La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 OXYGENOTHERAPIE Cours Pneumologie IFSI HCC COLMAR IFSI HCC COLMAR M.FRANTZ M.FRANTZ.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 OXYGENOTHERAPIE Cours Pneumologie IFSI HCC COLMAR IFSI HCC COLMAR M.FRANTZ M.FRANTZ."— Transcription de la présentation:

1 1 OXYGENOTHERAPIE Cours Pneumologie IFSI HCC COLMAR IFSI HCC COLMAR M.FRANTZ M.FRANTZ

2 2 1.1 Définition de loxygénothérapie Technique qui consiste à faire pénétrer sous pression de lO 2 dans larbre trachéo bronchique dune personne Afin de maintenir ou de rétablir un taux normal dO 2 dans le sang.

3 3 1.2 Nature et propriété de loxygène Gaz incolore, inodore, sans saveur contenu dans lair. LO 2 est indispensable au maintien de la vie. LO2 pénètre dans lorganisme par la ventilation LO2 est un comburant biologique

4 4 L O2 est un comburant : Il provoque la combustion dautres corps mis en présence. L'O2 entretient et active la combustion mais est ininflammable à lui seul. L'O2 est + lourd que l'air précautions à prendre et gestion des risques en oxygénothérapie !

5 5 1.3 Conditionnement de loxygène Sous forme gazeuse Sous forme liquide ( 1litre O2 liquide = 840 litres d'O2 gazeux)

6 6 1.4 Mode dadministration de lO2 A la pression atmosphérique On parle de thérapeutique normobare ( norme 760 mmHg au niveau de la mer) A une pression supérieure à la pression atmosphérique : On parle de thérapeutique hyperbare TTT - des intoxications au monoxyde de carbone. - des pathologies septiques à germes anaérobies.

7 7 2- L'oxygène normobare en milieu hospitalier

8 8 2.1 Loxygène est un médicament 2.2 Loxygénothérapie est une prescription médicale Décret du 29/07/04 relatif aux actes professionnels et à lexercice de la profession Art : « Pose d'une sonde à oxygène, installation et surveillance des patients placés sous oxygénothérapie normobare et à l'intérieur d'un caisson hyperbare ».

9 9 2.3 Les indications de loxygénothérapie -TTT essentiel de nombreuses affections saccompagnant dune hypoxie (déficit en oxygène dans le sang mauvaise oxygénation des différents tissus et organes)

10 Les indications deloxygénothérapie insuffisance respiratoire par affection du poumon. Insuffisance respiratoire due à dautres affections. Autres indications majeures : - Les maladies cardiaques - Les intoxications hémotoxiques : la plus connue est lintoxication au monoxyde de carbone = CO Les chocs de toute origine : qui entraînent toujours une hypoxie tissulaire

11 Les débits dans la prescription de loxygénothérapie : Loxygène sadministre sur PM par litre/minute (en continu ou en discontinu) A gros débit : de 4,5 à 10 litres/mn A faible débit : de 1 à 1,5 litres/mn sans jamais dépasser 2 à 3l /mn chez les insuffisants respiratoires !

12 Les débits dans la prescription de loxygénothérapie Laugmentation du débit dO 2 chez une personne hypercapnique va élever la PaO 2 de façon importante et va : Diminuer la stimulation des centres respiratoires Diminuer la fréquence respiratoire et donc augmenter lhypercapnie On peut ainsi aboutir à une hypoventilation alvéolaire en exposant le malade à un arrêt respiratoire net

13 13 3. MATERIEL NECESSAIRE EN MILIEU HOSPITALIER

14 Sources dO2 La prise murale (poste fixe)

15 Sources dO2 Les bouteilles dO2 ou bouteille PRESENCE (postes mobiles ou de secours)

16 Le Manomètre – Débitmètre Le manomètre à billes Le manomètre de forme ronde Le manomètre de précision à débits ultra précis

17 Le Barboteur humidificateur Indispensable pour administrer un débit doxygène supérieur à 3l / mn Permet dhumidifier lO2 avant son passage dans les voies aériennes

18 Le Barboteur humidificateur Lutilisation des barboteurs : remplir avec de leau stérile jusquau niveau maximum le fixer sur le manomètre-débitmètre Linconvénient majeur = la rapidité de contamination de cette eau au bout de 24 heures Lutilisation du barboteur répond à des recommandations bien précises de désinfection (protocole HCC).

19 Les dispositifs dadministration - sonde à O2 - lunettes à 02 - masque à O2

20 20 - La Sonde à O2 Nasale stérile et à usage unique Avantages Inconvénients

21 21 - Lunettes à O2 + Manomètre- débimètre + raccord conique - Lunettes à O2 + Manomètre- débimètre + raccord conique

22 22 Les lunettes à O2 propres et à usage unique Avantages Inconvénients

23 23 Lunettes à O2 avec barboteur Lunettes à O2 avec barboteur

24 24 Manomètre-débimètre + barboteur + lunette à O2

25 25 - Le masque à O2 propre et à usage unique - Le masque à O2 propre et à usage unique Avantages Inconvénients

26 26 Autres masques à O 2 A citer : Le masques 100% avec réservoir Le masque de Ventori (intermédiaire entre masque classique et 100%)

27 27 4. SOINS INFIRMIERS EN OXYGENOTHERAPIE : Pose dun dispositif doxygénothérapie

28 Principes généraux Vérifier la prescription : Le débit prescrit O2 l / mn + durée du TTT, le dispositif. Vérifier lidentité du patient Informer le patient et lui expliquer ce qui va être fait

29 Le matériel Préparer le matériel et vérifier Le fonctionnement du manomètre L intégrité des raccord + tuyau + dispositif dO2). Les dates de péremption Préparer selon dispositif : Sonde nasale + compresse, sérum physiologique, gants, leuco. Lunette + leuco Masque + leuco

30 Matériel Prépare matériel pour LVA : haricot, des mouchoirs, un crachoir, une protection, des gants, un petit sac poubelle. - Selon prescription : un barboteur + eau stérile

31 Technique : Installation du malade En position demi – assise Libérer les voies aériennes supérieures

32 Technique: Installation du matériel Manomètre - débitmètre que lon visse sur la prise blanche à trois crans dont on vérifie le bon fonctionnement Avec - soit un raccord entre le manomètre dispositif doxygénothérapie - soit le barboteur rempli deau stérile jusquau niveau indiqué si O 2 supérieur à 3l /Mn

33 Technique: pose du dispositif dO2 La sonde nasale à O2 : Saisir la sonde avec une compresse stérile Calculer la distance aile du nez oreille Lubrifier avec un peu de sérum physio (jamais de corps gras) Introduire la sonde délicatement dans la narine en respectant la longueur mesurée. Fixer la sonde au nez avec du leuco

34 34 La pose de la sonde nasale à O2 Difficultés lors de la pose dune sonde nasale O2 - Risque de blessure de la muqueuse nasale et épistaxis -Réflexe de toux ou déternuements - Inefficacité de la sonde si pas assez introduite.

35 La pose du dispositif dO2 Les lunettes à O 2 Le masque à O 2

36 Actions complémentaires post - pose immédiate Vérifier lheure de début de TTT sil sagit dune oxygénothérapie discontinue Surveillance clinique. Demander au malade de respirer calmement et régulièrement Mettre à sa disposition tout ce dont il a besoin

37 Actions complémentaires post - pose immédiate Lui dire de sonner immédiatement en cas de problème (signes dalarme) Lui demander : de ne pas toucher au dispositif de ne pas modifier le débit de lO 2 Revérifier tout le dispositif avant de quitter la chambre Assurer les transmissions orales et écrites.

38 38 5. SURVEILLANCE DUN PATIENT SOUS OXYGENOTHERAPIE 5. SURVEILLANCE DUN PATIENT SOUS OXYGENOTHERAPIE

39 39 RISQUE Polypnée TA, Tachycardie Cyanose : lèvres, nez, lobes oreilles, ongles Agitation, obnubilation, désorientation.

40 40 RISQUE Polypnée puis bradypnée TA puis Céphalées Sueurs Erythrose Agitation, anxiété, tremblements, mouvements musculaires anormaux, somnolence, obnubilation. ° ° 0 0 0

41 SURVEILLANCE CLINIQUE : Surveillance de lefficacité du TTT Surveillance respiratoire Surveillance de la TA et du Pouls Surveillance des téguments Surveillance état de conscience, comportement

42 SURVEILLANCE CLINIQUE : Surveillance de lefficacité du TTT Signes dalarme : Polypnée, cyanose (hypoxie) Sueurs et céphalées + HTA (hypercapnie ) Trouble du comportement (Agitation, somnolence…) Il ne faut jamais utiliser lO2 de façon continue sans avis médical

43 43 O2 HYPO X SURVEILLANCE DU MATERIEL - Fiabilité manomètre - Surveiller la pose efficace du dispositif -PM - débit L/minute - Surveillance cutanée au niveau des points dappui Barboteur ?. -La perméabilité du dispositif et des tuyaux. Ni débranchés, ni coudés EDUCATION / risk

44 Surveillance du matériel 5.2 Surveillance du matériel Si utilisation dun masque vérifier la tolérance du dispositif par le malade. Prévoir le changement régulier du dispositif. (protocole) Si utilisation des bouteilles « Présence » lors dun déplacement veiller à en vérifier lautonomie

45 Surveillance biologique sur PM 5.3 Surveillance biologique sur PM Par gazométrie sanguine artérielle PaO2 : 85 à 100 mmHg PaCO2 : 38 à 42 mmHg Par mesure de la saturation en O2 de la saturation en oxygène : SaO2 97%

46 46 6. EDUCATION DU MALADE SOUS O2 et GESTION DES RISQUES

47 Principes de précaution par rapport au TT O2 = Médicament Appliquer la prescription médicale Ne jamais modifier le débit. Ne pas utiliser lO 2 de façon prolongée sans avis médical.

48 Principes de précaution LO2 en tant que gaz 6.2 Principes de précaution LO2 en tant que gaz LO2 est un gaz comburant qui favorise considérablement lénergie et le développement du feu

49 49 Identification des dangers Incidents et accidents dus à une mauvaise utilisation, manipulation ou maintenance insuffisante du matériel Libération brutale de le pression interne dune bouteille d'O2 = projectile Surchauffe rapide lors de l'ouverture brutale du robinet et inflammation de traces de graisse = combustion + effet projectile

50 50 Limiter les risques En cas de dispersion accidentelle Évacuer la zone et bien ventiler Eliminer les sources d'inflammation, ne pas fumer, ne pas provoquer de flammes ou d'étincelles Essayer d'arrêter la fuite Empêcher la pénétration de l'O2 ds sous sols...etc

51 51 N'utiliser que l'équipement spécifique approprié au produit, à sa pression à sa température d'utilisation

52 52 Interdiction formelle de fumer en présence dO2 Ne pas provoquer de flamme ou détincelle à côté dune source dO2, Ne pas stocker ou déposer la bouteille à proximité dune source de chaleur, ne pas exposer une bouteille à une T° sup à 50 °C. Ne pas graisser les robinets, détenteurs etc Ne pas graisser la peau (vaseline, crème etc) Manipulation et stockage Règles de sécurité

53 53 N'utiliser que l'équipement spécifique approprié au produit, à sa pression à sa température d'utilisation Sinformer sur les consignes spécifiques de transport et dutilisation pour lO2 en bouteilles transportables

54 54 De quoi sagit-il ?

55 55 HYPO X. ALLEZ DONC PRENDRE L'AIR ! BON APPETIT

56 56

57 Éducation du malade dans le cadre dune O2 thérapie à domicile Identifier les besoins du patient Familiarisation avec lappareillage Adaptation par le patient de loxygénothérapie à son rythme de vie Orientation du patient pour toute les démarches sociales et administratives Application des règles dhygiène de vie et prévention des risques Faire participer la famille à léducation.


Télécharger ppt "1 OXYGENOTHERAPIE Cours Pneumologie IFSI HCC COLMAR IFSI HCC COLMAR M.FRANTZ M.FRANTZ."

Présentations similaires


Annonces Google