La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 2 Méiose, fécondation et stabilité de lespèce.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 2 Méiose, fécondation et stabilité de lespèce."— Transcription de la présentation:

1 chapitre 2 Méiose, fécondation et stabilité de lespèce

2 Chaque espèce est caractérisée par le nombre de chromosomes contenu dans le noyau de chaque cellule somatique d'un individu. Ces caractéristiques sont transmises de génération en génération grâce à la reproduction sexuée.

3 Plan A) Le cycle de développement et la stabilité des espèces 1) Le cycle de développement dun Champignon 2) Le cycle de développement dun Mammifère 3) Bilan sur les cycles de développement B) La méiose ou le passage à létat haploïde 1) Comportement des chromosomes au cours de la méiose 2) Comportement des allèles au cours de linterphase 3) BILAN C) La fécondation ou le rétablissement de la diploïdie D) Les anomalies de la méiose 1) quelques exemples 2) Les dépistages des anomalies chromosomiques E) Exercices corrigés

4 A Le cycle de développement et la stabilité des espèces

5 1) Le cycle de développement dun Champignon Sordaria macrospora est un champignon ascomycète. Les filaments mycéliens issus de la germination des spores sont constitués de files de cellules dont le noyau comporte n chromosomes. Nous allons utiliser deux types de souches : une à spores jaunes et lautre à spore noires. Souche jauneSouche noire

6 Le cycle de développement dun Champignon Comme tous les champignons filamenteux, Sordaria est constitué dun mycélium qui sont des alignements de cellules ou articles. Celui-ci se forme après la germination dune spore. Vue microscope photonique à fond noir d'un mycélium de Sordaria. On distingue les parois cellulaires et donc les limites de chaque cellule. Vue en microscopie électronique à balayage de la germination de spores haploïdes qui donnent un filament mycélien de Sordaria.

7 Le cycle de développement dun Champignon Dans certaines conditions, 2 filaments mycéliens peuvent fusionner pour former une cellule à 2 noyaux haploïdes. Cette cellule se divise par mitoses successives et est à lorigine dun organe en forme de coupe, le périthèce. Détail de quelques périthèces issus du croisement de 2 souches de Sordaria lune à spores jaunes et lautre à spores noires.(Observation à la loupe.) Chaque boule noire correspond à un périthèce. Cest une sphère renfermant des asques dans lesquels les spores sont formées. Hybride

8 Le cycle de développement dun Champignon Dans certaines cellules du périthèce, les 2 noyaux fusionnent ce qui correspond à une fécondation. Cette fusion aboutit à la formation dune cellule diploïde que lon peut assimiler à une cellule œuf. Sitôt formée, cette cellule subit une méiose à lorigine de 4 cellules haploïdes. Chacune de ces cellules se divise ensuite par mitose. Les 8 cellules sont des spores nommées aussi ascospores. Elles sont contenues dans une paroi commune : lensemble constitue un asque. Détail dun asque contenant des ascospores (Microscope optique).

9 Le cycle de développement dun Champignon Détail dun périthèce éclaté issu du croisement de 2 souches de Sordaria lune à spores jaunes et lautre à spores noires. (Observation au microscope optique.) On utilise pour réaliser un croisement la souche à spores noires et la souche à spores jaunes. Lorsque le croisement se réalise entre filaments issus de spores de la même couleur, les asques obtenus ne contiennent que des spores dune seule couleur. Lorsque le croisement se réalise entre les filaments issus de spores de couleurs différentes les asques obtenus contiennent des spores de 2 couleurs.

10 périthèces filaments mycéliens caryocinèse filaments mycéliens Spore Périthèce asque Développement par mitose Rencontre Fusion des cellules= 2n Fusion des noyaux = fécondation 1ère division =réductionnelle 2 e division= équationnelle

11 Le cycle de développement dun Champignon Chez le champignon ascomycète Sordaria, la phase haploïde prédomine sur la phase diploïde qui est réduite à la cellule œuf. Cette dernière subit immédiatement la méiose et donne des cellules haploïdes qui, par mitoses successives, construisent un organisme adulte haploïde.

12 Cycle de reproduction de Sordaria Cellule reproductrice (n chromosomes) FECONDATION Cellule œuf (2n chromosomes) MEIOSE Mitose Filament mycélien (organisme adulte à n chromosomes) Haplophase Diplophase Mitose uniquement à létat haploïde. Les cellules diploïdes ne se multiplient pas. Cycle haplophasique Cellule reproductrice (n chromosomes) Spore

13 2) Le cycle de développement dun Mammifère La fécondation constitue le point de départ de la construction d'un nouvel organisme, présentant toutes les caractéristiques typiques de l'espèce à laquelle les parents appartiennent. Par des divisions successives (mitoses), cette cellule œuf forme un nouvel individu Caryotype obtenu à partir dune cellule somatique diploïde humaine (lymphocyte) La cellule-œuf (zygote) obtenue à partir de la fécondation est diploïde, c'est-à-dire contenant 2 exemplaires de chacun des chromosomes caractéristiques de l'espèce.

14 Le cycle de développement dun Mammifère La fécondation implique la rencontre entre des cellules spécialisées, les gamètes, émises par les gonades du mâle (spermatozoïdes) et de la femelle adultes (ovules).. Caryotype obtenu à partir dun gamète Les gamètes sont des cellules haploïdes : elles ne comportent qu'un exemplaire de chaque chromosome

15 fécondation méïose 1 2 cellules diploïdes (2n) gamètes haploïdes (n) oeuf ou zygote (2n) ovule Évolution du nombre de chromosomes au cours de la reproduction sexuée + La reproduction sexuée est donc marquée par deux événements compensateurs : la méiose et la fécondation. La fécondation produit une cellule diploïde par assemblage de 2 gamètes haploïdes. La méiose produit des gamètes haploïdes à partir de cellules diploïdes.

16 Cycle de reproduction des Mammifères Gamète mâle Gamète femelle FECONDATION Cellule oeuf MEIOSE Mitose Organisme mâle adulte Haplophase Diplophase Mitose uniquement à létat diploïde. Les cellules haploïdes ne se multiplient pas. Cycle diplophasique

17 Le cycle de développement Le cycle de vie (ou cycle de développement ) est la période de temps pendant laquelle se déroule la vie complète d'un organisme vivant par reproduction. Les cycles de vie sont caractérisés une double alternance : une alternance de phases et une alternance de générations. Les phases et les générations n'ont pas de lien entre elles. La phase est le maintien d'un état chromosomique ( n ou 2n ) au cours de divisions cellulaires mitotiques. La définition des phases est basée sur le caryotype des cellules ( n ou 2n chromosomes), indépendamment du nombre de cellules (mais au moins ceux cellules issues d'une mitose) ou de leur organisation en organisme. Les phases sont délimitées par la fécondation et la méiose.

18 3) Bilan sur les cycles de développement Le cycle de développement se caractérise par l'alternance d'une phase haploïde, qui s'étend de la méiose à la fécondation, et d'une phase diploïde qui s'étend de la fécondation à la méiose. Cette alternance régulière permet de maintenir constant le nombre de chromosomes caractéristique de l'espèce de génération en génération. L'importance relative des phases haploïdes et diploïdes peut varier d'une espèce à l'autre, définissant ainsi des cycles de développement différents. Le cycle des mammifères est dit diplophasique alors que celui de Sordaria est haplophasique.

19 B) La méiose ou le passage à létat haploïde

20 1) Comportement des chromosomes au cours de la méiose : observations microscopiques Certains groupes d'espèces ont des figures de méiose plus facilement observables que d'autres. Chez lail des ours, la méiose peut être observée dans les organes mâles des plantes à fleurs (étamines), au sein de sacs, les anthères, où sont produits les grains de pollen, qui contiennent les gamètes mâles. Jeune inflorescence d'Ail des ours à un stade favorable.

21 Observations microscopiques A plus fort grossissement, les cellules mères des pollens sont parfaitement visibles. Une anthère écrasée, vue générale. Certains groupes d'espèces ont des figures de méiose plus facilement observables que d'autres. Chez lail des ours, la méiose peut être observée dans les organes mâles des plantes à fleurs (étamines), au sein de sacs, les anthères, où sont produits les grains de pollen, qui contiennent les gamètes mâles.

22 Observations microscopiques Métaphase 1: les chromosomes homologues de chaque paire se disposent sur le plan équatorial de la cellule. Prophase 1 : les chromosomes homologues, formés de 2 chromatides sœurs, se condensent, et se rapprochent lun de l'autre. Ils s'apparient étroitement sur toute leur longueur et forment des ensembles de 4 chromatides ou tétrades. L'enveloppe nucléaire est encore présente. Les différentes phases de la méiose

23 Observations microscopiques Télophase 1 : A lissue de cette division, les 2 cellules issues de la 1ère division de méiose possèdent un chromosome de chaque paire constitué de 2 chromatides Anaphase 1: les paires se séparent, chaque chromosome s'éloigne alors de son homologue et migre vers l'un du pôles de la cellule. Les différentes phases de la méiose

24 Observations microscopiques Cellules en fin de méiose II : En anaphase 2, les chromatides de chaque chromosome se séparent et migrant vers chacun des pôles de la cellule. À l'issue de la télophase 2, les 4 cellules formées possèdent un lot haploïde de chromosomes à 1 chromatide Population de cellules en méiose II : La deuxième division méiotique n'est pas précédée par une duplication de l'ADN. En prophase 2, le matériel chromosomique se condense et les chromosomes apparaissent formés de 2 chromatides. · En métaphase 2, les chromosomes se placent sur le plan équatorial de la cellule. Les différentes phases de la méiose

25 Comportement des chromosomes au cours de la méiose prophase 1 : appariement des chromosomes homologues une cellule à 2n chromosomes métaphase 1 anaphase 1 réduction chromatique télophase 1anaphase 2 quatre cellules à n chromosomes

26 1) Comportement des chromosomes au cours de la méiose : aspect quantitatif de la méiose métaphase 1 anaphase 1 télophase 1anaphase 2 Évolution de la teneur en ADN au sein dune cellule en division de méiose.

27 chromosomes homologues dans la cellule mère des gamètes (phase G1) Les chromosomes homologues sont presque identiques. La plupart des gènes sont identiques, mais certains peuvent être légèrement différents. 2) Comportement des allèles au cours de linterphase

28 avant la réplication de lADN Les variantes dun même gène sont appelées des allèles. allèle B allèle b Ainsi, B et b sont 2 allèles dun gène. B après la réplication de lADN les deux chromosomes en fin de phase S et en début de phase G2 Bbb Comportement des allèles au cours de linterphase

29 3) BILAN La méiose est un processus de division cellulaire qui permet le passage d'une cellule diploïde, contenant des chromosomes à deux chromatides, à quatre cellules filles haploïdes, aux chromosomes à une seule chromatide. Elle peut être segmentée en deux étapes : une division réductionnelle pendant laquelle les chromosomes homologues de la cellule mère se séparent et se répartissent dans deux cellules filles. Et la division équationnelle pendant laquelle les chromatides de chaque chromosome se séparent et se répartissent équitablement dans deux nouvelles cellules filles.

30 C) La fécondation ou le rétablissement de la diploïdie

31 Les modalités de la fécondation dans le monde vivant La fécondation correspond à la fusion de deux gamètes haploïdes, qui mettent en commun leurs n chromosomes. Elle permet donc de rétablir la diploïdie de la cellule-œuf. Chez les espèces haploïdes, il n'y a généralement pas de véritables gamètes différenciés. Ce sont les cellules haploïdes de l'organisme qui fusionnent pour donner une cellule-œuf.

32 Les modalités de la fécondation dans le monde vivant Chez les espèces diploïdes, la fécondation se traduit par l'union de 2 gamètes haploïdes mâle et femelle : le spermatozoïde et l' ovule. Il s'agit de 2 cellules différenciées et spécialisées dans la reproduction. L'ovule est une cellule immobile et volumineuse contenant des réserves et le spermatozoïde est mobile grâce à un flagelle. La rencontre des 2 gamètes peut s'effectuer dans le milieu extérieur (fécondation externe) ou dans les voies génitales de la femelle (fécondation interne). Dans tous les cas, la pénétration d'un seul et unique spermatozoïde dans l'ovule reconstitue les paires de chromosomes homologues dans la cellule-œuf, (une réplication de l'ADN se produit dans les 2 pronuclei, chacun comportant alors un lot haploïde de chromosomes à 2 chromatides) contribuant ainsi au maintien du nombre de chromosomes au cours des générations.

33 D) Les anomalies de la méiose

34 Les anomalies de la méiose La méiose est une étape clé du cycle de la reproduction sexuée. La fabrication des spermatozoïdes, ou spermatogénèse, aboutit à partir d'une cellule mère diploïde à la formation de 4 spermatozoïdes haploïdes. Les mécanismes de l' ovagénèse sont similaires, mais une seule cellule sur les 4 est fonctionnelle et forme l'ovule. Si des anomalies surviennent au cours de ce processus méiotique, la cellule-œuf résultant de la fécondation peut présenter des aberrations du nombre de chromosomes, ou aneuploïdies, de type 2n + 1 (trisomie) ou de type 2n - 1 (monosomie).

35 Les anomalies de la méiose La méiose est une étape clé du cycle de la reproduction sexuée. La fabrication des spermatozoïdes, ou spermatogénèse, aboutit à partir d'une cellule mère diploïde à la formation de 4 spermatozoïdes haploïdes. Les mécanismes de l' ovagénèse sont similaires, mais une seule cellule sur les 4 est fonctionnelle et forme l'ovule. Si des anomalies surviennent au cours de ce processus méiotique, la cellule-œuf résultant de la fécondation peut présenter des aberrations du nombre de chromosomes, ou aneuploïdies, de type 2n + 1 (trisomie) ou de type 2n - 1 (monosomie). Caryotype présentant une trisomie 21

36 Phénotype de la trisomie ans /12 1/32 1/110 nb de cas pour 1000 naissances âge de la mère Petite stature Tête large et courte, cou court Repli de peau du côté intérieur des yeux Nez plat Petites oreilles avec de curieux replis Mains courtes avec une seule ligne transverse

37 FECONDATION Monosomie 21Trisomie 21

38 FECONDATION Individu non atteint Individu avec monosomie Individu avec trisomie 2n=2 n=1 2n=2n=0 n=1

39 Ces gamètes peuvent être viables et être fécondés. Les embryons obtenus sont viables à lexception de ceux qui nont aucun chromosome X. Anomalies induites par la non-disjonction des chromosomes sexuels à la méïose XY XXXXXXXY OXOYO XYO XXXYXO XXXYXO ++ XXY = syndrome de Klinefelter XO = syndrome de Turner XXX = trisomie X

40 Phénotype du syndrome de Turner XO Pas de chromosome Y sexe féminin La plupart du temps l'embryon ne parvient pas à terme Petite stature, corps trapu, thorax large, cou à laspect triangulaire (deux replis de peau joignent les épaules et la tête). seins peu développés et très écartés. Ovaires sclérosés, non fonctionnels (stérilité et absence de menstruations). Intelligence normale, mais on note parfois des troubles d'apprentissage et d'orientation.

41 Phénotype du syndrome de Klinefelter (un cas sur 700 environ) XX Y sexe masculin Bras et jambes allongés de façon disproportionnée. Testicules peu développés ne produisant pas de spermatozoïdes. Parfois présence de légers caractères sexuels secondaires féminins (seins apparents, hanches larges) Intelligence normale, mais on note parfois des difficultés d'apprentissage.

42 Lors de la méiose, il peut arriver que les chromosomes sexuels ne se séparent pas. Les deux chromosomes sexuels migrent dans le même gamète. Processus méiotiques à lorigine de ces anomalies du caryotype Cas de non séparation des chromosomes sexuels : Normalement, un gamète possède un seul chromosome 21. Dans le cas d'une présence de deux chromosomes 21, on peut expliquer ce défaut par une non- disjonction des chromosomes homologues (lors de la première division de méiose), ou des chromatides soeurs (lors de la deuxième division de méiose).

43 Lors de la méiose, il peut arriver que les chromosomes sexuels ne se séparent pas. Les deux chromosomes sexuels migrent dans le même gamète. Processus méiotiques à lorigine de ces anomalies du caryotype Cas de non séparation des chromosomes non sexuels :

44 Cas de non séparation des chromosomes sexuels : Lors de la méiose, il peut arriver que les chromosomes sexuels ne se séparent pas. Les deux chromosomes sexuels migrent dans le même gamète. Processus méiotiques à lorigine de ces anomalies du caryotype méïose X YX Y XY méïose X XX X XX ovule à 24 chromosomes ovule à 22 chromosomes

45 Lors de la méiose, il peut arriver que les chromosomes sexuels ne se séparent pas. Les deux chromosomes sexuels migrent dans le même gamète. Processus méiotiques à lorigine de ces anomalies du caryotype méïose X YX Y XY méïose X XX X XX ovule à 24 chromosomes ovule à 22 chromosomes = Anomalie du nombre de chromosomes sexuels

46 Les dépistages des anomalies chromosomiques

47 Dépistage des anomalies chromosomiques : lamniocentèse McGrawHill Companies Inc. liquide amniotique utérus cellules foetales seringue hypod. Réalisable à partir de la 14 e semaine de la grossesse. Suite au prélèvement de ml de liquide, les cellules recueillies sont mises en culture pendant 2 à 3 semaines afin daugmenter leur nombre et de réaliser un caryotype.

48 Dépistage des anomalies chromosomiques : biopsie de villosités choriales sonde de léchographe Réalisable à partir de la 8 e semaine de la grossesse. Une canule est introduite dans le vagin jusqu'à l'utérus, sous contrôle échographique ou endoscopique, afin d'aspirer quelques villosités. Le nombre de cellules prélevées étant élevé, il nest pas nécessaire de faire une culture de longue durée. Les résultats sont obtenus 2-3 jours après le prélèvement.

49 CORRIGÉS DES EXERCICES Le corrigé de la partie « Tester ses connaissances» ainsi que le corrigé des exercices 2 et 3, page 127 figurent à la fin du manuel de l'élève (pages 424 et 425). Voici quelques éléments de corrigé pour les autres exercices.

50 Exercice 1, page 126 Des étapes caractéristiques de la méiose. Les chromosomes sont ici bien visibles, individualisés mais encore peu condensés: ils ont l'aspect de filaments encore longs et fins. On dénombre 7 ensembles constitués chacun de deux chromosomes homologues alignés parallèlement, accolés en certains points et plus ou moins enchevêtrés. Cet appariement des chromosomes homologues est caractéristique de la prophase de la 1 ère division méiotique. Il s'agit ici du début de cette prophase; elle révèle que l'appariement des chromosomes homologues débute très précocement.

51 Exercice 4, page 128 Le cycle de développement de la levure. Cet exercice est uniquement un exercice de réflexion puisque les cycles de développement autres que diploïde ou haploïde ne sont pas au programme. 1. L'étape X est la formation d'une cellule par fusion de deux autres cellules: c'est une fécondation, formation d'une cellule diploïde à partir de deux cellules haploïdes. Les levures C sont diploïdes, issues d'une fécondation. L'étape Y permet, à partir de telles levures, la formation de levures qui pourront à nouveau féconder: c'est donc une méiose, passage de l'état diploïde à l'état haploïde. Les levures A et B qui sont susceptibles de participer à une fécondation sont haploïdes et comportent donc 17 chromosomes. Les levures C qui se forment par mitoses après la fécondation sont diploïdes et comportent donc 34 chromosomes. 2. Ce cycle de développement diffère des cycles étudiés car la phase haploïde et la phase diploïde sont ici toutes deux bien développées.

52 Exercice 5, page 128.Le caryotype de l'ovocyte au moment de l'ovulation. Sur ce caryotype on peut dénombrer 23 chromosomes. Il y a un exemplaire de chaque type chromosomique, la cellule est donc haploïde. La 1 re division de la méiose - non disjonction de l'ensemble de l'équipement chromosomique. Conséquences: triploïdie (non viable). Il peut également y avoir une anomalie au cours de la fécondation: la fécondation d'un ovule par deux spermatozoïdes en même temps forme une cellule œuf triploïde (caryotype non viable). s'est donc produite, permettant le passage à n chromosomes. Cependant chaque chromosome est encore à l'état dupliqué (« double », à deux chromatides). La seconde division de la méiose, qui assure le passage de n chromosomes bi-chromatidiens à n chromosomes mono-chromatidiens, ne s'est pas encore déroulée. Il s'agit donc bien d'une cellule qui résulte de la 1 re divi­sion de la méiose.


Télécharger ppt "Chapitre 2 Méiose, fécondation et stabilité de lespèce."

Présentations similaires


Annonces Google