La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

JUGURTHA ALIANE –DES ANESTHÉSIE RÉANIMATION –CLERMONT FERRAND. 02/2011 Il ne faut pas isoler les patients porteurs de BMR en réanimation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "JUGURTHA ALIANE –DES ANESTHÉSIE RÉANIMATION –CLERMONT FERRAND. 02/2011 Il ne faut pas isoler les patients porteurs de BMR en réanimation."— Transcription de la présentation:

1 JUGURTHA ALIANE –DES ANESTHÉSIE RÉANIMATION –CLERMONT FERRAND. 02/2011 Il ne faut pas isoler les patients porteurs de BMR en réanimation

2 Introduction Lisolement des patients porteurs de BMR est aujourdhui une recommandation «standard» le rationnel et le support scientifique de telles mesures est faible. Plusieurs revues de littérature concluent à des effets néfastes disoler les patients BMR

3 14 articles évalués. Diminution de la durée contact patient /personnelle médicale Retard diagnostic et augmentation des effets secondaire non infectieux augmentation du pourcentage de dépression et danxiété Diminution de la satisfaction des patients

4 15 articles sélectionnés,7 études cas /témoins, 7 études de cohorte, 1 étude rétrospective Impact négatif psychologique Impact sur la sécurité des patients Augmentation des effets indésirable Les patients en isolement sont moi examiner par le personnel médical

5 Impact psychologique négatif Diminution de la satisfaction des patients

6 Hospitalisation en service conventionnelle Patients BMR( MRSA, VRE ) en isolements vs patients contrôles (27/ 24) Évaluation par Hamilton Anxiety Rating Scale (HAM-A) et Hamilton Depression Rating Scale (HAM-D) à 48 h, 1 semaine, 2 semaines.

7 Les scores de dépression et danxiété des patients en isolement a augmenté proportionnellement à la durée de leur l'isolement De 7,25 à : 8,83 semaine 1 11,5 semaine 2 Le groupe control de 9,78 à : 5,44 semaine 1 4,22 à la semaine 2 (P <0,001)

8 Analysis of the stressful effects of hospitalisation and source isolation on coping and psychological constructs Gammon J. Int J Nurs Pract patients, questionnaire avec score de depression, anxiété et estime de soi higher mean scores for anxiety (12.75 vs 8.15) and depression (12.45 vs 7.3) P < lower self-esteem scores (14.35 vs 16.1) P< 0.005

9 Impact négatif sur le patient Impression dêtre traiter différemment Dépression, anxiété, délire, hallucination, perte de la mémoire Séparation du malade et de son entourage Soignants :démotivation, culpabilisation, incompréhension

10 Contact patients / personnels soignants

11 Adverse effects of contact isolation Kathryn B Kirkland 7mois / ICU /16 chambres seules

12 Qualité des soins des patients en isolement Étude prospective sur un an les patients isolés étaient deux fois plus susceptibles davoir des événements indésirables au cours de leurs hospitalisation (31 vs 15 événement indésirable/ 1000 jours; P 0.001): chutes,UGD, troubles hydro-électrolytiques

13 Absence de relève des constantes vitales (5 vs 1%, P = 0,02) ou relève incomplète 14 vs 9%, P <0,001 Absence dobservation infermière 14 vs 10%, P <0,001 ou médicale (26 vs 13%,P <0,001)

14 Erreurs médicale USI /service de chirurgie Observateur externe / 2 heure par jour sur 5 semaines

15 Sécurité des patients et qualité des soins Baisse de la qualité de soins Présence moins intense des soignants au lit du malade Retard à la prise en charge dans certaines situation durgence Baisse de la qualité de la rééducation

16 Cout financier la durée moyenne de séjour pour patients en isolement : 46 jours et blouses jetables et 4140 gants latex sont utilisés / patient en isolement en ICU coût estimé à 1627 US $ / patient Surcoût : travaux, traitements visant à léradication (effet secondaire, résistance),personnels supplémentaires

17 Isoler réduit vraiment la transmission des BMR ?

18 Intérêt disoler ?

19 Comparison of routine glove use and contact isolation precautions to prevent transmission of multidrug-resistant bacteria. Trick J Am Geriatr Soc mois /randomisation gants seul versus gants avec isolement des patients BMR ( MRSA / VRE ) Unité soins de langue durée, mesure taux dacquisition de BMR Pas de différence significative: 31 épisodes (1,5/1.000 résidents jours) vs 38 épisodes (1,6/1.000 résidents jours) P=0.06 Coût estimé 40% supérieures

20 Étude prospective,1an, patient hospitalisé + de 48 heurs / USI Médico-chirurgicale. 6mois avec isolement en chambre seul des patients MRSA / 6 mois sans isolement Conclusion : lisolement des patients MRSA + ne réduit pas les transmissions croisées (0.73 [95% CI ] )

21 Conclusion Lisolement des patients BMR est une pratique courante en réanimation Mais peut être accompagner deffets secondaires

22 Conclusion Impact psychologique : score plus élevés de dépression,danxiétés Sécurité des patients Temps consacré par les professionnels de santé est moins fréquent ou plus court

23 Conclusion Quel site prélever, fréquence, germes comment? Charge de travail liée au dépistage Coût financier

24 Conclusion Dans la situation dendémie, précautions standards peuvent être suffisante Renforcer les pratiques dhygiène standard Améliorer la qualité des locaux dhospitalisation Densité de personnels soignants Meilleure utilisation des antibiotiques Réduire au minimum la durée de lisolement


Télécharger ppt "JUGURTHA ALIANE –DES ANESTHÉSIE RÉANIMATION –CLERMONT FERRAND. 02/2011 Il ne faut pas isoler les patients porteurs de BMR en réanimation."

Présentations similaires


Annonces Google