La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Qualité des harnois au XV ème siècle Armour Quality during the 15 th c. Daprès les études du Dr A. WILLIAMS Based on Dr A. WILLIAMS works.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Qualité des harnois au XV ème siècle Armour Quality during the 15 th c. Daprès les études du Dr A. WILLIAMS Based on Dr A. WILLIAMS works."— Transcription de la présentation:

1 Qualité des harnois au XV ème siècle Armour Quality during the 15 th c. Daprès les études du Dr A. WILLIAMS Based on Dr A. WILLIAMS works

2 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE2 Plan de lexposé Introduction Quelle matière ? Les foyers armuriers européens Études de cas Conclusion

3 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE3 Introduction Nous connaissons les formes générales de larmure du milieu du 15 ème siècle. Mais nous connaissons peu le métal utilisé. Pourtant cest lui qui confèrera la qualité à la pièce.

4 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE4 Quelle matière ? Un paysage avec des fourneaux, Van der Eck, Rhineland Museum, 16 ème s. )

5 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE5 Fer / Acier Fer : métal pur Acier : Fer + Carbone (charbon de bois) Autres éléments : Phosphore, Manganèse, etc. Inclusions : impuretés (silicates, etc.)

6 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE6 Propriétés simplifiées Fer : malléable, insensible au traitement thermique Acier : moins malléable, peut être traité Éléments : influencent le traitement Inclusions : « maillons faibles »

7 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE7 Obtention du métal Bas fourneaux : loupe spongieuse de fer et de scories. Petits lopins (~15Kg) ; inclusions ; facile Hauts fourneaux + affinage : fonte puis acier Gros lopins (100Kg); peu dinclusions ; moins facile

8 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE8 Comportement sous le marteau Les coups de marteaux compriment le réseau cristallin : ECROUISSAGE. = durcissement du métal, il bouge moins facilement, voire peut se déchirer. Chauffer + refroidir lentement détend le réseau : RECUIT. = redevient malléable (et fait disparaître une éventuelle trempe).

9 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE9 Durcir lacier Une trempe = chauffage (~900°C) + refroidissement brutal Facteurs les plus influents : Température de la pièce Liquide de trempe (nature, T°C) Résultat : durcissement, mais fragilisation

10 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE10 Trempe retardée Pour limiter la fragilité : Trempe dans un liquide moins drastique : huile. Maintient hors du feu pendant quelques secondes avant la trempe.

11 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE11 Revenu Pour limiter laspect fragile obtenu après trempe. Chauffer la pièce à nouveau (~150°C) et laisser refroidir lentement.

12 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE12 Un autre procédé de durcissement Le contact dune pièce en fer avec du charbon de bois, à une température élevée et pendant un certain temps permet la diffusion de carbone dans la pièce ; le refroidissement brutal de cette pièce : CEMENTATION, va accroître la dureté de la surface de la pièce (quelques 1/10 de mm)

13 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE13 En synthèse Utiliser du fer : un coup porté = enfoncement Utiliser de lacier trempé = ça casse Les inclusions = ça casse Durcir le métal, mais pas trop Pas nimporte quel métal (pas trop dinclusions)

14 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE14 En synthèse Pour faire des armures de qualité, il faut : Des plates de taille suffisante De lacier, pas du fer Peu dinclusions Bref, des produits issus de hauts fourneaux.

15 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE15 HAUT FOURNEAU + TRAITEMENT THERMIQUE = QUALITE

16 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE16 Les foyers armuriers européens Augsbourg Innsbruck Landshut Nürnberg Milan Brescia

17 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE17 Deux techniques différentes Italie : trempe retardée, dès le 14 ème s. Déclin début 16 ème s Allemagne : trempe + revenu, fin 15 ème s. Supplante lItalie au 16 ème s

18 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE18 Moyens détude Analyse micrographique Mesure de la dureté

19 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE19 Convention utilisée La nature de lacier : –I : Iron fer –L : Low acier à faible teneur en carbone (0,1 à 0,3%) –M : Medium acier à teneur moyenne en C (0,4% et plus) Le traitement thermique –A : Air cooled : refroidit à lair (mou) –T : Tentative de traitement –H : Trempé

20 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE20 Périmètre de létude Létude porte sur lanalyse métallurgique de 84 pièces darmures attribuées aux batteurs italiens entre 1435 et 1490: –42 harnois de tête –18 plastrons –15 harnois de bras –5 harnois de jambe –4 bardes

21 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE21 Les marques Type 1 Type 2 Type 3 Groupe de trois Groupe de deux Unique

22 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE22 Les marques en fonction du métal

23 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE23 Les marques en fonction du traitement

24 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE24 Marques en fonction du type de pièces

25 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE25 Les marques : premières conclusions Pas de relation entre le nombre de marques et la qualité de la pièce MAIS Les harnois dacier et les harnois traités sont le plus souvent marqués Les pièces les mieux faites portent les marques de leurs fabricants.

26 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE26 Nature de lacier

27 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE27 Les duretés observées

28 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE28 En synthèse Acier courant : 0,2 à 0,4 %C. Seul un traitement permet dobtenir des duretés moyennes (>300HV). Une grande hétérogénéité de structures

29 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE29 Résistance des harnois Facteurs : Épaisseur 1450 : 1,5~2mm pour un plastron 1600 : 6mm pour un plastron de cavalier Forme : angle dincidence Dureté Propreté inclusionnaire

30 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE30 Énergies délivrées par un coup ArmeÉnergie Épée / hache60-130J Trait à poudre 14 ème s.250J Trait à poudre 15 ème s J Trait à poudre 16 ème s.1750J Bodkin, 75 livres212J Arbalète, 15 ème s.220J

31 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE31 Quelques exemples Un chevalier 12 ème en haubert : résiste à 200J (coup) ou 120J (flèche) Un chevalier 13 ème en maille+cuir bouilli+plate de 2mm (fer) : résiste à =220J (flèche) Un chevalier début 15 ème [2mm; acier moyen; refroidi à lair] : résiste à 230J (flèche), 280J si il porte un doublet résiste à 990J (balle) Si larmure est durcie : résiste à 315J (flèche) résiste à 1350J (balle)

32 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE32 Et donc Larmurier milanais ne prends pas un gros risque à garantir son travail contre les traits darbalète. Les archers ne peuvent rien contre ce type de harnois. Même un tir à bout portant avait de grande chance dêtre stoppé.

33 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE33 Pourquoi le déclin italien LA DORURE La dorure, rendue populaire à partir de 1490, nécessite un chauffage 250°C~300°C. Affaiblissement de la dureté ! (les Allemands combinaient dorure et revenu !)

34 Convent 3C du 25 Nov. 2006A. SELOSSE34 Conclusion Achetez de la milanaise ! Les meilleures sont les moins lourdes, mais surtout elles sont en acier trempé. * En reconstitution, il est possible de ce procurer ce type dharnois, sous lappellation « acier à ressort ».

35 Avez-vous des questions ?


Télécharger ppt "Qualité des harnois au XV ème siècle Armour Quality during the 15 th c. Daprès les études du Dr A. WILLIAMS Based on Dr A. WILLIAMS works."

Présentations similaires


Annonces Google