La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. LA PROTECTION 2. LALERTE 3. LA VICTIME SETOUFFE 4. LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 5. LA VICTIME EST INCONSCIENTE … mais respire ! 6. LA VICTIME NE RESPIRE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. LA PROTECTION 2. LALERTE 3. LA VICTIME SETOUFFE 4. LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 5. LA VICTIME EST INCONSCIENTE … mais respire ! 6. LA VICTIME NE RESPIRE."— Transcription de la présentation:

1

2 1. LA PROTECTION 2. LALERTE 3. LA VICTIME SETOUFFE 4. LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 5. LA VICTIME EST INCONSCIENTE … mais respire ! 6. LA VICTIME NE RESPIRE PAS 7. LA VICTIME SE PLAINT DUN MALAISE 8. LA VICTIME SE PLAINT APRES UN TRAUMATISME

3 La protection – il est possible de supprimer le danger Le dégagement durgence - il nest pas possible de supprimer le danger vital, réel, immédiat et non contrôlable. Le dégagement durgence est une manœuvre exceptionnelle qui ne doit être utilisée que pour soustraire une victime à un danger vital, réel, immédiat et non contrôlable. Il nest pas possible de supprimer le danger ni de dégager la victime - ALERTER RISQUE DE MOURIR SI JE NEFFECTUE PAS LE DEGAGEMENT DURGENCE LA VICTIME RISQUE DE MOURIR !!

4 Intervention lors dun accident de voiture, en toute sécurité Allumer ses feux de détresse Ralentir Garer son véhicule après le lieu de laccident, sur la bande darrêt durgence Faire descendre tous les occupants de son véhicule et les mettre en sécurité Baliser de part et dautre de laccident à 150 ou 200 m (éviter sur-accident) Ne pas fumer Couper le contact des voitures accidentées

5 Observation de la situation, sinformer sur laccident ALERTE rapide et précise au service de secours adapté Où appeler ? Quoi dire ?

6 « Est-ce que tu tétouffes ? » Obstruction TOTALE des voies aériennes (aucun son nest audible.) Obstruction totale des voies aériennes chez le nourrisson (0 à 1 an) Obstruction PARTIELLE des voies aériennes (la respiration reste possible) installer la victime dans la position où elle se sent le mieux, le plus souvent assise encourager la victime à tousser pour rejeter le corps étranger 5 claques vigoureuses dans le dos 5 compressions abdominales HEIMLICH si aucun effet..

7 Un saignement abondant ou hémorragie, imbibe de sang un mouchoir de toile ou de papier en quelques secondes et qui ne sarrête pas spontanément. LA COMPRESSION LOCALE (manuelle ou tampon relais) Constater lhémorragie Arrêter lhémorragie immédiatement en comprimant avec la main directement lendroit qui saigne Allonger la victime Faire alerter Si le sauveteur doit se libérer pour donner lalerte, remplacement de la compression manuelle par un tampon relais. Sensibilisation : maladies transmissibles par le sang hygiène & précautions Cas particuliers de saignement : présence de corps étranger, saignement du nez ou dautres orifices, la victime vomit ou crache du sang, …

8 EFFECTUER LE BILAN Apprécier létat de conscience APPELER A LAIDE ! Assurer IMMÉDIATEMENT la liberté des voies aériennes Apprécier la respiration PLACER LA VICTIME EN POSITION LATÉRALE DE SÉCURITÉ (PLS) SURVEILLANCE EN 5 POINTS la conscience la ventilation : 12 à 20 par minute le pouls : 60 à 80 par minutes sueur pâleur PLS Le danger détresse se respiratoire PRIME sur léventualité de laggravation dune lésion traumatique. Assurer la liberté des voies aériennes de la victime, empêcher la chute de la langue en arrière, empêcher le passage de liquides dans les voies aériennes. Mobilisation minimale de laxe « tête – cou – tronc » pour limiter laggravation dune éventuelle lésion de la colonne cervicale de la victime. pour

9 LA CHAÎNE DE SURVIE Une mise en œuvre immédiate (< 8 min) fait passer les chances de survie de 4 % à 40 %. Chaque minute gagnée dans la mise en place dun défibrillateur peut augmenter de 10% les chances de survie de la victime. BILAN ALERTE RÉANIMATION CARDIO-PULMONAIRE DEFIBRILLATEUR Particularités : Enfant (1 – 8 ans) Nourrisson ( 0 – 1 an) 30 2 Compressions thoraciques Insufflations

10 Prendre le pouls Prendre un avis médical Surveiller la victime Mettre la victime au repos CAS PARTICULIER : Prise habituelle de médicaments ou de sucre sur consigne dun médecin, il faut aider la victime à prendre son traitement le sucre est la seule chose autorisée à donner (pas de jus, deau ou de gâteaux)

11 PLAIES – BRÛLURES – TRAUMATISMES DES OS ET ARTICULATIONS Plaies Déterminer la gravité (localisation, aspect et mécanisme) de la plaie et agir en conséquence : Plaie grave : position dattente appropriée Plaie simple : gestes dhygiène Ne jamais retirer corps étranger Brûlures Déterminer la gravité (létendue, la profondeur et la localisation ) de la brûlure et agir en conséquence : Brulure grave thermique : arroser à leau jusquà obtention davis médical Brulure grave chimique : arroser à leau jusquà larrivée des secours Brûlure simple : arroser à leau jusquà la disparition de la douleur Traumatismes Immobiliser la victime ! Traumatisme du dos, de la nuque et / ou de la tête : le « maintien de tête » Traumatisme dun membre : écharpe ou calage

12 « Mais si je me trompe, si je fais un mauvais geste, on pourra me poursuivre en justice et je finirai en prison !!!??? » Attention : on peut tous être accusés de « non assistance à personne en danger » ! Seule véritable obligation légale : passer lalerte !! La formation de secourisme permet dintervenir dans de meilleures conditions grâce à lacquisition de mécanismes permettant de faire baisser le stress lors dun intervention.


Télécharger ppt "1. LA PROTECTION 2. LALERTE 3. LA VICTIME SETOUFFE 4. LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 5. LA VICTIME EST INCONSCIENTE … mais respire ! 6. LA VICTIME NE RESPIRE."

Présentations similaires


Annonces Google