La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

THEME 1 : MENAGES ET CONSOMMATION CHAPITRE 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "THEME 1 : MENAGES ET CONSOMMATION CHAPITRE 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs ?"— Transcription de la présentation:

1 THEME 1 : MENAGES ET CONSOMMATION CHAPITRE 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs ?

2 Introduction : Sensibilisation 1.Ces photos représentent-elles de la consommation? Pourquoi? 2. Comment les consommateurs prennent-ils leurs décisions? (photo 2)

3 Introduction: Sensibilisation Photo 1 : Les cours dispensés dans l'éducation nationale sont des services consommés par les élèves, bien qu'ils ne les payent pas. On les comptabilise dans la consommation des ménages, comme consommation collective. Ici consommer n'est pas dépenser. Dans la photo 2, la consommation donne lieu à une dépense. L'individu doit choisir dacheter ou pas un bien en loccurrence un lave-linge et quel modèle de lave-linge 2. Comment les consommateurs prennent-ils leurs décisions ? (photo 2) 1.Ces photos représentent-elles de la consommation ? Pourquoi ? prix et les revenus influencent leurs décisions

4 Mais cest quoi un BIEN, un SERVICE ?.. Heu… et la CONSOMMATION ?

5 Un BIEN est un élément matériel, il est tangible, concret et peut donc être conservé. (un objet) Un SERVICE est immatériel, intangible, il ne peut être stocké, son utilisation est simultanée avec sa production. (une prestation)

6 La consommation est lutilisation dun bien ou dun service entraînant plus ou moins rapidement sa destruction. Jusquà destruction ? cool !

7 Comment les prix et les revenus ont-ils influencé ces choix de consommation ?

8 I / Comment les revenus influencent-t-ils la consommation des ménages ? A/ Du revenu disponible à la consommation : Document 1: 1ère période : M. Bagio travaille comme technicien dans une grande entreprise et gagne 1900 euros par mois; sa femme est gérante dun hôtel et perçoit un salaire de 2000 euros par mois. Ils possèdent un studio quils louent 330 euros par mois à un étudiant. Q1- Quel niveau de revenu ont-ils chaque mois ? Q2- Quelle est lorigine de chacun des revenus quils reçoivent ? 2ème période: Des jumeaux naissent; le couple reçoit donc des allocations familiales dun montant de 120 euros par mois (le reste na pas changé) Q3- En fonction de quelle logique perçoivent-ils ce nouveau revenu ? 3ème période: A la fin de lannée, ils déclarent leur revenu annuel et paient des impôts. Q4- Comment peut-on calculer le revenu dont ils disposent réellement?

9 I / Comment les revenus influencent-t-ils la consommation des ménages? A/ Du revenu disponible à la consommation : Document 1: 1ère période: M. Bagio travaille comme technicien dans une grande entreprise et gagne 1900 euros par mois; sa femme est gérante dun hôtel et perçoit un salaire de 2000 euros par mois. Ils possèdent un studio quils louent 330 euros par mois à un étudiant. Q1- Quel niveau de revenu ont-ils chaque mois ? = 4230 Q2- Quelle est lorigine de chacun des revenus quils reçoivent? Revenus du travail Revenus du capital Revenus mixtes

10 Revenus du travail ? Revenus du capital ?? Revenus mixtes ???

11 Les ménages perçoivent des revenus en raison de leur activité économique. Lorsquils travaillent, ils perçoivent un revenu dactivité ou revenu du travail. La plupart des actifs étant des salariés, le salaire représente le revenu dactivité le plus fréquent. Les commerçants, les artisans, les professions libérales, cest à dire tous ceux qui ont une activité non salariée, perçoivent un revenu qui rémunère à la fois leur travail et le fait quils ont engagé un capital dans leur activité (achat de terres, dun fonds de commerce...). Leur revenu est dit mixte pour cette raison. Lorsque les ménages sont propriétaires dun bien ou dun capital dont ils tirent un revenu, on parle de revenu de la propriété ou revenu du capital : un appartement loué donne lieu à un loyer perçu, un placement en banque engendre des intérêts. Les ménages possédant des actions dune entreprise perçoivent une partie des profits réalisés par cette entreprise sous la forme de dividendes.

12 2ème période: Des jumeaux naissent; le couple reçoit donc des allocations familiales dun montant de 120 euros par mois (le reste na pas changé) Q3- En fonction de quelle logique perçoivent-ils ce nouveau revenu ? 3ème période: A la fin de lannée, ils déclarent leur revenu annuel et paient des impôts. Q4- Comment peut-on calculer le revenu dont ils disposent réellement ?

13 2ème période: Des jumeaux naissent; le couple reçoit donc des allocations familiales dun montant de 120 euros par mois (le reste na pas changé) Q3- En fonction de quelle logique perçoivent-ils ce nouveau revenu ? Ces revenus proviennent dune redistribution de sommes prélevées sous forme de cotisations sociales ou dimpôts sur les revenus dactivité ou du capital. Il sagit donc de prestations sociales destinées à alléger la charge que représentent certains «risques sociaux» tels que la maladie, la charge d enfants, la perte demploi etc. Citons les allocations familiales, les pensions de retraites, les indemnités de chômage, les remboursements de soins médicaux qui reposent tous sur une logique de solidarité collective. 3ème période: A la fin de lannée, ils déclarent leur revenu annuel et paient des impôts. Q4- Comment peut-on calculer le revenu dont ils disposent réellement ? Revenu disponible = revenus dactivité + revenus de la propriété – impôts et cotisations sociales + revenus de transferts

14 Exercice: compléter le texte à trous en plaçant les termes suivants: redistribution, prélèvements, revenu disponible, revenu de la propriété, prestations sociales, revenus primaires, cotisations sociales salariales, salaire. Le des ménages est composé de toutes les ressources quils perçoivent desquelles il faut déduire les cest à dire les impôts et les ……………… Dune part, les ménages reçoivent des …………… qui rémunèrent leur participation directe à lactivité de production; le revenu le plus fréquent est le ………….., mais il peut sagir aussi de revenus mixtes ou encore de (dividendes liés à la détention dactions, intérêts etc.). Cette répartition primaire des revenus donne lieu à des prélèvements obligatoires qui font ensuite lobjet dune sous la forme de

15 Exercice: compléter le texte à trous en plaçant les termes suivants: Le revenu disponible des ménages est composé de toutes les ressources quils perçoivent desquelles il faut déduire les prélèvements cest à dire les impôts et les cotisations sociales salariales. Dune part, les ménages reçoivent des revenus primaires qui rémunèrent leur participation directe à lactivité de production; le revenu le plus fréquent est le salaire, mais il peut sagir aussi de revenus mixtes ou encore de revenu de la propriété (dividendes liés à la détention dactions, intérêts etc.). Cette répartition primaire des revenus donne lieu à des prélèvements obligatoires qui font ensuite lobjet dune redistribution sous la forme de prestations sociales.

16 Document 2 : L utilisation du revenu disponible en France en 2008, en milliards d euros, source INSEE, les comptes de la nation. Revenu disponible des ménages : Consommation des ménages : Epargne des ménages : …………………………. Q1 : Lire la donn é e soulign é e ; Compl é tez le sch é ma ci-dessus. Q2 : Calculez la part en % de la consommation dans le revenu disponible des m é nages. Q3 : D é finir é pargne ; Connaissez vous diff é rents types d é pargne ?

17 Document 2 : L utilisation du revenu disponible en France en 2008, en milliards d euros, source INSEE, les comptes de la nation. Revenu disponible des ménages : Consommation des ménages : Epargne des ménages : Q1 : Lire la donn é e soulign é e : Daprès lINSEE, en France, en 2008 la consommation des ménages sélevait à milliards deuros. Q2 : Calculez la part en % de la consommation dans le revenu disponible des m é nages: / Q3 : D é finir é pargne= partie du revenu non utilisé pour la conso ; Connaissez vous diff é rents types d é pargne? Épargne de précaution (imprévu: chômage, maladie) ép de patrimoine (constitution dune réserve), ép différée (dépenses futures)

18 Poste budgétaire Alimentation27,512,6 Habillement10,13,4 Logement9,719,5 Equipement du logement7,94,5 Santé1,92,8 Transports, communications9,513,4 Loisirs et culture6,16,9 Autres13,113,9 Dépense de consommation socialisée (fournie par les pouvoirs publics : exemple léducation nationale) 14,122,9 TOTAL : consommation effective des ménages100 Revenu disponible des ménages (en milliards d'euros)34,21283,2 B/ L' é volution globale de la consommation cache des comportements é conomiques tr è s diversifi é s : Document 3 : Tendances longues de la consommation des m é nages (comptes nationaux)- R é partition en % Source : Q1: Comment é volue le revenu des m é nages entre 1960 et 2008 ? Q2: Regroupez en deux colonnes les postes budg é taires de consommation dont la part augmente et celle dont la part baisse. Q3: Selon E Engel ( ) « plus une famille est pauvre, plus grande est la part de ses d é penses totales qu'elle doit utiliser pour se procurer sa nourriture ». Cela est-il confirm é par les donn é es du tableau? Cela signifie-t-il que la quantit é de produits alimentaires consomm é s a diminu é ?

19 Q1: Comment é volue le revenu des m é nages entre 1960 et 2008 ? Il a été multiplié par 37.5 Q2: Regroupez en deux colonnes les postes budg é taires de consommation dont la part augmente et celle dont la part baisse. Q3: Selon E Engel ( ) « plus une famille est pauvre, plus grande est la part de ses d é penses totales qu'elle doit utiliser pour se procurer sa nourriture ». Cela est-il confirm é par les donn é es du tableau? Cela signifie-t- il que la quantit é de produits alimentaires consomm é s a diminu é ?En 1960 les ménages consacraient 27.5% de leur dépenses à lalimentation contre 12.6% en cela confirme la loi dEngel. Attention une diminution de la part des dépenses ne signifie pas une baisse du montant (ne pas confondre valeur absolue et valeur relative). Postes budgétaires dont la part augmentePostes budgétaires dont la part diminue Logement, transports, communications, santé, loisirs et culture, autres, conso de services publics Alimentation, habillement, équipement en logement

20 Document 4 Concernant les é lasticit é s-revenu, les r é sultats sont tr è s r é v é lateurs du comportement des consommateurs notamment pour le vin et la bi è re. Les vins de consommation courante, de qualit é relativement m é diocre, ont une é lasticit é -revenu n é gative (-0,74), tout comme la bi è re (-0,2), ce qui fait d'eux des biens inf é rieurs, ou dont la consommation d é cline quand le revenu s'accro î t. A l'inverse, les vins de qualit é sup é rieure ou les vins d'appellation contrôl é e ont une é lasticit é -revenu positive (0,52), si bien que leur consommation augmente avec l' é l é vation du revenu. C'est donc un effet de diff é renciation verticale des produits, ou effet qualit é que ces r é sultats mettent en é vidence, de sorte que les comportements de consommation sont tout à fait distincts. Source: La concurrence fiscale en Europe : une contribution au d é bat Rapport d'information du s é nat n°483,998/99 MARINI (Philippe), Rapporteur g é n é ral. Q1: Remplissez les phrases suivantes : lorsque le revenu s' é l è ve de 1%, la demande de vin de consommation courante _ _ _ _ _ _ _ _ _ de_ _ _ __% lorsque le revenu d' é l è ve de 1%, la demande de vin sup é rieur _ _ _ _ _ _ _ _ de _ _ _ _ _ % Q2: Comment le texte explique-t-il les diff é rences de comportement du consommateur face à une hausse de son revenu ?

21 Q1 : Remplissez les phrases suivantes : lorsque le revenu s' é l è ve de 1 %, la demande de vin de consommation courante diminue de 0.74 % lorsque le revenu d' é l è ve de 1%, la demande de vin sup é rieur augmente de 0.52 % Q2 : Comment le texte explique-t-il les diff é rences de comportement du consommateur face à une hausse de son revenu ? Face à une hausse de revenu le consommateur achète des produits de qualité supérieure

22 Retenons : La consommation d é pend du revenu disponible, c'est à dire du revenu restant à disposition du m é nage apr è s les pr é l è vements obligatoires (impôts par exemple) pour être, entre autre, d é pens é en consommation. Ainsi, le niveau du revenu disponible (m é nages les plus pauvres, les plus riches) modifie la structure des d é penses alimentaires (ex du pain, du poisson...). Mais é galement son é volution: lorsqu'ils s'enrichissent, les m é nages modifient leurs achats. L' é lasticit é -revenu de la demande mesure cet impact: elle est normalement positive (lorsque le revenu augmente, la consommation augmente aussi: cas des biens normaux comme le vin de qualit é ), Mais son intensit é diff è re selon le type de produit : les biens inf é rieurs ont une faible é lasticit é revenu (cas du vin de consommation courante), tandis que les biens sup é rieurs (poisson par exemple) ont une é lasticit é revenu forte.

23 Poste de consommationElasticité-prix Alimentation-0,43 Carburants-0,7 Loisirs-2,53 II / Comment les prix influencent-ils les choix des consommateurs? A/ L' é volution du prix d'un bien influence sa consommation Document 5 [...] La consommation de loisirs est ainsi nettement plus sensible aux variations de prix que la consommation alimentaire, cette derni è re é tant une consommation de premi è re n é cessit é offrant moins de marges d ajustement. Une hausse du prix des carburants de 1 % se traduirait quant à elle par une r é duction de la consommation de carburants des m é nages de l ordre de 0,7 %. Elasticit é s-prix des consommations é nerg é tiques des m é nages Source : M Clerc et V Marcus Direction des é tudes et synth è ses é conomiques, INSEE 2008/09. Q1 : Rep é rez dans le texte la phrase qui permet de lire le chiffre du tableau « -0,7 » Q2 : En vous inspirant de cette formulation, faites une phrase avec l' é lasticit é -prix de l'alimentation, puis celle des loisirs. Q3 : Finalement, que mesure une é lasticit é -prix de la demande? Pourquoi l' é lasticit é prix de la demande a-telle normalement un signe n é gatif ? Q4 : Pourquoi le consommateur r é agit-il plus à une variation de prix des loisirs qu' à celle des produits alimentaires ou carburants ? Tableau : Elasticit é s-prix estim é es Source : Insee, enquête « Budget de Famille 2006 », calculs des auteurs.

24 Q2: En vous inspirant de cette formulation, faites une phrase avec l' é lasticit é -prix de l'alimentation, puis celle des loisirs. lorsque les prix des produits alimentaires augmentent de 1%, la consommation de biens alimentaires diminue de 0.43 % lorsque le prix des loisirs augmentent de 1 %, on constate une diminution des dépenses de consommation de loisirs de 2.53 % Q3: Finalement, que mesure une é lasticit é -prix de la demande ? Pourquoi l' é lasticit é prix de la demande a-telle normalement un signe n é gatif ? L'élasticité-prix est définie comme le rapport entre la variation relative de la demande d'un bien et la variation relative du prix de ce bien. Ce rapport est généralement négatif car lorsque le prix augmente, la quantité demandée diminue et réciproquement. (Q = Quantité, P = Prix)élasticité-prixbien Q4 : Pourquoi le consommateur r é agit-il plus à une variation de prix des loisirs qu' à celle des produits alimentaires ou carburants ? Les dépenses alimentaires et de carburants sont des dépenses courantes qui s avèrent nécessaires contrairement aux dépenses de loisirs.

25 Retenons : Les prix sont des d é terminants de nos choix de consommation: dans les cas normaux, lorsqu'ils augmentent, la demande diminue et inversement. L' é lasticit é prix mesure à la fois le sens et la sensibilit é de cette relation: – le sens: un signe n é gatif signifie que la demande et le prix varient en sens contraire (si le prix augmente, la demande baisse, si le prix baisse, la demande augmente) – la sensibilit é : une forte é lasticit é signifie que la demande r é agit fortement à un changement de prix (cas des loisirs), une faible é lasticit é (inf é rieure à 1) signifie que la demande r é agit peu à un changement de prix (cas de l'alimentation). Le type de bien demand é par le consommateur modifie la sensibilit é de l' é lasticit é prix de la demande: la demande en biens consid é r é s comme moins essentiels est plus sensible aux prix que la demande en biens consid é r é s comme é tant de premi è re n é cessit é. Mais le seul prix du bien n'est pas suffisant pour expliquer le comportement du consommateur. Il faut aussi prendre en compte celui des autres biens.

26 B/ … mais celle des autres prix aussi : Document 6 : Mauvaise ann é e pour les ventes d'automobiles [En 2006] Les achats d'automobiles sont en net repli (- 2,5 % contre + 3,0 % en 2005). Cette diminution provient des véhicules neufs dont la baisse atteint - 4,2 %.[...].À l'inverse, les ventes de véhicules d'occasion transitant par les réseaux de concessionnaires augmentent, mais à un rythme plus faible qu'en 2005 (+ 1,5 % après + 2,3 %).Même si les prix des carburants et lubrifiants ralentissent (+ 5,8 % après + 13,1 % en 2005), la hausse des prix continue de peser sur la consommation, en baisse pour la cinquième année consécutive (- 1,4 % après - 2,7 % en 2005). Cette baisse traduit une diminution du parcours moyen des véhicules particuliers en 2006 (- 1,9 %). La tendance à la diésélisation du parc se maintient : les achats de gazole progressent de 3,1 %, alors que le super sans plomb se replie de 3,8 %. Source: G Consal è s, INSEE Premi è re n ° 1143, juillet Document 7: Evolution en % des prix entre 2000 et 2006 Voiture neuve7 Voiture d'occasion5 Motocyclette0 Bicyclette Essence, super sans plomb17 Gasoil, diésel29 Source: N Herpin et D verger, Consommation et modes de vie en France, coll. grands manuels Rep è res,Edition la D é couverte Donn é es de la comptabilit é nationale.

27 Q1: Expliquez pourquoi la hausse du prix du carburant freine la consommation d'automobile selon le document 6 (phrase soulign é e) Donnez d'autres exemples de ce type expliquant la baisse de la consommation d'automobiles. Q2: A partir des donn é es du texte (pourcentages de variations pour 2006), remplissez la premi è re colonne du tableau suivant (deux premi è res lignes seulement): Evolution de la demandeEvolution du prix Voiture neuve Voiture d'occasion Moto Q3 : Faites une phrase avec le chiffre « 5 » du document 7. Q4 : Remplissez la seconde colonne du tableau à l'aide du document 7. Comment expliquer que l' é volution du prix des voitures d'occasion et des motos peut jouer sur la demande de voitures neuves ? Q5 : Comparez les hausses du prix du gasoil et de l'essence, puis relisez la phrase en italique du doc 6. Quel est le paradoxe ? Avez-vous des hypoth è ses d'explication ?

28 Q1 : La hausse du prix du carburant freine la consommation d'automobile car carburant et auto sont des biens complémentaires. Donnez d'autres exemples de ce type expliquant la baisse de la consommation d'automobiles: hausse de taxes, dassurances… Q2: A partir des donn é es du texte (pourcentages de variations), remplissez la premi è re colonne du tableau suivant (deux premi è res lignes seulement): Evolution de la demandeEvolution du prix Voiture neuve Voiture d'occasion Moto Q3 : Faites une phrase avec le chiffre « 5 » du document 7. Q4 : Remplissez la seconde colonne du tableau à l'aide du document 7. Comment expliquer que l' é volution du prix des voitures d'occasion et des motos peut jouer sur la demande de voitures neuves? Biens de substitution (la hausse du px des voitures neuves est supérieure à celles doccasion préférence des consommateurs pour voitures doccasion) Q5 : Comparez les hausses du prix du gasoil et de l'essence, puis relisez la phrase en italique du doc 6. Quel est le paradoxe? Avez-vous des hypoth è ses d'explication? Le px de lessence augmente plus rapidement que celui du gasoil entre 2000 et 2006 pourtant préférence des consommateur pour le gasoil. Ne pas confondre lévolution de ces prix et niveau de ces prix.


Télécharger ppt "THEME 1 : MENAGES ET CONSOMMATION CHAPITRE 1 : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs ?"

Présentations similaires


Annonces Google