La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Comment concevoir des politiques agricoles novatrices en Afrique ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Comment concevoir des politiques agricoles novatrices en Afrique ?"— Transcription de la présentation:

1 Comment concevoir des politiques agricoles novatrices en Afrique ?
Rôle d’une gouvernance rénovée de l’agriculture africaine Papa Abdoulaye Seck Aliou Diagne Ibrahima Bamba Centre du Riz pour l’Afrique (AfricaRice) ISDA 2010 Agriculture and Food Security 28 Juin – 1 Juillet, Montpellier- France

2 Sommaire Performance et potentiel de l’agriculture africaine
Étiologie de la mauvaise prise en charge des questions agricoles en Afrique Pour une gouvernance rénovée de l’agriculture africaine Conclusion

3 Performance et potentiel de l’agriculture africaine

4 Contribution de l’Agriculture au PIB
Performance et potentiel de l’agriculture africaine: Les contre-performances Contribution de l’Agriculture au PIB l’Afrique est relativement le continent le plus agricole: l’agriculture contribue pour près 16% au PIB compare a une moyenne d’environ 1 a 8% pour les autres continents. 75% de la population vit de l’agriculture Mais le continent ne peut pas nourrir sa population Source: FAO (Aquastat), 2006

5 Taux de couverture de la consommation de céréales par la production
Performance et potentiel de l’agriculture africaine: Les contre-performances Taux de couverture de la consommation de céréales par la production L’Afrique représente 15% de la population mondiale mais absorbe 32% des importations mondiales de riz, 25% pour le blé et 15% pour le maïs 30% des Africains souffre de sous-alimentation (contre une moyenne mondiale de 13% en 2006, FAO) Source: African Development Bank, 2008

6 Performance et potentiel de l’agriculture africaine le début du renouveau?
Bien que la performance du secteur agricole est globalement insatisfaisante depuis les années 1960, le secteur connaît une croissance appréciable depuis le milieu des années 1990 Indices de production Agricole et Alimentaire = 100 Taux de croissance sectorielle, Source: African Development Bank, 2008

7 Part des superficies cultivées sur la superficie totale (2008)
Performance et potentiel de l’agriculture africaine: un potentiel relativement inexploité Part des superficies cultivées sur la superficie totale (2008) Les superficies cultivable en Afrique sont estimées à 874 million ha, mais seulement 150 million ha sont cultivées annuellement (Henao and Baanante, 2006). Les estimations des superficies de bas-fond disponible et adaptées à la riziculture et au maraichage varient entre 138 million ha (That, 1982) et 238 million ha (Balasubramanian et al., 2007) Source: African Development Bank, 2008

8 Evolution des Terres Irriguées par rapport aux terres agricoles
Performance et potentiel de l’agriculture africaine: un potentiel relativement inexploité L’Afrique utilise seulement environ 4% de ses ressources en eau renouvelable estimées à 5,400 milliards m3 par an (UNEP, 1999). Le potentiel d’irrigation des principaux basins fluviaux de l’Afrique Sub-saharien couvre 35 millions ha (Sonou, 2002) Un retour sur l’investissement dans l’irrigation relativement élevé en Afrique Sub-saharien: 30% comparé à 17% hors f Afrique Sub-saharien sur la période (World Bank, 2008). Evolution des Terres Irriguées par rapport aux terres agricoles Source: African Development Bank, 2008

9 Performance et potentiel de l’agriculture africaine: Des défis majeurs à relever
Fort taux d’accroissement de la population Africaine-- 2,5 % contre 1,2% pour l’ensemble du monde entre Forte urbanisation- le taux d’urbanisation de l’Afrique passera de 38% à 48% à l’horizon 2030 (UN, 2007) Une productivité agricole très faible et stagnante: l’Afrique doit multiplier sa productivité par 4,9 pour le maïs et 2,9 pour le riz pour atteindre le niveau de rendement de l’Amérique du Nord Une agriculture largement tributaire des aléas de la pluviométrie: les superficies irriguées ne sont que de 3,8% contre un niveau 25% requis pour lutter contre la vulnérabilité de la production  Des pratiques culturales qui détruisent la fertilité des sols et fragilisent l’environnement écologique: agriculture itinérante sur brulis et non utilisation de fertilisants chimiques ou organiques.

10 Étiologie de la mauvaise prise en charge des questions agricoles

11 Étiologie de la mauvaise prise en charge des questions agricoles
Approches productivistes augmentation des surfaces cultivées et des productions agricoles sans trop se soucier de la rentabilité au niveau de tous les maillons de la chaîne de valeur agricoles Approches dirigistes Les organisations de producteurs ne sont pas suffisamment consultés et impliqués dans la définition et l’élaboration des politiques et stratégies de développent agricole Interventions non systémiques Interventions portant sur un maillon de la filière sans situer l’opération dans une démarche globalisante intégrant les autres acteurs la chaîne de valeur

12 Étiologie de la mauvaise prise en charge des questions agricoles
Faible soutien à la recherche agricole et à la vulgarisation l’Afrique ne contribue que pour 0,3% au capital des résultats scientifiques du monde et ne compte que 70 chercheurs pour 1 million d'habitants contre pour le Japon Taux de croissance annuel du personnel de la recherche agricole publique (%) Taille du personnel de la recherche agricole publique (%) Source :http://

13 Étiologie de la mauvaise prise en charge des questions agricoles
Recherche agricole en Afrique pas encore soumis à la loi du rendement marginal décroissant Les taux de rentabilité de la recherche agricole sont généralement supérieurs à 30 %, voire nettement plus élevés Existence d’énormes opportunités pour augmenter la productivité agricole à travers l’innovation technologique Opportunités pour augmenter la productivité agricole par des innovations sont loin d’être épuisées dans l’environnement technologique et institutionnel actuel

14 Étiologie de la mauvaise prise en charge des questions agricoles
Échec des transferts de technologies étrangères Succès très limité de l'introduction directe de variétés de sorgho de mil en provenance d'Inde en Afrique de l'ouest Sur plus de 2000 variétés de riz de mangroves importées d'Asie pour essai en milieu Africain, 2 variétés avaient une performance comparable aux meilleures variétés locales Investissements publics dans les services et infrastructures de base (R&D agricole, infrastructure rurales) sont plus efficaces que les subventions sur les biens et services privés comme les engrais et crédits (Lopez et Galinato, 2007) Faible formation et niveau d’organisation des acteurs Formation et l’information des opérateurs des filières agricoles ne sont pas articulées autour de programmes durables et continus. elles sont liées à des projets

15 Pour une transformation qualitative de l’agriculture africaine: Rôle d’une gouvernance rénovée

16 Rôle d’une gouvernance rénovée de l’Agriculture Africaine
Une transformation qualitative de l’agriculture africaine nécessite: une reforme de la gouvernance de l’agriculture Africaine qui passera d’une économie rurale administrée à une économie décentralisée, « co-gérée » et « co-évaluée » par tous les acteurs La mise en place d’un mode de gouvernance plus démocratique impliquant l’adhésion et l’engagement effectif de tous les acteurs dans des processus transparents d’établissement des priorités et de prise de décision

17 Rôle d’une gouvernance rénovée de l’Agriculture Africaine
Une transformation qualitative de l’agriculture africaine nécessite: Un partenariat sans limite impliquant tous les acteurs intervenant dans le secteur et qui pour être fonctionnel et effective doit: Limiter les domaines d’intervention des différents acteurs tout en les connectant Cultiver la spécialisation des acteurs suivant le principes des avantages comparés Rendre synergétique, interdisciplinaire et complémentaire les interventions des acteurs opérant au même niveau mais dans des domaines différents Appliquer le principe de subsidiarité entre acteurs opérant dans le même domaine mais a des niveaux différents.

18 Rôle d’une gouvernance rénovée de l’Agriculture Africaine
Pour passer d’une approche consultative à une approche réellement participative, tous les acteurs doivent être éduqués et sensibilisés aux exigences de cette dernière. Des organisations professionnelles fortes et bien structurées sont nécessaires pour une contribution efficace et efficiente dans le processus d’élaboration, de mise en œuvre et d’évaluation des politiques agricoles Une formation polyvalente pour mieux outiller les producteurs pour affronter convenablement la complexité de la réalité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des exploitations agricoles

19 Rôle d’une gouvernance rénovée de l’Agriculture Africaine
Une transformation qualitative de l’agriculture africaine nécessite: La mise en place d’observatoires économiques des filières agricoles: un cadre d’échanges et d’analyses des problèmes des filières par les différents intervenants de la chaîne de valeur parce que: les utilisateurs des données d’une filière sont aussi détenteurs d’informations La pertinence des informations détermine le succès des stratégies adoptées.

20 Schéma d’un observatoire économique d’une filière agricole
Rôle d’une gouvernance rénovée de l’Agriculture Africaine Schéma d’un observatoire économique d’une filière agricole Observateur économique Producteurs Exportateurs Distributeurs Service des douanes Sociétés d’intrants Service de vulgarisation Transformateurs Service de recherche

21 Rôle d’une gouvernance rénovée de l’Agriculture Africaine
Une transformation qualitative de l’agriculture africaine doit: favoriser la participation effective des producteurs, du secteur privé et la société civile dans les organes de gouvernance des centres de recherche redéfinir les relations entre les chercheurs et les autres catégories professionnelles dans le cadre d’un nouveau partenariat basé sur une concertation dans la planification, l'exécution, l'évaluation et la valorisation des résultats.

22 Rôle d’une gouvernance rénovée de l’Agriculture Africaine
Dans le cadre d’une planification partagée, les chercheurs et les utilisateurs doivent mener une réflexion concertée sur: les particularités et contraintes existantes la formulation des thèmes de recherche l'établissement des priorités entre les thèmes la stratégie globale de mise en œuvre de la recherche l'impact potentiel attendu, la définition des études et réflexions prospectives le bilan de la recherche L'exercice est réussi si le cahier de charges de la recherche devient véritablement « la propriété de tous »

23 Rôle d’une gouvernance rénovée de l’Agriculture Africaine
le cadre d’une planification partagée doit favoriser: L’ émergence d’un chercheur de type nouveau qui saura : lire les messages des utilisateurs et les décoder en thématiques de recherche communiquer avec les différentes catégories d'acteurs et mieux anticiper L’évaluation du Chercheur de type nouveau qui doit être fondée non seulement sur sa productivité scientifique, mais aussi et surtout sur : l’impact de ses résultats sur le secteur agricole, son aptitude à assumer des problématiques avec d'autres spécialistes, les relations qu'il réussira à développer avec les partenaires nationaux, régionaux et internationaux, la valorisation des résultats de ses recherches

24 Rôle d’une gouvernance rénovée de l’Agriculture Africaine
Des services publics de qualité: Avoir un rôle primordial des services publics dans l’amélioration de l’environnement de la production grâce à des mesures appropriées parce que définies en concertation avec tous les acteurs Nécessité d’augmenter l’investissement agricole En 2007, les pays africains n’ont consacré en moyenne que 4% de leur budget à l’agriculture. En 2009, seuls 10 pays africains sur 53 ont honoré leur engagement d’allouer au moins10% de leur budget national à l’agriculture (Maputo 2003). Impératif d’améliorer la qualité des dépenses publiques en les alignant sur les priorités définies en concertation avec les acteurs de manière objective et transparente, en mieux formant les acteurs et en renforçant les institutions

25 Conclusion Définir des politiques agricoles innovantes en Afrique, c’est d’abord accepter que des ruptures sont nécessaires L’Afrique a assez souffert des approches dirigistes, productivistes et non systémiques et du peu d’intérêt accordé à des secteurs stratégiques tels que la recherche et la vulgarisation Une agriculture performante est nécessairement conçue dans une dynamique de co-construction, co-exécution et de co-évaluation impliquant tous les acteurs du secteur.

26 Thank you! Merci! Center of Excellence for Rice Research


Télécharger ppt "Comment concevoir des politiques agricoles novatrices en Afrique ?"

Présentations similaires


Annonces Google