La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De la contraception à la stérilisation : trajectoires contraceptives et motivations en France et au Québec Laurence Charton Université de Strasbourg Laboratoire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De la contraception à la stérilisation : trajectoires contraceptives et motivations en France et au Québec Laurence Charton Université de Strasbourg Laboratoire."— Transcription de la présentation:

1 De la contraception à la stérilisation : trajectoires contraceptives et motivations en France et au Québec Laurence Charton Université de Strasbourg Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe INRS– Montréal 3 février 2010 Familles en mouvance et dynamiques intergénérationnelles

2 Objectifs Etudier les trajectoires contraceptives de personnes stérilisées au Québec et en France entre 1976 et 2004 Cerner les motivations de ces personnes à passer dune contraception « non définitive » à une contraception « définitive »

3 Données et méthodes utilisées Approches multiples comparatives Analyse quantitative Données transversales: ISQ, INSEE Enquêtes quantitatives: Enquête sociale générale (ESG-2001, Canada) Enquête « Générations et Gender » (GGS-2005, France) Analyse qualitative Entretiens au Québec et en France avec des femmes stérilisées entre 29 et 46 ans, et des hommes stérilisés entre 29 et 53 ans, entre 1976 et 2004.

4 Contexte du recours à une méthode contraceptive ou abortive Plusieurs facteurs entrent en jeu dans le choix dune méthode contraceptive ou abortive (nombre de partenaires, fréquence des relations sexuelles, âge, coûts des méthodes, etc.). Plusieurs méthodes de contraceptions médicales et pratiques abortives ont été développées au cours des 60 dernières années. Leur accessibilité est variable selon les périodes et les sociétés.

5 Loi Neuwirth: contraception autorisée 1967 Loi interdisant la diffusion et la vente de contraceptifs retirée du Code criminel Publicité autorisée IVG autorisée par les comités davortements thérapeutiques des hôpitaux Stérilisation contraceptive autorisée 1969 Pratiquée dans un hôpital ou un CLSC, lIVG est couverte par la Régie de lassurance-maladie du Québec (gratuite) 1971 Contraception remboursée par sécurité sociale, gratuite et anonyme pour mineurs auprès des centres de planification 1974 Loi Weil autorise IVG 1975 Nouvelle loi sur IVG 1979 IVG remboursé par sécurité sociale RU 490 autorisée Loi autorise publicité sur condom 1991 Cour suprême décriminalise lIVG 1988 Allongement du délai légal IVG de 2 semaines Dépénalisation de la stérilisation contraceptive IVG médicamentaire en cabinet médical

6 Distribution des femmes selon la méthode contraceptive utilisée aux enquêtes (2005)(2001)

7 Taux d'avortements par âge, France, Québec, 2007 Source: ISQ, INSEE

8 En France, la contraception est essentiellement féminine, médicale et hormonale. Elle se prend tout au long de la vie reproductive. Au Québec, la contraception non définitive, généralement la pilule, se prend en début de vie reproductive. Lorsque la famille semble constituée, le couple opte fréquemment pour une stérilisation contraceptive, féminine ou masculine. On observe ainsi des différences importantes dans les pratiques contraceptives entre la France et le Québec, notamment au regard du recours à une méthode irréversible. Quelles sont les trajectoires contraceptives des personnes qui ont eu recours à une stérilisation contraceptive, et quelles ont été les motivations de ces personnes à recourir à une stérilisation ?

9 Indicateurs conjoncturels des hystérectomies, des ligatures et vasectomies, Québec Stérilisations avant 1988 Stérilisations après 1988 Source: ISQ

10 S S S NN NNN S S NS S NNS S NG NNNN SNG A G N Québec: Trajectoires contraceptives des personnes stérilisées avant ère méthode contraceptive = Méthodes naturelles 1 ère méthode contraceptive = Condom 1 ère méthode contraceptive = Pilule N S G A Méthodes naturelles (retrait, méthodes du calendrier, sympto thermique, etc.) Condom Pilule Stérilet Grossesse non désirée Avortement Naissance Stérilisation F1 F2 F4 F8 F3 F5 F6 F7 H1 MN G N N H2 GN FC

11 SN N NS S Québec: Trajectoires contraceptives des personnes stérilisées après ère méthode contraceptive = Méthodes naturelles 1 ère méthode contraceptive = Condom 1 ère méthode contraceptive = Pilule N S G A Méthodes naturelles (retrait, méthodes du calendrier, sympto thermique, etc.) Condom Pilule Stérilet Grossesse non désirée Avortement Naissance Stérilisation F9 F13 F11 F12 H4 H8 H3 H5 A G NG N FC SN Fausse couche H6 S N S NSNN NSN 1 ère méthode contraceptive = Stérilet H7 F10 NG A GS SNNN2N2 NN NSG G N N N N FC

12 Personnes qui ont vécu leur vie sexuelle sans la contraception médicalisée, qui ont utilisé des modes de contraceptions « naturels », tels que le retrait, les poires de lavement, ou encore le calendrier. Personnes qui ont commencé la sexualité avant la contraception médicalisée, mais ont vécu sa diffusion et ont pu lutiliser, généralement après la naissance du premier. Génération dite « pilule », composée de personnes qui ont toujours connu la contraception médicale, la contraception dite fiable, et également laccès aux avortements médicalisées. France : découpage générationnel

13 SN N NS S France: Trajectoires contraceptives des personnes stérilisées Femmes nayant pas eu accès à la contraception médicale avant stérilisation Femmes ayant eu accès à la contraception médicale après la naissance du 1 er enfant Femmes ayant toujours eu accès à la contraception médicale N S G A Méthodes naturelles (retrait, méthodes du calendrier, sympto thermique, etc.) Condom Pilule Stérilet Grossesse non désirée Avortement Naissance Stérilisation F1 F2 F7 F8 F9 F10 F4 F5 N N FCSN Fausse couche N S N N S NSNN SN F3 N N N N NNN N N N NNMN Enfant Mort Né S F6 H1 NNFC NN NNS NNGS F11 F12 H2 GEU Grossesse Extra Utérine NG GEU N NNNSNN AGNS SNN

14 Quelles sont les motivations de ces personnes à passer dune contraception « non définitive » à une contraception « définitive » ?

15 Dernière contraception utilisée avant la stérilisation Québec France FemmesHommesFemmesHommes Pas de contraception 4 Méthodes naturelles 671 Méthodes barrières 1 Pilule 2 22 Stérilet 515 Ensemble

16 Dernière méthode : MN = Méthodes naturelles Québec (6, 7) France (4, 1) MN considérée comme risquée, non sécuritaire (H5, H7, H8) MN pas considérée comme méthode contraceptive (F5, F11) MN nécessitant une auto-surveillance permanente (F4, F13, H2) MN inefficace (F1, F2, F3) MN laissant la possibilité de désirer à nouveau un enfant – non permanence de la méthode (F11) Rejet du préservatif (H2)

17 Dernière méthode : Pilule anovulante Québec (2)France (4) Risque de cancer « la stérilisation, cétait comme en continuité avec la pilule (…) sans le risque de cancer » F1 Contraintes liées à la prise quotidienne de la pilule « des fois je la prenais, des fois je le prenais pas, joubliais » F8 Grossesses sous pilule (F4, F10) Effets secondaires importants (dépression, baisse libido, sécheresse, poitrine congestionnée, maux de tête, nausées, etc.) (F7, F8, F10, F12) Contraintes liées à la prise quotidienne de la pilule « je ne supportais plus la prise quotidienne, oui. Cen était au point où javais réglé mon téléphone portable pour quil sonne à une heure précise pour que je pense à ça a toujours été, ça; régulièrement je loubliais au moins une fois. Il y en avait au moins une par plaquette qui était pas prise. » F8 (F7, F12)

18 Dernière méthode : Stérilet Québec (5, 1) France (3, 1)

19 Conclusions A travers létude des motivations à passer dune contraception « non définitive » à une contraception « définitive » on appréhende quelques avantages, inconvénients ainsi que risques et effets secondaires reliés à certaines méthodes contraceptives. Concernant la stérilisation, dautres facteurs non mis en évidence ici entrent en jeu dans le choix du recours à cette méthode, notamment linfluence du corps médical, les conditions de vie des personnes, la relation égalitaire ou non que les personnes entretiennent avec le ou les partenaires, linfluence du partenaire dans le recours à cette méthode.

20 Conclusions Si la décision de recourir à une stérilisation relève dun choix personnel, celui-ci ne peut être compris en dehors de son contexte. Cette décision se prend en effet de manière située, que ce soit au regard de son parcours contraceptif, familial ou professionnel et se présente aussi comme le produit dun contexte socio-culturel. A travers les témoignages recueillis, la stérilisation semble envisagée notamment au regard des difficultés contraceptives rencontrées par les personnes.

21 Conclusions Pour mieux comprendre les trajectoires contraceptives, les difficultés contraceptives voire les échecs de contraception, une enquête quantitative sur les représentations et les effets secondaires des contraceptifs auprès dun échantillon représentatif de la population en âge de procréer pourrait apporter des informations essentielles, et permettre la mise en place de politiques efficaces de prévention des naissances, tout autant que de prévention des demandes de réanastomoses ou vasovasectomies suite à un regret de stérilisation.


Télécharger ppt "De la contraception à la stérilisation : trajectoires contraceptives et motivations en France et au Québec Laurence Charton Université de Strasbourg Laboratoire."

Présentations similaires


Annonces Google