La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Formation CCCM Avril 2014.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Formation CCCM Avril 2014."— Transcription de la présentation:

1 Formation CCCM Avril 2014

2 Objectifs de la formation:
Décrire les caractéristiques d’un site Expliquer les objectifs du cluster CCCM et le rôle des principaux acteurs Définir les principes et les fondements du cluster CCCM

3 Qu’est-ce qu’un site? Option de dernier recours et parfois la seule alternative pour offrir une protection et une assistance provisoires aux personnes déplacées. Refuge temporaire. Lieu sûr où se réfugier. Installation collective. 3 types de sites: Camps Centres collectifs Sites de transit (de déplacés)

4

5

6

7 Crédit OIM RCA

8 Cluster CCCM dans le système des clusters
11 clusters: Sécurité alimentaire Coordination & gestion de camp (CCCM) Relèvement précoce Education Abri d’urgence et articles non alimentaires (NFI) Télécommunications d’urgence Santé Logistique Nutrition Protection Eau, assainissement & hygiène (WASH) Agence lead au niveau global: UNHCR et OIM

9 Objectifs du cluster CCCM
Le CCCM est un cluster interdisciplinaire. Le CCCM vise à : Améliorer les conditions de vie des résidents des sites lors du déplacement Chercher des solutions durables pour mettre fin à la vie dans les sites, organiser la fermeture et le démantèlement progressif des sites Sécuriser l’accès aux sites ainsi que la fourniture des services Garantir l’assistance et la protection des déplacés dans les sites

10 Qu’est-ce que la protection?
“Toutes les activités visant à assurer le respect plein et entier des droits des individus en conformité avec la lettre et l’esprit des entités juridiques pertinentes” Inter-agency standing committee Les activités de protection dans un site doivent permettre à la population de jouir, sans discrimination de: Sécurité physique: Protection contre la violence, les agressions, le travail forcé, etc. Sécurité légale : Accès à la justice, un statut légal reconnu, des documents d’identification, etc. Sécurité matérielle: Accès égalitaire à des biens et services de base (aliments, eau, santé, etc.)

11 Qu’est ce que l’assistance?
L’assistance a pour but de sauver des vies et de soulager les souffrances des personnes déplacées internes, en fournissant notamment des services Les gouvernements assument la responsabilité principale des services de base cités dans cette diapositive. Cependant, la communauté internationale (et le module CCCM) peut se substituer aux gouvernements et fournir des services d’appui dans les pays où les gouvernements ne peuvent ou ne veulent pas assumer cette responsabilité.

12 Activités d’assistance (services)
Eau, hygiène et assainissement (WASH) Abris et bien non alimentaires Sécurité alimentaire Education Santé Nutrition Protection Activités génératrices de revenus

13 Acteurs du cluster CCCM
Le cluster CCCM repose sur la synergie entre 3 acteurs-clé qui occupent des fonctions précises. Administration de sites (autorités) Fonctions remplies par les autorités et liées aux activités régaliennes de l’Etat Coordination de sites (HCR et OIM) Coordination des acteurs et activités au niveau inter-sites Gestion de sites (PU-AMI, DRC, CRS, Caritas, OIM…) Coordination des services et maintenance des infrastructures au niveau intra-site

14 Responsabilités de l’Administrateur de site
Assure la protection et l’assistance humanitaire aux nationaux qui sont des déplacés internes Reconnait l’ouverture et la fermeture du site Est responsable de la sécurité du site, veille au maintien de la loi et de l’ordre et au respect du caractère civil du site (non-militarisation du site) pour les déplacés internes Est chargé de l’identification de terrains et des droits d’occupation pour une installation temporaire et règle les litiges survenant à la répartition des terrains Est responsable de prévenir les relocalisations ou expulsions des résidents du site avant qu’une solution durable soit identifiée  Etablit les documents, permis et autorisations (certificats de naissance, cartes d’identité, autorisations de déplacement, attestations de décès, etc.) pour les résidents du site Est responsable d’identifier et de mettre en œuvre les solutions durables (retour, intégration locale ou réinstallation) pour les résidents des sites Est chargé de faciliter l’accès aux sites des agences humanitaires

15 Responsabilités du Coordinateur de sites
Assure l’évaluation de la situation dans le secteur de la Coordination et de la Gestion des sites Définit une stratégie d’intervention pour le secteur CCCM et veille à sa bonne mise en œuvre Assure la coordination du cluster CCCM Assure l’appui technique et le renforcement des capacités des membres du cluster à travers des formations, la mise à disposition d’outils et la partage de bonnes pratiques Encourage les autorités à développer une stratégie de protection et d’assistance pour les sites, collabore avec elles au niveau national et leur apporte l’appui nécessaire Veille à ce que les standards nationaux convenus soient appliqués dans tous les sites Identifie et désigne les agences de gestion de sites et les fournisseurs de services Met en place et entretient les systèmes de gestion de l’information permettant à tous les partenaires et fournisseurs de services d’avoir accès aux données opérationnelles et de les partager entre les sites

16 Responsabilités du Gestionnaire de site
Est responsable de la coordination des activités et des services dans un site (délivrés par les prestataires de services) Encourage la gouvernance et la participation de la communauté du site à travers la mise en place de mécanismes de mobilisation dans le site Collabore avec l’Administrateur de site et fait la liaison avec lui au nom de tous les acteurs humanitaires présents dans le site Veille à l’entretien des infrastructures du site Collecte et tient à jour les données pour identifier les lacunes dans l’assistance et la protection et éviter la duplication d’activités dans un site et les transmet au Coordinateur de site Assure le suivi de l’application des directives, des orientations et des standards dans le site

17 Qui est responsable de quoi?
Responsabilité Organiser les activités dans le site Sécurité dans les sites Coordoner et monitorer les services dans le site Maintien du caractère civil du site Gestion de l’information entre les sites Délivrance de documents administratifs Elaboration de la stratégie CCCM Identifier les gestionnaires de site Décider ouverture/fermeture du site Promouvoir la participation dans le site Allouer des terrains Assurer l’entretien des infrastructures du site Former et orienter les acteurs humanitaires Acteur responsable Gestionnaire Administrateur Coordinateur

18

19 Principes directeurs relatifs au déplacement interne
Définissent la protection à apporter aux personnes déplacées internes. Répondent aux besoins spécifiques des déplacés à chaque étape du déplacement. Identifient les droits et les garanties permettant de satisfaire ces besoins. Doivent être appliqués par les acteurs étatiques et non étatiques

20 Qu’est-ce que la participation communautaire?
C’est un processus planifié d’implication des personnes déplacées internes dans la gestion du site, lors duquel les déplacés contribuent à l’identification de leurs besoins, la mise en œuvre des activités dans le site et l’évaluation des programmes. La mobilisation communautaire doit concerner toute la communauté du site y compris les personnes à besoins spécifiques. Dignité: choix et liberté d’exercer ses droits, reconnaissance de la personne dans son ensemble avec une pris en compte des aspects psychologiques, physique, psychosociaux et culturels, etc. La participation est capitale dans une structure de camp. Ex. participation bénévole au nettoyage des latrines

21 La participation communautaire est importante parce que…
Elle réduit la dépendance et la vulnérabilité des communautés déplacées vis-à-vis de l’aide humanitaire Elle restaure la dignité et la confiance en soi des déplacés, ainsi que le rétablissement post-traumatique Elle permet de s’assurer que l’assistance et la protection fournies sont adaptées aux besoins des déplacés et de ce fait, d’élever les standards dans le site Elle permet de développer des compétences pour la vie après le déplacement

22 Degrés de participation
Information Consultation Implication Partenariat Autonomisation Information : la population déplacée est informée des activités et programmes mis en œuvre dans le site Consultation : la population déplacée est consultée avant l’élaboration et la mise en œuvre des programmes et des activités dans le site Implication : la population déplacée participe physiquement à la mise en œuvre des programmes et activités dans le site Partenariat : la population déplacée (notamment à travers ses représentants) participe à l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des programmes et activités dans le site conjointement avec les autorités et la communauté humanitaire Autonomisation : en l’absence de la communauté humanitaire et des autorités ou avec leur appui lointain, la population déplacée met elle-même en œuvre les activités dans le site Exemple concret : Pendant longtemps, il y a eu un camp de réfugiés dans l’Est du Tchad. La situation d’urgence au Darfour a provoqué une nouvelle vague d’arrivées. Les nouveaux arrivants ont refusé d’envoyer leurs enfants à l’école en dépit des nombreuses campagnes de sensibilisation. Pour mieux comprendre le problème, une consultation de la communauté a finalement été organisée et a révélé que le problème était lié aux structures tribales. Les nouveaux arrivants se sentaient mal à l’aise car ils étaient minoritaires. La communauté a donc proposé de faire appel à des professeurs de leur propre tribu, ce qui a été fait et a résolu le problème. NB: dans un contexte élargi, le partenariat englobe les partenaires et les IDP. Information : nous recevons/partageons les informations avec des partenaires, mais nous décidons de ce qu’il faut faire et des méthodes à employer. Consultation : nous consultons le partenaire pour connaître son avis, mais c’est nous qui prenons les décisions et qui choisissons les méthodes à employer. Implication : le partenaire est impliqué mais généralement en échange d’argent ou d’un paiement en nature. Partenariat : dans certains cas, le partenaire peut avoir un seul rôle particulier à jouer lors d’une activité (ex. : la communauté construit un puits, réalise des travaux ou fournit des matériaux). Dans d’autres, il peut être impliqué dans l’évaluation préalable d’un projet et dans la prise de décision, tout en sachant que d’autres agences ont aussi un rôle à jouer. Autonomisation : le partenaire contrôle le projet/les fonds. Les agences se limitent à lui apporter un soutien pour qu’il utilise les financements de manière responsable et raisonnable.

23 FERMETURE ET ACCES AUX SOLUTIONS DURABLES
Le cycle de vie du site AMENAGEMENT DE SITES  ENTRETIEN ET MAINTENANCE  FERMETURE ET ACCES AUX SOLUTIONS DURABLES Sélection de site (terrain) Planification de site Aménagement du site Désignation de l’agence de gestion de site Enregistrement des PDI Election des comités Fourniture et monitoring de l’assistance et de la protection Entretien des infrastructures et nettoyage Coordination des activités dans le site (réunions, etc.) Accueil de nouveaux arrivés et nouvelles constructions Radiation et accompagnement des PDI vers l’accès aux solutions durables (kits d’assistance, transport, etc.) Démantèlement du site Réhabilitation de l’environnement

24 Principaux indicateurs pour les sites
Le Projet Sphère, 2011 (indicateurs) Surface minimale de camp par personne : 45 m² y compris l’infrastructure mais sans les terres cultivables Surface minimale couverte par personne : 3,5 m² – 4,5 m² Déclivité du site : Entre 1 % et 6 % Profondeur minimale de la nappe phréatique : 3 m lors des saisons des pluies Espace entre les abris : 2 m minimum Approvisionnement en eau Le Projet Sphère, 2011 (indicateurs) Quantité d’eau minimum fournie : (litres par personne par jour) 7,5-15 litres minimum pour la survie Nombre maximum de personnes par source d’eau : 250 personnes par robinet 500 personnes par pompe manuelle 400 personnes par puits Distance maximale entre les abris et la source d’eau : 500 m Système sanitaire Le Projet Sphère, 2011 (indicateurs) Maximum de personnes par latrine : 20 personnes (si non-mixtes) Distance entre les abris et les latrines : 50 m maximum ou une minute de marche

25 Mauvaises pratiques de gestion de site

26 Bonnes pratiques de gestion de site

27 Solutions durables pour les PDI
Retour (dans la zone d’origine) Intégration locale (dans la zone de déplacement) Réinstallation (dans une 3ème zone) Chaque solution durable doit être choisie librement et volontairement par les PDI. On considère qu’une personne a accédé à une solution durable et n’est donc plus déplacée lorsqu’elle est rétablie dans ses droits, qu’elle bénéficie d’un niveau de vie suffisant (aliments, eau, santé, éducation et abri), qu’elle a accès à des activités génératrices de revenus et que sa sécurité est assurée.

28 Checklist pour la fermeture de site
Caractéristique Standard Statut  Solutions durables Tous les déplacés ont-ils accès à la solution durable de leur choix (retour, intégration locale ou réinstallation)? Transport Les déplacés ont-ils un moyen de gagner le lieu où ils se rendent en quittant le site, dans des conditions dignes et sûres? Soutien administratif Tous les déplacés sont-ils en possession de leurs documents administratifs? Kit de retour Si possible, les déplacés ont-ils reçu des kits de retour en guise d’assistance ? Radiation Les déplacés ont-il été désenregistrés des listes (radiation)? Transmission des listes Toutes les données sur les déplacés ont-elles été transmises aux autorités compétentes de manière confidentielle et sûre (hôpitaux, écoles, etc.)? Personnes à besoins spécifiques Les besoins des personnes à besoins spécifiques ont-ils été pris en compte? Équipements du site Tous les équipements du site ont-ils été inventoriés? Tous les équipements du sites ont-ils été distribués/ rendus aux prestataires de service/ cédés aux autorités? Infrastructures Toutes les infrastructures du site ont-elles été démantelées? Eau, hygiène et assainissement Les installations sanitaires ont-elles été correctement démantelées? Les latrines et canaux de drainage ont-ils été correctement bouchés? Stations de cuisine Les stations de cuisine ont-elles été démontées et nettoyées de manière sécurisée ? Prestataires de services A t’il été mis fin aux contrats avec les fournisseurs de service? Propreté Le site a t’il été nettoyé? Environnement L’environnement du site a t’il été réhabilité (reforestation)? Propriétaires des terrains Si nécessaire, les propriétaires des terrains ont-ils été indemnisés? Rapport de clôture du site Le rapport de fermeture du site a t’il été écrit et partagé avec les partenaires humanitaires et les autorités locales?

29 Manuels et sites de référence
Réforme humanitaire et approche sectorielle Site inter-agences sur l’approche des clusters: Réforme humanitaire : Comite permanent inter-organisations: OCHA : CCCM – Rôles et responsabilités Cluster CCCM : Principes et approches du CCCM Principes directeurs relatifs au déplacement interne : International displacement monitoring center : IDP key resources : HAP-I (Partenariat International pour la Redevabilité Humanitaire): Manuels de référence (http://www.globalcccmcluster.org/tools-and-guidance/publications) Toolkit de Gestion de camp 2008 Collective center guidelines sur la gestion des centres collectifs Camp closure guidelines sur la fermeture des camps Cadre général pour les solutions durables sur le site de l’IDMC : Manuel Sphère :

30 Des questions?


Télécharger ppt "Formation CCCM Avril 2014."

Présentations similaires


Annonces Google