aristote, Topiques, IV e s. av. J.-C.)

4 4INTRODUCTION Le Développement durable cest : « … un processus délargissement de la gamme des choix accessibles à chaque être humain » (PNUD, 1992) « … un développement harmonieux et équilibré des activités économiques, une croissance durable et non inflationniste respectant lenvironnement. » (traité de Maastricht, 1993) « … les cinq dimensions de la durabilité ou de lécodéveloppement sont la dimension sociale, économique, écologique, spatiale, culturelle. » (Ignacy Sachs, 1994) « … un ensemble coordonné de processus participatifs permettant de progresser de façon continue dans les domaines de lanalyse, du débat, du renforcement des capacités, de la planification et de la mobilisation des ressources. » (OCDE, 2001) … plus de 60 définitions recensées

5 5INTRODUCTION Alors, le développement durable, quest-ce que cest ? ?

6 6 LA NAISSANCE DUN CONCEPT : « Un doublement de la quantité de dioxyde de carbone dans lair se traduirait par une hausse des températures de 5 à 6°C » (Svante Arrhenius, chimiste suédois, ) 1896INTRODUCTION

7 7 NAISSANCE DU CONCEPT Le Développement durable cest : une rencontre entre deux préoccupations LA NATURE LE DEVELOPPEMENT PNUD (1965) PNUE (1972) Naissance du concept Rôle central des ONG

8 8 Les dates du développement durable : 1972 (STOCKHOLM) : « une seule terre » - naissance de lécodéveloppement - lutter contre la pollution - lutter contre le sous-développement 1980 (UICN) : « développement durable » - (sustainable development) in Stratégie mondiale de la conservation (Union internationale de la conservation de la nature) 1987 (BRUNDTLAND) : les trois dimensions du développement durable in Our common future (Commission mondiale pour lenvironnement et le développement) 1992 (RIO) : 178 pays impliqués - Déclaration de Rio sur lenvironnement et le développement - Agenda pour le 21 e s. (propositions non contraignantes) NAISSANCE DU CONCEPT 1972 (ROME) : « Halte à la croissance ? » - Rapport Meadows - Croissance zéro - démographie zéro

9 9 Les dates du développement durable : 1992 à 2002 : « laprès RIO », conférences internationales spécialisées 1992 (Bâle) : transport des déchets toxiques 1994 (Caire) : population 1994 (Copenhague) : développement social 1995 (Pékin) : droit de la femme 1996 (Istanbul) : habitat humain 1997 (Kyoto) : émission de gaz à effet de serre etc (JOHANNESBURG) : le bilan de Rio - faibles avancées sur le terrain - réveil des égoïsmes (G77 contre Nord) NAISSANCE DU CONCEPT 2002 à nos jours : 2009 (Copenhague) : réchauffement atmosphérique (échec) 2009 (Nagoya) : protection de la biodiversité 2010 (Cancun) : réchauffement atmosphérique 2011 (Durban) : prolongation du protocole de Kyoto (UE seulement) etc.

10 10 Le développement durable selon le rapport Brundtland : « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs » (rapport Brundtland, 1987) NAISSANCE DU CONCEPT Responsabilité économique Responsabilité sociale Responsabilité environnementale viable équitable durable vivable

11 11 Madame Harlem Gro Bruntdland à lONU. COPYRIGHT - WHO/Eric Miller

12 12INTRODUCTION La soutenabilité repose sur deux hypothèses fortes : HYPOTHESE n° 1 Lhypothèse de substituabilité totale des facteurs (Solow, 1974 ; Hartwick, 1977) HYPOTHESE n° 2 Lhypothèse de progrès technique constant (Brundtland, 1987) « aucun stock ou de machines, ou de ressources épuisables ne sera jamais épuisé » (Hartwick, 1977, p. 972) « nouvelle ère de croissance économique devra nécessairement se montrer moins fortement consommatrice dénergie que lère précédente » (Bruntdland, 1987, p. 19)

13 13 LE RECHAUFFEMENT ATMOSPHERIQUE ET SES CONSEQUENCES « La question nest plus de savoir si le climat change du fait des activités humaines, mais dans quelle mesure, à quelle vitesse et où exactement » (Briton Robert Watson, Président du Groupe intergouvernemental dexperts sur le changement climatique – GIEC – 2000 ) « Les conséquences dun éventuel changement climatique sont largement surestimées » (G. W. BUSH, Washington D. C., janvier 2001) « Je m'oppose au protocole de Kyoto parce qu'il exempte 80% du monde de s'y conformer et parce qu'il risque de faire du mal à l'économie américaine. Il y a un consensus sur le fait que le protocole de Kyoto est injuste et un moyen inefficace de répondre au problème du changement climatique. » (G. W. BUSH, Washington DC, mars-juin 2001) « les changements climatiques actuels ne sont pas le signe d'un réchauffement global de la Terre » (Claude Allègre, Limposture climatique, Plon, 2010 )

14 14 LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE Le GIEC a mis en lumière la responsabilité du développement économique humain : - Augmentation de lémission de gaz à effet de serre (en 2007 : 19,19 tonnes de CO 2 par an pour un Américain du Nord ; 3,2 t. pour un chinois ; 1,2 t. pour un indien) (en 2007 : 19,19 tonnes de CO 2 par an pour un Américain du Nord ; 3,2 t. pour un chinois ; 1,2 t. pour un indien) - Pollution des sols, des mers, des océans et des eaux souterraines - Epuisement des ressources renouvelables - Augmentation des déchets - Epuisement des ressources non renouvelables

15 15 LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE Cycle du CO 2 Leffet de serre Bien collectif ? « Chacun en a sa part et tous lont tout entier » (Définition que Victor Hugo appliquait à lamour dune mère) Ecouter la radio ninterdit à personne dautre découter la même émission radio

16 16 Mesuresdirectes Données contenues dans les glaces Projections

17 17 Prévisions dévolution du climat : résultats du GIEC LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE AR : [1,3-5,8°C] AR : [1,1-6,3°C] « Forçages anthropiques » et non « naturels » (volcanisme, irradiance solaire)

18 18 Changement climatique prévu en (scénario B2) LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE

19 19 LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE Quelles conséquences : - Réchauffement climatique de +1,1 à +6,3°C selon les scénarios - Montée du niveau des eaux de 9cm à 1m en moyenne (mais inégalités) - Risque sanitaire majeur pour lhumanité (déplacement de populations) - Perturbations des écosystèmes (tempêtes, ouragans, inondations, etc.) - Réduction de la biodiversité (disparition despèces) - Baisse des récoltes - Un espoir : la résorption du trou dans la couche dozone stratosphérique - malnutrition - Réaction en chaine (fonte du permafrost, libération de gaz « fossiles », modification de courants marins régulant le climat) - Disparition de nombreuses sources deau potable (nappes phréatiques, cours deau)

20 20 LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE Changements climatiques Coût des catastrophes naturelles

21 21 La terre vue de lespace (en 2005) La terre glaciaire (il y a ans) LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE

22 22 LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE Scénarios de montée des eaux en Inde Légende La mer dAral

23 23 LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE Modification du Gulf Stream reboisement des déserts

24 24 un système climatique complexe, non linéaire un système climatique complexe, non linéaire un réchauffement climatique récent inhabituel par rapport aux derniers mille ans un réchauffement climatique récent inhabituel par rapport aux derniers mille ans une augmentation brutale des concentrations atmosphériques en gaz à effet de serre malgré le rôle de la végétation et de locéan une augmentation brutale des concentrations atmosphériques en gaz à effet de serre malgré le rôle de la végétation et de locéan une amplitude de réchauffement de 1°C depuis 1900, une amplitude prévue de 2 à 5°C pour le siècle prochain une amplitude de réchauffement de 1°C depuis 1900, une amplitude prévue de 2 à 5°C pour le siècle prochain Conclusions LE CHANGEMENT ATMOSPHERIQUE

25 25 LES INSTRUMENTS DE LA POLITIQUE CLIMATIQUE « Le développement durable est du ressort des entreprises » (Jean-Louis ARDOUIN, Autour du développement durable, 2004)

26 26 LES INSTRUMENTS Un acteur central pour le développement durable LENTREPRISE « Lengagement des entreprises est un levier essentiel à la mise en œuvre du développement durable » (ORSE, Développement durable et entreprises, 2004)

27 27 LES INSTRUMENTS Mobilisation autour de lentreprise - Mobilisation internationale : Le Pacte mondial (juillet 2000) : aider les entreprises à prendre en compte les neufs principes universelsde responsabilité sociale et environnementale Les principes directeurs de lOCDE (2001) : mise en place de pratiques dautodiscipline, contribuer aux progrès économiques, sociaux et environnementaux, encourager la formation du capital humain La WBCSD ( World Business Council for Sustainable Development ) : Organisation suisse dont le but est d aider les FMN (165 en 2005) à prendre en considération les principes du développement durable - Mobilisation européenne : La Commission européenne : Livre vert de juillet 2001 « Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale de lentreprise » ; 3 paquets énergie climat ( ) pour une séparation des activités de production, transport et distribution de lénergie ; objectif en 2020 (ER, GES, Efficacité énergétique) - Mobilisation nationale : La Charte de lenv. adossée à la Constitution française (2004) : Le droit à un environnement sain se situe au même niveau que la Déclaration universelle des droits de lhomme La Grenelle de lenv. (2007) : Inciter les entreprises à sengager dans le DD

28 28 LES INSTRUMENTS Une accumulation de contraintes sur lentreprise - Lévolution des marchés : Les boycotts (Danone : réduction d effectifs ; Nike : travail des enfants ; Total Elf Fina : Erika) Les achats engagés (mais encore peu développés) - Les pressions de la société civile : Les actions de médiatisation systématique des associations - LISR 6000 milliards EUR dans le monde en 2012 (+100% sur 20 ans) - Une attente des salariés : Les jeunes diplômés recherche des entreprises respectueuses du DD Le turnover des salariés est moins fort dans les entreprises engagées dans le DD - La réglementation : Nouveau Code des marchés publics (mars 2001) : prise en compte de critères env. et sociaux Loi sur les nouvelles régulations économiques (mai 2001) : « les entreprises cotées au second Marché devront communiquer leurs résultats env. et sociaux dans leur rapport annuel » Taxe pollueur/payeur ; bonus écologique ; quotas démission ; multiplication des normes…

29 29 INITIATIVES NORMATIVES SD 2100 SIGMA AA 1000 ISO COPOLCO GRI PNE EX Q-RES VMS SI NM NM AS 8000 à AS 8004 ECS 2000 TR Q 0006 TR Q 0005 SA 8000 NQ Groupe de travail RSE LES INSTRUMENTS

30 Les référentiels les plus utilisés en Europe ISO QSE DGFB ISO9001 v2000 ISO14001 Les niveaux de pratiques Amélioratio n continue Optimisation Benchmark OHSAS ISO9001 v94 Approche systématiqu e Approche aléatoire influence de lentreprise, tant globale que locale, de limpact sur lenvironnement influence de lentreprise, tant globale que locale, de limpact sur lenvironnement prise en compte des attentes prise en compte des attentes amélioration produit/service amélioration produit/service innovation innovation éthique éthique rentabilité rentabilité transparence transparence communication communication équitééquité cohésion socialecohésion sociale fournisseurs dans le DD fournisseurs dans le DD relations à long terme relations à long terme PERSONNEL Comment devons nous développer, impliquer et faire participer le personnel? CLIENT Que devons nous apporter à nos clients? Comment devons nous être perçus par nos clients? COLLECTIVITE Que devons nous apporter et comment devons nous être perçus par les citoyens? Que faut il apporter aux actionnaires? ACTIONNAIRES FOURNISSEURS & PARTENAIRES Comment devons nous travailler avec nos fournisseurs? 30 LES INSTRUMENTS

31 31 LEMPREINTE ECOLOGIQUE ET LA PROBLEMATIQUE DE LA CROISSANCE « Il faut éteindre la démesure plus encore que lincendie » ράκλειτος φέσιος (Héraclite dEphèse, v av. J.-C.)

32 32 La problématique de la croissance Lempreinte écologique Estimation en superficie de terre, des ressources utilisées pour satisfaire nos besoins Lempreinte écologique est censée mesurer linfluence de lhomme sur la nature TEST

33 33 La problématique de la croissance La vision « faible » de la soutenabilité « Etant donné la croissance démographique actuelle, il faut donc viser une croissance annuelle d environ 5 % dans les pays en développement d Asie, de 5,5 % en Amérique latine et de 6 % en Afrique et en Asie occidentale » (Rapport Brundtland, 1987 ) « Le développement durable cest une nouvelle ère de croissance économique » (Rapport Brundtland, 1987 ) HYP # 1 : substituabilité des facteurs HYP # 2 : progrès technique constant HYP # 2 : progrès technique constant

34 34 La problématique de la croissance La vision « forte » de la soutenabilité 1900 Population Production industrielle Pollution Matières premières Productionalimentaire « Halte à la croissance » (…) « La population et le capital sont les seules grandeurs qui doivent rester constantes dans un monde en équilibre » (D.H. Meadows, D. L. Meadows, R. Jörgen, W. W. Behrens, 1972)

35 35 La problématique de la croissance La vision « forte » de la soutenabilité Définition des « rendements durables maxima » (seuils à ne pas dépasser pour préserver le stock de ressources naturelles)

36 36 La problématique de la croissance La vision « extra forte » de la soutenabilité Rejet des deux hypothèses du développement durable HYP # 1 : substituabilité des facteurs HYP # 2 : progrès technique constant HYP # 2 : progrès technique constant - Sortir de la société de consommation et du capitalisme « Le mot dordre de décroissance a surtout pour objet de marquer fortement labandon de lobjectif insensé de la croissance pour la croissance, objectif dont le moteur nest autre que la recherche effrénée du profit par les détenteurs de capital ». (Serge Latouche, Le pari de la décroissance, Fayard, 2006). Mouvement porté par une multitude dacteurs…

37 37 La problématique de la croissance La vision « extra forte » de la soutenabilité Définir une nouvelle société Cest une critique radicale de nos sociétés de consommation de masse Simplicité volontaire Localisme Autoproduction Redéfinition des usages Définir de nouveaux indicateurs de richesses Rapport Stiglitz (2008)

38 38 La problématique de la croissance Les faiblesses de la notion de décroissance Une vision simplifiée du développement durable Une conception simpliste des modèles de croissance Une pensée naïve sur la transition vers la société de décroissance Des solutions parfois contradictoires

39 39

40 40 La problématique de la croissance Croissance Aggravation des inégalités mondiales Aggravation des inégalités au sein des nations Paupérisation des classes moyennes Epuisement des ressources naturelles Délocalisation, précarisation, chômage Rupture des liens sociaux, insensibilisation Décroissance 2006 La croissance serait même la source de tous les maux ! Une conception simpliste des modèles de croissance

41 41 La problématique de la croissance Différents régimes de Croissance Aggravation des inégalités mondiales Aggravation des inégalités au sein des nations Paupérisation des classes moyennes Epuisement des ressources naturelles Délocalisation, précarisation, chômage Rupture des liens sociaux Insensibilisation des individus Décroissance Programme bioéconomique minimal Croissance zéro Décroissance sélective Dématérialisation de léconomie Economie de la fonctionnalité Ecologie industrielle Economies dénergie Développement durable (vision forte) Développement durable (vision faible) Croissance verte Croissance forte Choix de société Progrès sociaux Redistribution et Réduction des inégalités Amélioration des niveaux de vie Réduction du chômage et de la précarité Internalisation des externalités environnementales Progrès technique Amélioration des soins Allongement de la durée de vie 2010

42 42 LES AUTRES PROBLEMATIQUES DU DEVELOPPEMENT DURABLE « Lavenir, il ne suffit pas de le prévoir, mais de le rendre possible » (Antoine de Saint Exupery)

43 43 LES INCERTITUDES Le Développement durable cest : - Incertitude sur limpact de la démographie - Incertitude sur le principe de précaution - Incertitude sur lénergie - Incertitude sur les déchets - Incertitude sur la mondialisation ?

44 44 UN METIER DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE : « Je ne veux pas perdre ma vie à la gagner » (André Comte-Sponville) « Choisissez un travail que vous aimez et vous naurez pas à travailler un seul jour de votre vie » (Confucius) « On a toujours le choix. On est même la somme de ses choix » (Joseph OConnor)

45 45 LES METIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE Que vais-je faire de ma vie ? Trouver un métier en phase avec ses valeurs Le développement durable est une valeur émergente car il est … … imposé par les limites physique de notre environnement … réclamée par lopinion publique … attendu par les consommateurs … exigé par les investisseurs … prioritaire dans les réglementations

46 46 LES METIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE Comment choisir ? Un plan daction en dix points 1. Remettez en cause vos idées reçues 2. Libérez-vous de lobsession du salaires 3. Osez être vous-même 4. Consacrez votre temps à ce qui en vaut la peine 5. Pariez sur loptimisme, la confiance et le « fun » 6. Décidez quun autre monde est possible 7. Trouvez des alliés, des héros, des modèles inspirants 8. Changez les règles du jeu, prenez des risques 9. Transformez les imprévus en opportunités 10. Passez à laction

47 47 LES METIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE Les grands groupes engagés: Les associations professionnelles spécialisées : - EPE, ORSE, OREE, Comité 21, IBLF, AccountAbility, BSR… Les Fonds éthiques : - FTSE4Good, Down Jones Sustainability Index, SAM, Domini Social Index 400, Ethos... Les Agences de notation: - Vigeo, BMJ Core Ratings, Innovest, ODE… Les Banques et investisseurs éthiques : - CDC Ixis Asset Management, BNP Paribas, Dexia CLF, Crédit Agricole… Les Cabinets de conseil : - Agence éco-desing 02, ManCom, BMJ, Futerra, Maqassar, Eco & co… Les agences de com : - Euro-RSCG BETC, BBDO Corporate, Agence verte, Hickory, MC durable… Les autres : ONG, lhumanitaire, les Org. internationaux, les services aux particuliers…


Télécharger ppt "1 Lycée Laure Gatet – 18 mars 2014 LES ENJEUX DEVELOPPEMENTDURABLE Assen SLIM"

Présentations similaires


Annonces Google