La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Rwanda, 1994 Chapitre V La Haye et Arusha. 2 Section 1 Le Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Rwanda, 1994 Chapitre V La Haye et Arusha. 2 Section 1 Le Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie."— Transcription de la présentation:

1 1 Rwanda, 1994 Chapitre V La Haye et Arusha

2 2 Section 1 Le Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie

3 3 Résolution 1503 du Conseil de sécurité, du 28 août 2003 : demande au TPIY et au TPIR de prendre toutes mesures en leur pouvoir pour mener à bien les enquêtes dici à la fin de 2004, achever tous les procès de première instance dici à la fin de 2008 et terminer leurs travaux en 2010

4 4 Ch V- Section 1 Le TPIY

5 5

6 6 La création du Tribunal par la résolution 808 du Conseil de sécurité des Nations Unies du 22 février 1993 "Un Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves du droit humanitaire international commises sur le territoire de l'ex-Yougoslavie depuis 1991". Le statut : résolution 827 du Conseil de sécurité du 25 mai 1993

7 7 Ch V- Section 1 Le TPIY Art. 29 de la Charte des NU : "Le Conseil de sécurité peut créer les organes subsidiaires qu'il juge nécessaires à l'exercice de ses fonctions." Art. 25 de la Charte : "Les Membres de l'Organisation conviennent d'accepter et d'appliquer les décisions du Conseil de sécurité conformément à la présente Charte."

8 8 La loi belge du 22 mars 1996 relative à la reconnaissance du Tribunal international pour l'ex- Yougoslavie et du Tribunal international pour le Rwanda et à la coopération avec ces tribunaux (superflue ?) Ch V- Section 1 Le TPIY

9 9 la violation des lois et coutumes de la guerre (article 3) ; le génocide (article 4) ; les crimes contre l'humanité (article 5) ; à la fois plus large et plus étroit qu'à Nuremberg

10 10 Article 2 Infractions graves aux Conventions de Genève de 1949 Le Tribunal international est habilité à poursuivre les personnes qui commettent ou donnent lordre de commettre des infractions graves aux Conventions de Genève du 12 août 1949, à savoir les actes suivants dirigés contre des personnes ou des biens protégés aux termes des dispositions de la Convention de Genève pertinente : (…) Ch V- Section 1 Le TPIY

11 11 a) lhomicide intentionnel ; b) la torture ou les traitements inhumains, y compris les expériences biologiques ; c) le fait de causer intentionnellement de grandes souffrances ou de porter des atteintes graves à lintégrité physique ou à la santé ; d) la destruction et lappropriation de biens non justifiées par des nécessités militaires et exécutées sur une grande échelle de façon illicite et arbitraire ; e) le fait de contraindre un prisonnier de guerre ou un civil à servir dans les forces armées de la puissance ennemie ; f) le fait de priver un prisonnier de guerre ou un civil de son droit dêtre jugé régulièrement et impartialement ; g) lexpulsion ou le transfert illégal dun civil ou sa détention illégale ; h) la prise de civils en otages. Ch V- Section 1 Le TPIY

12 12 Ch V- Section 1 Le TPIY Article 3 Violations des lois ou coutumes de la guerre Le Tribunal international est compétent pour poursuivre les personnes qui commettent des violations des lois ou coutumes de la guerre. Ces violations comprennent, sans y être limitées : (…)

13 13 Ch V- Section 1 Le TPIY a) lemploi darmes toxiques ou dautres armes conçues pour causer des souffrances inutiles ; b) la destruction sans motif des villes et des villages ou la dévastation que ne justifient pas les exigences militaires ; c) lattaque ou le bombardement, par quelque moyen que ce soit, de villes, villages, habitations ou bâtiments non défendus ; d) la saisie, la destruction ou lendommagement délibéré dédifices consacrés à la religion, à la bienfaisance et à lenseignement, aux arts et aux sciences, à des monuments historiques, à des oeuvres dart et à des oeuvres de caractère scientifique ; e) le pillage de biens publics ou privés.

14 14 Ch V- Section 1 Le TPIY Plus large que art. 85 du 1 er Protocole de 1977 (exemplatif) La question de la nature du conflit : international ou national ? Chambre dappel, Tadic, du 2 octobre 1995, § 128 : 128. Même si le droit international coutumier comprend certains principes fondamentaux applicables aux conflits armés tant internes qu'internationaux, l'Appelant soutient que ces interdictions n'entraînent pas la responsabilité pénale individuelle quand les violations sont commises dans des conflits armés internes ; ces dispositions ne peuvent pas, par conséquent, relever de la compétence du Tribunal international. Il est vrai que, par exemple, l'article 3 commun aux Conventions de Genève ne renferme aucune référence explicite à la responsabilité pénale pour violation de ses dispositions. (…)

15 15 Confronté à des arguments semblables concernant les divers accords et conventions qui constituaient le fondement de sa compétence, le Tribunal militaire international de Nuremberg a conclu que l'absence de dispositions sur la répression des violations dans le traité en cause ne s'oppose pas à la constatation d'une responsabilité pénale individuelle (voir THE TRIAL OF MAJOR WAR CRIMINALS : PROCEEDINGS OF THE INTERNATIONAL MILITARY TRIBUNAL SITTING AT NUREMBERG GERMANY, Partie 22, p. 445, 467 (1950)). Le Tribunal de Nuremberg a examiné un certain nombre d'arguments pertinents pour conclure que les auteurs de violations particulières encourent une responsabilité individuelle : la reconnaissance claire et sans équivoque des règles de la guerre dans le droit international et la pratique des Etats indiquant une intention de criminaliser la violation, y compris les déclarations de responsables gouvernementaux et d'organisations internationales ainsi que la répression de violations par les juridictions nationales et les tribunaux militaires (id., p , 467). Quand ces conditions sont remplies, les individus doivent être tenus pénalement responsables parce que, comme concluait le Tribunal de Nuremberg : "les crimes contre le droit international sont commis par des hommes et non par des entités abstraites et c'est seulement en punissant les hommes qui commettent ces crimes que les dispositions du droit international peuvent être respectées" (id., p. 447).

16 16 Article 4 Génocide 1. Le Tribunal international est compétent pour poursuivre les personnes ayant commis le génocide, tel quil est défini au paragraphe 2 du présent article, ou lun quelconque des actes énumérés au paragraphe 3 du présent article. Ch V- Section 1 Le TPIY

17 17 2. Le génocide sentend de lun quelconque des actes ci-après, commis dans lintention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel : a) meurtre de membres du groupe ; b) atteinte grave à lintégrité physique ou mentale de membres du groupe ; c) soumission intentionnelle du groupe à des conditions dexistence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ; d) mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ; e) transfert forcé denfants du groupe à un autre groupe. Ch V- Section 1 Le TPIY

18 18 3. Seront punis les actes suivants : a) le génocide ; b) lentente en vue de commettre le génocide ; c) lincitation directe et publique à commettre le génocide ; d) la tentative de génocide ; e) la complicité dans le génocide. C'est la définition exacte de la convention de 1948 Ch V- Section 1 Le TPIY

19 19 Jurisprudence : Krstic, 19 avril 2004 La chambre d'appel, statuant sur les appels formé contre un jugement de première instance du 2 août 1991 conclu à lunanimité "quun génocide a été commis à Srebrenica en 1995" "…les forces serbes de Bosnie ont commis un génocide contre les Musulmans de Bosnie. (…) Ceux qui conçoivent et commettent le génocide cherchent à priver lhumanité des innombrables richesses quoffrent ses nationalités, races, ethnies et religions. Il sagit dun crime contre le genre humain dans son intégralité, qui touche non seulement le groupe dont on cherche la destruction mais aussi lhumanité tout entière." Voir aussi 1 ère ch., Blagojevic, 17 janvier 2005 : complicité de génocide Ch V- Section 1 Le TPIY

20 20 Article 5 Crimes contre lhumanité Le Tribunal international est habilité à juger les personnes présumées responsables des crimes suivants lorsquils ont été commis au cours dun conflit armé, de caractère international ou interne, et dirigés contre une population civile quelle quelle soit : (…) Ch V- Section 1 Le TPIY

21 21 a) assassinat ; b) extermination ; c) réduction en esclavage ; d) expulsion (et non déportation); e) emprisonnement ; f) torture ; g) viol ; h) persécutions pour des raisons politiques, raciales et religieuses ; i) autres actes inhumains Ch V- Section 1 Le TPIY

22 22 Ch V- Section 1 Le TPIY Le "nettoyage" ou "l'épuration" ethniques ne sont pas visés en tant que tels La qualification de crime contre l'humanité s'applique aux actes d'agression sexuelle qui ne constituent pas nécessairement un viol (affaire Nicolic) Les violences sexuelles méritent une attention particulière parmi les méthodes de nettoyage ethnique, en raison de leur systématicité et de la gravité des souffrances infligées à la population civile (affaires Karadzic et Mladic )

23 23 Jurisprudence « Les crimes contre l'humanité couvrent des faits graves de violence qui lèsent lêtre humain en l'atteignant dans ce qui lui est le plus essentiel : sa vie, sa liberté, son intégrité physique, sa santé, sa dignité. Il sagit dactes inhumains qui de par leur ampleur ou leur gravité outrepassent les limites tolérables par la communauté internationale qui doit en réclamer la sanction. Mais les crimes contre lhumanité transcendent aussi lindividu puisquen attaquant lhomme, est visée, est niée, lHumanité. C'est l'identité de la victime, l'Humanité, qui marque d'ailleurs la spécificité du crime contre lhumanité. » Chambre de 1ère instance du TPIY, 29 novembre 1996, Erdemovic, § 28. Ch V- Section 1 Le TPIY

24 24 Ch V- Section 1 Le TPIY Article 6 Compétence ratione personae Le Tribunal international a compétence à légard des personnes physiques conformément aux dispositions du présent statut. Article 7 Responsabilité pénale individuelle 1. Quiconque a planifié, incité à commettre, ordonné, commis ou de toute autre manière aidé et encouragé à planifier, préparer ou exécuter un crime visé aux articles 2 à 5 du présent statut est individuellement responsable dudit crime. B. La compétence ratione personae Limitée aux personnes physiques, auteurs, coauteurs, complices et instigateurs Pas de possibilité de poursuivre pénalement des personnes morales publiques ou privées

25 25 C) Compétence ratione loci Article 8 Compétence ratione loci et compétence ratione temporis La compétence ratione loci du Tribunal international sétend au territoire de lancienne République fédérative socialiste de Yougoslavie, y compris son espace terrestre, son espace aérien et ses eaux territoriales. Ch V- Section 1 Le TPIY

26 26 D) compétence ratione temporis Période commençant le 1er janvier 1991 (art. 8) et "une date que déterminerait le Conseil de sécurité après la restauration de la paix" (Rés. 827, 25 mai 1993, § 2) Ch V- Section 1 Le TPIY

27 27 Article 9 Compétences concurrentes 1. Le Tribunal international et les juridictions nationales sont concurremment compétents pour juger les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de lex-Yougoslavie depuis le 1er janvier Le Tribunal international a la primauté sur les juridictions nationales. A tout stade de la procédure, il peut demander officiellement aux juridictions nationales de se dessaisir en sa faveur conformément au présent statut et à son règlement. Ch V- Section 1 Le TPIY

28 28 Ch V- Section 1 Le TPIY

29 29 Ch V- Section 1 Le TPIY Les peines Le statut ne prévoit que des peines d'emprisonnement ainsi que la restitution à leurs légitimes propriétaires de tous biens et ressources acquis illégalement par la personne condamnée (ce qui n'est pas une réparation, ni une confiscation) Article 24 Peines 1. La Chambre de première instance nimpose que des peines demprisonnement. Pour fixer les conditions de lemprisonnement, la Chambre de première instance a recours à la grille générale des peines demprisonnement appliquée par les tribunaux de lex- Yougoslavie. 2. En imposant toute peine, la Chambre de première instance tient compte de facteurs tels que la gravité de linfraction et la situation personnelle du condamné. 3. Outre lemprisonnement du condamné, la Chambre de première instance peut ordonner la restitution à leurs propriétaires légitimes de tous biens et ressources acquis par des moyens illicites, y compris par la contrainte.

30 30 Ch V- Section 1 Le TPIY

31 31 Ch V- Section 1 Le TPIY

32 32 La peine demprisonnement, selon l'article 27 du statut, est subie dans un Etat désigné par le Tribunal (liste) Déduction emprisonnement provisoire et peine déjà subie dans un Etat (quid du temps de détention en vue du transfert ?) Grâce et commutation : l'Etat avise le Tribunal. Le Président du Tribunal, en consultation avec les juges, tranche selon les intérêts de la justice et les principes généraux du droit Ch V- Section 1 Le TPIY

33 33 Ni peine pécuniaire, ni peine de substitution, ni déchéance de droits Les frais et dépenses du procès ne sont pas mis à charge du condamné Aucune constitution de partie civile n'est possible Restitution des biens à leur légitime propriétaire Ch V- Section 1 Le TPIY

34 34 La qualité officielle d'un accusé, soit comme chef d'Etat ou de gouvernement, soit comme haut fonctionnaire, ne l'exonère pas de sa responsabilité pénale et n'est pas un motif de diminution de la peine (article 7, § 2 du statut). Le fait qu'un accusé a agi en exécution d'un ordre d'un gouvernement ou d'un supérieur ne l'exonère pas de sa responsabilité pénale mais peut être considéré comme un motif de diminution de la peine si le tribunal international l'estime conforme à la justice (article 7, § 4 du statut). Ch V- Section 1 Le TPIY

35 35 Organisation du Tribunal 3 chambres de 1ère instance et 1 chambre dappel + des sections de chambre Le Procureur (et son bureau) Un greffe commun aux chambres et au Procureur juges permanents + juges ad litem élus pour 4 ans Un président et des présidents de chambre Chambre dappel : Président + 4 juges permanents + 2 juges permanents du TPIR Ch V- Section 1 Le TPIY

36 36 Ch V- Section 1 Le TPIY

37 37 Ch V- Section 1 Le TPIY

38 38 Ch V- Section 1 Le TPIY

39 39 Ch V- Section 1 Le TPIY

40 40 Ch V- Section 1 Le TPIY

41 41 Ch V- Section 1 Le TPIY

42 42 Ch V- Section 1 Le TPIY

43 43 Ch V- Section 1 Le TPIY

44 44 Ch V- Section 1 Le TPIY

45 45 Ch V- Section 1 Le TPIY

46 46 Ch V- Section 1 Le TPIY

47 47 Ch V- Section 1 Le TPIY Enregistrement des débats et conservation des preuves L'admission d'amici curiae : importance, p. ex. pour exprimer le point de vue d'un Etat ou d'une ONG

48 48 Ch V- Section 1 Le TPIY

49 49 Ch V- Section 1 Le TPIY

50 50 Ch V- Section 1 Le TPIY

51 51 Ch V- Section 1 Le TPIY

52 52 Ch V- Section 1 Le TPIY

53 53 Ch V- Section 1 Le TPIY

54 54 Ch V- Section 1 Le TPIY

55 55 Ch V- Section 1 Le TPIY

56 56 Ch V- Section 1 Le TPIY

57 57 Ch V- Section 1 Le TPIY

58 58 Ch V- Section 1 Le TPIY

59 59 Ch V- Section 1 Le TPIY

60 60 Ch V- Section 1 Le TPIY

61 61 Ch V- Section 1 Le TPIY

62 62 Ch V- Section 1 Le TPIY

63 63 Ch V- Section 1 Le TPIY

64 64 Ch V- Section 1 Le TPIY

65 65 Ch V- Section 1 Le TPIY

66 66 Ch V- Section 1 Le TPIY

67 67

68 68 Bref rappel des événements Voy. le jugement Akayezu du 2 octobre 1998 : spécialement l'évolution de l'antagonisme entre les Tutsi et les Hutu. Ch V- Section 2 Le TPIR

69 69 Ch V- Section 2 Le TPIR

70 70 Ch V- Section 2 Le TPIR

71 71 Ch V- Section 2 Le TPIR

72 72 Ch V- Section 2 Le TPIR

73 73 Ch V- Section 2 Le TPIR

74 74 Ch V- Section 2 Le TPIR

75 75 Caractère "généralisé" : l'acte présente un caractère massif, fréquent, et, mené collectivement, il revêt une gravité considérable et est dirigé contre une multiplicité de victimes Caractère "systématique" : l'acte est soigneusement organisé selon un modèle régulier en exécution d'une politique concertée mettant en œuvre des moyens publics ou privés considérables « a widespread or systematic attack » Ch V- Section 2 Le TPIR

76 76 Ch V- Section 2 Le TPIR

77 77 Ch V- Section 2 Le TPIR

78 78 Ch V- Section 2 Le TPIR

79 79 Ch V- Section 2 Le TPIR

80 80 Ch V- Section 2 Le TPIR

81 81 Ch V- Section 2 Le TPIR

82 82 Ch V- Section 2 Le TPIR

83 83 Ch V- Section 2 Le TPIR

84 84 Ch V- Section 2 Le TPIR

85 85 Ch V- Section 2 Le TPIR

86 86 Ch V- Section 2 Le TPIR

87 87 Ch V- Section 2 Le TPIR

88 88 Ch V- Section 2 Le TPIR

89 89 Ch V- Section 2 Le TPIR

90 90 Bilan actuel du TPIR Affaires en cours : 27 En attente de procès : 15 Affaires terminées : Ch V- Section 2 Le TPIR Condamnations : 16 Acquittements et retraits de lacte daccusation : Décès : 1

91 91 Jean Kambanda a été le premier chef de gouvernement à être accusé puis condamné pour crime de génocide Budget : US$ 1082 fonctionnaires, 85 nationalités Ch V- Section 2 Le TPIR

92 92

93 93 Ch V- Section 3 Appréciation globale des tribunaux ad hoc


Télécharger ppt "1 Rwanda, 1994 Chapitre V La Haye et Arusha. 2 Section 1 Le Tribunal international pour l'ex-Yougoslavie."

Présentations similaires


Annonces Google