La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Projeter limpact des réformes des retraites sur lactivité des 55 ans et plus: une comparaison de trois modèles M. Bachelet, M. Beffy et D. Blanchet Séminaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Projeter limpact des réformes des retraites sur lactivité des 55 ans et plus: une comparaison de trois modèles M. Bachelet, M. Beffy et D. Blanchet Séminaire."— Transcription de la présentation:

1 Projeter limpact des réformes des retraites sur lactivité des 55 ans et plus: une comparaison de trois modèles M. Bachelet, M. Beffy et D. Blanchet Séminaire « Ageing and Risk » - Univ. Paris Dauphine 26 avril 2011

2 Contexte et objectif (1) Besoin de prévoir les effets des réformes des retraites –y.c. réforme sur lactivité des 55 et + –Pour alimenter les projections de population active publiées par lInsee –Qui servent dinput aux travaux du COR Compte tenu de la complexité des règles, recours à la microsimulation : –Modèle « Destinie » de lInsee –Modèle fondé sur lenquête patrimoine –Projection des principaux régimes (RG, ARRCO-AGIRC, FP, indépendants) Lancien modèle Destinie avait déjà été mobilisé pour lexercice –Mais messages de Destinie I avaient parfois été jugés discutables, notamment une forte réactivité à court-terme à la réforme 2003.

3 Contexte et objectif (2) Examen de ce quapporte le nouveau modèle : –Pas nécessairement un diagnostic plus stabilisé –Mais une plus grande facilité à travailler en variante pour montrer la part dincertitude qui affecte ces projections –Incertitude qui, potentiellement, porte à la fois sur : Le taux dactivité global Et la contribution des différentes réformes passées à la détermination de ce taux dactivité Plan –Rappel du contenu des réformes et indications sur le traitement des réformes passées par Destinie 1 –Les options proposées par le modèle Destinie 2 –Résultats

4 Les réformes et le modèle Destinie I

5 Rappels sur le contenu des réformes Avant 1993 : « taux plein » atteint si 37,5 années de cotisation ou âge=65 ans. –Forte pénalité si départ avant ce taux plein (« décote ») –Pas de bonus si départ au delà Réforme 1993 (secteur privé) : –Baisse de la retraite offerte au taux plein –Durcissement de la condition nécessaire pour le TP avant 65 ans 40 ans pour la génération 1943 –Pas de modification du profil du barème de part et dautre du taux plein Réforme 2003: –Alignement secteur public sur règle des 40 ans (de 2003 à 2008) –Puis nouveau durcissement parallèle de la règle : 41 ans en 2012, 41,5 en 2020 –Avant le taux plein : convergence des décotes Réduction dans le privé Accroissement dans le public –Après le taux plein, introduction dune surcote –Mesures carrières longues Réforme 2010 –Action sur la fenêtre de liquidation : [60,65] portée à [62,67] dici 2018

6 Illustration graphique (cas du secteur privé) Taux de remplacement Age de liquidation Age minAge max

7 Quantifier ces canaux : le cas de la réforme de 1993 Même hors de toute réforme, problème du nombre dindividus rattrapés par la règle des 37,5 ans –Rôle crucial de lévolution de lâge de fin détude dune génération sur lautre Impact réforme 1993 : effet du déplacement de ce seuil Dans les deux cas, modélisation possible consistant à –Evaluer la distribution jointe âge/durée –Et supposer départ systématique au taux plein Cest ce que faisait Destinie « 0 » Hypothèse légitime compte tenu : –de la forte pénalisation des départs avant le taux plein –du fait que le taux plein correspondait à lâge normal de fin du contrat de travail : difficile de poursuivre au-delà pour ceux qui auraient voulu

8 Quantifier ces canaux : le cas de la réforme de 2003 Réforme de 2003 est venue compliquer le problème puisque supposée affaiblir lincitation à partir directement au taux plein. Nécessité davoir un modèle décrivant larbitrage durée/niveau de la retraite autour de ce taux plein Pour le modèle « Destinie 1 », choix, à lépoque, du modèle « de Stock et Wise » Principe de ce modèle –maximisation dune utilité intertemporelle prenant en compte flux de revenus avant et après liquidation –et dont les deux paramètres principaux sont la préférence pour le loisir ( pénibilité du travail ou préférence pour linactivité) et la préférence pour le présent

9 Le modèle de Stock et Wise : les limites Estimation rétrospective difficile, surtout sur les données pré ou choix étaient très déterminés par le taux plein Calibrage retenu pour les dernières projections avait conduit à une certaine surréactivité face à la réforme, non confirmée par les faits. Diverses explications possibles : –Calibrage inadéquat –Ou facteurs hors modèle Délai dassimilation du nouveau barème Maintien du taux plein comme âge normal de fin du contrat de travail dans un certain nombre de branches

10 Les projections du modèle Destinie 1 (hypothèse Stock et Wise) Post-2003 conditions, without « surcote » Post-2003 conditionsPost-1993 conditions Pre-1993 conditions MenWomen

11 Quantifier les canaux : le cas de la réforme 2010 A priori plus simple : effets mécaniques sur le bas de la distribution des âges de départ Mais : –Incertitude sur comportements à lautre extrémité de la fenêtre : les individus pouvant choisir vont-ils exploiter la fenêtre jusquà 67 ans ? –Emergence dune autre problématique : lincidence de la fenêtre sur les comportements en amont de cette fenêtre : thématique de leffet dit « horizon », popularisé par Hairault, Langot et Sopraseuth (voir notamment E et S, n° 397, 2007)

12 Les possibilités offertes par Destinie 2

13 Le modèle Destinie 2 Réécriture totale du modèle débutée en 2005 Structure plus souple que lancien modèle Organisation à deux étages –Constitution dune base de données rétrospective et prospective relative aux carrières et trajectoires démographiques, hors départ en retraite (carrières prolongées jusquà des âges arbitrairement élevés) –Simulation des retraites : on construit de petits programmes sur mesure relisant les résultats de la première étape et simulant les départs en retraite et droits qui en découlent… –…y compris pour le stock initial de retraités : Minimise la discontinuité flux stock en début de projection Facilite la production de scénarios contrefactuels

14 Le modèle Destinie 2 : quelles options pour la simulation des départs en retraite ? 6 options pour les comportements : –Taux plein (au sens strict du terme) –Stock et Wise (SW) –« Utilité instantanée » Cas limite de Stock et Wise pour « cible de taux de remplacement » –Départ à lâge maximisant le cumul des droits –Départ dès que report cesse daccroitre cumul des droits –Age totalement exogène Pour les options mobilisant des paramètres de préférence, possibilité de totalement contrôler leurs distributions On sest focalisé ici sur les options 1 à 3 Avec détour analytique sur les propriétés théoriques de SW, pour aider à mieux le calibrer,

15 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement ? (1) Version simplifiée : temps continu, âge au décès fixe La fonction dutilité estimée à lâge a pour un départ en R est: Il y a départ à lâge a si dU(a,R)/dR en R=a est négatif soit Ce quon peut réécrire sous forme dune condition liant la pente du barème et le taux de remplacement T r (a) atteint à lâge a

16 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement ? (2) Illustration : surcote ou pente critique en fonction de T r pour a=60, =80, k=2, =0,5 et diverses valeurs de Montre que Pas de départ si T r <1/k (sauf si p était inférieur à 0, ce quon exclut) Au delà, départ si surcote insuffisante La surcote critique étant fonction crois- sante de Si = (i.e. utilité ins- tantanée), départ systématique dès que T=1/k est atteint)

17 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement ? (3) Plus en détail, effet de la pente du barème apparait totalement ambigu: –Peut induire report pour individus ayant atteint T=1/k –Mais permet aussi datteindre plus vite ce T=1/k Pour =, seul ce deuxième effet joue : à T r initial donné, une surcote plus élevée est un facteur de départ plus rapide plutôt que plus tardif Ce mécanisme jouera un rôle dans les simulations qui suivront

18 Le modèle de Stock et Wise : comment fonctionne-t-il exactement ? (4) Par ailleurs, modèle souvent décrit comme modèle doffre ignorant les contraintes sur la demande de travail, ce qui est inexact Destinie simule des sorties demploi avant lâge normal de liquidation (en général involontaires) Pour ces individus, modèle SW va prévoir un arbitrage différent de celui des actifs occupés –Si prestation de chômage, départ dès que retraite plus élevée que cette prestation –Si pas de prestation, départ dès que possible Ces propriétés joueront également un rôle dans les résultats qui suivront

19 Stratégie de calibrage Au vu de ce qui précède –fixer k en fonction de ce quon pense être le T r minimal acceptable, –puis jeu sur pour ajuster sensibilité à la surcote, –sans sinterdire valeur très élevées, avec pour cas limite = correspondant à loption utilité instantanée. On tire par ailleurs parti de ce que Destinie ne se contente pas de projeter les comportements futurs mais reconstitue aussi les comportements passés du stock de retraités –Il le fait pour assurer continuité au démarrage de la projection –Permet en théorie calibrage microéconomique fin : confrontation prédictions micro avec âges de liquidation dans lenquête patrimoine qui sert de base au modèle –A ce stade, calage seulement macro : on a ajusté les paramètres et leurs dispersions pour rendre compte des séries de taux dactivité passés

20 La prise en compte de leffet horizon Idée que décalage des barèmes modifie comportements sur le marché du travail en amont de lâge minimum de liquidation, tant du côté employeurs quemployés. Deux versions possibles : –Canal micro : optimisation individuelle en fonction de lhorizon personnel de liquidation –Canal macro : effet de norme sociale Possible de programmer les deux types de canaux dans Destinie. On a retenu le second : –Techniquement plus facile –Justifie de ne lavoir fait que pour la réforme de 2010 : relèvement de lâge seuil de 60 à 62 ans envoie signal collectif plus fort que la modification de la condition de durée Mais présenté seulement en tant que variante –Décalage progressif de 2 ans de toutes les transitions entre 55 et 60 ans que Destinie simule par défaut.

21 Résultats

22 Hypothèses (1) Aversion pour le risque

23 Hypothèses (2)

24 Taux dactivité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse « taux de remplacement cible » Dans le scénario « taux de remplacement cible », le calibrage a été optimisé pour passer au plus près des valeurs récentes du taux dactivité des ans. Même sans aucune réforme, le taux dactivité augmente significativement, notamment pour les hommes. La réforme de 2003 a un impact faible sur les taux dactivité. Après réforme 2010, on aboutit à un taux dactivité de 50% pour les hommes et 45% pour les femmes à lhorizon 2050.

25 Taux dactivité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse départ à taux plein Lajustement est beaucoup moins bon. En particulier, à-coups massif lors du passage de la retraite à 60 ans. Sans réforme, le taux dactivité augmente ensuite mais faiblement. Les réformes de 1993 et 2003 impactent fortement les taux dactivité : + 30 points à lhorizon La réforme de 2010 à une incidence forte à court et moyen terme, mais plus modérée à long terme pour les hommes.

26 Taux dactivité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse Stock et Wise Le modèle Stock et Wise donne des résultats intermédiaires entre les 2 hypothèses précédentes. Les dynamiques sans réforme et avec réforme de 1993 sont comparables aux évolutions obtenues avec le scénario de taux de remplacement cible. La réforme de 2003 a un impact positif sur le taux dactivité non confirmé par les faits. A long terme, les contributions des réformes de 2003 et 2010 sont beaucoup plus positives.

27 Taux dactivité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse « taux de remplacement cible » Les évolutions des taux dactivité sont quasi identiques quel que soit le scénario choisi. Alors que le scénario 2010-hz na quun effet très faible sur les taux dactivité des ans, il impacte de manière plus significative les ans : + 5 à 10 points à lhorizon 2050, soit actifs supplémentaires.

28 Taux dactivité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse « taux de remplacement cible » Concernant les ans, 2 phénomènes jouent. Destinie permet de simuler limpact de ces 2 changements mais avec des limites. Conséquence : les taux dactivité reconstitués par le modèle avant 2009 sont faibles. A long terme, on observe un retour aux comportements observés dans les années 1970.

29 Taux dactivité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse départ à taux plein Dans cette hypothèse, les taux dactivité sont faibles.

30 Taux dactivité des ans, hommes (à gauche) et femmes (à droite) - Hypothèse Stock et Wise Pour les hommes, retour aux comportement observés dans les années 70 En revanche pour les femmes, qui ont des carrières plus courtes, lincitation à prolonger jusquà des âges très élevés conduit à des taux dactivité proches de 20%.

31 Ages de liquidation (à gauche) et de sortie demploi (à droite), par génération – Hypothèse « taux de remplacement cible » On retrouve la même hiérarchie des effets des réformes à lexception de limpact de la réforme de 2003 qui est plus marqué que pour les taux dactivité. Leffet horizon est quasi-nul sur les âges de liquidation. En revanche son impact sur les âges de sortie demploi est significatif : leffet horizon rajoute presque 1 an de plus en activité occupée.

32 Ages de liquidation (à gauche) et de sortie demploi (à droite), par génération – Hypothèse départ à taux plein

33 Ages de liquidation (à gauche) et de sortie demploi (à droite), par génération – Hypothèse Stock et Wise

34 Remarques conclusives Exercice précédent sétait fait sur un modèle en bout de course. Nouvel exercice a été effectué sur modèle encore en rodage : –reste donc quelque peu acrobatique Message global néanmoins facilement assumable : –Retour pour les hommes aux conditions de liquidation des années 1970, avant la retraite à 60 ans (avec une espérance de vie bien supérieure). –Pour les femmes taux plus élevés que dans les années 1970 mais en raison de la croissance générale de lactivité féminine Bonne performance rétrospective et à court-terme de loption UI qui a lavantage de la simplicité et dont on pourrait très facilement améliorer le calibrage –Variante SW intéressante néanmoins pour illustrer ce que pourraient devenir comportements si individus intègrent mieux intérêt de la surcote pour leur niveau de vie à long terme –Et toujours possible denrichir loption taux plein pour lui donner une forme moins rigide quactuellement, comme le font la CNAV et la Drees dans leurs modèles Prisme et Promess.


Télécharger ppt "Projeter limpact des réformes des retraites sur lactivité des 55 ans et plus: une comparaison de trois modèles M. Bachelet, M. Beffy et D. Blanchet Séminaire."

Présentations similaires


Annonces Google