La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 La fabuleuse histoire des Nitrates ou les ravages de la désinformation anti- agricole, au prétexte environnemental Angers le 15 juin 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 La fabuleuse histoire des Nitrates ou les ravages de la désinformation anti- agricole, au prétexte environnemental Angers le 15 juin 2010."— Transcription de la présentation:

1 1 La fabuleuse histoire des Nitrates ou les ravages de la désinformation anti- agricole, au prétexte environnemental Angers le 15 juin 2010

2 2 Sommaire Nitrates et santé Nitrates, agriculture et environnement Les marées vertes conclusion

3 3 introduction Les nitrates au cœur des préoccupations : Sanitaires agricoles Environnementales Tous les programmes de lutte et de reconquête de la qualité des eaux Un ion redoutable à éradiquer de notre environnement ?

4 4 Ammoniac Nitrite + 5 Nitrate NO3

5 5 Nitrates et santé 80% des nitrates ingérés proviennent des légumes Les régimes à base de légumes sont reconnus comme les meilleurs pour la protection cardio-vasculaire et vis-à-vis des cancers Une norme à 50 mg/l à la suite dune succession derreurs faut-il interdire les légumes souvent entre 500 et 5000 mg/l ?

6 6 Nitrates et santé Les nitrates sont au cœur du premier système de défense de lorganisme (Nigel Benjamin) Les nitrates endogènes sont constamment fabriqués par nos cellules Seuls effets bénéfiques des nitrates et des nitrites (Mark Gladwin, Nathan Bryan) Fournir du NO (NO donnors) pour la défense immunitaire et la protection des cellules

7 7 Nitrites et santé Les nitrites ne sont dangereux que pour le nourrisson, sil absorbe des quantités importantes dans les premières semaines de son existence (Méthémoglobinémie) Les nitrates ingérés par le nourrisson ne se transforment pas en nitrites dans son organisme : des centaines de millions de petits pots pour bébés à base de légume, ont été consommés Aucun risque pour les femmes enceintes, ni le fœtus Nitrites (et nitrates) vasodilatateurs, irrigation des tissus, apport doxygène, cicatrisation,

8 8 Nitrites et santé Il est impossible de distinguer les nitrates de leau de ceux des légumes, Ces derniers sont les plus abondants tant en concentration quen quantité « La concentration des nitrates chez lhomme est inoffensive, et ce, sans limite de dose » Pr. Marian Apfelbaum, 1999

9 9 "Une fois reconnus, les arguments développés précédemment, La Communauté Européenne ne devrait plus sinquiéter de la limitation de nos consommations de nitrate, pour sassurer que nous en consommons tous, suffisamment " T.M.Addiscott & N.Benjamin – Juin 2000

10 10 nitrates et environnement Aucun impact des nitrates sur la qualité des eaux douces Leutrophisation est observée quelle que soit la teneur en nitrate Seul le phosphore en solution dans leau est déterminant (Schindler 1975) Ce sont les cyanobactéries fixatrices dazote atmosphérique qui prolifèrent Les nitrates constituent un moyen de lutte (méthode riplox)/ plan deau perturbés

11 11 Le rôle du Phosphore rejeté au milieu aquatique Daprès Guy Barroin

12 12 Nitrate et qualité des eaux La norme sur la santé a été utilisée pour déterminer la qualité environnementale des eaux Aucun lien entre le moindre composé ou organisme indésirable et la teneur en nitrates Les nitrates ne peuvent constituer un indicateur pertinent de la qualité des eaux La « pollution par les nitrates » constitue un abus de langage et un mythe

13 13 CARTE DE QUALITE GENERALE DES COURS DEAU

14 14 Nitrate et agriculture Lhumus du sol contient 4 à 12 t de N/ha 1 % minéralisation/an = 40 kg à 120 kg de N Solution du sol 100 kg de N/ha dans un horizon labouré à 25% deau : 4000 t x 0,25 = 1000 T = 100 mg N-NO3/l = 440 mg NO3/l Couramment solution du sol entre 1000 et 3000 mg/l NO3 La sève également, ce qui explique les fortes teneurs en nitrate des légumes

15 15

16 16 Pourquoi 50 mg/l est inaccessible? Pertes nécessaires pour respecter la norme de 50 mg/l de NO3 en kg/ha et par an

17 17 Importance du retour atmosphérique CYCLE de LAZOTE Daprès Mariotti

18 18 Les marées vertes Un Phénomène ancien, observé dès le début du XXème siècle Un Phénomène largement répandu le monde : sous toutes les latitudes Plus de 150 sites répertoriés dans le monde et ce Quelle que soit lintensité de lactivité agricole

19 19 Les proliférations en Bretagne Étudiées dans les années 1970, suite à une ampleur accrue présumée (non quantifiée), après la « marée noire » du Torrey Canyon (1967) Lulve nest pas toxique Cest une algue qui présente une valeur nutritive Sa présence nest gênante quen raison des échouages sur lestran et des conséquences de ces échouages Sa présence témoigne dune activité biologique active

20 20 Les proliférations dulves En Bretagne, m3 dulves ramassées (dont sables?), soit t dalgues fraiches, par an 9 à15% de MS, soit 3600 à 6000 t de MS/an, soit la production de 300 à 500 ha de terre cultivée, à comparer aux 1,7 million dha de terres agricoles en production dans les 4 départements bretons Seules certaines baies sont régulièrement touchées : St Michel en Grève (Lannion), Hillion (baie de St Brieuc), Douarnenez Un coût de lordre de 300 à /an pour le ramassage,

21 21 Bretagne été 1988 Evaluation des sites de prolifération dulves par prospection aérienne Tonnages de N-NO3 Déversés en mer par an Indépendance entre marées vertes et apports de nitrates source IFREMER Indépendance entre flux dazote global et le phénomène

22 22 Les travaux scientifiques disponibles, permettent de conclure sur les points suivants : Les sites de prolifération dulves sont indépendants des apports de NO3 des rivières Aucune corrélation nest possible entre lactivité agricole, les apports de N terrigènes et le phénomène Des baies sensibles au phénomène reçoivent relativement peu de NO3 (baie de Lannion) Les marées vertes

23 23 Un phénomène biologique complexe et des interactions multiples et mal connues Toutes les mers du monde ont reçu et reçoivent de grandes quantités de nitrate, dorigine terrigène, sans préjudice pour les écosystèmes marins il est impossible de distinguer lazote terrigène, des autres origines disponibles dans le milieu marin La fixation dazote atmosphérique par les cyanobactéries et les bactéries des sédiments est un phénomène universel ; or latmosphère constitue la principale réserve dazote Les marées vertes

24 24 Les marées vertes Lazote et les ulves : - Les apports dazote terrigène ne sont pas déterminants - Les conditions géomorphologiques et hydrodynamiques sont prépondérantes - Aucune carence en azote nest envisageable au point de limiter la croissance des ulves Lazote nest ni le facteur limitant, ni le facteur de maîtrise du phénomène

25 25 Les marées vertes Les modélisations ne constituent pas une fin en soi, et celles disponibles sont complètement à revoir, puisque lhypothèse azote est infirmée par les mesures de terrain (Ifremer) Dautres facteurs explicatifs que lazote doivent être recherchés La biologie et la microbiologie du milieu marin doivent être mieux appréciées

26 26 Les marées vertes Nos recommandations : - Mise en place dessais de « lutte biologique » ou de valorisation des ulves est à encourager Il faut favoriser la faune « brouteuse » : bigorneaux, oursins, ormeaux, poissons oiseaux…

27 27 Conclusion : La poursuite de la communication scientifique sur le rôle prépondérant et essentiel de lazote des SEULS cours deau est injustifiée et préoccupante Une expertise scientifique indépendante menée sur les modélisations et sur leurs enseignements réels, simpose Sinspirer des expériences étrangères

28 28 Conclusion Les ulves et les « marées vertes » : un symbole de « lhorreur écologique »? Le lien supposé entre lactivité agricole, lélevage, la fertilisation, les nitrates et les algues vertes na que la répétition pour base : cest un mythe, qui na aucun fondement scientifique Défendre, poursuivre et améliorer la production agricole condamnée sans preuve De nombreux parallèles avec le « réchauffisme » climatique

29 29 Conclusion Maintenir la production : une nécessité absolue Se concentrer sur « lenvironnement réel » Ne pas séloigner, ni ignorer les bases agronomiques Préférer le terrain aux modèles, ou ne pas oublier le terrain, si lon utilise ou conçoit des modèles Se préparer à nourrir 10 milliards dhumains

30 30 Conclusion : la fertilisation Un acte indispensable Équilibre apport export Maintien de la Matière Organique et de lazote de cette MO du sol Fertilisation équilibrée = environnement préservé

31 31 Les nitrates ne présentent aucune toxicité, ni aucun risque pour lhomme ou pour lanimal ; Les seuls effets connus des nitrates peuvent être considérés comme bénéfiques, que ce soit dans la conservation des aliments, la protection sanitaire des populations ou le développement dune production agricole de qualité, en quantité suffisante, sans perturber la fertilité des sols Les nitrates ne perturbent pas les écosystèmes aquatiques et peuvent même contribuer à leur protection ; les nitrates ne constituent nullement un indicateur efficace de la qualité des milieux ;Conclusion

32 32 Les nitrates ont été curieusement mis en examen, puis condamnés sans preuve. Cest un ion banal, naturel, omniprésent à des teneurs fortement variables (dans lespace et dans le temps) dans les écosystèmes et jusquici mal connues. De puissants mécanismes régulateurs sont naturellement en jeu.

33 33 on devra, tôt ou tard, abandonner définitivement la notion de pollution par les nitrates. Les normes de protection ne devront être réservées quaux seuls composés dont les effets néfastes auront été correctement établis. En particulier, la recherche de réduction drastique de tout rejet de phosphore dans les milieux aquatiques doit enfin être considérée comme une priorité absolue.

34 34 Conclusion Les nitrates, la santé et lenvironnement Une illustration de la phrase de JF REVEL : « la première force qui mène le monde, cest le mensonge », la connaissance inutile La vérité, même si elle dérange est toujours préférable à un mensonge, même sil « fait du bien ».

35 35 Quelques Conclusions pratiques : 1 Ne pas donner de biberon bactériologiquement pollué à un nourrisson de moins de 6 mois 2 Ne pas lui broyer non plus de charcuterie pour préparer son biberon. 3 Après 6 mois plus aucun risque avec les nitrites. 4 Ne plus se croire obligé de boire de leau minérale qui est 200 à 500 fois plus chère que leau du robinet 5 Le mauvais goût de leau nest jamais du aux nitrates

36 36 Pour en savoir plus Apfelbaum M. 1999, Risques et peurs alimentaires, Odile Jacob, 284 pages. Barroin G. 1999, Limnologie appliquée au traitement des lacs et des plans deau. Les Etudes des Agences de lEau n°62, 215 pages. Jean et Jean Louis lHirondel, 1996 : Les nitrates et lhomme, le mythe de leur toxicité. Editions de lInstitut de lEnvironnement. 142 pages. Envirobio juin 2003, Buson C. et Toubon P. Gestion des risques santé et environnement Le cas des nitrates. 272 pages. Editions de lInstitut de lEnvironnement. Ferry L. Le nouvel ordre écologique. Tubiana M. 2000, Léducation et la vie. Odile Jacob.

37 37 Pour en savoir plus… Travaux de lISTE travaux menés par lISTE depuis plus dune quinzaine dannée, et en particulier des ouvrages, thèses et mémoires suivants : - thèse de Samuel Moreau 1997: Bassin de Haute Vilaine : Dynamique de lazote et du phosphore des eaux superficielles et des sédiments, Université de Rennes 1, - mémoire de Cécile Podeur 2002 : Contribution à la connaissance des causes de la prolifération dulves en Baie de st Brieuc, DAA, Génie de lEnvironnement,, ENSA Rennes - Christian Buson et Patrick Toubon 2003 Assises internationales envirobio : le cas des nitrates; actes du colloque à Paris, pages - Jean et Jean-Louis Lhirondel 2005 Les nitrates et lhomme, toxiques, inoffensifs ou bénéfiques? Editions de lISTE, préfaces des Pr. Cabrol, Lestradet et Tubiana. 255 pages - mémoire de Laurence Galon : La prolifération des algues vertes en baie de Lannion (22) Moyens de lutte et influence des apports terrigènes, juin 2005, INSA Toulouse - article de Christian Buson : Retour écologique sur la question des nitrates Recursos Rurais (2005) Vol1 nº 1 : IBADER: Instituto de Biodiversidade Agraria e Desenvolvemento Rural -


Télécharger ppt "1 La fabuleuse histoire des Nitrates ou les ravages de la désinformation anti- agricole, au prétexte environnemental Angers le 15 juin 2010."

Présentations similaires


Annonces Google